Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana





télécharger 1.95 Mb.
titreThèse de Doctorat préparée par Samar rouhana
page1/34
date de publication07.11.2017
taille1.95 Mb.
typeThèse
h.20-bal.com > loi > Thèse
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   34
UNIVERSITÉ SAINT-ESPRIT DE KASLIK

FACULTÉ DE LETTRES

DÉPARTEMENT DE LANGUE ET LITTÉRATURE FRANÇAISES

REMISE EN QUESTION ET QUÊTE IDENTITAIRE DANS L’ŒUVRE AUTOBIOGRAPHIQUE D’ANNIE ERNAUX

Thèse de Doctorat préparée par Samar ROUHANA

Sous la direction de Madame le Professeur Nicole SALIBA-CHALHOUB

Kaslik-Liban

2008

REMERCIEMENTS
Je remercie en premier lieu Madame Nicole SALIBA-CHALHOUB qui a supervisé mon travail. Sa direction minutieuse et exigeante, sa patience et sa bienveillance, ses encouragements et ses conseils m’ont permis de mener à bien ma thèse.
Je voudrais par ailleurs exprimer toute ma gratitude envers le Père Naoum ATTALAH et Madame Edmée CRIVELLI pour leur précieuse aide et l’attention portée à mes études depuis plusieurs années.
Enfin, ce travail doit énormément à mes parents et à mon mari envers qui j’ai une reconnaissance toute spéciale. Leurs encouragements et leur appui indéfectible m’ont aidée à persévérer et à achever ma thèse.

À ceux qui m’ont si bien accompagnée,

mes parents et mon mari.

TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION GÉNÉRALE 1
PREMIÈRE PARTIE : LE CROISEMENT DE DEUX GENRES : L’AUTOBIOGRAPHIE ET LE ROMAN 9
INTRODUCTION DE LA PREMIÈRE PARTIE 10
CHAPITRE PREMIER : LE RÉCIT D’UNE VIE OU LE PACTE D’AUTHENTICITÉ 13

1 – La triade identitaire 14

2 – Les modalités d’écriture 22

3 – Le pacte référentiel 42
DEUXIÈME CHAPITRE : LE CLIVAGE AVEC AUTRUI 52

1 – Des liaisons amoureuses brisées 53

2 – Dans les coulisses d’un avortement 70

3 – Le fossé des générations 77
TROISIÈME CHAPITRE : L’INVENTION D’UNE VIE OU L’AUTOFICTION 95

1 – Combler une passion boiteuse 96

2 – Déguiser l’angoisse de l’avortement 118

3 – Compenser la dysphorie socio-familiale……………………………. 125

SYNTHÈ DE LA PREMIÈRE PARTIE 137
DEUXIÈME PARTIE : DE L’ENFANCE À L’ÂGE ADULTE 139
INTRODUCTION DE LA DEUXIÈME PARTIE 140
CHAPITRE PREMIER : LES TRIANGLES RELATIONNELS 143

1 – Une double transgression 144

2 – L’amant en focalisation filiale 170

3 – L’éternelle répétition des échecs 174

DEUXIÈME CHAPITRE : HUMAIN, OBJET ET ALIÉNATION 185

1 – Le serpent au cœur de la chute 186

2 – Pouvoir matériel et impuissance humaine 198Error: Reference source not found

3 – Maladie corporelle et phobie sociale 216

TROISIÈME CHAPITRE : DES PERSONNAGES PASSEURS 233

1 – Les fruits de la passion 234

2 – Jusqu’aux limites de la folie 242

3 – La renaissance 250

4 – L’héritage parental 260

SYNTHÈSE DE LA DEUXIÈME PARTIE 270
TROISIÈME PARTIE : LA LITTÉRATURE, MOYEN DE RACHAT DE SOI ET D’AUTRUI 272

INTRODUCTION DE LA TROISIÈME PARTIE 273Error: Reference source not found

CHAPITRE PREMIER : DÉCHIREMENT D’UN MOI, DIVISION D’UNE SOCIÉTÉ 276

1 – La dichotomie entre l’école et la famille 277

2 – Des amants au passé populaire identitque 290

3 – Les protagonistes influencés par leur passé populaire 299Error: Reference source not found

4 – La loi alliée du plus fort 307

DEUXIÈME CHAPITRE : L’ÉCRITURE ENGAGÉE SOCIALEMENT 321

1 – En hommage aux siens 322

2 – La passion, une expérience de luxe 345

3 – La jalousie au pluriel 355

4 – Au nom des femmes 362

TROISIÈME CHAPITRE : LA RÉCEPTION DES ŒUVRES D’ANNIE ERNAUX PAR LES INTERNAUTES 377

1 – De l’ennuyeuse platitue au bel hommage 378Error: Reference source not found

2 – Des sentiments authentiques ou du sentimentalisme gratuit? 397

4 – Un récit bouleversant 414
SYNTHÈSE DE LA TROISIÈME PARTIE 424
CONCLUSION GÉNÉRALE 427
ANNEXE 436
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 438
INTRODUCTION GÉNÉRALE

« L’homme est un être sociable; la nature l’a fait pour vivre avec ses semblables », affirme Aristote dans son Éthique à Nicomaque. Cette cohabitation n’est cependant pas facile, comme le prouve l’anecdote des porcs-épics de Schopenhauer : pour se procurer de la chaleur en hiver, les porcs-épics se serrent les uns contre les autres, mais les piquants de chacun s’enfoncent dans les chairs de l’autre et les déchirent. Les porcs-épics sont donc obligés de s’éloigner les uns des autres. Ressaisis par le froid, ils se rapprochent de nouveau, mais sont aussitôt contraints de s’écarter sous l’effet de la douleur. De rapprochements en écarts, ils trouvent finalement le juste milieu où ils n’auront ni trop froid ni trop mal. Ainsi en est-il des hommes : ils ne peuvent ni tout à fait vivre ensemble, ni tout à fait en solitaires.
Le plus souvent, cette voie moyenne idéale est dure à atteindre dans un monde en perpétuelle ébullition sociale. Les changements rapides, de l’époque moderne notamment, exacerbent les difficultés de communication et de cohabitation entre les individus à cause des diversités dans les conditions de vie, les valeurs, les langages, les expériences, etc. Cela est particulièrement douloureux entre les membres d’une même famille, mais aussi par extension entre les êtres humains qui, à un moment donné, sentent un fossé se creuser et les séparer de leurs semblables. Le résultat est une somme de vies fissurées, une dépersonnalisation des relations, une absence de communication et de liens, une solitude et une perte de repères.
Pour résoudre ces problèmes, l’homme se recueille en lui-même; il se cherche à nouveau et tente de retrouver sa véritable personne et ce juste milieu qui lui faciliterait la vie en lui procurant la paix et le bonheur. Pris dans le vacarme d’une civilisation technologique et dans l’anonymat d’une culture de masse, tiraillé entre sa vraie nature et ses masques trompeurs, entre ce qu’il est et ce qu’il feint d’être, il ralentit le pas et essaie de se redéfinir. Les moyens pour le faire sont multiples : la méditation, la retraite spirituelle, la consultation d’un spécialiste, ou encore l’écriture. En effet, l’acte d’écrire permet de lutter contre la tempête en favorisant une première approche des problèmes, une certaine prise de contrôle en vue d’une meilleure maîtrise. Couchées sur un papier devant soi, les difficultés s’éclaircissent effectivement. Le but est certes de reconstituer son identité, mais aussi d’établir un contact avec autrui par l’envoi d’une lettre ou la publication d’un livre par exemple. Qu’il soit un individu anonyme ou un écrivain connu, l’homme aspire à renouer avec lui-même autant qu’avec autrui. Sigmund Freud estime justement que la règle dans la société se résume à « être exclu ou ne pas être exclu »1, rejeté ou accepté, mais surtout à se sentir inclus ou au contraire intrus.
Nombreuses sont les personnes qui se trouvent dans une telle situation; Annie Ernaux en fait partie. Née en 1940 à Lillebonne en Normandie (Seine-Maritime), Annie Thérèse Blanche Ernaux grandit dans un milieu modeste. Ses parents tiennent un café-épicerie dans un quartier populaire. D’abord garçon de ferme, puis ouvrier d’usine, son père devient enfin un petit commerçant, soutenu par le courage, la ténacité et la volonté de son épouse, ouvrière d’usine elle aussi auparavant. Annie est externe au Pensionnat Saint-Michel à Yvetot, puis au Lycée Jeanne d’Arc à Rouen. Brillante, elle poursuit ses études à la Faculté de Lettres Françaises Modernes de Rouen et à celle de Bordeaux, contrairement aux jeunes filles de son âge qui commencent à travailler. Mariée avec un étudiant en Sciences Politiques, elle quitte sa région natale et devient successivement professeur de lycée à Bonneville, Annecy et Pontoise. Depuis 1977, elle est rattachée au Centre national d’enseignement par correspondance où elle rédige des corrigés de compositions littéraires pour préparer les étudiants au CAPES. Divorcée et mère de deux garçons, elle vit aujourd’hui dans le Val-d’Oise, à Cergy. Elle jouit actuellement d’une renommée internationale, elle a visité de nombreux pays pour y tenir des conférences, et ses œuvres sont traduites dans plusieurs langues dont l’arabe2. Certains textes ont fait l’objet de mises en scène, notamment La Femme gelée et L’Événement en 2002 par Jeanne Champagne3, et Passion simple en 20074. Un « Prix Annie Ernaux » attribué à l’écriture de nouvelles a été de plus initié il y a plus de trois ans, destiné aux adultes comme aux jeunes; le thème de 2005 est par exemple « Résistances! » alors que celui de 2006 est « Passions(s) ».
Les études avancées permettent certes à Annie Ernaux de s’élever socialement et de ne pas revivre la misère de ses parents, mais elles engendrent également de grands conflits dans lesquels elle va longtemps se débattre. Ses relations avec ses parents, ses amants, et toute la société en sont lourdement imprégnées. Ernaux n’est certainement pas le seul écrivain à être dans cette situation, mais elle est contemporaine et surtout elle vit encore, ce qui la rend plus proche, car plus apte à traduire les problèmes de notre époque postmoderne.

Tiraillée entre son milieu familial dont l’école et le savoir l’éloignent progressivement, et le monde bourgeois qui l’attire irrésistiblement, Annie Ernaux peine à définir son identité et à en trouver les contours. Plus tard, elle souffre dans ses relations avec ses amants, confrontée à de nombreuses difficultés, ne sachant plus qui elle est ni où elle en est. Ses pensées ne sont pas claires, l’une la préoccupe particulièrement : elle refoule l’histoire de son avortement de 1963 depuis des années sans toutefois parvenir à l’oublier. La meilleure issue qu’elle entrevoit pour résoudre ses conflits est l’écriture. Celle-ci constitue en effet un début d’analyse et d’organisation susceptibles d’apaiser son esprit tourmenté d’abord par la culpabilité d’avoir délaissé son monde originel et ses parents, ensuite par la douleur à cause de ses relations amoureuses perturbées, enfin par la révolte contre un système inégalitaire et une société injuste dont souffrent les faibles, les pauvres et les femmes.

L’illustration ci-contre5

représente bien cette

remise en question

qu’Ernaux décide

d’entamer. Un personnage

nonchalamment assis, les

épaules affaissées, la tête

basse, les mains enfouies

entre les jambes, traduit la

souffrance, mais aussi la

perte d’identité par la blancheur qui efface toute marque distinctive de son corps : les yeux, les cheveux, la bouche, le nez, etc. sont comme gommés. L’individu fait table rase de tout son être : sur un porte-manteau à l’entête significative, il suspend d’un côté sa peau - symbole de son vrai moi souvent caché -, de l’autre, ses vêtements avec ses chaussures placées au-dessous - symbole de son moi social souvent inauthentique.
L’enjeu pour Annie Ernaux est de savoir ce qu’elle va endosser à la suite de sa réflexion, dépendamment des résultats de sa remise en question : sa peau, c’est-à-dire sa vraie nature de fille issue du peuple, de femme amoureuse et passionnée et de mère qui a avorté, ou plutôt ses habits sociaux de femme bourgeoise et mondaine, calme et posée, sûre d’elle-même. L’écriture seule décidera si ce projet de quête va aboutir à une réconciliation intime, ou au contraire à une dichotomie encore plus grande avec soi et avec autrui. Il s’agit donc de « découvrir quelque chose qui n’est pas là avant l’écriture. C’est là la jouissance – et l’effroi – de l’écriture, ne pas savoir ce qu’elle fait arriver, advenir »6.
C’est le parcours scripturaire lié à la quête identitaire d’Annie Ernaux que nous allons étudier dans les chapitres qui suivent. Notre corpus est formé de cinq œuvres dont les récits retracent les moments forts de la vie de l’écrivain : La Place7 et Une femme8 présentent ses relations avec ses parents, Passion simple9 et L’Occupation10 celles entretenues avec ses amants jusqu’à la rupture et même au-delà, enfin L’Événement11 reconstitue le vécu de son avortement de 1963, ses conséquences et tout le contexte de l’époque. Cela est certes une présentation sommaire et nullement complète des œuvres que nous analyserons et dont nous dévoilerons les divers aspects au fur et à mesure de notre étude.
L’étude qui suit porte la forme d’un triptyque. La première partie est essentiellement formelle, elle est liée au genre des cinq œuvres sus-citées. Elle est formée de trois chapitres dont deux se basent sur les théories narratologiques de Philippe Lejeune sur l’autobiographie, afin de cerner la nature des écrits d’Ernaux et voir dans quelle mesure ils correspondent à ce genre littéraire, sinon à un autre comme l’autofiction quand ils s’avèrent hybrides. Le second chapitre, lui, est psychanalytique puisqu’il renvoie à la théorie de « l’angoisse » élaborée par Sigmund Freud; en réalité, il fait le pont entre les deux autres chapitres.
La deuxième partie de notre étude a d’abord un caractère psychanalytique lié aux travaux de Freud et de René Girard sur le triangle œdipien et le désir mimétique dans les relations familiales et amoureuses. Elle a ensuite un cachet narratologique inspiré des théories de Philippe Hamon sur le statut sémiologique du personnage dans une œuvre littéraire, et destiné à analyser les divers personnages dans les textes d’Ernaux ainsi que leur évolution au fil des pages.
La troisième partie, quant à elle, repose sur trois approches différentes, la première étant sociologique d’après les écrits de nombreux sociologues sur la lutte des classes et les inégalités sociales - auxquelles Annie Ernaux est particulièrement sensible -, dont Pierre Bourdieu, Talcott Parsons et George Mead. Une analyse stylistique des textes de l’auteur découle ensuite de la précédente, se référant à la notion d’« écriture blanche » appréhendée initialement par Roland Barthes. Enfin, une étude de la réception des œuvres d’Annie Ernaux par les internautes clôturera notre travail, appuyée sur les théories d’Umberto Eco, de Wolfgang Iser et d’autres critiques en la matière. Ce point est primordial car Ernaux refuse de restreindre sa quête à sa seule personne, et affirme plutôt que ses expériences intimes et privées constituent une passerelle vers des phénomènes généraux et collectifs.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   34

similaire:

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse de doctorat nouveau régime présentée par Frédéric lagrange

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconTHÈse de doctorat

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse de doctorat en sociologie

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse de doctorat (N. R) en Sciences de l’Education

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse de doctorat en Science politique

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse pour le Doctorat en Sciences Économiques

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse en vue de l’obtention du Doctorat d’histoire

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le...
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne méritait pas d’être...

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconLibrairie – Bibliographie
«Les marchés électroniques : structures, concurrence et conditions d’efficience». Thèse de doctorat, Université Lille 1 Sciences...

Thèse de Doctorat préparée par Samar rouhana iconThèse de Doctorat d'État
«Jurer et maudire: pratiques politiques et usages juridiques du serment dans le Proche-Orient ancien», Méditerranées 10-11, 1997...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com