Chapitre 1 : Un roi sacré





télécharger 30.21 Kb.
titreChapitre 1 : Un roi sacré
date de publication07.11.2017
taille30.21 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Chapitre 1 : Un roi sacré.
Le roi est devenu roi par cérémonie du sacre. Le sacre a disparut de notre tradition depuis 1825, le dernier roi sacré est Charles X mais ce n’est pas le dernier roi, nous avons eu d’autres monarques mais ils n’étaient pas très légitime. Louis Philippe d’Orléans, ce n’est pas un bourbon, une grande partie de la population ne le reconnaissait pas comme roi légitime. Il était vu comme des usurpateurs. Et ils sont arrivés au pouvoir par les partis libéraux. LP se disait roi bourgeois.

Mais nous avons conservé ce caractère « sacré » du chef de l’Etat reste une tradition profondément inscrite dans notre mentalité française car nous restons très romains. Nous avons conservé une vision de l’Etat qui est une vision romaine : le chef de l’Etat est un personnage à part.

On le retrouve dans la constit de 58. L’ordre protocolaire de la constit le statu avant tous les autres organes.

Mais l’analyse de la constit prouve qu’il reste, malgré les affaiblissements, un personnage important. Le statut pénal du chef de l’Etat est un reste du sacre des rois de France car le roi de France était sacré donc inviolable. Tous les présidents restent des personnages inviolables. La loi pour modifier le statu pénal n’aboutira certainement pas.

Il y a des protections spéciales du chef de l’Etat. La personne du roi de France est protégé par le crime du lèse majesté et il a survécut jusqu'à Valérie Giscard d’Estaing. La loi de 1881, grande loi sur la presse, encore valable jusqu’au XX et qui punit les offenses envers la personne du chef de l’Etat car c’est offenser la nation. Donc il bénéficie d’un statut spécial. Maintenant, la liberté de la presse a pris le pas sur cette loi. Valérie Giscard d’Estaing à dit qu’il n’utiliserait pas a cette protection, c’est coutumier. Le parlement ne l’a pas abrogé.

En revanche, on a continué à appliquer un autre article de cette loi qui punit toute offense à un chef d’Etat étranger… pour raison diplomatique. C’est une règle qui vient de disparaître sur la demande européenne. La dernière affaire qui est passé devant la CEDH c’est un arrêt de la CEDH du 25 juin 2002 : il s’agissait la d’un article du monde qui avait accusé le roi du Maroc de favorisé le trafic de drogue. Un article qui sacralisé le chef de l’Etat. C’est un texte qui empêchait la liberté de presse. Il y a une confrontation entre 2 conception du pouvoir : le chef de l’Etat intouchable (tradition romaine) contre une vision anglo-saxonne qui a presque définitivement triomphé, où l’on considère que le chef de l’Etat n’est qu’une émanation des élections donc, c’est un membre du peuple comme les autres donc il ne bénéficiera pas d’un statut particulier mais on retrouve une série d’élément dans l’idée médiéval du roi, évité que le roi soit un personnage trop important, c’est resté très présent dans les esprits anglo-saxon. En Angleterre, il n’y a pas de tribunaux administratifs, c’est le juge commun qui s’en charge. Le droit strat est de plus en plus privatisé.


Section 1 : Les origines du sacre.


La France fait figure d’exception par cette cérémonie particulière du sacre. Toutes les civilisations connaissent des rites de transmissions du pouvoirs qui dans les états contemporains sont allégés. Le rite est plus solennelle aux USA qui a conservé un aspect plus rituel parce que religieux. Sous l’ancien régime, on va avoir une forme de transmission des pouvoirs hérité des empereurs romains.
Ce qui fait la différence c’est que la monarchie française va à un moment clé sur l’histoire qui se lie avec une tradition biblique. La monarchie française décide de renouer avec une tradition religieuse ancienne, la tradition hébraïque.

Les chefs barbares ont participés à l’extinction de l’empire romain donc dans un premier temps, pour ces premiers rois des francs, la cérémonie de prestations des pouvoirs et une cérémonie germanique qui est une acclamation du roi par les chefs militaires au moment de l’élévation sur le pavois qui reconnaissent la qualité de monarque attribué à l’un d’entre eux. Cérémonie auquel très vite les rois mérovingiens essayent de rajouter des éléments romains. Les premiers monarques francs vont se couler dans la symbolique romaine et reprendre la titulature de l’empereur romain ainsi que le vêtement. Donc nous avons ces 2 éléments qui se cumulent. Mais rien de nouveau comparé au voisin européen. Il faut donner un certain lustre a cette fonction.
La France décide de rajouter, s’intégrer dans une tradition beaucoup plus ancienne. Le premier roi sacré est en 751, Pépin Le Bref, c’est la naissance de la monarchie carolingienne. Pourquoi décide t-il d’imaginer une cérémonie supplémentaire qui va en faire un roi a part ?

Pépin vient de détrôner le dernier mérovingiens donc Pépin est un usurpateur, il vient de faire un coup d’Etat. Sa famille détient la réalité du pouvoir au sein du royaume mérovingien par la fonction de maire du palais, et il a réussit à évincer les mérovingiens. Il s’installe avec l’appui de la papauté elle même. Le pape a soutenu ce coup d’Etat ce qui est important car le souverain pontife est une des principales autorité politique. Malgré tout, même si le pape accepte, si les grands du royaume soutiennent sa famille, les carolingiens ont besoin d’une légitimation et ils l’a trouve dans cette cérémonie.

Cette cérémonie leur a été inspiré par l’entourage qui se trouvait à la cour des francs. Il y avait bon nombre d’autorité des membres du clergé et en particulier, des évêques qui avait fuit l’Espagne du fait des invasions musulmanes. En Espagne, on avait déjà imaginé de rendre la personne royal inviolable par une cérémonie religieuse : une onction sacré royale. L’évêque va montré que le roi d’Espagne est choisit par Dieu. Ce ne sont plus seulement les victoires militaires et les grands du royaume qui font du roi le roi mais aussi Dieu. Cela a été reprise dans notre tradition.

Reprise car c’est un excellent moyen de légitimation. Cette idée de transformer le pouvoir du roi par un pouvoir qui vient de Dieu, fait du roi, une personne inviolable et beaucoup plus légitime. Le roi des francs fondent une cérémonie fondé sur les usages retrouvés dans l’ancien testament. Les rois d’Israël sont désignés par Dieu, le premier roi d’Israël est Saül autour du XXIe av JC qui a été choisit par le prêtre Samuel et qui a reçut une onction sacré c'est à dire qui a été désigné aux yeux de tous par une cérémonie dans laquelle le prophète a posé sur son front une huile sacré et par là, les rois d’Israël sont devenus des rois non seulement politique mais aussi religieux donc ils doivent défendre la religion et leur peuple. C’est une théologie royal qui se met en place, qui jouira grâce a cette onction d’un prestige énorme et qui survivra à l’effondrement du régime à la suite de la captivité. C’est toute cette tradition que la monarchie carolingienne récupère. Par le sacre les rois d’Israël passent une alliance entre le roi et Dieu, on retrouve ça dans la monarchie française. C’est une alliance entre Dieu et la famille royale.

Un contrat synallagmatique. Dieu conclut une alliance avec la famille royal de France, la famille du roi est protégé par Dieu mais il y réciprocité. Le roi de France est tenu a des obligations : la royauté française sera conçut comme un ministère (serviteur). La royauté est un ministère. Le roi est au service de l’ensemble de son peuple, l’autorité doit résider dans le service. Les rois n’existent que pour être au service de Dieu et aussi au service du peuple. Malgré la notion de pouvoir absolu il en découlera toute une tradition du pouvoir politique.

Ce sacre est apparut au milieu du VIIIe et il est très attaché au rite hébraïque. En couronnant le roi de France, on chante un psaume qui dit qu’ils ont couronné le roi Salomon.

Section 2 : Le rituel du sacre.


Ce rituel est apparut avec Pépin le bref, et se transmettra jusqu'à Charles X. Tous les rois de France sont sacré sauf Louis XVIII.

Le sacre est une cérémonie religieuse dont nous avons le premier récit dans la vie de Saint Rémi rédigé par Hincmar de Reims, évêque. Il nous retransmet tout ce qu’on peux savoir des éléments que l’on peux savoir de la vie des carolingiens.

Il nous fait le premier récit de ce qu’a été le sacre des rois de France. Le sacre se déroule à Reims, ça n’a pas été systématique immédiatement, il est devenu automatiquement a Reims a partir du Xe. On considère qu’après 1027, tous les rois de France se font sacré a Reims, sauf cas spéciale (guerre). Reims va vite devenir la capital du sacre parce que c’est a Reims que Clovis, premier roi des francs, a été baptisé. C’est le premier acte fondateur de la monarchie française, car Clovis se distingue des autres chefs barbare. Il s’est fait baptisé, s’est convertit. C’est le premier acte d’alliance entre la monarchie française et l’Eglise catholique. C’est cette alliance qui permettra à Clovis de constituer un Etat franc. 

On aura tendance a se rattacher a ce passé. Beaucoup de roi commencerons a avoir des relations privilégié avec l’évêque et la cathédrale de Reims. C’est juste un élément traditionnelle pas un élément de validité du sacre.
Le rituel a proprement parlé est fixé dans ce que l’on appelle un ordo (ouvrage qui retransmet les rituels du sacre, de la messe…). C’est extrêmement ritualisé. L’ordo de Charles V de 1365. C’est une période de renaissance de la monarchie. IL y a un cortège qui vient chercher le roi pour l’emmener a la cathédrale. Et le rituel se déroule dans le cadre d’une messe.

Ce rituel est rythmé par quelques phases importantes :
-le serment prêter par le roi. C’est un contrat dans lequel le roi exprime son engagement. Le roi est sacré donc il s’engage en premier lieu a défendre l’Eglise de France, après intervient l’engagement politique, il s’engage envers son peuple a lui assuré la paix, la justice. A partir de Saint Louis, le roi s’engage a extirper l’hérésie. Il faut bien noté que le serment du sacre est un véritable serment au sens juridique du terme qui engage le roi. La sanction est religieuse, le roi n’est tenu qu’envers Dieu. Au XVIIIe le parlement de France en 1766, rappellera à Louis XV qu’il doit respecter le serment. Louis XV répondra immédiatement et en toute logique que le serment n’a pas été fait a la nation mais envers Dieu. Il n’est comptable que devant lui. Ce serment fait du roi le tuteur du royaume c'est à dire le protecteur du royaume et de ses sujets. Tuteur sur le plan matériel, le patrimoine, les privilèges, les libertés de ses sujets contre toute usurpation. Tuteur sur le plan spirituel, le roi a pour charge de défendre la foi contre les hérésies, les atteintes a la morale chrétienne.
-l’élection. Nous conservons les traditions mérovingiennes, le peuple acclame le roi. Qui doit être suivit par l’assentiment des grands. A partir de louis XIV, les acclamations du peuple seront remplacés par un silence respectueux.
-l’onction. La cérémonie religieuse dans laquelle intervient l’évêque ou l’archevêque est l’élément centrale du sacre qui a même envisagé de transformé ce sacre en un sacrement supplémentaire. Le roi va revêtir les habits du sacre. Le portrait de Louis XIV par Ingo. C’est juste le portrait du roi en tenu d’apparat. Louis XV a été peint en tenu de sacre par Belle en 1723 qui est la tenu la plus évocatrice. Il change de tenu parce que il change d’Etat et le roi reçoit en même temps les insignes de la chevalerie. Ce qui veux dire que c’est un homme de guerre. Lorsqu’il revêt la tenu de chevalier, aussitôt après il reçoit l’onction, c'est à dire que c’est un homme de guerre devient au service de Dieu. Ça a été la politique de l’Eglise pendant le moyen âge de transformer le chevalier au service de Dieu. L’archevêque va oindre plusieurs partis du corps du Roi par le Saint Chrême. C’est l’huile qu’on utilise dans toute une série de sacrement. La tradition veux qu’il soit récupérer, qu’il soit pris par l’archevêque dans une ampoule de verre. Clovis a reçut cette huile sainte par saint Rémi. Cette sainte ampoule est l’ampoule du miracle de Clovis. Une colombe a pris l’ampoule et l’a amené directement à Saint Rémi. Hincmar de Reims fera fouiller la tombe de sainte Rémi et on l’on retrouvera une ampoule en verre. C’est cette ampoule qui a été récupéré par saint Rémi et qui depuis a été utilisé pour le sacre. C’est un élément centrale puisque le roi de France est un roi qui est sacré par une huile d’origine miraculeuse. C’est un élément d’un pt de vue politique qui sera essentiel dans les rapports avec les autres monarques européens puisque ce sacre fait qu’a un certain moment de l’histoire, un roi de France comme Louis XIV tiendra tête au pape. Le roi de France se sent supérieur au pape, à l’empereur germanique, face aux autres roi européens. Cet élément, lorsque l’on dit l’Europe, il s’agit du roi de France. D’un pt de vue protocolaire, l’ambassadeur du roi de France n’allais pas dans les autres pays européen. Ça ne sera jamais remis en cause par les autres cours européenne jusqu’au XIXe a tel point que en 1814 encore, Louis XVIII remonte sur le trône après la rupture révolutionnaire et bonapartiste. Louis XVIII revoit le tsar russe Alexandre c'est à dire que nous avons une France vaincu, un roi infirme qui revient de 20 ans d’exile et un tsar de toutes les Russies qui est un des vainqueurs de la France. Malgré tout lors de la réception, Louis XVIII dinera dans un fauteuil et le tsar sur une chaise. Les 100 jours, la défaite de la France et le congrée de vienne en 1815, les rapports de force vont être bouleversé, dans les annuaires diplomatiques les pays sont indiqué sous l’ordre alphabétique et non plus en fonction de leur prestige. La France a perdu sa prééminence qui découlait du sacre.

C’est seulement une fois que ce chevalier mis au service de dieu par l’onction, qu’il va recevoir les insignes de son pouvoir parce que sa personne a été modifié spirituellement par le sacre.

Les éléments du pouvoir sont : les gants pour la pureté, un anneaux pour l’alliance avec Dieu, les régalias (les insignes royaux : le sceptre qui depuis l’empire romain symbolise la marque de la puissance royale qui a partir de Charles V est surmonté d’une statut de Charlemagne, la main de justice : c’est un élément qui distingue la monarchie française des autres monarchies. On doit au roi anglais 3 épées. Les rois de France on transformé le symbole des épées, il reçoit comme un insigne de chevalerie. A la place de l’épée il ont choisit la main de justice. C’est un élément dynastique essentiel, un attribut spécifique au roi de France. La main a été faite dans la corne d’une licorne. La licorne représente la pureté. Ça signifie que le roi justicier doit avoir une âme pur conformément aux règles de la chrétienté. La main est le symbole essentiel, c’est le symbole qui sera détruit par révolutionnaire. Les révolutionnaires n’ont pas tout détruit. C’est ce qui symbolisé la royauté en France).Il y a une confusion des pouvoirs au profit du judiciaire car c’était la fonction principal du roi.
-le couronnement du roi : la couronne n’est pas réservé au roi ou a l’empereur. Elle est attribué a toute personne dont on veut exprimer la supériorité. Le couronnement ne fait pas le roi. Le couronnement en Grèce, servait a montré une personne supérieure. C’est une couronne en feuillage pour montré que le pouvoir est éphémère. Ça servait pour montrer la valeur militaire ou civique a la cité. Ensuite en métal souvent en or.

Vers la fin du sacre le roi est couronné. A partir de Charlemagne, le terme de couronne qui désignait un attribut royale, une ornementation, prendra un sens politique, symbolique. Lorsque l’on parlera de couronne, on aura tendance a entendre le symbole du bien commun. C'est à dire que la couronne va devenir le bien commun supérieur au roi, distinct du roi, qui se détache de la personne royale. Ça devient symbole donc il devient eternel. Le symbole reste et pas la rois.

Cette couronne est placé au dessus de la tête du roi par les grands du royaume, ce qui montre une survivance du soutient des pairs du royaume et ce qui montre l’engagement auprès du roi. 12 pairs car 12 apôtres.
-la messe : fin du sacre. Conclut le sacre, c'est à dire qui conclut le mariage du roi avec la nation. Lors de la messe, a la fin, le roi est le seul avec le clergé a communié sous les 2 espèces, le pain et le vin. Ça montre que le roi se distingue du reste du peuple.

Section 3 : La valeur du sacre.


Le sacre permet au roi de quitter le monde profane pour accéder au monde du sacré. Il est agrégé comme l’évêque si ben que pour désigner le roi de France, on le désigne l’évêque du dehors c'est à dire qui n’est pas dans la hiérarchie de l’église. Cela ne signifie pas que le roi devient un roi prêtre comme un roi hébreux. Il y est juste assimilé. Même si le roi n’est pas un prêtre, ce qui découle de ce caractère sacré est que la personne du roi devient inviolable par le sacre. Ce caractère d’inviolabilité sera repris dans la constitution de 1793 et jusqu’en 1830. Elle survivra même après la disparition du sacre.

C’est la raison pour laquelle le régicide sera considéré comme un des deux crimes le plus atroce. Il est sanctionné par un supplice spectaculaire. Damien a agressé le roi mais n’a pas été gracié par le roi, le parlement s’y opposant.
Le roi est thaumaturge c'est à dire un roi guérisseur, celui qui fait des miracles. C’est un pouvoir qui a survécut jusque Charles X. Sous Louis XV, le roi a touché les écrouelles de plusieurs malades, l’un d’entre eux a été guérit et le corps médicale a voulut rendre la nouvelle publique. Et les ministres s’y refusent car au fond, donné de la pub a cette guérison c’est en montré son caractère exceptionnelle alors que c’est normal.

Après le sacre de Louis XVI, même phénomène. La personne guérit a reçut un certificat médicale comme quoi c’était bien le roi qu’il l’avait guérit. Au cours de la seconde moitié du XVIII, les intellectuels des lumières remet en question le pouvoir du roi et il est nécessaire de proclamer son pourvoir thaumaturgique pour en montrer la véracité. En 1825 quand Charles X touchera les écrouelles après le sacre, ça se fera dans un cadre caché, dans un hôpital.
La question dans l’ordre politique qui porte le plus a discussion c’est est ce que le sacre fait le roi ? Est ce qu’i lest indispensable au roi de France ? A l’origine le roi fait le roi. La conception médiéval de la monarchie voit en le sacre, l’élément qui fait le roi. Pour l’Eglise cet élément est important. Le sacre est conféré par l’Eglise ça vx dire que le roi est dans une position de subordination par rapport à l’Eglise. Celui qui bénit est plus grand que celui qui est béni (saint Paul) donc l’Eglise est supérieur au roi de France. Le sacre est un acte créateur de la royauté. Tout le travail de la monarchie française sera de séparer le temporel du spirituel. De donner une autonomie au politique. De se rendre indépendant de l’Eglise. Donc il faut réduire la place du sacre dans la monarchie. Il faut que ce sacre devienne autre chose.

Il faut que le sacre ne soit plus que la perfection de la dignité royale. Le roi sera roi avant le sacre. Parce que la royauté est une dignité qui ne se possède pas qui se transmet par hérédité et non pas par le sacre. Jeanne d’Arc appelle Charles VI, dauphin alors que son père était mort. Donc, au yeux de l’opinion populaire, tant qu’il n’y a pas eu sacre, il n’y a pas roi. Il va falloir attendre la renaissance, le XVIe avec la mort de François 1er. On s’écrit quand il meurt « le roi est mort, vive le roi ». C’est le principe d’instantanéité de la succession royale.

A l’époque moderne, on en est même venu a dire que le pouvoir thaumaturgique des rois de France ne découle pas du sacre, il découle du sang des rois de France. Car il coule le sang de saint louis.

A la fin de l’ancien régime, a la veille de la révolution, les auteurs affirment que le sacre au fond pour le roi est inutile, c’est une tradition. Il n’est pas le symbole du caractère sacré. Au XVIII cette cérémonie sacré est réduite au couronnement. Dans la transmission du pouvoir, on ne le retrouve plus dans le sacre, l’essentiel du pouvoir c’est ce qu’on retrouve dans des notions modernes et beaucoup plus rationnelle, dans les lois fondamentales donc dans cette constitution coutumière.

similaire:

Chapitre 1 : Un roi sacré iconComment expliquer le passage d’un roi assassiné et donc méprisé à...
«L’assassinat du roi Henri par Jacques Clément à Saint Cloud, le 1er aout 1589» et 2 «Le roi de France Louis XIV en costume de sacre»...

Chapitre 1 : Un roi sacré iconCours 8; le 10. 03. 10 Chapitre 5 : Les théories de l’Etat
«Le Roi est mort, vive le Roi !» car IL exerce une fonction qui est permanente

Chapitre 1 : Un roi sacré iconExtraits (pages 31-40) le sacre. Louis a 12 ans
«Le Roi dort.» Le chantre frappa une seconde fois. Même réponse. Le chantre ayant frappé une troisième fois et l’évêque de Laon ayant...

Chapitre 1 : Un roi sacré iconLa monarchie absolue en France – Le roi Louis XIV
«l’œil et la main» du monarque. Nommés par le roi, ils contrôlent les pouvoirs locaux et les officiers. Ces hommes impriment la marque...

Chapitre 1 : Un roi sacré iconSacré Art Contemporain : Art, Art Sacré, Art contemporain : un hold up sémantique
«contemporains» à ceux qui poursuivaient une modernité ouverte. Un livre excellent et très pédagogique, dans lequel on découvre les...

Chapitre 1 : Un roi sacré iconC’est quand le pays est gouverné par un roi. Le roi porte sur la tête une couronne

Chapitre 1 : Un roi sacré iconLa figure du roi
Toute puissance, toute autorité réside dans la main du roi […], extrait du texte de Bossuet sur le droi divin

Chapitre 1 : Un roi sacré icon20 ans, 9 mois et 12 jours
«loi salique» cette filiation fera d'Henri le successeur naturel du roi de France à la mort de François, duc d'Anjou (frère et héritier...

Chapitre 1 : Un roi sacré iconOu Comment donner corps au Sacré

Chapitre 1 : Un roi sacré icon6ème Se repérer dans l’espace et le temps
«roi chrétien» au xiiième siècle-François Ier, un protecteur des Arts et des Lettres à la Renaissance Louis XIV, le roi Soleil à...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com