Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle





télécharger 87.79 Kb.
titreSport, politique et relations internationales au 20ème siècle
date de publication08.11.2017
taille87.79 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

Histoire du sport – Licence 2

Chapitre 3

Document de prise de notes
Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle

Première partie :
Sport et politique :

De la prise en compte à la prise en main

(1918-1939)




-Introduction : le sport, facteur de division ou d’unification ?

1-Sport, guerre et nationalisme :

1.1-Emergence des nationalismes sportifs :


« Mes petits gars ! Mes p’tits gars chéris ! Mes p’tits gars français ! Ecoutez mois. Depuis 14 ans que l’Auto paraît tous les jours il ne vous a jamais donné de mauvais conseils hein ? Alors écoutez-moi ! Les prussiens sont des salauds, j’emploi ce terme non pour parler « poissard » mais parce qu’il dit exactement ce que je veux dire…C’est un gros match que vous avez à disputer : faites usage de tout votre répertoire français. Mais méfiez-vous ! Quand votre crosse sera sur leur poitrine, ils vous demanderont pardon. Ne vous laissez pas faire. Enfoncez sans pitié ! Il faut en finir avec ces imbéciles malfaisants, qui depuis 44 ans nous empêchent de vivre, d’aimer, de respirer, d’être heureux…Nous avons eu la première manche à Iéna, ils ont eu la seconde à Sedan. A nous la belle… »

(H.Desgrange, L’Auto, 3 août 1914)
« Les JO sont une guerre, une vraie guerre. Vous pouvez être sûr que beaucoup de participants sont disposés à offrir –sans hésitation- plusieurs années de leur vie pour une victoire de leur patrie. L’idée olympique de l’ère moderne nous a donné un symbole de la guerre mondiale, qui ne montre pas son caractère militaire très ouvertement, mais –à ceux qui peuvent lire les statistiques sportives- elle donne un aperçu suffisant du classement mondial »

(Journaliste sportif allemand, cité par Arnd Krüger, Le rôle du sport dans la politique internationale allemande, 1914-1945, in P.Arnaud (dir), Sport et relations internationales, l’Harmattan, 1998)
« Avant 1914, en France au moins, le sport n’est pas encore le vecteur du nationalisme ».

(P.Arnaud, Sport et relations internationales, ibid)





1.2-L’impact de la guerre :

1.2.1-L’indépendance vis à vis de la politique mise à mal :
-1919 : Jeux « Inter-Alliés »

-1924 et 1928 : Allemagne, Autriche, Hongrie,

Bulgarie, Turquie, exclues des Jeux Olympiques
1.2.2-Des nationalismes aux nationalismes sportifs :


« La première guerre mondiale aura sonnée l’heure des nationalismes sportifs »

(P.Arnaud, Sport et relations internationales, ibid)
-A propos du public français lors du match de rugby France-USA des Jeux Inter-Alliés : « C’est ce que l’on peut faire de mieux sans couteaux et sans revolvers »

(H.De Montherlant, in L’intransigeant, 19 mai 1919)





1.2.3-Le développement du sport en France :

-Multiplication des clubs sportifs

après-guerre en France :

(nombre de clubs)

1919

1921

Football


400

2400

Rugby

240

800

Athlétisme

150

1100


1.2.4-L’Internationalisation du sport :


« Ce n’est qu’à partir de 1925 que les journalistes se livrent à des décomptes minutieux des victoires et des médailles par pays pour établir des comparaisons entre les vertus des politiques sportives nationales. Dès lors, ce ne sont plus les scandinaves, les anglais ou les américains qui deviennent les modèles de la vitalité des peuples, mais l’Italie, puis l’Allemagne pour lesquelles le sport devient la vitrine de leur régime politique ».

(P.Arnaud, ibid)





2-L’entre deux guerres, l’exploitation politique du sport :

2.1-La France, pionnière en la matière ?


-20 janvier 1920, création du service de l’EP et du sport, dirigé par G.Vidal.
« Le sport est devenu une affaire d’Etat »

(G.Vidal, in le miroir des sport, 29 juillet 1920)
-La politique sportive aura pour rôle de conserver à la France « le prestige que lui a donné le sport suprême : la guerre »

(rapport à la chambre des députés, 1920)
-Les sportifs « contribuent à défendre à l’étranger le prestige, l’autorité de notre pays (…) Ils représentent, si l’on peut employer ce terme un peu moderne, une sorte de « diplomatie du plein air » »

(Déclaration de E.Herriot en 1929, cité par J.P Callède, Les politiques sportives en France, Economica, 2000).





2.2-l’Italie, le sport à la botte du fascisme :

2.2.1-Contrôle de la population et éducation physique et sportive :


-1928 : Promulgation de la charte du sport
-organisation du sport et de l’EP par la charte du sport :

-Opéra Nazionale Ballila : garçons de 8 à 12 ans
-Avanguardisti : garçons de 12 à 18 ans

A cet âge, les activités physiques et sportives devaient « inculquer la capacité à supporter la douleur, la résistance à la fatigue, (…) décision, courage raisonné, (…) sens de la discipline »

(S.Pivato, Les enjeux du sport, Casterman, 1994)
-Giovanni Fascisti : garçons de 18 à 21 ans
-Piccole Italiane : filles de 6 à 12 ans

-Giovani Italiane : filles de 12 à 18 ans
-Figli della lupa : enfants de moins de 8 ans
-Opéra nazionale dopolavoro : organisation fasciste d’encadrement du loisir.





-Nombre de sections sportives dans le « dopolavoro » :


1928

1939

467

20.000










2.2.2-Le sport et la propagande fasciste :
-Nombre de postes de radio en Italie :


1927

1939

40.000

1.200.000












2.2.3-L’ascension sportive de l’Italie :


JO d’Anvers, 1920

20 médailles

JO de Paris, 1924

16 médailles

JO d’Amsterdam, 1928

19 médailles

JO de Los Angeles, 1932

37 médailles (2ème)

JO de Berlin, 1936

24 médailles (3ème)





-1934 : Coupe du monde de football (coupe J.Rimet) en Italie

-la victoire sera saluée par la presse italienne comme « Le triomphe épique du sport fasciste »

(Il Messaggero, 1934)
« Dans cet instant où est consacrée la grande victoire –fruit de tant d’années d’efforts- la foule offre au Duce sa gratitude. C’est au nom de Mussolini que la jeunesse de l’Italie fasciste se fait plus forte dans les stades et dans les gymnases, c’est au nom de Mussolini que notre équipe nationale s’est battue à Florence, à Milan et hier à Rome, pour la conquête du titre mondial »

(La Gazzeta dello sport, 1934)

-1933 : Primo Carnera devient champion du monde de boxe des poids lourds





2.3-Le sport dans L’Allemagne Nazi et les JO de Berlin :


-1923 : A.Hitler, chef du parti ouvrier Allemand national-socialiste tente un putch qui échoue. Il est emprisonné et rédige alors « Mein Kampf ».
-1925 : les français quittent la Ruhr qu’ils occupaient depuis 1922.

-1926 : l’Allemagne est intégrée à la SDN sous l’action de A.Briand et de G.Streseman.
-1928 : Participation de l’Allemagne aux JO d’Amsterdam.

-1931 : Premier match de foot France-Allemagne.

-1931 : vote par le CIO de l’attribution des JO de 1936 à la ville de Berlin.





2.3.1-La prise en exemple de l’Italie :


-24 janvier 1933 : création du Comité d’organisation des JO Allemand

-30 janvier 1933 : Hitler nommé chancelier du Reich par le président Hindenburg.
« Le traité de Versaille empêche les Allemands d’être exercé au maniement des armes, nous en faisons des athlètes ».

(Maréchal Hindenburg)

« Des millions de corps entraînés au sport, imprégnés d’amour pour la patrie et remplis d’esprit offensif pourraient se transformer, en l’espace de deux ans, en une armée »

(A.Hitler, Mein Kempf, 1924)
« Le sport allemand est fait pour les Aryens (…) la direction de la jeunesse allemande appartient tout entière aux Aryens et non pas aux juifs »

(Déclaration du Reichssportführer, Von Tschammer und Osten, 1933, Cité par Brohm, 1936, JO à Berlin, Complexe, 1983)





2.3.2-Les JO de Berlin


-l’intérêt stratégique d’un tel événement est de « se réconcilier avec l’opinion internationale et montrer à la face du monde la puissance de la nouvelle Allemagne et la supériorité de la race aryenne ».

(A.Hitler, réunion du comité d’organisation des JO du 10 octobre 1933)
« Les nègres n’ont rien à faire aux olympiades (…) On peut malheureusement constater de nos jours que des hommes libres doivent souvent disputer la palme de la victoire à des noirs esclaves, à des nègres. C’est une honte et un avilissement sans pareil de l’esprit olympique et les anciens Grecs se retourneraient sûrement dans leurs tombes s’ils savaient ce que les hommes modernes ont fait de leurs jeux nationaux sacrés (…) Les prochains JO auront lieu en 1936 à Berlin. Nous espérons que les responsables savent quel est leur devoir. Les noirs doivent être exclus. Nous l’escomptons »

(Journal Nazi Der Voölkischer Beobachter, 1932)





2.3.2.a-Le mouvement de boycott :


-1935 : Lois de Nuremberg
« Afin de ne pas entraver le déroulement normal de la préparation de l’olympiade et pour ôter tout prétexte aux campagnes d’excitation juives étrangères, on permettra aux organisations du Maccabi et aux associations sportives juives de pratiquer leurs activités sportives en Bavière jusqu’à l’olympiade de 1936. (…) Un règlement général du sport juif surviendra à la fin de l’olympiade »

(Directive officielle nazi, 1935, cité par J.M.Brohm, ibid)
« N’abattrait-on pas des bêtes sauvages qui dévoreraient des hommes, même si elles avaient un aspect humain ? Et les Juifs sont-ils autre chose que des mangeurs d’hommes ? »

(Revue du ministère de l’instruction civique du Reich, 1935)
« Pas un sou, pas un homme pour les JO de Berlin : tel est le mot d’ordre autour duquel doivent se réunir tous les sportifs et tous ceux qui entendent rétablir les libertés violées et supprimés dans les pays fascistes »

(Comité français de défense de l’Idée olympique fondé par la FSGT, 1935)





2.3.2.b-La complicité du CIO :

« Des jeux apolitiques sont inconcevables pour nous autres nazis. Chaque athlète doit être avant tout, national-socialiste »

(Von Tschammer, cité par J.M.Blaizeau, Les jeux défigurés, Berlin 1936, Atlantica, 2000)
« Brundage refusait de reconnaître l’évidence. Il continuait obstinément à voir l’opposition comme rien d’autre qu’une conspiration de juifs et de communistes ».

(A.Gutmann, Les JO nazis et le boycott américain. Controverses, in P.Arnaud, Sport et relations internationales, ibid)
« Monsieur Brundage a remporté une grande victoire nazie ! » 

(Journal américan Hebrew, décembre 1935)
« Personnellement, je n’aime ni les juifs ni leur influence (…) je sais qu’ils ont l’habitude de pousser les hauts cris bien avant d’avoir des raisons de le faire » !!

(Lettre de Baillet-Latour à A.Brundage, in J.M.Brohm, ibid)
-le CIO a « progressivement sombré dans une troublante complaisance vis à vis du régime en place »

(J.M.Blaizeau, ibid)





2.3.2.c-Le Front populaire, dernier espoir du boycott ?


« Aller à Berlin, c’est accepter une sorte de complicité avec les bourreaux, c’est river les fers aux pieds des victimes, et c’est couvrir leur plaintes que de chanter en chœur, avec le maître du Reich, l’hymne à la gloire du sport »

(député communiste à la chambre, juillet 1936)







2.3.2.d-La grande messe Nazi :


« Les jeux doivent êtres propres, ils doivent être un témoignage unanime de la volonté de paix et de l’hospitalité allemande »

(A.Hitler, 1936, Cité par J.M.Blaizeau, ibid)
« Nous désirons prouver au monde ces prochaines semaines que c’est un mensonge, un mensonge constamment répété, de dire que les allemands persécutent systématiquement les juifs »

(J.Goebels, 1936, Cité par A.Gutmann, ibid)
-3959 athlètes, pour 49 nations, dans 19 disciplines.

-Stade de 110.000 places, « le stadion »

-Piscine de 18.000 places
-Quand Hitler arrive à sa loge, « La foule exulte, trépigne, et vocifère des « Heil » à se briser les cordes vocales »

(J.M.Blaizeau, ibid)





2.3.2.e-L’affaire Jesse Owens :


« Les nègres sont comme des primitifs, des bêtes sauvages ou de grands singes qui n’ont rien à faire avec les représentants des nations civilisées. Si les Allemands avaient été de mauvais sportifs, et s’ils avaient engagés des animaux véloces pour les Jeux, les Américains n’auraient pas pu imposer leur loi dans les concours de course »

(Bruno Malitz, 1936, cité par Blaizeau, ibid)
« Il apparaît de plus en plus évident que l’atavisme animal des Noirs les avantages par trop dans leur luttes musculaires contre les Blancs, dont les conditions de vie sont différentes depuis des générations »

(Editorialiste du Miroir du Monde, 1936)





2.3.2.f-Bilan des JO de Berlin :


Nation

or

argent

bronze

Total

1-Allemagne

33

26

30

89

2-E.U

24

18

12

54

3-Italie

8

8

8

24

4-Suède

6

6

9

21

5-Finlande

7

6

6

19

6-France

7

5

7

19





« Dans l’histoire du régime nazi, la célébration des JO à Berlin, en août 1936, marque un haut fait, une sorte de point culminant, sinon l’apothéose pour Hitler et le 3ème Reich »

(André François-Poncet, ambassadeur de France en Allemagne en 1936, mémoires, cité par Blaizeau, ibid)




« Satisfaisant les visions de son fondateur, le Baron P.De Coubertin, cette merveilleuse célébration quadriennale a démontré une fois encore qu’elle est l’influence la plus effective en faveur de la paix et de l’harmonie internationales que l’on ait jamais imaginée » (Comité olympique américain dirigé par A.Brundage, rapport des jeux de 1936, 1937)
2.3.2.g-Les déclarations de P.De Coubertin, dérives ou révélations ?


« Que le peuple allemand et son chef soient remerciés pour ce qu’ils viennent d’accomplir »

(P. de Coubertin, discours de clôture des JO de Berlin)
-A propos des JO de Berlin : « Ils ont été exactement ce que j’ai souhaité qu’ils fussent (…) Les JO sont une lutte rude et farouche, ne convenant qu’à des être rudes et farouches. Qu’on ne vienne pas me parler d’olympiades pour les femmes ou les enfants, les faibles pour tout dire » «  Comment voudriez vous que dans ces conditions je répudie la célébration de la 12è olympiade puisque aussi bien cette glorification du régime Nazi a été le choc émotionnel qui a permis le développement immense qu’ils ont connu »

(P. de Coubertin, in L’Auto du 4 sept 36)





2.3.2.h-Sport et fascisme, une rencontre contre-nature ?


« Charriant des valeurs particulièrement réactionnaires, l’olympisme ne pouvait pas ne pas rencontrer le fascisme »  « En tant qu’apologie de la force virile, de la compétition, du combat, de la force, du nationalisme exacerbé, du drapeau, voire de la race, l’olympisme confluait naturellement vers son stade suprême »

(J.M.Brohm, Jeux olympiques à Berlin, Ed Complexe, 1983)
« En ciselant son corps par l’exercice comme le fait un sculpteur d’une statue, l’athlète antique honorait les dieux. En faisant de même, l’athlète moderne exalte sa patrie, sa race, son drapeau »

(P.De Coubertin, Les assises philosophiques de l’olympisme moderne, allocution inaugurale du 4 août 1936 à Berlin)




3-l’URSS et le sport ouvrier, une nouvelle internationale ?


-1919 : création de la Fédération Sportive du Travail : « le but est de combattre les organisations similaires bourgeoises pour en faire bénéficier le parti socialiste » car le sport bourgeois « est là pour dévoyer le jeune ouvrier et l’entraîner sur le chemin du patriotisme chauvin et l’acceptation de sa situation d’exploité »

(R.Moustard, le sport populaire, 1983)






3.1- « Sportifs de tous les pays, unissez vous !»


-1921 : création à Moscou de l’Internationale Rouge des Sports, pour « faire des combattants résolus, courageux et combatifs de la lutte de classe du prolétariat pour le renversement de l’ordre capitaliste. Le sport et la gymnastique ne sont pas le but poursuivi, mais seulement un moyen de lutte de la classe prolétarienne »

(Cité par Léon Strauss, Le sport travailliste français pendant l’entre deux guerres, in Arnaud, Les origines du sport ouvrier en Europe, l’Harmattan, 1994)

-Version sportive de « l’Internationale» :




« Debout, sportifs de la terre

Nous tous, ouvriers, paysans,

Avides d’air et de lumière,

Debout ! Parias des temps présents

Coureurs, discoboles ou athlètes

Tous ceux qui veulent êtres forts

Dressez le front dans les tempêtes,

Aux nôtres, joignez vos efforts.


(Refrain)

Dans la lutte finale,

Dressons le drapeau rouge,

L’internationale

Sera sportive et rouge.


Sous l’uniforme militaire

Nos pères furent assassinés.

Par le sport révolutionnaire,

Demain, vous serez tous vengés,

Nous ferons la guerre à la guerre

Luttant sous le rouge drapeau,

Nous élèverons notre bannière,

Au dessus d’un monde nouveau.


La FST, grande famille,

T’accueillera, frère ouvrier,

Car son marteau et sa faucille,

Pour tous les parias doivent briller.

Régénérateur de la race

Et sauveur de l’humanité,

Nous voulons dresser à la place

Du capital : L’égalité »

(Hymne de la FST, 1924)



3.2-Des épreuves spécifiques :


-1928 : Premières Spartakiades à Moscou (4500 athlètes, 16 pays)

-1931 : Deuxième Spartakiades
-1927 : Grand prix cycliste de l’Humanité

-1931 : Cross de l’Humanité






3.2.1-La séparation socialistes-communistes :


-1920 : congrès de Tour, séparation politique entre socialistes et communistes

-création de l’Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT), qui adhère à l’Internationale Sportive Ouvrière Socialiste (ISOS)
-1925 : Première olympiade ouvrière (ISOS) de Francfort (1000 athlètes, 19 pays).

-1931 : deuxième olympiade ouvrière (ISOS) à Vienne (23 pays).






3.3-Le sport ouvrier, de la lutte à la collaboration de classe ?
3.3.1-L’URSS et le réalisme politique :


1934 : l’URSS est admise à la Société Des Nations (SDN)
« Nous travaillons, et nous devons travailler avec encore plus d’énergie, pour que les sportifs soviétiques deviennent les meilleurs sportifs du monde, pour que dans les prochaines années l’URSS devienne le pays des records du monde. [nous devons] rattraper et dépasser le niveau des performances sportives des pays capitalistes »

(La Pravda, juillet 1935)





3.3.2-En France, de la « monté des périls » à la FSGT :



-1934 : création de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) par la réunification de la FST et de l’USSGT.






4-Conclusion, de l’exploitation politique au mythe de l’apolitisme :








-Pour en savoir plus :

-P.Arnaud (dir), Les origines du sport ouvrier en Europe, l’Harmattan, 1994.

-P.Arnaud et J.Riordan, Sport et relations internationales, 1900-1941, l’Harmattan, 1998.

-J.M.Blaizeau, Les Jeux défigurés, Berlin 1936, Atlantica, 2000.

-J.M.Brohm, Jeux Olympiques à Berlin, Complexe, 1983.

-M.Caillat, Sport et civilisation, histoire et critique d’un phénomène social de masse, l’Harmattan, 1996.

-S.Pivato, Les enjeux du sport, Casterman, 1994.

-Nationalismes sportifs, revue Quasimodo, Montpellier, printemps 1997.







similaire:

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconHistoire culturelle des relations internationales
«Relations internationales» du point de vue des politistes (voir aussi les textes mis en ligne)

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconParcours Niveau
«Diplomatie et transferts culturels au xxe siècle, 1 + 2», N° spéciaux de la revue Relations internationales, N° 115 et N° 116, automne...

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconHistoire des relations internationales
«La politique d’un pays se lit dans sa géographie» Napoléon. Cf l’Italie très vulnérable car au centre de la Méditerranée, donc peut...

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconHistoire des relations internationales

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconLes relations internationales en nouvelle europe depuis 1815

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconBibliographie de l’histoire du 20ème siècle

Sport, politique et relations internationales au 20ème siècle iconTout public, histoire, sport, politique, économie, masculin, féminin,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com