Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale





télécharger 24.98 Kb.
titreUn document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale
date de publication08.11.2017
taille24.98 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Exercice d’analyse d’un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale
Exemple d’évaluation à partir d’un document portant sur la première guerre mondiale
Consigne : Montrez ce que nous révèle ce document sur l’expérience combattante pendant la première guerre mondiale et sur la vision de la première guerre mondiale qui se construit après celle-ci.
« La guerre a fait de nous, non seulement des cadavres, des impotents, des aveugles. Elle a aussi […] réveillé en nous, et parfois porté au paroxysme, d’antiques instincts de cruauté et de barbarie. Il m’est arrivé […] à moi qui n’ai jamais appliqué un coup de poing à quiconque, à moi qui ai horreur du désordre et de la brutalité de prendre plaisir à tuer. Lorsqu’au cours d’un coup de main, nous rampions vers l’ennemi, le couteau entre les dents […] la peur nous tenait aux entrailles et cependant, une force inéluctable nous poussait en avant. Surprendre l’ennemi dans sa tranchée, sauter sur lui, jouir de l’effarement de l’homme qui ne croit pas au diable et qui pourtant le voit tout à coup tomber sur ses épaules ! Cette minute barbare, cette minute atroce avait pour nous une saveur unique, un attrait morbide, comme chez ces malheureux qui usant de stupéfiants, mesure l’étendue du risque mais ne peuvent se retenir de reprendre du poison. »

Témoignage d’un directeur d’école de Bayonne lors de la remise d’une décoration militaire, le 15 avril 1936
1) Rappel des fiches Eduscol
« Étape essentielle dans la mutation de la guerre au XX s., le regard porté sur l’expérience combattante, significative d’un changement de degré et de nature dans la violence, qui doit permettre de mener une approche du concept de guerre totale.

Durant cet affrontement marqué par la durée du conflit, par sa dimension industrielle et par une mortalité de masse, ce sont les combattants qui paient le tribut le plus élevé tant sur le plan physique que sur le plan moral, même si de récents travaux ont attiré l’attention sur les souffrances des populations civiles. À travers eux, c’est toute la société qui est bouleversée : brutalisation, ou ensauvagement, des sociétés européennes et de banalisation de la violence. S’attarder sur quelques cas significatifs (une bataille, un personnage, une année particulière…) pour faire percevoir le basculement dans la guerre totale et les effets de la violence de guerre sur les sociétés. »

Source : http://www.ac-paris.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2011-05/resslycee1_h_guerres_mondiales_vdef.pdf
2) Comment aborder ce document ?


  • Objectif :


Les élèves doivent comprendre qu’il s’agit d’un document très postérieur à cette expérience combattante, qui témoigne plus d’une réflexion menée au milieu des années 30 que du récit d’un combattant dans l’action. En effet, si ce document témoigne de la brutalité extrême de ce conflit et du traumatisme qui s’en est suivi, il est aussi le fruit d’une reconstruction de la mémoire distanciée de la guerre. Cette reconstruction narrative est distincte de l’expérience originelle.

Le directeur d’école parle en tant que civil, il parle en connaissant le résultat des évènements décrits, y compris sa propre survie. Il parle dans le contexte des années 30 et de la montée de l’extrême droite en France.

C’est aussi un témoignage original, un aveu de la violence directe, rapprochée et personnelle, violence qui transgresse un interdit fondamental, celui de ne pas tuer et du plaisir qu’elle peut occasionner. Ce type de témoignage est très rare (Ernst Jünger fait un long récit de la mort donnée de très prés, sans culpabilité apparente ; Blaise Cendras raconte comment il donne la mort dans un récit écrit au début de 1918).


  • Méthodologie


Pour comprendre ce texte et garder une vision globale, il faut intéresser les élèves à la date de rédaction, à la nature du document et à son auteur. Des questions simples peuvent faciliter la réflexion.

- Qui ? Ou la question de l’auteur : Un directeur d’école : un être cultivé qui a pour fonction d’éduquer, qui se présente comme éloigné de la violence « moi qui ai horreur du désordre et de la brutalité » et qui avoue pourtant avoir pris du plaisir à tuer.

- Quand ? Ou la question de la date du témoignage, de son contexte : Les années trente, la montée de l’extrême droite, qui peut apparaître comme une des conséquences de la brutalisation de la grande Guerre ; On peut aussi rappeler que les victimes de la guerre, les mutilés, les veuves, sont de plus en plus oubliés et ont du mal à accéder à leurs droits.

- Pourquoi ? Pour quoi ? À quelle occasion est fait ce discours ? Ou la question de l’objectif de ce discours.
On peut immédiatement aborder une première limite de ce document et mettre en doute la valeur objective du témoignage ; Ainsi, l’expression « le couteau entre les dents » veut donner du relief et de la vie au récit mais est très loin de la réalité du combat dans les tranchées.

3. Comment exploiter ce document ?


  • Identifier les différentes informations extraites du document et les confronter aux connaissances dans un tableau (exemple de tableau non exhaustif et pouvant être réalisé au brouillon).




Documents

Connaissances

« les cadavres, les impotents, les aveugles »



Première guerre mondiale : niveau de violence sans précédent. Violences entre combattants, violences contre les prisonniers, violences contre les civils.

Dès 1914, la guerre est très violente. La violence du conflit n’est pas seulement liée à la durée de la guerre, à l’accumulation des souffrances militaires et civiles et à un phénomène de radicalisation, mais elle est le résultat de nouvelles pratiques combattantes, pratiques brutales sur les champs de bataille et à l’encontre des populations prisonnières et des populations civiles.

Bilan : 9 à 10 millions de morts environ, presque que des soldats ;

Nombre de morts rapportés aux jours de guerre : près de 900 Français par jour et 1300 allemands entre 14 et 18. Et, ce n’est qu’une moyenne, moyenne cachant des périodes d’accalmie et des phases d’offensive.

Pour les contemporains, il n’y avait rien d’abstrait dans ces chiffres ; dans la presse britannique par exemple, les grades batailles se signalaient aux hommes, femmes et enfants à travers le brutal allongement des listes de mort publiées dans le Times.

Les blessures de 14-18 sont d’une gravité sans équivalent dans le passé. Les corps peuvent être pulvérisés par les obus sans laisser aucun reste identifiable. Les blessés, les invalides, les gueules cassées sont très nombreux et très visibles aux lendemains de la guerre.

Enfin, la violence du combat subie mais aussi pratiquée a infligé aux combattants des dégâts psychiques parfois irrémédiables.

« surprendre l’ennemi dans la tranchée »

Revoir les différentes phases de l’attaque et de la guerre (guerre de mouvement, guerre de position, longues batailles, La bataille de la Somme a duré plus de 5 mois, celle de Verdun, 10 mois...)

14-18, c’est une nouvelle façon de faire la guerre ; désormais, les soldats sont des soldats dispersés, isolés, parfois livrés à eux mêmes (Verdun)

L’affrontement est de plus déshumanisé :

avec les progrès de la puissance de feu de la fin du XIX et du début XX, les savoirs faires individuels (entrainement du combattant, le courage, la prudence) semblent de moins en moins utiles.

En 14-18, échapper au feu devient une simple question de chance.

« Les soldats du premier Empire pouvaient encore, malgré l’extraordinaire brutalité des batailles napoléoniennes, parler spontanément du « champ de gloire », pour désigner le lieu où ils avaient combattu, où ils avaient été blessés, où leurs camarades étaient morts. Peut-on parler du « champ de gloire » après Verdun, après la Somme ? » (Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Folio Histoire, février 2005)



«  elle a aussi réveillé en nous (…) d’antiques instincts de cruauté et de barbarie »

Vision de l’histoire qui conduit de la barbarie à la civilisation, selon un idéal de progrès, remis en cause par la guerre.

Selon Norbert Elias, l’histoire de la civilisation occidentale est celle d’un lent reflux de la violence sociale depuis les débuts de l’époque moderne.

D’autres historiens ont également souligné le recul spectaculaire des pratiques violentes dans l’ensemble du corps social révélé par le refus croissant de tout spectacle de massacre, les progrès des l’analgésie et de l’anesthésie, l’affirmation du culte des morts au plan individuel et collectif.

Mais aucun n’arrive à prendre en compte suffisamment le phénomène guerrier, et plus particulièrement la Grande Guerre.

Pourtant, la violence de 14-18 est réelle, acceptée par les sociétés belligérantes et mise en œuvre par des dizaines de millions d’hommes pendant plus de 4 ans. De plus, le basculement dans la violence a été très rapide et très brusque : en quelques jours, de simples pères de famille découvrent, vivent, subissent, et deviennent acteurs d’une guerre qui est dès les premiers jours atroce.

Ainsi, on peut opposer à la thèse de la « civilisation des mœurs » de Elias celle de la « brutalisation » de Georges Mosse. Pour Georges Mosse, le développement de cette brutalisation est le vrai tournant culturel amené par la Première Guerre mondiale. Selon lui, cette brutalisation se poursuit dans la vie politique après 1918, tout particulièrement en Allemagne. Le traité de Versailles visait à délégitimer l’ennemi, seul responsable de cette guerre ; Il a finalement relégitimé l’utilisation de la violence aux yeux des ennemis, prêts à repartir en guerre.

Apparaît aussi l’idée que la première Guerre mondiale a généré ou du moins favorisé les totalitarismes du XX siècle. La violence politique est le fruit de la violence de guerre, en URSS, en Allemagne, en Italie et dans la France des années trente.

Discours tenu en France en 36, après le 6 février 34, après la formation du front populaire, alors que les menaces fascistes ont été dénoncées. Ce document témoigne dès lors aussi du climat de violence des années 30.





  • Est-ce qu’il y a des limites à ce sujet ?


Qu’est ce que je sais du sujet et qui n’est pas dans le document ? Citer par exemple :

- La culture de guerre

- Certains n’ont pas supporté.

- Les conséquences dans la société : le deuil, la montée du pacifisme (« plus jamais ça » ou la « der des ders ») et son contraire, l’idéalisation de la guerre, un des éléments de la genèse du totalitarisme.

- C’est un témoignage individuel, reconstruit, qui évoque une vision de la guerre, dans un contexte particulier, et il manque une dimension sociétale.

- Est ce un témoignage véridique l’expression couteau entre les dents laisse planer un doute (effet de style ou description d’une réalité).
4. Rédaction finale


  • Présentation rapide et « intelligente » du document (ne garder que les informations intéressantes)

  • Les idées générales du document confrontées aux connaissances

  • Les limites du document

similaire:

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconEt si France Info avait été là durant la première guerre mondiale...

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconFiche : analyse d’un document iconographique
«magique» pour les français. IL a été diffusé en France durant la première guerre mondiale

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconLa commémoration du centenaire de la première Guerre Mondiale
«le Soldat» de Florent Pagny et la Marseillaise pour rendre hommage aux soldats morts pour la France. Ils ont également lu des textes...

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconPermettre aux élèves de saisir l’importance qu’occupe en France,...
«Alors que disparaît le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux...

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconRassemblements pour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple
«Une page non tournée de l’Histoire de la 1ère guerre mondiale. Les fusillés pour l’Exemple»

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconThème 1 la première guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconChapitre 1 : la premiere guerre mondiale

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconLa Presse durant la première guerre mondiale

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconChapitre 5 : la troisieme revolution industrielle (1890s-1940)
«industrielle», progrès technique mis au service de la guerre. Première à être une guerre mondiale

Un document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale iconLe Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com