Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ?





télécharger 91.35 Kb.
titreComment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ?
page1/3
date de publication08.11.2017
taille91.35 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
Guerres mondiales et espoirs de paix

dans la 1e moitié du XXe siècle
Problématique : La première moitié du XXe siècle est marquée par deux conflits sans précédent par leur ampleur et leur violence.

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ?
Remarque : Je propose de traiter le concept de guerre totale, qui opère pour les deux conflits, dans une première partie qui présente également l’ampleur et les grandes phases de chaque guerre. Cette première partie me paraît en outre avoir l’avantage de mettre l’accent sur l’unité de l’objet d’étude, pour ensuite pourvoir présenter plus aisément les liens entre les deux conflits et non étudier chaque guerre pour elle-même. On peut aussi concevoir la structuration différemment, dans une grande introduction la définition du concept de guerre totale (grand B de la première partie) et la présentation synthétique de chaque conflit en intro du grand II et du grand III.
I/ Deux guerres mondiales, deux guerres totales (2h)

A/ Un terrain d’affrontement à l’échelle du monde

1/ 1914-1918 : La Première Guerre mondiale

2/ 1939-1945 : La Deuxième Guerre mondiale 

B/ à partir de la Première Guerre mondiale, la guerre est désormais « totale »

1/ Le rôle-clé de l’Etat dans l’effort de guerre

2/ Une intense propagande participe à la diffusion d’une « culture de guerre »

3/ Une mobilisation économique exceptionnelle, au service d’une guerre industrielle

II/ L’expérience combattante de la Première Guerre mondiale : une violence nouvelle qui traumatise les sociétés (2h)

A/ La guerre moderne

1/ Une expérience de masse 

2/ De nouvelles formes de combats : « la guerre des tranchées »

3/ Industrie et science au service de la guerre

B/ Un immense traumatisme physique et moral

1/ L’expérience de la souffrance

2/ L’expérience de la brutalisation

3/ Tenir au front

C /Une implication plus grande des civils

III/ La Seconde Guerre mondiale : une guerre d’anéantissement (2h30)

A/ Les facteurs de l’anéantissement

1/ La dimension idéologique du conflit

2/ De la guerre éclair (Blitzkrieg) à la guerre totale

B/ La radicalisation de la violence

C/ Les civils au cœur de la violence de guerre

D/ Le Génocide des juifs et des tziganes d’Europe

1/ La « route tortueuse » qui mène au génocide

2/ Les modalités de l’extermination

IV Après chaque conflit, l’espoir d’un nouvel ordre mondial pacifique (1h30)

A/ L’échec de la SDN : une paix impossible ?

1/ Les ambigüités de la paix de Versailles

2/ Une SDN très impuissante face aux tensions internationales

B/ L’Organisation des Nations Unies : tirer les leçons de l’entre deux guerres

1/ Des principes solides

2/ Une action ambitieuse, malgré des limites

I/ Deux guerres mondiales, deux guerres totales
Dans quelle mesure les deux conflits ont-ils, par leur durée, leur ampleur et leur intensité, impliqué massivement les sociétés à l’échelle mondiale ?
A/ Un terrain d’affrontement à l’échelle du monde
On présente dans cette partie l’ampleur chronologique et spatiale des deux conflits, étant entendu que le déroulement des événements ne constitue pas en soi en l’objet d’étude mais le cadre contextuel. On peut proposer un résumé synthétique de chaque conflit, fondé sur l’analyse en classe de cartes du manuel et de la chronologie (je propose en pièce jointe deux tableaux chronologiques qui présentent les principaux événements du conflit selon des entrées géographiques et thématiques).

1/ 1914-1918 : La Première Guerre mondiale …
Une guerre essentiellement européenne, qui se mondialise d’abord du fait de la colonisation puis de l’intervention des EU, et qui marque les contemporains par sa durée et son intensité
- Son déclenchement est le fruit des rivalités nationalistes et économiques en Europe depuis la 2e moitié du XIXe, qui aboutissent à la constitution de deux réseaux d’alliances opposés. L’assassinat de l’héritier du trône d’Autriche-Hongrie à Sarajevo le 28 juin 1914, déclenche un processus qui mène à la guerre

Nationalisme : toute doctrine qui donne la priorité aux intérêts de la nation : il se traduit à cette époque dans les ambitions de puissance des nations les plus développées et la volonté de constituer des Etats-nations de la part de peuples dominés par des Empires.
Le rapport de force entre les belligérants, qui se déséquilibre légèrement au fil du conflit, oppose :

- les Empires Centraux (Allemagne, Autriche-Hongrie, Empire Ottoman), ainsi que la Bulgarie.

- le camp de la Triple Entente, formée de la Russie (qui quitte le conflit fin 1917), la France et le Royaume-Uni (ces derniers entraînant leurs colonies et les dominions britanniques), alliés à la Serbie, la Roumanie, le Japon (entre autres) et qui s’élargit à l’Italie (1915) et aux Etats-Unis (en 1917)
Son déroulement est marqué par trois phases :

- une courte guerre de mouvement à l’automne 1914 qui aboutit à un blocage du front dans le Nord-est de la France, et l’Ouest de la Russie.

- une longue phase (de l’automne 1914 au printemps 1918) marquée par

- une guerre de position sur les fronts principaux et sur les autres confins des Empires centraux, marquée notamment par de grandes batailles modernes longues et meurtrières (Verdun, La Somme) mais non décisives.

- une mondialisation du conflit : avec l’ouverture de nouveaux fronts contre les colonies allemandes en Afrique, Asie et Océanie, mais aussi le déclenchement par les Allemands d’une guerre sous-marine dans l’Atlantique Nord pour lutter contre le blocus maritime dont elle est l’objet

- un enlisement du conflit qui provoque en 1917 des crises dans l’effort de guerre, se traduisant par quelques mutineries dans l’armée française et surtout une situation chaotique en Russie qui est un des facteurs de la révolution qui touche ce pays en mars et novembre 1917, et qui a pour conséquence sa sortie du conflit en janvier 1918 (paix séparée avec l’Allemagne)

- une reprise de la guerre de mouvement à partir de mars 1918 à l’initiative de l’Allemagne, qui aboutit à des contre-offensives victorieuses des Alliés (marqués par l’arrivée des forces américaines) à l’automne sur la plupart des fronts.
2/ 1939-1945 : La Deuxième Guerre mondiale :

- un confit d’une ampleur encore plus grande par sa violence et son extension géographique
- Les origines de cette guerre résident dans les frustrations nées des traités de paix de la 1GM et dans l’expansionnisme agressif du Japon et de l’Allemagne nazie. Après une série de violations du traité de Versailles dans les années 1930 (remilitarisation de la Rhénanie, réarmement, annexion de l’Autriche et des Sudètes) n’ayant pas entraîné une réaction militaire de la part des puissances garantes du traité, l’attaque de la Pologne par Hitler (1er septembre 1939) provoque la déclaration de guerre de la France et du Royaume-Uni.
- L’évolution militaire du conflit peut être synthétisée en trois phases :

- 1939-1941 : l’expansion de l’Axe, marquée par les conquêtes japonaises en Asie (engagées dès 1937 avec l’invasion de la Manchourie) et dans le Pacifique, et les victoires allemandes face à la Pologne en 1939 et la France en 1940, dans une période où l’Allemagne et l’URSS sont liées par un pacte de non-agression

- 1941-1942 : alors que les victoires de l’Axe se poursuivent, un basculement s’opère dans les rapports de forces dès 1941 avec l’échec de l’invasion du Royaume-Uni par l’Allemagne, l’implication progressive des Etats-Unis aux côtés des britanniques, qui devient complète après l’attaque de la base navale de Pearl Harbor par le Japon le 7 décembre 1941, et surtout la décision d’Hitler d’envahir l’URSS à partir du 22 juin 1941. Ce basculement se confirme en 1942 avec l’enlisement de l’Allemagne en URSS dès l’hiver 1942, notamment aux portes de Stalingrad, alors que les premières défaites de l’Axe ont lieu dans le pacifique (Bataille du Midway en juin 1942) et après le débarquement des Alliés en Afrique du Nord en novembre 1942.
- 1943-1945 : la victoire de la Grande Alliance, est longue et progressive. La reconquête soviétique est amorcée par la victoire de Stalingrad en février 1943 et se termine par la prise de Berlin le 2 mai 1945. A l’ouest, les débarquements alliés en Italie dès juillet 1943, puis en Normandie (juin 1944) et en Provence (août 1944) permettent une reconquête qui ne dépasse le Rhin qu’en mars 1945. Enfin, les îles du Pacifiques sont reconquises une par une par les Américains, avant que la destruction des villes d’Hiroshima et Nagasaki (6 et 9 août 1944) par la bombe atomique ne précipite la fin du conflit, officielle le 2 septembre 1945.
B/ A partir de la Première Guerre mondiale, la guerre est désormais « totale »
Guerre totale : une guerre qui implique, c’est-à-dire qui mobilise et bouleverse, les Etats et les sociétés dans toutes leurs composantes
Rappel : l’ampleur mondiale et la durée des conflits (voir A/) caractérisent aussi le concept de guerre totale

Remarque : le concept opère pour les deux conflits mondiaux, mais la plupart des caractéristiques de la guerre totale sont déjà observables lors de la Première : on concentre donc l’étude sur celle-ci, sauf pour évoquer des phénomènes spécifiques à la Seconde.

1/ Le rôle-clé de l’Etat dans l’effort de guerre
« Politique intérieure ? Je fais la guerre. Politique étrangère ? Je fais la guerre », discours du président du Conseil Georges Clémenceau à la Chambre des Députés, mars 1918.
Dans la plupart des pays, la conduite de la guerre mobilise l’essentiel de l’effort du gouvernement, en modifiant parfois les règles de la vie politique. Ainsi, dans les démocraties, les divisions sont largement mises en sommeil.

Exemple : en France, en août 1914, les députés répondent à l’appel à « l’Union Sacrée », lancé par le président de la République Poincaré et soutiennent un gouvernement composé de ministres venus de différents partis.
Le champ d’intervention de l’Etat est élargi pour organiser l’effort de guerre : la mobilisation des hommes, le ravitaillement, la propagande
2/ Une intense propagande participe à la diffusion d’une « culture de guerre »
Activité : Analyse de deux affiches de propagande :

Daddy, What did you do during the Great War ?, affiche britannique,1914.

Destroy this mad brute!, affiche américaine 1917.

.

L’objectif de ces deux affiches Encourager les citoyens à s’engager dans l’armée.

L’affiche britannique joue clairement sur la notion de la culpabilité en utilisant le thème de la famille. Ici, les enfants représentent non seulement l’objet à défendre, mais aussi le patriotisme: le fait que le garçon joue aux petits soldats renforce le message en montrant l’exemple antagoniste d’un individu qui a parfaitement intégré la guerre et ses enjeux.

L’affiche américaine utilise l’argument du danger imminent pour susciter le sentiment patriotique. Le danger y est symbolisé par un singe monstrueux, dont les attributs (un casque prussien sur lequel est inscrit « militarisme » et une massue où on peut lire Kultur) démontrent qu’il représente l’armée allemande tout en soulignant que cet ennemi est fondamentalement caractérisé par une brutalité barbare et même sauvage, malgré l’argument, tourné ici en dérision, selon laquelle l’Allemagne mène une guerre de civilisation, pour diffuser la Kultur germanique. Cette animalisation de la figure de l’ennemi est accompagnée de la démonstration de la violence barbare des Allemands : on distingue en effet en arrière plan un paysage de ville détruite, et la femme portée par le singe – peut-être l’allégorie de la France, Marianne, mais il s’agit plus vraisemblablement d’un symbole plus général des victimes de la barbarie allemande. L’affiche joue donc sur l’exagération en présentant comme possible une invasion des Etats-Unis et en proposant une vision violente et méprisante de l’ennemi allemand.


- « culture de guerre » : ensemble des images et des idées partagées par une société en guerre pour justifier sa participation au conflit
L’Etat encourage et organise la propagande pour mobiliser soldats et civils dans l’effort de guerre.

Tous les supports sont mobilisés :

- la presse est contrôlée : grande censure et présentation optimiste de l’effort de guerre, mal jugée par les soldats français (« bourrage de crâne »)

- importance des discours radiodiffusés

- affiches : en particulier pour encourager l’effort économique et financier des populations
Quelques thèmes sont récurrents :

- Patriotisme : défense du sol, allégories combattantes

- Héroïsation des combattants : figure du guerrier victorieux ou du martyr

- Diabolisation de l’ennemi : les « atrocités allemandes » commises en Belgique et dans le Nord-est de la France : une réalité accentuée par la rumeur, mise en scène par la propagande

A noter : place essentielle de l’enfant dans cette culture de guerre

- comme thème de propagande, symbole de l’innocence agressée pour mettre en scène l’idée d’une guerre juste et morale

- comme cible de la propagande : illustrés (ex : Bécassine mobilisée, …), jeux, programmes scolaires, …
La diffusion de la culture de guerre est massive dans les sociétés (exemple : près de 2,6 millions de volontaires s’engage dans l’armée au Royaume-Uni), même si une lassitude apparaît avec le prolongement du conflit.
3/ Une mobilisation économique exceptionnelle, au service d’une guerre industrielle
« Si les femmes qui travaillent dans les usines s’arrêtaient vingt minutes, les Alliés perdraient la guerre», général Joffre, 1915.
La course aux armements et plus généralement l’effort économique pour ravitailler les armées devient un secteur clé de la guerre
Les Etats ont recours à l’endettement pour financer la guerre : auprès de leur population (un des objectifs de la propagande) ou auprès d’autres nations (les Etats-Unis constituent le principal bailleur des Alliés pour les deux conflits)
Pendant la Première Guerre mondiale, une économie de guerre se met en place, dans un cadre dirigiste.

La mobilisation de la main d’œuvre est une question essentielle. Ex : Ainsi, en France, pendant la Première Guerre mondiale, un appel massif est fait aux femmes, mais aussi aux travailleurs issus des colonies et 500 000 ouvriers qualifiés sont rappelés. Au maximum de son fonctionnement, en 1918 l’industrie d’armement emploie 1,7 millions d’ouvriers et produit 261 000 obus par jour.
Au cours de la 2GM, l’Allemagne, de plus en plus isolée, met à contribution les territoires conquis au service de son effort de guerre, dans le cadre d’une collaboration (650 000 ouvriers français envoyés en All dans le cadre Service du Travail Obligatoire à partir de 1942) ou d’un véritable asservissement (2,5 millions de soviétiques contraints au travail forcé). En 1944, 8 millions d’étrangers travaillent pour l’Allemagne)

L’engagement massif des sociétés dans la guerre se traduit dans une violence nouvelle au cours des deux conflits
  1   2   3

similaire:

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconGuerres mondiales et espoirs de paix
«guerre totale» ? Dans quelle mesure aboutissent-ils à la prise de conscience progressive de la nécessité d'une régulation mondiale...

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconSelon les modalités du B. O n°4 du 25 janvier 2007
«L’Europe au cœur des grands affrontements : les bouleversements territoriaux liés aux deux guerres mondiales, les totalitarismes...

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconLa 1ère Guerre mondiale: l’expérience combattante
...

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconHistoire des deux guerres mondiales (1914/1918 et 1939/1945)

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconLe souvenir des deux guerres mondiales au maroc sources, elements...

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconProfesseur des Universités en histoire contemporaine Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)
«Mémoire de la Première Guerre mondiale en Europe médiane» (dir.), Guerres mondiales et conflits contemporains, octobre 2007/228,...

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconDocuments sur la regulation des marches par des instances de regulation
L’arjel est une autorité administrative indépendante (aai) créée par la loi relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation...

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconComment Camus fut-il amené à envisager un roman ayant pour sujet une ville en proie à la peste
«plaies» que, dans la Bible, Dieu envoie aux méchants pour les punir; découvrit aussi, à propos de l'épidémie qui ravagea Marseille...

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconIrenees net est un Site web de Ressources pour la Paix au service...
«Gallicisme mental» et voisinage des élites (de la Révolution française à la Première Guerre mondiale)

Comment le caractère exceptionnel des deux guerres mondiales a-t-il abouti à une prise de conscience progressive de la nécessité d’une régulation mondiale pour préserver la paix ? iconL’échec de Copenhague : la condition d’un succès à Mexico ?
«En route pour Hopenhagen». La fin de Copenhague marque peut-être le début d’un nouvel espoir («hope») à travers l’émergence d’une...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com