Quelques dates clés de l’histoire de la presse française





télécharger 18.57 Kb.
titreQuelques dates clés de l’histoire de la presse française
date de publication21.10.2016
taille18.57 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos




Source La Documentation française

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française

1631

Création par Théophraste Renaudot du premier périodique français, la Gazette, hebdomadaire.

1777

Parution du premier quotidien français, le Journal de Paris.

19 mai 1789

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclame en son article 11 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre des abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ».

17 décembre 1800

Arrêté du Premier consul restreignant la liberté de la presse. La censure est rétablie.

1815-1914

Période considérée comme l’âge d’or de la presse, dont les tirages augmentent considérablement, du fait des progrès techniques (impression, transports, moyens de communication), de la libéralisation des institutions et de l’élévation du niveau d’instruction.

1835

Création de la première agence de presse au monde, l’agence française Havas.

1845

Mise en service de la première ligne de télégraphe électrique en France.

29 juillet 1881

Loi sur la liberté de la presse, très libérale.

1914

À la déclaration de guerre, rétablissement de la censure préventive. Elle est levée en 1919.

1939-1944

En août 1939, le gouvernement Daladier interdit les publications communistes et rétablit la censure. La défaite de juin 1940 soumet ensuite la presse à la censure et à la propagande de l’occupant et du régime de Vichy.

1944

Ordonnances du gouvernement provisoire du 26 août « sur l’organisation de la presse française » et du 30 septembre « portant réglementation provisoire de la presse périodique en territoire métropolitain libéré » : les journaux ayant paru sous contrôle allemand sont interdits de reparution, leurs biens saisis et attribués aux journaux issus de la Résistance. L’ordonnance du 26 août interdit également les concentrations d’organes de presse.
 La branche information de l’Agence Havas devient l’Agence France Presse.

1984

Loi n° 84-937 du 23 octobre 1984 visant à limiter la concentration et à assurer la transparence financière et le pluralisme des entreprises de presse. Elle a pour cible le groupe Hersant, qui a contourné l’ordonnance de 1944 sur les concentrations.

1986

Loi n° 86-1210 du 27 novembre 1986 portant réforme du régime juridique de la presse. Elle limite fortement l’effet de la loi de 1984.

2002

Apparition dans plusieurs grandes villes de France de journaux d’information gratuite.

La concurrence d’internet…


Marc Tessier et Maxime Baffert, dans leur rapport "La presse au défi du numérique" (2007), analysent : « À ce jour, l’arrivée d’un nouveau média n’a jamais fait disparaître les autres médias. L’arrivée de la radio n’a pas fait disparaître les journaux, de même que le développement de la télévision n’a pas empêché le maintien d’une présence forte de la presse et de la radio. Cependant, si l’irruption d’un nouveau média n’entraîne pas la disparition des autres, elle remet en cause leurs positions acquises. Elle conduit ainsi, le plus souvent, à une réduction de leur place ainsi qu’à un bouleversement des équilibres économiques sur lesquels ils avaient bâti leur croissance. En particulier, les médias déjà en place sont conduits à renoncer à certaines activités et certaines fonctions que le nouveau venu réalise de façon plus efficace ou plus avantageuse. Les spécificités des médias numériques font que cet impact est particulièrement fort pour la presse. En effet, ces nouveaux venus présentent la caractéristique de proposer tout ce que les autres médias proposent déjà - écrit, son, image, vidéo... - selon des modalités et des caractéristiques qui lui sont néanmoins propres. Internet oblige donc les autres médias, tout particulièrement la presse écrite, à prendre en compte cette concurrence frontale et à gérer un risque de “cannibalisation” beaucoup plus fort. »

La concurrence de l’internet se manifeste, outre sur le terrain de la recherche de ressources publicitaires, par la réduction du capital-temps disponible pour la lecture de la presse et par la gratuité, totale ou partielle, de nombreux sites.

…et la riposte des journaux


Pierre Albert, dans "La presse française" (La Documentation française, 2008), souligne que « Les journaux ont réagi à cette menace des réseaux numériques d’abord en plaçant leur production en ligne : aujourd’hui, pratiquement tous les quotidiens, la très grande majorité des magazines d’informations et bien d’autres périodiques sont présents sur l’internet. Le discours des entreprises de presse est à ce sujet révélateur de leur volonté d’investir dans ce qui est pour elles plus qu’une seconde édition de leur publication sur papier, puisque leurs sites, très bien achalandés, offrent aussi bien d’autres services diversifiés. Le financement de ces “suppléments” numériques pourra-t-il être assuré par la publicité et/ou par abonnement, voire par paiement de consultations ponctuelles ? En tout cas, en France, les sites du Monde, du Figaro et bien d’autres sont déjà (et parfois très) rentables. Reste que le marché de l’internet est encore trop peu stabilisé pour que l’on puisse projeter pour un avenir à moyen et long terme leurs chances de réussite : les sociétés gérantes des grands portails du net sont aussi présentes sur ce marché. »
Les « blogueurs », nouvelle espèce de journalistes ?

Certains journaux en ligne mettent à la disposition de leurs lecteurs des blogs, services interactifs qui leur permettent de donner leur avis sur l’actualité, mais aussi de se transformer en reporteurs amateurs et de présenter sur la toile leurs films ou leurs photos. Le blogueur peut ainsi se prendre pour une nouvelle espèce de journaliste.

Marc Tessier et Maxime Baffert, dans leur rapport "La presse au défi du numérique" (2007) présentent l’ampleur de ce phénomène et ses dérives possibles :
 « Les blogs sont relativement peu présents sur les sites des journaux français : 50 % des sites de la presse quotidienne nationale n’en proposent pas, tout comme 52 % de ceux de la presse régionale et 60 % de la presse magazine. Néanmoins, dans la presse nationale, Libération et Le Monde, ou encore Le Nouvel Observateur, ont fait du développement des blogs un axe important et leurs sites abritent de nombreux blogs de qualité, qu’ils soient de lecteurs ou de journalistes. Certains sont sélectionnés par la rédaction du quotidien et les lecteurs peuvent les recommander. Une “blogosphère” semble ainsi émerger autour de ces sites.
 D’autres outils permettent aux internautes d’interagir avec le site. Par ces outils, le journal donne une place accrue au lecteur, qui se retrouve placé au centre du site, voire même fournisseur de contenu : sondages, forums, chats, "articles les plus lus", commentaires sur les articles, possibilité d’écrire à l’auteur ou de lui soumettre une information. Ainsi, le forum est très largement utilisé (75 % de la presse quotidienne nationale - PQN, 48 % de la presse quotidienne régionale - PQR et 54 % de la presse magazine), tout comme les sondages en ligne (50 % de la PQN, 48 % de la PQR et 38 % de la presse magazine). Les chats sur le site du journal avec un invité sont par contre un peu moins fréquents (42 % de la PQN, seulement 9 % de la PQR et 16 % de la presse magazine). (...)

Pour l’information politique et générale, (...), la difficulté consiste à pouvoir identifier les informations fiables, vérifiées, traitées selon un processus éditorial et journalistique au sein d’une profusion et une confusion de contenus dont l’origine et les modalités de production sont bien souvent inconnues. Contrairement aux médias traditionnels qui ont fondé leur activité sur des règles déontologiques strictes, chacun peut désormais mettre en ligne ce qu’il souhaite, y compris des informations fausses ou fallacieuses, des rumeurs, des calomnies et des contre-vérités, sans qu’aucun processus de validation ou de filtre n’intervienne. Cet enjeu prend encore plus de poids dans le contexte de l’explosion du contenu généré par les utilisateurs, y compris sur les sites de presse. Comment savoir si l’information qui apparaît sur telle ou telle personnalité sur un blog, sans que la source ne soit donnée, a été recoupée ? Comment s’assurer que la vidéo mise en ligne sur DailyMotion n’a pas fait l’objet d’un montage qui déforme les propos des personnes qui y apparaissent ? Comment être sûr que les éléments d’un article de Wikipédia sont exacts ? Comment vérifier que les images qui apparaissent sur flickr, sur Wat ou sur un skyblog n’ont pas été retouchées ? L’autorégulation que promettent les défenseurs des Wiki et autres applications du Web 2.0 montre dans de nombreux cas ses limites. »

A l’inverse, des journalistes ont mis en place des sites d’information en ligne, qui se réclament du professionnalisme et de la déontologie de la presse. Ainsi rue89.com est un site créé par d’anciens journalistes de Libération et qui se finance par la publicité. D’autres font le pari que des sites payants, avec abonnement, permettront de livrer des informations de qualité, fondées sur un travail d’investigation, et non sur la simple reprise de dépêches d’agence. C’est le cas de sites comme arretsurimages.net ou mediapart.fr. L’avenir de la presse appartient-il à ce type de médias ? Leur caractère récent interdit, à l’heure où ce dossier est rédigé, de se prononcer sur leur viabilité économique à terme

similaire:

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconQuelques dates importantes de l’Histoire de La Réunion

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconSéance 3 : L'histoire du Québec en quelques dates

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconLes dates clés de l’histoire de la securite sociale
«pauvres invalides», dont le sort en revanche est considéré comme une volonté divine et à qui, en conséquence, la société doit fournir...

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française icon2. Connaitre les dates, événements et personnages clés de la révolution industrielle. 3

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconAbrégé de l’Histoire de la Savoie : quelques dates repères pour faciliter...

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconLes dates clés de l’histoire de la mjc de Montluçon…
«Le 31 mars 1966 déclaration à la sous-préfecture de Montluçon de la Maison des Jeunes et de la Culture de Montluçon. A l’initiative...

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconLa téléphonie mobile en quelques dates

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconQuelques dates importantes à retenir pages 7-9

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconQuelques dates permettent de nous situer dans l’histoire, bien que...

Quelques dates clés de l’histoire de la presse française iconMai 2012 Numéro spécial
«gentleman farmer», IL se lança en politique dans le parti favorable à la Confédération. Voici quelques dates marquantes dans l’histoire...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com