Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue»





télécharger 146.37 Kb.
titreCours 1 : L’interview en France «l’entrevue»
page1/4
date de publication21.10.2016
taille146.37 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > loi > Cours
  1   2   3   4
Technique d’expression ECRIT

« Ecriture Journalistique »

Partiel : écrire un article en 2h.
Introduction
Définition : le journaliste est un témoin, un enquêteur, un médiateur et un technicien. Il travaille sur les faits, l’actualité pour informer ses compatriotes et leur faire comprendre le monde ou prendre conscience de certains phénomènes. Dans sa tâche, le journaliste se heurte à plusieurs écueils :

→ Trouver l’information juste

→ Intéresser le lecteur

→ Être fidèle à la ligne du journal, à sa tendance politique, d’où le délicat problème de l’OBJECTIVITE, quasiment impossible à résoudre.
Autre problème : une fois en possession d’une information qu’on sait vraie, doit-on forcément la transmettre ? Cela ne va-t-il pas mettre des choses en danger ? Faut-il signaler que l’aviation décolle ou le cacher pour ne pas en prévenir l’ennemi ?

Le journaliste est soumis à des contraintes telles que la mode : aujourd’hui la tendance est de parler de pédophilie, de terrorisme, etc …

Il s’agit de se mettre à la place, à la portée du lecteur, de cibler son public. Un bon journaliste est un vulgarisateur, c'est à dire compréhensible par tous. Mais le président du journal, les actionnaires, le rédac-chef imposent souvent une ligne politique que le journaliste se doit de respecter.
Des problèmes éthiques, de conscience se posent au journaliste : il faut savoir taire certains secrets, éviter la diffamation, ne pas être à l’origine des drames (comme les paparazzis).

Pour toucher le plus largement le public, il faut respecter la loi de proximité (ce qui est proche de nous : un feu à Nice nous intéresse plus qu’un feu au Japon).

Il y a plusieurs sortes de proximités :

▫ Géographique

▫ Affective

▫ Psychologique (amour, sexe, argent, famille)

▫ Temporelle

▫ Culturelle

▫ Socio-politique (salaire des gens, tendances aux éléctions)

▫ Pratique (conseils, ficelles)

▫ Existentielle (grandes questions sur la vie, mort, religion, maladie)
Autre devoir du journaliste : être concis : bref, clair et SIMPLE. De même, il faut dire l’essentiel immédiatement, avec des phrases courtes.

La règle maîtresse est : répondre aux questions capitales : qui, quoi, où, quand, pourquoi, comment ? (« les 5 Wh »). Il faut choisir les informations car « choisir c’est exclure » (A. Gide). Les titres doivent accrocher, avec une règle d’or : parler un français correct.
Cours 1 : L’INTERVIEW
En France « l’entrevue » a un but lucratif et qui donnera un article de journal, à ne pas confondre avec un jeu de questions-réponses où la personne interrogée a trop de liberté. Il s’agit plutôt d’une joute, une polémique, mais chacun doit respecter l’autre.

Il ne faut jamais oublier qu’il y a un enjeu dans une interview : obtenir l’accord d’un personnage en vue pour que ses propos soient rendus publiques mais il ne faut pas la mendier, il faut la présenter habilement. Le journaliste offre une belle possibilité à quelqu’un de s’exprimer.

Il faut éviter 2 écueils : le bavardage et la rétention de l’information.

Les lois du discours sont connues :

● Exhaustivité

● Clarté

● Sincérité
Il faut savoir créer un climat de confiance, l’interview relève de la maïeutique (= faire accoucher quelqu’un de la vérité dont il n’a pas conscience ou qu’il voulait cacher).
Préparation de l’interview :

● Recueillir des informations sur le sujet pour que les questions soient intelligentes et intéressantes.

● Préparer les questions

● Ne poser qu’une question à la fois

● Les questions doivent être précises, concrètes, courtes, délimitées, pas trop courtes ni indiscrètes.

● C’est le journaliste qui demande le rendez-vous. Il doit se présenter et indiquer le sujet abordé.

● Il faut savoir détendre l’atmosphère (amabilité, courtoisie, etc.) et évoquer immédiatement et impérativement la question du magnétophone.

● Demander de répondre avec précision aux questions « WH » et donc éviter les hors-sujets.

● Ne pas craindre de reposer la même question si elle a mal été comprise ou faire expliquer un terme technique.

● Garder un contact téléphonique avec la personne.

● Attention à la prise de note : rester fidèle à ce qui été dis et synthétiser

● Demander les copies de discours officiels

● Demander à ce qu’on corrige notre papier par la personne interviewé.

● Supprimer les mots et expressions inutiles qui retardent la délivrance du sens.

Ex : « je ne vous apprendrait rien en disant que … » est à proscrire.

● Avoir son propre système d’abréviations.

● Après l’entretien, relire les notes sachant que la personne interrogée peut demander à les relire. Refuser c’est s’exposer à des poursuites judiciaires.
Rédaction :

Pas de mot à mot mais rester fidèle à l’esprit en insistant sur l’originalité. Il faut savoir restituer le « rendu émotif » qui est propre à la réalité.

Les questions doivent être courtes.

Devant chaque réplique, mettre le nom en entier la première fois, puis seulement les initiales après.

Faire précéder d’un titre : « entretien » ou « confidence » ou « document ».

Toute citation doit se faire entre guillemets.

Ne pas être trop long : une douzaine de questions suffisent.
Le plus beau compliment est celui que Malraux a fait à un journaliste : « Ce n’est pas ce que j’ai dit, mais c’est ce que je voulais dire ».
Exercice : écrivez une interview fictive (questions & réponses)
Divers type d’interview
Il y a l’interview directive, rigide ou souple suivant un peu les dires de l’interlocuteur.
1. Interview INFORMATION

Un homme politique va dire ses intentions, le résultat d’un conseil, d’une réunion. Ex : « Mr X nous informe qu’il sera candidat à l’élection ».
2. Interview REPORTAGE

Un témoin raconte ce qu’il a perçu (bruits, circonstances, heures, effets)
3. Interview CONSULTATION

On consulte un spécialiste, historien, chimiste, médecin, pour évoquer tel évènement, l’expliquer, démontrer les mécanismes. Il y a tout un travail de vulgarisation à faire.
4. Interview OFFICIEUSE

On garantit le secret à la personne (politique en général) et on retransmet ainsi : « de source sûre, dans les milieux bien informés, selon les informations autorisées », « Mr X serait … ».

Il y a donc confiance.
5. Interview MICROTROTTOIRE

Une seule question est posée à des gens de la rue. Il y a un aspect un peu sociologique, ces interviews reposent toujours sur l’actualité.
6. Interview PORTRAIT

Ce n’est pas un synonyme du portrait à part entière, c’est plus intimiste. A l’occasion de la sortie d’un film ou d’un livre, on interview l’auteur qui se dévoile un peu.
7. Interview CLANDESTINE

Le journaliste se déguise pour mener son investigation. Cf. Gunther WALLRAFT : son livre « Tête de Turc » a complètement bouleversé l’Allemagne : il y raconte comment en se déguisant et en apprenant le turc, il a profité d’une annonce du gouvernement qui proposait de faire travailler en priorité les Turcs dans les centrales nucléaires. Tous les turcs qui ont pris part à ce projet sont morts peu après pour avoir travaillé sans protection, sauf le journaliste qui avait compris le piège et pris ses dispositions.
Petits conseils

- Mémoriser les questions

- Pas de questions trop techniques

- Resserrer l’angle en posant une question précise après une question générale

- Sachez surprendre, et non ennuyer

- Les questions personnelles humanisent, elles sont les bienvenues
De l’interview au portrait
Le portrait est un article présentant la personnalité de quelqu’un, ses activités, ses aspirations, ses déclarations. Le portrait, en général, est réservé pour les grandes occasions.

C’est un genre apprécié qui permet au lecteur d’avoir le sentiment de connaître une personnalité en vue. Le portrait doit être dynamique et coloré. Il rassemble des éléments différents sur le physique, le comportement, le langage, les habitudes. Il faut l’émailler de citations et d’anecdotes.
Après une élection, une nomination, une mort. Ce n’est pas non plus un CV, ni une fiche d’état civil. Il ne faut pas être exhaustif mais prendre les traits originaux significatifs. Ex : une constante de caractère, une ligne de force. Ex : « Le Self Made Man acharné » ou « Roch Feller, une fortune qui fait rêver » ou « un garagiste premier ministre » ….

Donc il faut une attaque qui suscite l’intérêt, qui accroche, et il faut éviter les banalités. On peut le comparer à une personnalité connue. Il faut faire dans la nuance, ça paraîtra intelligent. Il faut évoquer la dimension humaine, les échecs. Il faut soigner la chute. Une bonne formule finale résume et surprend.

Il faut présenter un bel habillage, avec un bon titre attractif, et un bon mot final, alors l’article sera lu.
Etude des documents :

Comparaison des 2 portraits d’Hillary Clinton (parus dans Libération & Le figaro)

Points communs : Accroche + Comparaison avec les autres femmes + grands traits de personnalité + citations + anecdotes + aspect humain + constante du caractère > ligne de force.

L’article 2 est plus léger et peut s’adresser à un lectorat plus superficiel. Au final ce qui ressort d’Hillary Clinton est qu’elle est une femme + intelligente que les autres femmes de président.
La une
C’est la première page du quotidien, il faut s’y appliquer car c’est la première impression que recevra le lecteur, elle doit être déterminante, c’est une véritable vitrine, il faut qu’elle véhicule l’information principale et l’image du journal entier pour donner envie d’acheter. La une sélectionne parmi les infos le sujet d’actualité le plus important. La hiérarchie des informations se reconnaît à la taille des lettres, il faut examiner le format.
1. Que veut montrer la journaliste ?

La une est vue avant d’être vue : il faut étudier morphologiquement le journal.
2. Que veut dire le journaliste ?

Il existe 2 grilles de lectures : mathématique (quantification des unités d’infos) et une lecture linguistique qui concerne l’information elle-même. Son éventuelle redondance, ses commentaires avec modalisateurs (= mots qui marquent un jugement).
3. Pourquoi le journaliste a-t-il choisi de dire ce qu’il dit ?

Il faut étudier le niveau implicite : qu’y a-t-il entre les lignes ? Derrière l’agencement choisi ?
Etude de document :

● Première question à se poser : ce qu’on voit d’abord ? Photo, titre ou intertitre ?

● Etudier la nature des apparats visuels :

- taille et surface utilisées

- la position (haut, bas)

- couleurs (vive, ternes)

►Ce sont des techniques de « mise en relief » qui serve à orienter le regard, le lecteur, très savamment.

● L’interprétation : qu’est ce que le journaliste cherche à faire passer comme message. Son titre se situe au niveau informatif mais le titre possède aussi un niveau incitatif ? Il en va de même pour une photo. La photo est rendue accrocheuse par divers moyens techniques : il faut voir le cadrage, le plan, l’angle, la profondeur, le contraste des couleurs, etc …
La photo qui joue sur la raison est dite « cognitive », celle qui joue que l’émotion est dite « incitative ».

Textes et images font redondance, l’un explique l’autre, mais la une représente aussi la tendance du journal.
La composition de la une : vocabulaire techique
La bandeau = gros titre d’actualité au dessus de la manchette

La manchette = titre du journal accompagné de la date, du prix, du numéro, de l’adresse du journal et ces renseignements sont complétés à l’intérieur du journal par les indications sur l’équipe de rédaction, dans un encadré appelé « Ours ».

Sous l’ours se trouvent Les oreilles = à droite et à gauche de la manchette, il peut s’agir d’une publicité mais aussi bien d’un titre encadré, renvoyant en page intérieure.

Sous les oreilles, la tribune = emplacement du gros titre.

La sous tribune = emplacement sous la tribune, occupée par les éditoriaux, les billets, les illustrations ou les débuts d’articles.

Le ventre = milieu de la page = emplacement occupé par un article important ou une photo.

Le rez-de-chaussée ou pied de page = emplacement occupé par des articles de commentaires ou par de la publicité.

Le cheval = situé en bas à droite, peut être une publicité ou un début d’article qui continue en page intérieure, dans certains journaux, il contient des informations culturelles.
L’article
Une fois que le journaliste a rassemblé les éléments, il met en forme son article, il le rédige.

Définition : L’article est le produit de base qui montre ce qui est souterrain. L’article de presse doit être compréhensible pour tous, quelque soit le sujet, au moins dans la presse de grande information, exception pour les revues spécialisées. Le journaliste dispose de moyens simples pour faciliter la lecture et permettre au lecteur pressé de prendre connaissance de l’article par un simple un simple survol. Cela permet aussi les remaniements de dernière minute avant le bouclage final.
Présentation de l’article

● Un titre

● Un sous-titre, à ne pas confondre avec le surtitre

● Le chapeau

→ Ces 3 éléments constituent 80% de l’information et répondent aux 4 questions :

QUI (sujet, évènement, référent)

QUOI (action évoquée par un verbe)

QUAND (décalage par rapport au moment de l’écriture)

OÙ (lieu)

( POURQUOI (causes) et COMMENT (circonstances) seront développés dans le corps de l’article ).

Le chapeau est constitué par les 2/3 lignes en gras, qui résument l’essentiel du contenu de l’article. Le chapeau se trouve sous le titre, le lecteur pressé ne lit que le chapeau, comme le « lead » des dépêches. Le chapeau renseigne en gros, il peut être informatif, c’est une mini synthèse, ou incitatif, grâce à un style prometteur, il pousse le lecteur à lire l’article. Si l’article est long (60 lignes ou +), il FAUT un chapeau.

Parfois on a l’équivalent au cinéma : avant le générique on assiste à une séquence qui nous fait plonger d’emblée, in medias res, et nous donne envie de suivre l’œuvre.
Le plan de l’article

Ce n’est pas le plan de la dissertation littéraire (Thèse/Antithèse/Synthèse). Le plan se construit autour d’un message essentiel en tête. Il faut hiérarchiser et organiser les informations.

sans titre


1. Le plan Pyramidal Inversé

C’est le plus utilisé : c’est un plan en entonnoir, on l’appelle aussi plan psychologique. Il présente les informations par ordre d’importance décroissante pour capter immédiatement l’attention du lecteur et de sorte que les derniers paragraphes puissent être coupés en cas de besoin.
2. Le plan Sablier.

C’est une variante de pyramidal sauf qu’à la fin l’intérêt est relancé par des informations plus importantes gardées en réserve.
3. Le plan Flash Back

Il commence par le fait le plus important et le plus récent pour remonter aux origines. C’est justifié lorsque les conséquences sont plus importantes que le déroulement. Ex : grande opération politique, mort d’une personnalité, séisme, etc. On opère un retour vers les séismes précédents pour comprendre les causes et enseigner de nouveaux comportements.
4. Le plan chronologique

Il suit le déroulement dans le temps. C’est un plan à déconseiller car il agit contre la loi de proximité, il ne hiérarchise rien. On peut le garder pour des épisodes très brefs.
5. Le plan chronologique inversé.

Il est préférable, on
  1   2   3   4

similaire:

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconJean-Louis Riguet en entrevue à la radio de France Bleu Orléans

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconInterview interview de Guy le gaufey

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconL’interview de l’artiste (niveaux B1 et B2)
«9-3» où IL vit, de ses «potes», de la société. Grand Corps Malade est le premier à avoir popularisé le slam en France

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconInterview de l'Atelier de Mme Peng (adac) pour l'émission "Nuits magnétiques" (France Culture)
«médicinales» et «des Dieux» Bibliothèque de Saint-Fargeau 12, rue du Télégraphe à Paris (20ème)

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconCours histoire ts 2 Economie, société et culture en France I la France...

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconLe cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours
«les attentats du 11 septembre 2001», France 3, 4’19’’, fiche 00219. On peut aussi avoir le même reportage plus complet (14’32’’)...

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconEntrevue : Alla Yaroshinska, révélateur des «vérités interdites» de Tchernobyl
«la dystonie végétative vasculaire,» qui augmentent de façon arbitraire «les niveaux admissibles du rayonnement» et des dissimulations...

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconCours vidéo/pocket film «mon ema à moi …»
«mon ema à moi…». IL s’agira d’illustrer à travers un angle particulier, ce qui symbolise, pour le réalisateur, le plus fortement...

Cours 1 : L’interview en France «l’entrevue» iconFiche c-3 Le type de questions à poser à l’occasion d’une entrevue
«De quelle couleur est le cheval de Lucky Luke ?» appelle une réponse qui se limitera à une couleur ou à une nuance de couleur






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com