Révolution française ou Révolution atlantique ?





télécharger 18.81 Kb.
titreRévolution française ou Révolution atlantique ?
date de publication06.10.2017
taille18.81 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Révolution française ou Révolution atlantique ?
Pour en prendre la mesure exacte, la Révolution française doit être replacée dans une perspective qui déborde le cadre de la France.
- de 1776 à 1783


  • 1815 – 1830 : Restauration (Les Bourbons)




    • 1815 – 1824 : Louis XVIII




      • En 1814, le roi fait signer à ses sujets une Charte qui garantit les principes de la Révolution Française : liberté de conscience et d’opinion, pluralité des pouvoirs, caractère électif d’une des deux chambres…

      • Les ministres ne sont responsables que devant le roi et non pas devant la chambre élue. L’initiative des lois appartient au roi. Une bonne partie des débats dans la chambre tourne autour de la question de la séparation des pouvoirs. Le système politique est censitaire (donc inégalitaire).

      • 1820 : loi du double vote : le quart des votants les plus riches vote deux fois.

      • de 1816 à 1820, de plus en plus de libéraux parviennent à se faire élire députés (La Fayette, B. Constant)



    • 1824 – 1830 : Charles VIII




      • Suspension des libertés individuelles, loi restrictive sur la presse

      • 1829 – 1830 : Charles X, excédé par la politique de Martignac a confié en août 1829 la direction du gouvernement à Polignac (ultra conservateur). Très impopulaire, car il mène une politique de « noblessisation » des administrations. → dès lors, il y a conflit avec la Chambre. La chambre est dissoute.

      • Le conflit éclate lors de la publication des ordonnances publiées par Charles X, le 26 juillet 1830, au moment où le roi suspend les libertés de la presse, dissout la chambre nouvellement élue, et restreint encore le corps électoral. → éclate alors la révolution de 1830


La Restauration a-t-elle vraiment mérité son nom ?


  • La France des années 1815 – 1830 n’est pas revenue à l’Ancien Régime :

    • Ni la société d’ordre, ni les privilèges provinciaux, ni la monarchie absolue n’ont été rétablis.

    • L’égalité des français devant la loi, l’impôt, l’accès aux emplois civils ou militaires a été maintenue (en droit et en fait)

    • Un système politique représentatif a fonctionné, avec bien des limites et des dissolutions, mais sans interruption.

    • L’opinion a conservé son importance.




  • Cependant les nostalgies étaient ostentatoires, en particulier dans le rétablissement de la cour dans son fonctionnement. (qui fut détestée par la haute bourgeoisie libérale et les jeunesses étudiantes). Le romantisme, de droite avant, est passé à gauche avec Victor Hugo.



  • juillet 1830 : Monarchie de juillet (règne de Louis Philippe Ier)… de 1830 à 1848.




    • Les Trois Glorieuses (27, 28 et 29 juillet 1830)




      • La réponse de Paris aux ordonnances est rapide. Les premières résistances au roi sont celles du journal National.

      • Le 27, on passe de la résistance à l’émeute, avec les premières barricades.

      • Le 28, c’est la révolution : les armureries sont pillées et les insurgés fraternisent avec les troupes armées.

      • Le 29, plusieurs lieux clés tombent dans les mains des révoltés. Malgré 2000 morts dans le camp des républicains, ceux-ci sont désormais maîtres de la rue et désigne La Fayette comme chef de la garde nationale de Paris.




    • Louis Philippe n’a dû son avènement que grâce aux libéraux qui tenaient à empêcher à toute force la solution républicaine, à leurs yeux maculée des souvenirs criminels de la Terreur. Odilon Barrot, entre autre, a réussi à convaincre des gens comme La Fayette de renoncer à la République, ce qu’il fit en embrassant le roi sur le balcon de l’hôtel de ville de Paris dans les plis d’un drapeau tricolore.




    • Août 1830 : Révision de la Charte et Louis Philippe est nommé « roi des Français » (retour à la définition du roi dans la Constitution de 1791). Cette nouvelle définition du monarque établit désormais le roi comme second par rapport à son peuple et héritier de la Révolution Française.




    • Nouvelle conception de la séparation des pouvoirs favorable aux chambres, qui partagent désormais avec le roi l’initiative des lois




    • 1831 : élargissement de la base électorale : cela contribue à « faire descendre la politique vers les masses » (Maurice Agulhon).


Cependant, il existe un problème de légitimité pour Louis Philippe Ier. Il est le fils du régicide Philippe Egalité (Louis XVIII), il n’est donc pas reconnu par les partisans de Charles X (les légitimistes).


  • La révolution de février 1848.




    • La crise de 1846, résultant de la conjonction de la maladie de la pomme de terre, de mauvaises récoltes et d’une crise industrielle suivie d’une crise financière renforça la misère, les contrastes sociaux et le mécontentement, aussi bien en ville qu’à la campagne.




    • Les membres de la gauche parlementaire et les républicains décidèrent alors d’organiser dans tout le pays une campagne de banquets, au cours desquels ils dénoncent les insuffisances du gouvernement tenu par Guizot (1840 – 1848). Ces sont des incidents survenus lors de l’interdiction du banquet parisien d u22 février 1848 qu’explosa ce qui allait être la révolution de février.




      • Le 22 février : manifestation, et afflux d’ouvriers et d’étudiants dans le quartier de la Madelaine : les troupes contrôlent la situation.

      • Le 23 février : Guizot cherche à faire donner la garde nationale, qui s’y oppose. Celle-ci est désormais gagnée par l’idéal de réforme électorale et parlementaire.

      • Cette défection de la garde oblige Louis Philippe à se débarrasser de Guizot.

      • Le 24 février, les Tuileries sont attaquées car des manifestants ont été tués dans la nuit. Louis Philippe abdique et part en exil. Un gouvernement provisoire se met en place, et instaure la République, et rétablit quelques jours plus tard le suffrage universel.


NOTIONS ORGANISEES
L’enracinement du parlementarisme.
Les années 1830 – 1848 ont incontestablement permis l’enracinement du système représentatif en France. Les prérogatives des deux assemblées sont importantes : vote de la loi et du budget, puis initiative des lois à partir de 1830. Les orateurs et la presse mènent les débats politiques.

Le parlementarisme s’installe véritablement (responsabilité du gouvernement devant les Chambres) puisque sous Louis Philippe, aucun gouvernement ne s’est maintenu une fois mis en minorité.

L’opinion publique s’est émancipée, avec l’avènement de la presse. Les hommes politiques ou les écrivains écrivent dans la presse : Chateaubriand, Lamennais, Benjamin Constant, Thiers…)
Le légitimisme
Il est issu de la pensée contre révolutionnaire. Ces hommes refusent tout héritage de 1789. Le légitimisme est fondé sur la croyance en un ordre naturel du monde, infiniment supérieur à la raison et à la volonté humaine : il faut respecter l’œuvre du temps. Cette pensée dévalorise toute tentative d’établissement d’une Constitution, au sens où celle-ci ne peut être que de construction humaine, et au sens où elle sous entend rupture avec la tradition.
Le romantisme politique
Il est apparu en Grande-Bretagne et en Allemagne, où les poètes réhabilitent depuis le 18ème siècle le Moyen Age, ses légendes et son mysticisme qu’ils prétendent calomniés par un classicisme rationaliste.

Il s’agit d’un courant très ancré dans l’époque : la génération romantique est celle de la paix (de l’après 1815), de la dépression individuelle après l’épopée collective, de la liberté littéraire après l’époque de censure napoléonienne, mais ce courant se veut également héritier des principes de la Révolution française, que l’on retrouve dans son idéal de rupture, ou dans le refus du romantisme d’imiter.

Ce romantisme, fasciné d’abord par la nature et le passé lointain naît fort logiquement à droite, mais dans les dernières années du règne de Charles X, et pendant la décennie 1830, il évolue vers la gauche, et se faisant, change de caractère : il devient moins individualiste, moins lyrique et plus social. Le Paris des étudiants (la bohème) et des émeutes est romantique et se colore d’une forte hostilité à la bourgeoisie et aux propriétaires.

similaire:

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconLes gauches européennes : révolution, contre-révolution, anti-révolution...
«Histoire universitaire de la Révolution», in F. Furet, M. Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris,...

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconL’héritage de la Révolution française
«le siècle qui va de 1789 jusqu’aux années 1880 pourrait s’appeler le siècle de la Révolution française»

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconI – le role, la participation des femmes dans la revolution francaise
«Essai sur l’admission des femmes au droit de cité», juillet 1790, extrait de Bosc, Les Voix de la Révolution, Documentation française,...

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconLa révolution française est en difficulté
«sans-culotte» qui veulent la révolution, battent les soldats du roi de Prusse et font reculer l'armée ennemie

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconSéance 5 : La «Révolution des journalistes»1
«Révolution des journalistes» débutée en 1789. Les acteurs célèbres de la Révolution française qui furent des journalistes, et leurs...

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconSéance 5 : La «Révolution des journalistes»1
«Révolution des journalistes» débutée en 1789. Les acteurs célèbres de la Révolution française qui furent des journalistes, et leurs...

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconIntroduction : Un regard multiple sur la Révolution française
«sape» des philosophes. Et ce n’est pas une vraie Révolution, c’est d’abord et avant tout du sang ! C’est une position partagée par...

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconEdouard Molinaro, Le Souper, 1992. Eve Suzanne, «Révolution informationnelle...
«Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique» : d’une définition à l’autre

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconEnseigner la Révolution française en classes de cm2 et de Quatrième
«Révolution», IL est défini comme un changement brusque, profond. Très vite les élèves l’associent à des adjectifs, tels que technologique....

Révolution française ou Révolution atlantique ? iconL'Ancien Régime et la Révolution Alexis de Tocqueville
«faits anciens et généraux» qui ont préparé la Révolution Française, le livre III a, lui, pour objet de peindre les circonstances...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com