Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918)





télécharger 101.9 Kb.
titreDocument de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918)
page2/4
date de publication07.10.2017
taille101.9 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4

Phase de compréhension collective avec des échanges sur les émotions ressenties


Après la projection du film, ce dernier est un « référentiel commun » vu par des élèves-spectateurs qui ont des cultures, des goûts, des vécus différents. Suite à la projection, grâce à des échanges, chacun peut donner son ressenti, son interprétation, son avis sur le film (en les étayant toujours par des indices et des éléments prélevés dans celui-ci). L’enseignant est un médiateur qui régule, questionne, fait rebondir, fait approfondir ces ressentis.
Le retour sur les hypothèses émises concernant l’affiche de même que les réactions des élèves lors de la projection peuvent être des éléments déclencheurs pour ces échanges.

  • Les affiches illustrent-elles bien le film ?

  • Lors de la projection vous avez ri lorsque Charlot …. ? Pourquoi ?


Accepter les différences, rencontrer la diversité des réceptions et des points de vue, écouter les arguments de l’autre, faire évoluer ainsi sa propre pensée tout en découvrant une œuvre … font partie de cette première phase de travail.


  • À l’oral échanges entre les élèves sur le film. L’enseignant peut écrire au tableau les mots essentiels qui serviront de « réservoir » pour une écriture ultérieure (ou proposer une aide pour les plus jeunes en écrivant des mots pouvant illustrer le ressenti des élèves).




    • Avez-vous aimé ce film ? Pourquoi ?

    • Avez-vous reconnu le personnage principal ? Comment s’appelle-t-il ?

    • Quelles séquences préférez-vous ? Pourquoi ?

    • Quelle est, pour vous, la séquence la plus amusante ? La plus émouvante ? Pourquoi ?

    • Avez-vous eu des inquiétudes pour les personnages ? A quel(s) moment(s)?

    • Où se déroulent les actions de ce film ? Quels éléments (indices) nous le montrent ?

  • À quelle époque se déroule l’action du film ? Quels éléments (indices) nous le montrent ?

    • Quels détails n’ont pas été compris ?

    • Etc.


Pour aller plus loin …
C’est l’un des films les plus célèbres de Chaplin, l’un des plus importants aussi. En pleine guerre, en plein massacre, alors que l’heure est aux élans patriotiques, Charlot soldat se révèle comme un film satirique, d’une part ; comme un document sans concession sur les misères de la guerre, d’autre part. Loin de sacrifier aux passions cocardières, Chaplin ridiculise amis et ennemis (il s’en prend aux puissants comme d’habitude, sans distinction de nationalité) et met en relief l’atrocité de la vie quotidienne du soldat, tant du point de vue matériel que du point de vue moral : lorsque Charlot lit par-dessus l’épaule d’un camarade la lettre adressée à celui-ci et participe aux joies et aux peines qu’elle apporte, il touche le fond de la détresse humaine tout en exprimant une émotion d’une qualité exceptionnelle.
Texte tiré de L’encyclopédie du cinéma de Roger Boussinot Bordas 1982 p. 1133


  • Le personnage de Charlot

Les élèves ne connaissent peut-être pas le personnage de Charlot crée par Charles Chaplin en 1914 (Charlot a fêté son centenaire en février 2014). Pour le caractériser, il peut être pertinent de projeter aux élèves un autre film de Charlot - par exemple le court métrage « The Adventurer » « Charlot s’évade » (1917) ou une séquence d’un long métrage comme celle de la cage au lion extraite du long métrage « Le Cirque » (1928). Dans tous ces films, Charlot ne porte pas obligatoirement le « costume » qui l’a rendu célèbre, mais on reconnaît son visage avec sa petite moustache et sa démarche en canard qui dodeline. Au-delà de son apparence physique, ce sont surtout les traits de caractère du personnage qui sont reconnaissables : un « petit homme »1 du peuple (ou clochard, ou prisonnier en cavale, etc.) qui est d’abord victime d’un ordre (ou désordre) social qui le mettent dans des situations dangereuses. Par tous les moyens à sa disposition, il échappe alors aux dangers (avec une grande virtuosité gestuelle) engendrant alors des situations burlesques. Il n’hésite pas à donner de nombreux coups de pied et à frapper ses adversaires. Il se moque des hommes de pouvoir (les officiers allemands, les nantis, les hommes de loi, juges et policiers …) et succombe systématiquement aux charmes féminins.
« Mais à côté d’une extraordinaire invention visuelle, le comique trouve sa géniale originalité dans le fait qu’il exprime une philosophie (c’est une comique de contenu plus que de comportement) et dans le fait qu’il s’incarne dans un personnage d’une étonnante richesse »2.
Pour mieux faire connaître le personnage de Charlot (qui apparaît dans une soixantaine de courts métrages), les enseignants peuvent comparer deux extraits de film différents :


    • « Du côté des lignes allemandes » (« Charlot soldat » extrait 17.56>22.05)

    • « La cage au lion » (« Le Cirque » extrait 35.39>38.08)

Dans ces deux extraits Charlot est face au danger : enfermé dans un tronc d’arbre à proximité d’un petit groupe d’ennemis (« Charlot soldat ») prêts à le couper avec une hache ou enfermé dans une cage avec un lion (« Le Cirque »). Dans les deux cas, il a peur et semble inadapté aux conditions environnantes ; les moyens qu’il utilise pour se sortir de ces situations périlleuses peuvent être listés et commentés par les élèves. Qu’est-ce qui est comique dans ces situations ?

      • Charlot utilise l’arbre pour se dissimuler et passe de l’immobilité supposée du végétal à de brefs mouvements pour assommer les soldats ennemis qui ne comprennent pas ce qui leur arrive. Quand il est découvert, il devient un « arbre animé » qui coure en zigzags et joue à cache-cache dans la forêt pour éviter les balles.

      • Charlot prisonnier de la cage ne veut pas attirer l’attention du lion somnolent, malheureusement il provoque des situations qui vont à l’inverse de ses intentions.

      • Dans les deux cas, Charles Chaplin utilise sa grande dextérité gestuelle et le décor comme aire de jeu comique [jeu sur le caché/le montré et la surenchère des situations dans la cage au lion, sur le détournement d’objet (le tronc d’arbre) dans Charlot soldat].




  • Les motifs du burlesque




    • Comment Charles Chaplin rend-il amusant des événements dramatiques dans « Charlot soldat » ? A partir d’exemples, montrer les ressorts utilisés par Charles Chaplin pour rendre son personnage comique dans le film.




      • Le soldat Charlot a des caractéristiques physiques qui ne lui permettent pas de « rentrer dans le rang ». Extrait 0.23>2.07

        • Ses pieds en canard ne lui permettent pas de marcher au pas, de faire demi-tour … malgré sa bonne volonté.

      • Le soldat Charlot utilise les objets à contre-emploi ou de manière décalée. Extrait 2.11>4.20 – 8.25>9.09

        • Le piège à souris, la râpe à fromage, le cornet du gramophone, le fromage odoriférant.

      • Le soldat Charlot utilise des « déguisements » pour déjouer l’ennemi et joue avec les confusions que cela entraîne. Extrait 17.56>19.36 – 31.59>32.43

        • Lorsqu’il est camouflé en tronc d’arbre, lorsqu’il se déguise en officier allemand.

      • Etc.



  • L’engagement de Charles Chaplin


Charles Chaplin, de nationalité anglaise ne combat pas sur le front pendant la première guerre mondiale. Il vit alors aux Etats-Unis, il garde la nationalité anglaise et ne s’engage pas comme soldat, ce qui lui sera d’ailleurs reproché par la suite.

Quoiqu’il en soit, Charles Chaplin se sent concerné par cette guerre et met son génie à la dénoncer. En 1918, il réalise également, à ses frais, un film de propagande « The Bond ». Ce film a pour but de soutenir les obligations de guerre américaines (Liberty Bonds) et de récolter de l’argent pour aider la nation américaine à l’effort de guerre. Lors de la seconde guerre mondiale, il réalise « Le dictateur » (1940) qui décrit le nazisme comme un danger mortel pour les communautés juives d’Europe, pour l’humanité entière et pour la démocratie. Il fera partie des artistes figurant « sur la liste noire » (1947) du maccarthysme pour une supposée appartenance au parti communiste (les artistes figurant sur cette liste ne pouvaient plus être engagés par les studios d’Hollywood). En septembre 1952, suite à cette campagne d’hostilité, il quitte les Etats-Unis et s’installe en Suisse l’année suivante.





Photogramme tiré du film « The Bond » réalisé par Charles Chaplin en 1918
Pour mieux connaître l’œuvre de Charles Chaplin, l’adresse d’un site très complet avec de nombreux liens vers d’autres sites : http://www.charles-chaplin.net/web.php


  • Les partis pris de Charles Chaplin 




    • De quel côté (allemand ou alliés) est Charlot ? Donner des exemples des partis pris de Charles Chaplin à travers le personnage de Charlot?

    • Comment Charles Chaplin présente-il les alliés ? Les allemands ? Par exemple :

      • Les alliés : ils sont courageux (Charlot) et téméraires (le soldat des transmissions qui est fait prisonnier deux fois). Ils sont fraternels (prêts à partager leurs colis). Etc.

      • Les allemands : ils sont grotesques de par leurs physiques (gros et grands soldats en opposition au petit chef) et leurs comportements (arrogants, libidineux, ...).

    • Charles Chaplin dénonce-t-il cette guerre ? En quoi (donner des exemples)?




  • Peut-on rire de la guerre ?


Voilà ce qu’écrit Charles Chaplin dans sa biographie3 parue en 1964 :

« Ce qui me préoccupait, par contre, c’était de trouver une idée pour mon second film. Puis l’idée me vint soudain : pourquoi pas une comédie sur la guerre ? Je m’ouvris de mon projet à plusieurs amis, mais ils secouèrent la tête. De Mille me dit « C’est dangereux en ce moment de se moquer de la guerre. » Dangereuse ou non, l’idée m’énervait…

Charlot Soldat connut un succès extraordinaire et notamment auprès des soldats … ».
Par le biais du rire le spectateur entre en empathie avec les personnages tout en percevant les conditions de vie effroyables des soldats dans les tranchées ; le rire permet également de créer une « distance » face aux situations représentées. Cette fiction burlesque est très bien documentée, par contre les élèves ne connaissent pas le contexte historique du récit (la guerre de 14-18) ou peuvent penser qu’il s’agit d’une guerre qui n’a pas existé. Les enseignants devront donc contextualiser ce récit par des comparaisons avec une sélection appropriée de documents d’époque.


  • Le rapport au réel représenté




    • Chercher dans des extraits ce qui pourrait faire référence à des situations qui ont eu réellement lieu lors de la guerre de 14-18.

      • En particulier dans les extraits qui se trouvent dans le premier tiers du film : 2.11>4.20 - 4.50>5.25 - 6.27>8.15 – 8.25>9.09 - 9.33>11.22 - 11.22>12.40 - 17.56>19.36 - 19.36>20.52

      • Les indices qui rappellent des situations réelles : les tranchées, les abris, les bombardements, l’humidité et la boue, les camouflages, les transmissions, les assauts. Les objets : le casque à pointe des allemands, les vêtements des poilus, etc4.

      • Comparer avec des photographies prises à l’époque et des documents (carnets de poilu, objets retrouvés, …).








Photogramme tiré du film Charlot Soldat

Camouflage utilisé pendant la guerre







  • Les inventions du récit




    • Quel événement historique est inventé dans « Charlot soldat » ?

      • La capture du Kaiser. Cet exploit n’a pas eu lieu. Les alliés ont néanmoins gagnés la guerre avec le 11 novembre 1918 la signature de l’armistice à Rethondes. Le traité de paix a été signé le 28 juin 1919 à Versailles.




  • Le cinéma dans les tranchées


Le cinéma remonte le moral des poilus aux avant-postes5

Sevreux, 10 août 1917

Sur le front, dans une petite gare régulatrice, on installe dans une baraque en bois un projecteur Pathé. La salle est pleine de permissionnaires, à peine sortie des tranchées. L’opérateur allume sa lampe à arc, le film défile d’abord quelques vues patriotiques de la firme Gaumont, destinées à remonter le moral des troupes : l’Union sacrée, Fifi tambour, Françaises, veillez ! On applaudit faiblement. En revanche, après les actualités, le nouveau comique venu des Etats-Unis, une sorte de clochard nommé Charlot, est bissé plusieurs fois. Les soldats, qui tremblaient hier devant les bombes, sont aujourd’hui pliés de rire. Miracle du cinéma ! « Vous dire la joie des soldats est impossible, écrit un poilu. C’est comme un sourire, le sourire magique de l’écran qui redonne, à nous autres soldats, le lointain souvenir des doux moments passés au cinéma alors que nous étions civils ». Depuis le 5 août de cette année, le ministère de la Guerre a fait établir dans les zones des armées environ 125 postes cinématographiques, qui sont destinés à donner des représentations dans les camps et les cantonnements. Ce n’est pas la première fois que le cinéma se transporte au front. Déjà, il y a deux ans, Georges Christy et Léon Gaumont avaient organisé une soirée de projections sur le secteur des Vosges. Quelque deux mille soldats assistèrent à la séance, constituée de films artistiques, documentaires, d’actualités et de vues comiques. Un joyeux moment, avant de repartir affronter la mort.


    • Site sur le cinéma pendant la guerre de 14-18 (matériel cinématographique, photographies sur les opérateurs aux armées, programmes, documents sur le cinéma aux armées)

    • Sur le même site une courte vidéo (5 minutes) avec une présentation de Laurent Veray- maître de conférence à L’université de Paris X –Nanterre- sur « Le cinéma comme outil de distraction du poilu »




  • Quelques définitions pour les enseignants6
1   2   3   4

similaire:

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconScénario et réalisation : Charles chaplin

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconEnseignement de l’Histoire des Arts au cycle III liste documentaire...

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconQuels outils, quelles pistes pédagogiques ?

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconBibliographie : Les Activités corporelles d’expression, à l’école...

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) icon50 activités autour des carnets de voyage à l’école – Cycle 2, cycle 3

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconProgrammes d’Histoire 6ème et progressivité des apprentissages en cycle 3
«Identifier le document et savoir pourquoi IL doit être identifié» ce qui oblige à prendre du recul sur «l'histoire racontée» elle-même...

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconThèse de Sciences de l’éducation Université de Rouen Année 2002-2003...
«bibliographie étendue» est de regrouper les références qui ont alimenté, de manière directe ou indirecte, le travail de recherche...

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconOuverture du s é minaire Fran ç oise Moulin Civil, rectrice de l'acad é mie de Lyon
«apprenons ensemble». IL s’agit par exemple de développer la pratique du tutorat entre élèves, de la médiation et du travail de groupe....

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconLe changement climatique; effet de serre et climat du futur document...

Document de travail Pistes pédagogiques école élémentaire cycle 3 concernant le film de Charles Chaplin (1918) iconDocument 2 : Gilbert Charles, la tentation de l’eugénisme, L’express, 14/09/2006






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com