I. Contexte historique





télécharger 34.04 Kb.
titreI. Contexte historique
date de publication07.10.2017
taille34.04 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

04/10/17

La médecine du XVIIe siècle

Le 17e siècle, c’est ce que l’on a appelé l’âge d’or de la science européenne :

  • Nouvel état d’esprit → la pensée vient au contact du réel, avant on était dans des spéculations. On confronte la pensée au réel.

  • Nouveau moyen technique : microscope qui fait son apparition

Sur le plan scientifique, les choses se mettent en place tout doucement, les gens vont s’intéresser aux objets les plus lointains comme les planètes (Copernic et Galilée). L’homme reste un sujet plus délicat. Certain médecin sont novateurs. Mais il ne faut pas faire de manichéisme (ceux qui ont tout compris d’un côté et ceux qui n’ont rien compris de l’autre).

I.Contexte historique


Le 17e siècle va s’inscrire en quasi-totalité dans l’époque classique qui a plus de 150 ans. Cette époque commence en 1610 avec l’assassinat de Henri IV et s’achève le 4 juillet 1776 (indépendance américaine). En France, en particulier au 17e siècle, c’est la monarchie absolue qui prédomine et c’est une époque à laquelle la France domine les autres nations.

A.En France, le contexte historique


  • 1610 : assassinat de Henri IV par Ravaillac.

  • régence de Marie de Médicis surnommée la banquière. Marie avait pris dans son équipe Richelieu.

  • 1617 : Louis XIII assume seul le pouvoir (rejet de Richelieu et de sa mère).

  • 1624 : Richelieu ministre, le couple Louis-Richelieu va devenir indissociable tel Henri IV-Sully.

  • 1643 : mort de Louis XIII

  • régence d’Anne d’Autriche, Louis XIV étant trop jeune

  • 1661 : mort de Mazarin désigné par Richelieu

C’est une période assez troublée car on dit que Louis XIV a fait construire Versailles pour éloigner la Cours de Paris (il a connu La Fronde à Paris).

  • Louis XIV assume seul le pouvoir (meurt en 1715).

Louis XIV est l’exemple typique de cette monarchie absolue.

B.En Angleterre, le contexte historique


  • 1603 : mort de la reine Élisabeth I

  • Jacques Stuart roi d’Écosse devient Jacques I

  • 1625 : mort de Jacques I, Charles I son fils lui succède

  • 1649 : Charles I est décapité le 30 janvier, pouvoir : conseil d’état (Cromwell)

  • 1653 : parlement dissous par l’armé et pleins pouvoirs à Cromwell

  • 1658 : mort de Cromwell

  • 1660 : Charles II est rappelé, il s’est réfugié en France

  • 1685 : mort de Charles II, son frère le duc d’York lui succède Jacques II

  • 1688 : pouvoir offert à la fille ainée du roi Marie et à Guillaume d’Orange son mari ; Jacques II fuit en France

La monarchie anglaise va perdre définitivement son caractère absolutisme, une monarchie constitutionnelle va se mettre en place influencée par John Locke.

C.Vie intellectuelle


Ce 17e siècle fait suite à l’histoire des religions et en particulier à la mise en place du protestantisme opposé à la contre réforme. Dans la contre-réforme, les philosophes grecs vont jouer un rôle très important.

Sur le plan scientifique, il faut comprendre que la science commence à s’intéresser aux objets les plus éloignés (Newton, Denis Papin → la machine à vapeur). L’homme est le dernier à être soumis à la science.

Les certitudes de l’Église sont remises en cause par les hommes de sciences. Il y a plusieurs écoles dans l’Église dont le jésuitisme qui va s’intéresser à la science. Sur le plan de la pensée philosophique, il y a deux grandes tendances :

  • rationalisme : avec René Descartes surtout en France et en Allemagne

  • empirisme : en Angleterre avec Francis Bacon pour qui le savoir est égal au pouvoir → il faut connaître les choses pour les diriger

Les empiristes sont plus portés sur l’observation.

D.Organisation médicale


Nombre de médecin à Paris

En 1550, il y a 72 médecins à Paris pour 300000 habitants. À la fin du 17e, il y aura entre 180 et 200 médecins pour une population qui a doublé. Mais seule une centaine de médecins enseigne en faculté.

En Angleterre, par exemple, à la fin du 16e siècle, il y a 5 médecins de formation universitaire (3/10000 habitants), 37 chirurgiens, 12 pharmaciens, 10 sages femmes, 6 aides soignants et 3 guérisseurs.

Au 17e siècle, Amato, chirurgien barbier, s’exprime dans ses écrits ainsi : « on trouve difficilement un médecin dans les petites localités et dans les villages, de sorte que c’est le chirurgien barbier qui s’occupe de tous les problèmes et qui soignent toutes sortes de maladies ».

Études de médecine

Il y a 3 étapes :

  • un apprentissage des lettres et de la grammaire dans les écoles

  • une propédeutique à la faculté des arts : diplôme de maitre ès arts

  • faculté de médecine (suprématie de celle du nord de L’Italie)

Les chirurgiens

Les médecins constituent l’aristocratie. En ce qui concerne les chirurgiens, ils sont sous l’attaque des médecins. Ils se répartissent en trois groupes :

  • chirurgien de robe longue : parlent latin et porte une toge sous la bannière de Saint Côme

cette confrérie de Saint Côme sera dissoute en 1660 suite à un procès de la faculté de Paris, elle sera rétablie après que Louis XIV se soit fait opérer de sa fistule anale.

  • chirurgien en robe courte : ne parlent pas latin, opèrent sous le contrôle des précédents

  • opérateurs ambulants : aucune confrérie, aucune enseignement, sont tolérés car ce sont les seuls à s’occuper du peuple

Les médecins célèbres

  • William Harvey et la découverte de la circulation sanguine

  • Leeuwenhoek, Malpighi et les premières applications du microscope

  • Thomas Sydenham, l’Hippocrate d’Angleterre


II.William Harvey


William est né à Folkestone le 1 avril 1578.

C’est le premier d’une fratrie de sept garçons et de deux filles. Il ne suit pas les traces de son père et ne devient pas un homme d’affaire.

Il passe d’abord à Cambridge, et est licencié ès art en 1597. Il part en Italie à Padoue à l’âge de 20 ans. À Padoue, il y avait une faculté de médecine extrêmement renommée (c’est là que Galilée enseigne). Il va surtout être l’élève de Fabricius d’Acquapendente et Harvey est surtout intéressé par son travail sur les valvules veineuses.

Au début du 17e siècle, en 1602 après 5 ans à Padoue, il reçoit son doctorat en médecine. Il retourne en Angleterre, à Londres pour exercer la médecine et il se marie avec la fille du Dr Lancelot Brown qui était un médecin connu de Londres. Il va rapidement être membre du comité de l’hôpital Saint Bartholomew à Londres et lecteur en anatomie et chirurgie à Lumley. Il expose ses travaux en 1616.

Il est le médecin extraordinaire de Jacques I puis de Charles I.

Pendant la guerre civile avec Cromwell, il reste proche du roi et sert son parti.

Ses recherches

Harvey est intéressé par les découvertes d’Acquapendente en particulier celle des valvules veineuses.

À l’époque, les connaissances et ce que l’on pense de la physiologie repose sur des travaux de l’Antiquité : on pense que dans les artères il y a de l’air qui circule, que le sang est formé dans le foie et circule uniquement dans les veines.

Les valvules veineuses empêchent le sang de revenir en arrière. Dès 1616, il expose sa découverte à Lumley. Il utilise une méthode quantitative :

  • il calcule le volume et la quantité de sang présent dans les cavités cardiaques

  • 72 battements par minutes

  • 259 kg de sang amenés par heure.

Ses résultats seront publiés en 1628 dans Exercice anatomique sur le mouvement du cœur et du sang chez les animaux.

Il va lui manquer les capillaires qui seront découverts par Malpighi plus tard.

À l’époque, on pensait qu’il y avait des pores entre le cœur droit et le cœur gauche, mais non, les communications sont en périphérie du cœur.

Il ne va pas se contenter de travailler là dessus, il publie aussi des travaux sur la génération, on lui a rapporté cet adage que tout individu provient d’un œuf.

La querelle avec les détracteurs

Cette démonstration sur la circulation sanguine démonte ce qui est enseigné à la faculté déclenchant un tonnerre de contestation.

Jean Riolan, célèbre anatomiste, va nier la circulation.

Guy Patin, doyen de la fac de Paris, le traite de charlatan : « la circulation est paradoxale, inutile à la médecine, fausse, impossible, inintelligible, absurde et nuisible à la vie de l’homme ».
Évidemment, toute la vie intellectuelle va s’amuser de ça :

  • Molière va se moquer des anti-circulateurs dans le malade imaginaire

  • Boileau trouve une solution dans son arrêt burlesque

Louis XIV prend parti en faveur des circulateurs. Malgré les remontrances du parlement, il va charger Pierre Dionis d’enseigner l’anatomie de l’homme avec les nouvelles découvertes.

III.Les premiers microscopes


Le premier microscope a été mis au point par l’hollandais Zacharias Jansen en 1595 ou 1604 ou imaginé à partir de la lunette astronomique de Galilée et parfois attribué à Van Leeuwenhoek. Ce qui est important c’est que grâce à ces microscopes on va découvrir un monde nouveau : terrain totalement vierge.

Premières observations

Jean Swammerdam (1637-1680) observe des globules rouges en 1658

Robert Hooke a été le premier à utiliser le terme de cellule. Robert Hooke a observé du liège sous microscope, il a dessiné ce qu’il observait dans son microscope. Et en observant le liège, il voit un squelette végétal, des zones complétement vides, des zones géométriques et cela lui rappelle vaguement les cellules des moines dans les monastères. Ce terme de cellule a été utilisé pour désigner ces espaces vides.

Schwann a dressé la théorie cellulaire au 19e siècle. Schwann a fait une grave crise mystique suite à sa découverte, il va finir sa vie à Liège.

Anton Van Leeuwenhoek

Il est marchand de tissu à Delft en Hollande. Pour regarder les tissus, il doit avoir un système grossissant. Son microscope est une lentille sertie dans une plaque, et à l’extrémité il mettait ce qu’il avait à observer. Il a fait 200 microscopes au cours de sa vie → grossissement de 160 à 300.

Il observe tout ce qui passe sous sa main : eau, sperme…

  • Animalcules spermatozoïdes

  • vers spermatiques observés par Hamm

Ces animacules vont être confrontés à des tas de théories. Certains pensent que c’est dans la semence qu’il y a l’homme en germe, d’autres que c’est la théorie oviste, le sperme vient simplement donner un élan vital ou pour Hartsoeker, il s’agit d’un homonculus = petit bonhomme en miniature.

Marcello Malpighi (1628-1694)

Il est le médecin du pape innocent XII, il va décrire l’anatomie microscopique c’est-à-dire décrire des tas d’organes au microscope : les papilles gustatives, les corpuscules de la rate… Il va mettre en évidence en examinant les poumons de grenouille, il va montrer que le sang circule dans les capillaires (1661). Il s’est intéressé à la reproduction : théorie de la préformation → il a vu un début de développement dans un œuf non fécondé.

IV.Thomas Sydenham (1624-1689)


C’est celui que l’on a appelé l’Hippocrate anglais. Sa vie s’inscrit totalement dans le 17e.

Il est né à Wynford Eagle dans le Dorset où son père possédait un domaine. Il est issu d’une famille aisée antiroyaliste.

À 18 ans, il arrive à Oxford mais interrompt ses études pour rejoindre l’armée de Cromwell où il devient officier.

En 1648, il est bachelier en médecine à Oxford et peu après il devient docteur en médecine à Cambridge. Il va exercer pendant un petit moment à Londres. Il s’installe à Westminster (Cromwell va mourir) il est en quelque sorte chassé. Ce n’est qu’en 1676 qu’il sera docteur du Pembrocke college de Cambridge.

Pourquoi on l’a appelé l’Hippocrate ?

Il avait fait sienne cette devise que l’on attribue à Hippocrate : il observe le patient (il est au lit du malade), il observe la pathologie, il doit en connaître l’évolution naturelle avant d’en poser le diagnostic (clinique).

On dit de lui que c’est un empiriste rationnel, il va allier l’expérience (il connaît les différentes maladies, leurs évolutions naturelles … ) et le raisonnement. Il va se méfier des découvertes récentes.

Sémiologie : il va décrire de façon pertinente :

  • la goutte

  • grippe

  • rougeole

  • scarlatine

  • pneumonie

  • hystérie

  • érysipèle

  • dysenterie

  • chorée

Il va trouver des remèdes relativement simples, il est pour la simplicité, dans le doute on s’abstient, il ne doit pas nuire au patient.

  • Amener du fer en cas d’anémie ça marche bien

  • L’écorce de quinquina pour le paludisme

  • Les sels de mercure dans la syphilis

  • il est à l’origine de la liqueur opiacée

Il a eu trois fils ; un sera médecin et va écrire en anglais La pratique du docteur Sydenhamm sur les observations de son père.

Chorée de Sydenhamm 1685 (chorée aigue) : maladie du système nerveux central post-streptococcique entre 8 et 10 ans surtout chez les filles : fièvres, mouvements involontaires et contractions musculaires du tronc et des extrémités.

Laudanum de Sydenhamm (1660) cette teinture d’opium safranée était employée comme sédatif.

– – /

similaire:

I. Contexte historique iconContexte historique Historique du Tabac

I. Contexte historique iconContexte historique géNÉral de l’enseignement catholique 1890-1960

I. Contexte historique icon1- Évolution d’objets techniques dans un contexte historique et socio-économique

I. Contexte historique iconHistoire 1re
«Contexte historique», à partir de quel moment prend-t-on véritablement conscience qu’il s’agit d’un attentat terroriste ?

I. Contexte historique iconModule d’Histoire Classe de Seconde Le Contexte Historique : 1863-1866
«coloniales» sur les pays africains et asiatiques à l’initiative de Napoléon III

I. Contexte historique iconDiaporama contexte historique de «les misérables»
«Les misérables» se passe entre 1815 (la sortie de prison de Jean Valjean) et 1833

I. Contexte historique iconLe contexte historique du Spectacle dans un fauteuil de Musset
«adieu la ménagerie !» ne vise donc pas le théâtre, mais les régisseurs, les directeurs de théâtre, etc

I. Contexte historique iconLe scénario : L’intrigue
«Les loups de l’Empereur» (précédent roman de Gilles de Becdelièvre) : recherche historique, construction d’une histoire (scénario...

I. Contexte historique iconInterview : Monsieur Jean-Marc Lhermet (Directeur sportif, asm)
«l’esprit du jeu ne change pas, c’est le monde autour de lui qui évolue». Afin de mieux comprendre, nous allons nous intéresser en...

I. Contexte historique iconPrix du projet de documentaire historique des rendez-vous de l’histoire
«Prix du Projet de documentaire historique». Ils s’ajoutent aux trois autres grands prix décernés par le festival: le «Prix des Rendez-vous...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com