De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature





télécharger 53.68 Kb.
titreDe la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature
date de publication29.10.2017
taille53.68 Kb.
typeLittérature
h.20-bal.com > littérature > Littérature

Historique de

la Maison des écrivains

et de la littérature





f:\echange\logo mel\logo mel noir.jpg

Écrivains membres des conseils d’administration successifs de l’APCME

(Association pour la création de la Maison des écrivains) :
Hervé Bazin - Yves Berger - Michel Chaillou - Georges-Olivier Châteaureynaud - François Coupry - Michel Deguy - Alain Demouzon - Pierre Dumayet - Jean-Pierre Énard - Alain Gerber - Eugène Guillevic - Maurice Nadeau - François Nourissier - Catherine Rihoit - Jacques Roubaud - Frédérick Tristan - François Weyergans
***
Écrivains membres des conseils d’administration successifs

de la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature :



Claude Adelen - Malek Alloula - Marie-Louise Audiberti - Jeanne Benameur - Arno Bertina - Pierre Billard - François Billetdoux - Marc Blanchet - François Boddaert - François Bon - Yves Boudier - Elisabeth Brami - Françoise Cartano - Michel Chaillou - Bernard Chambaz - Georges-Olivier Châteaureynaud - Noëlle Châtelet - Georges-Emmanuel Clancier - Benoît Conort - Claude Couffon - François Coupry - Maurice Cury - Régine Deforges - Michel Deguy - Dominique Desanti - Marie Despléchin - Claude Esteban - Marie Étienne - Philippe Forest - Viviane Forrester - Anne-Marie Garat - Xavière Gauthier - Jean-Louis Giovannoni - Jean Guiloineau - Nedim Gürsel - Gil Jouanard - Michèle Kahn - Sophie Képès - Alfred Kern - Henri Kubnick - Abdellatif Laâbi - Martine Laffon - Pierre Lartigue - Camille Laurens - Bertrand Leclair - Annie Leclerc - Bernard Lortholary - Maria Maïlat - Robert Mallet - Eduardo Manet - Jean-Yves Masson - Jean-Michel Maulpoix - Daniel Maximin - Annie Mignard - Pierre Moinot - Dominique Noguez - François Nourissier - Jean-Baptiste Para - Claire Paulhan - Marc Petit - Bernard Pingaud - Maurice Pons - Jean Rouaud - Danièle Sallenave - François Salvaing - Maguelonne Toussaint-Samat - Vassilis Vassilikos

La Maison aurait dû exister bien plus tôt. Avant même que l’idée ne naisse, elle avait sa nécessité. Par exemple en 1463, lorsque François Villon, banni de Paris, disparaît sans laisser de trace. La Maison eût été là, elle aurait pu intercéder pour lui auprès du Parlement, ou au moins lui trouver une résidence en région. D’autres exemples pourraient être donnés dans les siècles qui ont suivi, mais nous passerons directement au dernier quart du XXe siècle.

***

Au cours des années 1970, Eugène Guillevic, membre de l’Union des écrivains, envoya aux pouvoirs publics une lettre qui proposait l’idée d’une telle maison, « liée au désir de légitimation sociale des écrivains »1. Puis Bernard Pingaud, de l’Union des écrivains également, mandaté par Jack Lang, ministre de la Culture, remet successivement deux rapports au ministère, en 1981 et 1982, qui proposent un plan d’action en faveur du livre et de la lecture. Le projet d’une Maison des écrivains y est clairement défini2.


28 octobre 1983 : constitution de l’Association pour la création de la Maison des écrivains, qui aura pour but, pendant environ deux ans, de préparer l’installation de la Maison des écrivains aux côtés du Centre national des lettres, à l’Hôtel d’Avejan, sur le point d’être restauré, rue de Verneuil. Quelques services commencent à fonctionner : service auteurs/éditeurs, service auteurs/médias, agence des écrivains pour la promotion de la culture, documentation.

Siège : 28, rue des Petites-Écuries, Paris Xème.
Au cours de ces deux années préparatoires, trois présidents se succèderont : Hervé Bazin, Pierre Dumayet et François Coupry. Ce dernier est également le premier directeur de l’équipe salariée, de mai 1984 à août 1986.

***

Le 31 mars 1986, cette première association peut cesser ses activités et laisser la place à l’Association de la Maison des écrivains, qui emploie sept salariés, et s’installe à l’Hôtel d’Avejan, au 53, rue de Verneuil, Paris VIIème.


Georges-Emmanuel Clancier en est le premier président.
Hugues de Kerret en devient le directeur en septembre 1986. En juin 1987, Le Cahier, un « 12 pages » trimestriel, propose aux adhérents quelques articles et le programme des rencontres. Il en paraîtra 5 numéros, suivis par une Lettre mensuelle de la Maison des écrivains (4 numéros), simple programme sur feuille A4. Dès lors, des séries de rendez-vous réguliers, tels que « Lectures d’œuvres en cours », « Rencontres avec des écrivains étrangers », « L’écrivain et l’art » se mettent en place et se renouvellent au fil des ans.

La disparition soudaine d’Hugues de Kerret, en avril 1989, laisse la Maison désemparée.

Martine Segonds-Bauer prend la direction de l’équipe en août 1989 ; s’ensuit une nouvelle formule de la publication régulière de la Maison, la Lettre d’information trimestrielle, bulletin d’information et programme, qui sera le lien avec nos adhérents et notre public de mai 1990 au quatrième trimestre 2005, en 47 numéros.

En 1990, Bernard Pingaud succède

à Georges-Emmanuel Clancier à la présidence.
La Maison participe aux grands événements culturels proposés par le CNL : « La Fureur de lire » (qui deviendra « Le Temps des livres », puis « Lire en fête »), ainsi que « Les Belles étrangères ».

Elle propose, de 1988 à 1996, un service d’aide à l’écriture de scénario de long-métrage de fiction reposant sur la collaboration d’un écrivain et d’un cinéaste. François Coupry est en charge de ce service. Plusieurs films qui en ont bénéficié parviendront jusqu’à l’exploitation en salles, parmi lesquels Rue du Bac, de Gabriel Aghion (1990), Au petit Marguery, de Laurent Bénégui (1994), L’Arrière-Pays, de Jacques Nolot (1997), La Mort qui tue, de Hadrien Bichet (2007).
Ces années seront marquées par…

… de grands colloques : Les intellectuels en Europe de 1945 à 1991 : les métamorphoses de l’engagement  (12 & 13 décembre 1991) ; les Journées René Char – la route par les sentiers (12 & 13 juin 1992)

… des carrefours internationaux : L’Europe des jeunes lecteurs (Fureur de lire 92).
Quelques publications gardent trace d’actions d’envergure :

  • Le voyage à l’Estrécits, Balland / La Maison des écrivains, 1990. À l’initiative de la Maison des écrivains, des auteurs se sont rendus en Europe de l’Est pour témoigner des bouleversements qui venaient de s’y produire. Les impressions de Daniel Pennac & Jean-Marie Laclavetine, Olivier Rolin, Jean-Philippe Domecq, Jacques Roubaud, Didier Daeninckx, Danièle Sallenave, Marie Nimier, Dominique Desanti, Alain Nadaud, Leslie Kaplan, Renaud Camus.




  • On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans, Fureur de lire, fureur d’écrire – Poèmes, La Maison des écrivains, 1991. Sélection des meilleurs textes des lycéens ayant participé au concours national des poètes de dix-sept ans organisé lors de la Fureur de lire 1991.




  • Qu’est-ce que la littérature érotique ? 60 écrivains répondent, La Maison des écrivains / Zulma, 1993.


À partir de 1992 se met en place le premier programme d’interventions d’écrivains en milieu scolaire, mis en œuvre par Donatella Saulnier, Une œuvre, un visage, qui deviendra L’Ami littéraire, dont le succès, tant auprès des enseignants que des écrivains, ira croissant.
En 1993, Michel Deguy succède

à Bernard Pingaud au poste de président.
Au mois d’octobre, la Maison publie son Répertoire des aides aux écrivains, résultat du travail de recensement de Jean Guiloineau, avec la collaboration de Geneviève Charpentier pour les résidences. Il sera remis à jour deux fois, sous le titre Guide des aides aux écrivains, en co-édition avec Séguier en 1996, puis avec Climats en 2000.

Aujourd’hui, cette matière constitue un des volets du site Internet de la Mel.
En janvier 1995, Martine Segonds-Bauer quitte la direction pour reprendre le service aide à l’écriture de scénario laissé vacant par François Coupry, et Alain Lance la remplace à la tête de l’équipe.

Changement de direction, changement de « liens » avec les littératures étrangères : les relations privilégiées de Martine Segonds-Bauer étaient plutôt nouées avec les pays latins d’Europe et d’Amérique, ceux d’Alain Lance avec l’Est germanique et slave, ainsi que l’Iran…
Les actions continuent :

Durant plusieurs années, la Maison des écrivains est partenaire du Festival des cinémas et culture d’Amérique latine de Biarritz et organise les tables rondes littéraires qui permettent des débats entre les auteurs latino-américains invités et les auteurs et traducteurs français spécialistes de ces littératures. Une revue annuelle donnera corps à deux années de cette collaboration avec Biarritz : L.A., Revue des deux océans, n°1 (1996) et n°2 (1997).
En 1998, Claude Esteban succède

à Michel Deguy à la présidence.
La Maison développe ses programmes d’interventions, en direction de l’enseignement supérieur : Le Temps des écrivains à l’Université et dans les grandes écoles démarre en 1998, sous l’impulsion de Patrick Souchon. Des années d’actions aboutissent à la parution de deux ouvrages :

  • L’écrivain viendra le 17 mars, collectif, sous la direction de Donatella Saulnier et Martine Laffon, le Seuil / La Maison des écrivains, 2001. Sur L’Ami littéraire

  • La langue à l’œuvre, collectif, sous la direction de Patrick Souchon, Les Presses du réel / La Maison des écrivains, 2000. Sur Le Temps des écrivains


D’autres publications viennent témoigner d’actions ou de rencontres importantes :

  • Paroles à la bouche du présent. Le négationnisme, histoire ou politique ?, sous la direction de Natacha Michel, Éd. Al Dante, 1997.




  • Peter Weiss à Paris, sous la direction de Günter Schütz, Éd. Kimé, 1998. Actes du colloque qui eut lieu en 1997, en partie à la Maison des écrivains.




  • Claude Ollier, Passeur de fables, textes réunis et présentés par Mireille Calle-Gruber, Éd. Jean-Michel Place, 1999. Actes du colloque Claude Ollier, décembre 1997.




  • Passerelles dans la ville – Écritures, architectures, collectif, sur une proposition d’Hélène Bleskine, Éd. de l’Imprimeur, 2001. Sélection de textes d’étudiants en architecture conçus dans des ateliers dirigés par des écrivains.


Et, à l’occasion de la venue à Paris de sept écrivains iraniens :

  • Iran, poésie et autres rubriques, textes de 14 poètes rassemblés par Chahrâchoub Amirchâbi et Alain Lance, Phénix Éditions, 2000 (reprise de l’édition Maspero de 1980)




  • Derrière ma fenêtre, il y a un corbeau… Sept écrivains d’aujourd’hui, collectif, Éd L’Inventaire / La Maison des écrivains, 2000.


Signalons enfin Paris par écrit – Vingt écrivains parlent de leur arrondissement, collectif, Éd L’Inventaire / La Maison des écrivains, 2002.
La Maison se dote d’un premier site Internet en 2001. Il décrit les missions, donne le calendrier des rencontres à venir.
En 2004, Jean-Michel Maulpoix succède

à Claude Esteban au poste de président.
Viennent des années de transition : le Centre national du livre et la Maison des écrivains sont de plus en plus à l’étroit dans les murs de l’Hôtel d’Avejan. La nécessité de trouver un nouveau lieu se fait de plus en plus pressante. On visite des lieux, dans Paris, mais aucun n’est vraiment convaincant…
Alain Lance part en retraite. Sylvie Gouttebaron, auparavant directrice du Festival du Premier Roman de Chambéry, lui succède à la direction.

La Lettre d’information est remplacée par une Lettre de la maison des écrivains et un programme mensuel séparé.

Des contacts sont pris avec la Ville de Paris, la région Île-de-France.

2006-2007 : Anne-Marie Garat succède

à Jean-Michel Maulpoix à la présidence.
La Ville de Paris propose notre installation dans la maison des frères Goncourt, au 67, boulevard de Montmorency, dans le XVIe arrondissement (Auteuil). L’édifice doit être restauré. Notons qu’autrefois, la maison portait le numéro 53…
La première édition de ce qui deviendra notre festival annuel a lieu à la Maison de l’Amérique latine : Enjeux contemporains du roman – Autour de la Littérature française au présent, les 26 et 27 janvier 2007.
Le déménagement a enfin lieu au printemps 2007.
La Maison des écrivains devient Maison des écrivains et de la littérature, et se dote du sigle « Mel ».

Une nouvelle charte graphique, un nouveau site Internet, plus complet, plus riche en actualité… Il propose notamment le répertoire des bourses et résidences, les pages auteurs…
La maison des Goncourt est spacieuse mais ne peut accueillir le public des rencontres, hebdomadaires : en partenariat avec le Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, la plupart des rencontres auront dorénavant lieu dans l’auditorium du Petit Palais, grâce au soutien de son directeur, Gilles Chazal.
De nouveaux rendez-vous se mettent en place, avec le concours de France Culture et de l’Ina.

La place de la littérature à la télévision est notamment l’objet d’une réflexion nourrie par des retours sur archives choisis par des écrivains : « Entendez-voir, la littérature est-elle soluble dans la télévision ? »
Les Enjeux contemporains II se déroulent donc au Petit Palais les 3, 4 et 5 avril 2008. Ils ne sont plus exclusivement consacrés au roman et s’ouvrent par conséquent à d’autres genres, la poésie en particulier.
Puis viendront…

Les Enjeux contemporains III – La Littérature est-elle plastique ? (31 janvier et 1er février 2009)
En 2009, Jean-Yves Masson succède

à Anne-Marie Garat au poste de président
Les Enjeux contemporains IV – Littérature en vérité (28, 29 et 30 janvier 2011)
En 2011, Jean-Louis Giovannoni succède

à Jean-Yves Masson au poste de président.
Les Enjeux V – Écrire, encore (du 26 au 29 janvier 2012)…
Les programmes L’Ami littéraire et Le Temps des écrivains à L’Université et dans les grandes écoles sont portés à la connaissance de nos partenaires lors de rencontres organisées en région (comme par exemple « Se rencontrer : l’écrivain et milieu scolaire », en Languedoc – Roussillon en 2011, avec le CR2L).
Aujourd’hui, la Mel propose à quelque 500 écrivains des activités diverses de rencontres, de créations, d’interventions. Autant de manières de rendre, à travers eux, la littérature sensible auprès d’un public toujours élargi.

En 2012, Yves Boudier succède

à Jean-Louis Giovannoni au poste de président.



Cet historique a été réalisé par Robert Martin

Mise en page : Catherine Riza
Toutes les personnes qui ont travaillé à la Mdé / Mel :
Sophie Abellan - Jacques Bens - Agnès Bessac - Frédéric Bouilleux - Lisette Bouvier - Christine Breton - Émilie Chaix - Geneviève Charpentier - Aurélie Chêne - Catherine Claude - Jacqueline Colombo - Catherine Coridian - François Coupry (directeur) - Harold David-Coyac - Robert Deleuse - Virginie Frénay - Michel Friedman - Sylvie Gouttebaron (directrice) - Colette Gutman - Martin Hervé - Michèle Ignazi - Garance Jousset - Hugues de Kerret (directeur) - Mathias Lair - Alain Lance (directeur) - Benoît Legemble - Nathalie Lurton - Robert Martin - Anastassia Milonopoulou - Emmanuel Moses - François Nacfer - André Nataf - Marjolaine Noiret - Bernard Piniau - Catherine Riza - Fatima Sassi - Donatella Saulnier - Martine Segonds-Bauer (directrice) - Patrick Souchon - Camille Thomine - Laurence Tissier - Carine Toly - Bothary Ung Chanfah



La Mel est soutenue depuis l’origine par le ministère de la Culture (CNL, DLL), le ministère de l’Éducation nationale, et depuis 2007, la Ville de Paris. La région Île-de-France est l’un de ses partenaires privilégiés. Elle bénéficie du soutien de la Caisse des Dépôts.



région ile-de-france caisse des dépôts

Les auteurs* du Comité de parrainage des origines :

Jean L’Anselme – Christiane Baroche – Hervé Bazin – Béatrix Beck – Simone Benmussa – Jacques Bens – Yves Berger – Jean-Noël Blanc – Breyten Breytenbach – Françoise Campo-Timal – François Caradec – Françoise Cartano – Michel Chaillou – Marie Chaix – Noëlle de Chambrun – Georges-Olivier Châteaureynaud – Chantal Chawaf – Claude Couffon – Maurice Cury – Régine Deforges – Michel Deguy – Florence Delay – Alain Demouzon – Dominique Desanti – Pierre Dumayet – Jean Echenoz – Jean-Pierre Énard – Pierrette Fleutiaux – Viviane Forrester – Paul Fournel – Alain Gerber – Eugène Guillevic – Ludovic Janvier – Richard Jorif – Nelly Kaplan – Danilo Kis – Bernard Lortholary – Robert Mallet – Diane de Margerie – Albert Memmi – Pierre Moinot, de l’Académie française – Maurice Nadeau – Bernard Noël – François Nourissier, de l’Académie Goncourt – Erik Orsenna – Bernard Pingaud – Catherine Rihoit – Alain Robbe-Grillet – Jacques Roubaud – Elisabeth Roudinesco – Jean Rousselot – Danièle Sallenave – Annie Saumont – Léopold Sédar Senghor, de l’Académie française – Frédérick Tristan – Jean Vautrin – Vassilis Vassilikos – François Weyergans – Daniel Zimmermann

*Au départ, ils devaient être 53. Il y eut des disparitions, des remplacements, qui expliquent les 58 npms de la liste…

Le Comité de parrainage d’aujourd’hui :

Michel Butor
Edmonde Charles-Roux
Michel Deguy
Jean d'Ormesson
Anne-Marie Garat
Juan Goytisolo
Nancy Huston
Jean-Michel Maulpoix
Marie Ndiaye
Michel Serres


1 Pierre-Alain Tilliette, La Maisons des écrivains, mode d’emploi, à la lumière d’une année d’existence, École nationale supérieure des bibliothèques, 1987.

2 Bernard Pingaud & Jean-Claude Barreau, Pour une politique nouvelle du livre et de la lecture, rapports au ministre de la culture, Dalloz, 1982. L’ouvrage rassemble les deux documents : « 55 propositions pour le livre » (1er octobre 1981) et « Pour une politique nouvelle du livre et de la lecture » (20 janvier 1982).


similaire:

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconQuelle place pour la littérature européenne dans les programmes ?
«littérature européenne» semble renvoyer à une définition facile à cerner : ce serait l’ensemble des écrivains – et des œuvres –...

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconLa présence des Cathares dans les royaumes
«que Dieu fasse de toi un bon homme». Curieusement, sa maison s’appelait «Cal Tolosa», ou Maison Tolosa…

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconA. Des écrivains écrivent sur la peinture

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconSommaire
«maison» est donc considéré, dans ce travail, dans son sens le plus large, c’est-à-dire un bâtiment construit par l’homme pour y...

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconNote à l’attention des enseignants
«sauvages» : quels sont les indices qui me permettent de reconnaître un champ de noyer d’une forêt ? Repérer les éléments d’architecture...

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconA la découverte des littératures étrangères
«Jeune Allemagne», qu’incarnent des écrivains engagés comme Büchner ou Heine, se détourne du romantisme et aspire à la République,...

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconAlain, littérature et philosophie mêlées, sous la direction de Michel...
«selon [son] opinion dans la grande famille des écrivains», s’y trouve donc minorée tandis qu’en sont absents les noms d’André Maurois...

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconSéquence 3 : les poètes face à la barbarie
«J'accuse !». IL échappe à l'arrestation et se réfugie en Europe. Un peu plus tard en 1957, de retour au Chili depuis 5 ans, IL devient...

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconEst un lieu «incontournable» pour les professeurs et les élèves préparant...
«littérature reprend ses droits», la troisième partie du Musée propose des œuvres originales de nombreux écrivains qu’ils aient choisis...

De la Maison des écrivains / Maison des écrivains et de la littérature iconNotes de production
«la kalachnikov est le produit russe le plus exporte devant la vodka, le caviar et les ecrivains suicidaires…»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com