Et le programme de géographie





télécharger 41.18 Kb.
titreEt le programme de géographie
date de publication29.10.2017
taille41.18 Kb.
typeLe programme
h.20-bal.com > littérature > Le programme
A LA DÉCOUVERTE DU

ROMAN FRANCOPHONE AFRICAIN

« LA GRÈVE DES BATTU »

Aminata SOW FALL

Aminata SOW FALL, «  La Grève des Bàttu », édition Le Serpent à Plumes, collection Motifs, 2001 (168 pages, très facile à lire). L’auteur a été nominé au Goncourt en 1979.
Attention : la première publication du livre date de 1979 aux Nouvelles Éditions Africaines.




Séquence d’étude d’une œuvre intégrale

en Terminale Baccalauréat Professionnel


Objectifs de la séquence :

  • Sensibiliser les élèves à la littérature francophone africaine contemporaine.

  • Découvrir une femme écrivain sénégalaise.

  • Lire une œuvre intégrale.

  • Amener les élèves à conduire une réflexion sur « l’Autre » culturellement différente.

  • Établir un lien avec le programme d’histoire (étude de la colonisation et de la décolonisation) et le programme de géographie (l’Afrique).


Observations : il n’y a pas de roman africain avant la colonisation. L’Afrique est de tradition orale et la colonisation a apporté un nouveau moyen d’expression, l’écriture. On écrit pour être « visible », pour exister.


Séance n° 1 - Horizons d’attente (Il était une fois...)
Durée : 2 h.
Objectif :

  • A partir de la lecture du titre, de la 4ème de couverture, de la dédicace et de l’incipit, dégager des hypothèses de lecture.


Support : le livre


Activités des élèves :
Première heure :
Travail en groupes


  • Interprétation du titre (1° « grève » = plage ou traduction du mot anglais « strike » ? / 2° « bàttu », prononcer « battou » mot venant du wolof, parlé par 80% des Sénégalais) et de la dédicace (à mon mari : pourquoi ?)

  • Lecture méthodique de l’incipit ?

  • Recherche d’hypothèses de lecture.


Deuxième heure 
Travail individuel
- Rédiger, à partir des hypothèses de lecture, un texte d’une quarantaine de lignes.
Pour la semaine suivante lire les 7 premiers chapitres du livre.


Séance n° 2 - Du roman colonial à l’histoire « revisitée » : un siècle de littérature francophone africaine (situer l’œuvre dans son contexte)
Durée : 2 h
Objectif :

  • A partir de la lecture d’un ensemble de documents (biographie, articles de presse, extraits d’œuvres), mettre en évidence les différents aspects de la littérature francophone contemporaine ainsi que le contexte historique et social qui a prévalu. Puis contextualiser l’œuvre étudiée.


Supports :

  • Le livre.

  • Une interview d’Aminata Sow Fall réalisée par Simon Kiba et publiée dans la revue Amina en 1979.

  • Un extrait de la préface de Batouala, véritable roman nègre de René Maran qui a obtenu le Prix Goncourt en 1921. (Martiniquais, fonctionnaire colonial au Sénégal).

  • Un extrait de Karim, roman sénégalais de Ousmane Socé paru en 1929.

  • Un poème de Léopold Sédar Senghor, Prière de paix, in. Hosties noires.

  • Un article paru dans le magazine Présence Africaine n° XXVII-XXVIIII, août-nov. 1959, p 38.

  • Un extrait de Soundjata ou l’épopée mandingue de Djibril Tamsir Niane publié en 1960.

  • Le dictionnaire d’histoire (histoire du Sénégal, musulman depuis le 11ème siècle. Colonisation, décolonisation, littérature).


Activités des élèves :
Travail en groupes de quatre élèves.


  • Lecture et analyse des documents,

  • Recherche d’informations dans le dictionnaire sur l’histoire de l’Afrique et plus particulièrement sur le Sénégal.

  • Réalisation d’un axe chronologique mettant en parallèles le contexte politique et social (de la colonisation à 1979), les différents aspects de la littérature francophone africaine pendant la même période et la vie et l’œuvre d’Aminata Sow Fall.

  • Répondre à une série de questions  :

. Quel est le contexte historique de la narration ?

. Quelle est la genèse du roman ?

. Quelle est selon vous la part de l’autobiographie

  • Présentation sous forme d’exposé oral du travail réalisé en groupe.



Pour la semaine suivante, lire les 7 derniers chapitres du livre.


Séance n° 3 - Les personnages
Durée : 6 h
Objectifs généraux : il s’agit maintenant, d’étudier les personnages afin de faire ressortir la manière dont ils sont mis en scène, vus, décrits, présentés, la façon dont ils se font eux-mêmes connaître, leur intégration dans le roman et les différents rôles qu’ils y jouent, ainsi que les relations qu’ils entretiennent avec les autres personnages.
2 heures : expression écrite
Support : le livre
Objectifs :

  • Revoir les notions de narrateur et de points de vue.

  • Montrer que le choix de points de vue émane d’une intention particulière de l’auteur.

  • Savoir réécrire un texte en changeant de narrateur.

  • Savoir réécrire un texte en changeant le point de vue.


Activités des élèves :


  • Rechercher la présence du narrateur dans le récit dans les chapitres 4, 7, 10, 13,

  • Identifier les changements de points de vue dans les chapitres 4, 7, 10, 13,

  • Réécrire le début du chapitre 7 p 91-92 (Mour Ndiaye… il s’est confondu avec le personnage) à la première personne, le narrateur étant, au choix, Keba Dabo ou Mour Ndiaye.

  • Réécrire le début du chapitre 8 jusqu’à « … une guerre ouverte contre Mour » en adoptant le point de vue de Mour Ndiaye.

2 heures : lecture
Support : le livre
Objectifs :

  • Construire le portrait des personnages principaux en prenant en compte leurs choix idéologiques en relation avec le contexte historique, politique et culturel.

  • Mettre en évidence les relations qu’ils entretiennent entre eux (importance du marabout)


Les « parlures » en wolof.

  • comment combattre les « mendiants » (« boroom bàttu ») en respectant les lois ancestrales

  • comment garder une femme dévouée en s’en offrant une plus jeune, plus moderne


Activités des élèves :
Travail en groupes


  • Rechercher dans le livre les éléments permettant de construire le portrait des personnages suivants :

. 1er et 2ème groupe : MOUR NDIAYE (arriviste), KEBA DABO (intègre),

. 3ème et 4ème groupe : tous les visages des femmes=LOLLI (fidèle), RABBI (féministe) et SALLA NIANG (chef des mendiants), typiques des femmes en Afrique

. 5ème groupe : Les mendiants = GORGUI DIOP et NGUIRANE

. 6ème groupe : les marabouts = SERIGNE BIRAMA et KIFFI BOKOUL

  • Expliquer pourquoi ces personnages sont représentatifs de la société sénégalaise (socialement, culturellement).

  • Présentation orale, à l’ensemble de la classe, des portraits réalisés.



2 heures : oral
Support : le livre


  • Un groupement de textes : un extrait d’Une si longue lettre de Mariama BA, 1979 (roman épistolaire

  • un extrait d’Elonga d’Angèle RAWIRI, 1980.

  • l’excipit de Xala de Ousmane SEMBENE, 1973 (les mendiants se révoltent /problème de l’Afrique : tout dégénère en violence).


Objectif :
Il s’agit de faire une peinture sociale de la société sénégalaise décrite dans l’œuvre
Activités des élèves :


  • Mettre en évidence la condition féminine dans la société sénégalaise et plus généralement en Afrique à partir des figures féminines du roman et du groupement de textes.

  • Montrer l’image du monde politique sénégalais et plus généralement africain depuis l’indépendance à partir des portraits de MOUR NDIAYE, KEBA DABO

  • Rechercher comment se définit la relation groupe et individu.

  • Montrer le rôle social et politique des mendiants et des marabouts dans la société sénégalaise et plus généralement dans le monde africain.

  • Montrer comment par le biais des mendiants, la romancière rend visible les différents niveaux de la hiérarchie sociale.

  • Rechercher la critique sociale évoquée dans l’œuvre d’Aminata SOW FALL.

  • Identifier les acteurs mis au service de cette critique.


Avec l’ECJS, on peut orienter vers un débat sur un des thèmes, par exemple « la condition féminine », en élargissant les recherches.
Séance n° 4 - Le temps et l’espace
Durée : 4 h
Objectifs généraux :
Amener les élèves à comprendre l’importance des informations spatio-temporelles, en leur donnant, pour décrypter cette importance, des éléments d’analyse. D’autre part, revoir les notions de genres et de registres. Enfin, aborder la notion de temps et d’espace dans une autre civilisation.

2 heures - LE TEMPS « A l’heure où les djinns prennent leur bain de chaleur.. »
Objectif :

  • S’interroger sur la manière de rendre compte du déroulement du temps dans le roman d’Aminata SOW FALL.

  • Revoir les techniques qui créent le rythme du récit.

  • Revoir les outils d’analyse.


Observations : indices temporels peu nombreux (hivernages/djinn/2 saisons/vendredi=jour où on mendie le plus)
Support : le roman in extenso
Activités des élèves :
Travail en groupes


  • Relever les principaux indices temporels et les décrypter.

  • Résumer les principaux faits de chaque chapitre.

  • Préciser leur durée en nombre d’heures, de jours…

  • Élaborer un tableau récapitulatif mettant en vis à vis le temps de la fiction et le temps de la narration.

2 heures - L’ESPACE : « le quartier des parcelles assainies… »
Objectif : découvrir et analyser l’espace d’une ville africaine musulmane.
Support : le livre in extenso

Une carte du continent africain.

Un plan de Dakar.

Une photo d’une banlieue.

(Manuel de Terminale générale Hachette)
Activités des élèves :


  • Situer le Sénégal et Dakar sur la carte de l’Afrique.

  • Rechercher les indices spatiaux et expliquer ce qu’ils nous apprennent sur l’organisation et les fonctions de l’espace étudié, (la ville et la banlieue, le village, la maison...) / la ville africaine (en liaison avec le programme de Géographie ; les problèmes = l’exode rural, les villes, la mendicité…).

  • Localiser et tracer sur le plan de la ville les lieux cités (hôpital, Mosquée, gouvernement…= lieux où l’on mendie le plus avec les carrefours).




Séance n° 5 - « Battu » de Cheixk Oumar SISSOKO (1999-2000)
Diffusion du film inspiré du livre d’Aminata SOW FALL afin de pouvoir confronter l’œuvre romanesque et son adaptation cinématographique.

Ce travail, pour l’instant, semble impossible car la vidéo n’est pas commercialisée en France.

Séance n° 6 - Évaluation sommative
Construction d’un devoir de type examen avec des questions, par exemple sur un extrait de la page 33 à la page 35, de « Keba Dabo a bon espoir … » jusqu’à « que provoque en lui la vue des mendiants ».

Proposition de travail d’écriture : « Sagar décide d’écrire un article pour défendre les droits des « Battù » face à la violence du gouvernement. Rédiger l’article en utilisant les arguments de Sagar ».
Information : possibilité de consulter le site Internet du Consulat de France à Dakar.
Documents joints : 1) Interview d’Aminata Sow Fall par Simon Kiba publiée dans « Amina

en 1979.

2) Article sur le film « Battù » de Cheick Oumar Cissoko – Mali (1999/2000) d’après le roman d’Aminata Sow Fall.


Carole ADRAGNA

Professeur au lycée polyvalent Adrienne Bolland 78300 POISSY

Académie de Versailles




Aminata Sow Fall :

son second roman est présélectionné pour le Goncourt

Une interview d'Aminata Sow Fall réalisée par Simon Kiba et publiée dans Amina en 1979.

Mme Aminata Sow Fall est une jeune femme sénégalaise professeur de profession et écrivain à ses heures. Son second roman  La Grève des bàttus  (prononcez batou) a été retenu dans une première sélection des ouvrages à proposer au Prix Goncourt.

Des membres de cette académie sont venus au Sénégal il y a quelques mois et les Nouvelles Éditions Africaines leur avaient offert un choix des meilleurs livres qu'elles éditent. Parmi ceux-ci  La Grève des bàttus. Son premier roman était intitulé  Le Revenant. Aussitôt publié il a été épuisé et réédité.

Mme Aminata Sow Fall est née à Saint Louis du Sénégal où elle a fait ses études primaires. C'est à Dakar qu'elle poursuit ses études secondaires jusqu'au bac. Elle continue ensuite à la Sorbonne à Paris jusqu'à la licence. De retour au Sénégal elle enseigne dans plusieurs lycées ainsi que dans des instituts dont le Cesti qui forme les journalistes à Dakar. Actuellement elle est à la Commission de réforme de l'enseignement du français. Elle a collaboré à plusieurs ouvrages pédagogiques dont le manuel de littérature française des classes de terminale.

Mme Sow Fall a bien voulu répondre à nos questions.
-Quelle a été votre réaction en apprenant que votre dernier livre La Grève des bàttus  a été sélectionné pour le Prix Goncourt ?

-J'ai d'abord eu une réaction de surprise, car je ne m'y attendais pas. Ensuite ce fut un sentiment de joie. Cela fait plaisir de voir que les gens s'intéressent à ce qu'on écrit. J'ai reçu beaucoup de félicitations.

-Dans votre livre, il est question des mendiants. Depuis votre enfance jusqu'à aujourd'hui, avez-vous considéré les mendiants comme un « encombrement humain » ou comme un problème social ?

-Il n'est pas bon de dire que les mendiants sont un « encombrement humain ». Ils font partie de la société où nous vivons. Ils font partie de notre communauté. C'est d'ailleurs seulement aujourd'hui que se pose le problème des mendiants. Quand j'étais petite, je voyais les enfants mendier non pas par pauvreté mais à cause de l'éducation qu'ils devaient recevoir. Les gens aisés envoyaient leurs enfants chez le marabout qui les envoyait mendier. Cela faisait partie de leur éducation à l'humanité. Aujourd'hui les choses se présentent autrement à cause de l'introduction d'un certain modernisme et aussi à cause de l'exode rural. L'argent a donné d'autres dimensions à ce qui au départ était éducatif et ce sont ces nouvelles dimensions qui font que les mendiants sont considérés comme « encombrement humain ». La mendicité reste un problème social et il faut lui trouver des remèdes efficaces.


-Quand vous avez écrit vos deux livres, pensiez-vous à faire réfléchir le lecteur africain sur un sujet donné ? Autrement dit, en tant que professeur, cherchiez-vous à donner une leçon ?

-Je n'ai pas la prétention de donner des leçons au lecteur .Je veux simplement amener le lecteur à réfléchir sur certaines facettes de la vie qui me paraissent importantes. Quand j'écris je mets le doigt sur certaines tares et le lecteur est naturellement amené à rechercher les solutions.

-Vous êtes femme et vous avez du succès avec vos livres. Pensez-vous avoir abattu une barrière entre l'homme et la femme ? Vous sentez-vous une femme comblée ?

-Quand j'écris je ne m'oppose pas à l'homme. J'écris non pas parce que je suis une femme mais parce que je suis une citoyenne. Je n'écris pas pour montrer aux hommes que les femmes sont aussi capables qu'eux. Nous sommes tous dans la même société et elle a ses nombreuses questions qui se posent. Qu'une femme écrive sur ces problèmes me paraît tout naturel. Je me sens très bien comme femme et je ne me sens pas du tout opposée aux hommes. Je suis une citoyenne et c'est en tant que citoyenne que j'écris. Vous me demandez si je suis une femme comblée. Je vous dirai simplement que je ne me plains pas.

-Vous avez vécu vos années d'université à Paris. Pensez-vous que les Français et les Européens en général puissent comprendre nos problèmes, nos mœurs, grâce à la littérature africaine?

-Je pense que les Français et les Européens peuvent mieux nous comprendre grâce à la littérature de notre continent. J'ai eu pas mal de témoignages qui me font penser ainsi. D'ailleurs même s'ils ne faisaient pas assez d'efforts pour nous comprendre-ce qui n'est pas -il faudrait que les écrivains africains continuent à se faire connaître. Quand les Européens écrivent, ils ne pensent pas à nous ni à l'âme africaine. Mais nous les connaissons à travers leur littérature. Je pense qu'il doit en être de même pour les Africains.

-Avez-vous gardé de bons souvenirs de vos années d'études en France ?

-Oui, j'en ai gardé pas mal. Il y a eu les difficultés inhérentes à l'arrivée d'une jeune étrangère dans une ville étrangère mais cela s'estompe vite et l'on s'insère dans le milieu.

-Quels sont vos projets ?

-Je complète continuer à écrire. Il est vrai que je n'ai pas que cela à faire, car j'ai mon travail et ma famille. Mais dès que j'aurai le temps je me remettrai à écrire.

Simon Kiba. «Aminata Sow Fall : son second roman est présélectionné pour le Goncourt», Amina 83 (octobre 1979), pp.16-17

Auteur de la séquence : Carole ADRAGNA




similaire:

Et le programme de géographie iconProgramme Terminale Bac Pro Géographie Généralités
«La documentation photographique» : articles clairs, documents très intéressants et exploitables en classe, en Histoire et en Géographie...

Et le programme de géographie iconLe programme d’histoire est dense cette année et ne revient pas en...

Et le programme de géographie iconProgramme de troisieme – geographie la france et l’europe dans le monde d’aujourd’hui
«De la ville à l’espace rural, un territoire sous influence urbaine» dispose de 10% du temps consacré à la géographie soit un volume...

Et le programme de géographie iconComment lier l’histoire, la géographie et l’emc autour des notions...
«on peut croiser cette approche avec le programme de géographie», entendre Thème 3 sur l’influence de la France et l’Europe dans...

Et le programme de géographie iconProgramme d’Histoire Géographie

Et le programme de géographie iconProgramme d’histoire-géographie

Et le programme de géographie iconProgramme d'histoire-géographie en troisième

Et le programme de géographie iconLe programme de géographie a pour objectifs de

Et le programme de géographie iconProgramme, Histoire Géographie Education civique 5

Et le programme de géographie iconProgramme d’histoire-géographie-éducation civique






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com