Au cours du





télécharger 82.49 Kb.
titreAu cours du
date de publication19.10.2016
taille82.49 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > littérature > Cours
HISTOIRE DES ARTS EN GUADELOUPE

L’évolution générale dans les différents domaines artistiques

PéRIODE PRéHISTORIQUE AU XVIIe SIèCLE: AMéRINDIENS DES ANTILLES ET PREMIERS CONTACTS AVEC L'EUROPE

Chronologie

Arts de l'espace

Arts du quotidien

Arts du visuel

3000 av JC : Quelques vestiges archéologiques témoignent d'une présence humaine.

300 après JC : Venus du bassin de l'Orénoque (Venezuela), les indiens Arawaks, peuple aux mœurs pacifiques, s'installent en Guadeloupe. Les Arawaks vivent de pêche et d'agriculture.

VIIIe siècle : Ce sont les amérindiens Caraïbes qui débarquent en Guadeloupe. Peuple guerrier, ils déciment les Arawaks, bien qu'originaires des mêmes contrées. À cette époque, on nomme la Guadeloupe Karukéra (en langues caraïbes, l'île aux belles eaux).

Novembre 1493 : Christophe Colomb aborde les côtes de l'île, lors de son deuxième voyage, et la baptise « Guadeloupe » du nom d'un monastère espagnol d'Estrémadure.
Octobre 1503, une cédule royale autorise les espagnols à la capture d'Indiens habitant les îles sans or. Plusieurs expéditions et raids au cours du XVIe siècle eurent lieu dans le but de capturer des Caraïbes et de les faire travailler, de pacifier puis de coloniser ces îles. Les Espagnols tentent en vain de conquérir la Guadeloupe et sont repoussés par les Amérindiens caraïbes.
Au cours du XVIe siècle, les nations maritimes émergentes d'européens (Anglais, français, danois, hollandais, suédois, ...) commencèrent à défier l'hégémonie des espagnols autour des Petites Antilles qu'ils n'avaient pas protégées (priorité aux grandes îles des Antilles) et toujours habitées par les Caraïbes. Ces européens étaient plutôt des corsaires ou des commerçants. Certains commencèrent à y planter du tabac.


Sites archéologiques amérindiens

Site de Morel a été le premier site préhistorique découvert en Guadeloupe (400 av. JC). Ce site témoigne de la présence des Amérindiens en Guadeloupe pendant près de 2000 ans.
Basse-Terre, une fouille a mis en évidence la présence il y a plus de deux mille trois cent ans d’une importante communauté amérindienne. Des emplacements de carbets, des sépultures accompagnées de vases funéraires richement décorés dormaient sous la ville.
A Baillif, des traces de plusieurs villages amérindiens datant de 600 à 900 après Jésus Christ ont été découvertes aux abords de la rivière du Baillif et non loin de la station de pétroglyphes de la rivière du Plessis



Poterie, tissage, bijoux

Musée Edgard Clerc: collections archéologiques, des reconstitutions de poteries de crânes, de petites amulettes datant de 500 avant Jésus-Christ, de fragments de poteau de case amérindienne et même une présentation de la pratique du "cohoba" cette poudre hallucinogène aspirée par le nez vers l'an 600 avant Jésus-Christ


Pétroglyphes amérindiens : Parc des Roches Gravées à Trois-Rivières, témoignages laissés sur la pierre par les Indiens Arawaks, occupants de l’île avant les caraïbes


XVIIe SIèCLE: LES DéBUTS DE LA COLONISATION FRANçAISE

Chronologie

Arts de l'espace/Arts du quotidien

Arts du son/ Arts du spectacle vivant

Arts du langage

Au XVIIe siècle, le cardinal de Richelieu autorisa la Compagnie des Isles d’Amérique à coloniser les Antilles
1635 : Liénard de L’Olive et Duplessis d’Ossonville, mandatés par la Compagnie des Îles d'Amérique installée sur l'île Saint-Christophe, débarquent en Guadeloupe, à la Pointe Allègre. Ils mènent une guerre acharnée (en 1635 et 1654) contre les caraïbes et prennent possession de l'île le 28 juin 1635.
1640 : fin de la guerre entre les colons et les Caraïbes ; ces derniers se retirent en Dominique
1643 /1664 : Charles Houël est nommé gouverneur de la Guadeloupe. Il fonde la ville de Basse-Terre et achète l’île à la Compagnie des Iles d’Amérique en 1649. Début du système des seigneurs propiétaires jusqu’en 1664.


1648 : Les Français occupent les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

1654 :Arrivée des Hollandais chassés du Brésil. Ils apportent avec eux es capitaux et l’art de fabriquer du sucre. Début des habitations sucreries


1660 : Traité franco-anglo-caraïbe. Les caraïbes abandonnent l'île aux Français.


1664 : Colbert rétablit l’autorité royale en rachetant l'île à Houël, et charge la Compagnie des Indes Occidentales de la mettre en valeur en lui cédant l'île.

1674

La Compagnie est dissoute, l'île est désormais directement attachée au pouvoir royal et devient colonie du royaume appartenant au Domaine royal


1685

Proclamation du « ode Noir »qui régit (entre autres) l'esclavage dans les colonies françaises. Au cours du siècle suivant, l'économie sucrière basée sur l'esclavage prospère.


Fort Saint-Charles : lorsque le gouverneur Charles Houël arriva en Guadeloupe en 1648, il fit construire un fort, sur la rive droite de la Rivière du Galion, déplaçant ainsi le siège du gouvernement. Ce fort deviendra en 1989 le fort Delgrès.

Habitations sucrières

Dès 1644, on construit le premier moulin à sucre

La première étape qui s'étend de 1640 à 1670 constitue l'étape de la révolution sucrière qui va modifier la structure sociale de l'île. Pour pouvoir répondre à cette demande d'esclaves, pour planter la canne, la cultiver et la transformer en sucre va s'instaurer le commerce de la traite, le commerce triangulaire. Ceci entraîne des répercutions sociales importantes avec deux groupes ethniques : l' « élite blanche » et la masse servile.

Les habitations sucrières regroupent les terres destinées aux cultures (canne à sucre, café, coton...), les ateliers de production, la maison du maître, les dépendances, les cases des esclaves.

Les premières sont assez sommaires, construites en bois puis en maçonnerie et en pierre. Ne subsistent que celles du deuxième type comme l’habitation « Mont Carmel », la plus ancienne, fondée par l’ordre des Carmes entre Basse-Terre et Saint-Claude, datant de 1726.


Gwo Ka

Le gwo-ka est la forme musicale née en Guadeloupe de l'apport des cultures africaines emmenées par les esclaves au 17ème siècle, qui les ont adaptées à leur nouveau cadre de vie. Sa naissance résulte d'un processus de créolisation par adaptation au milieu environnant et assimilation de quelques éléments européens. Forme d'expression artistique complète, le gwoka comprend des chants, des danses, et la musique instrumentale symbolisée par le tambour "KA".



Proto-littérature créole

Traces de proto-créole dans les écrits des premiers chroniqueurs tels que le Père Labat (dans son «Nouveau voyage aux Isles de l’Amérique»), le père Breton ou le père Dutertre. Période floue au plan linguistique, mal connue en tout cas, qui est caractérisée par l’existence de ce que l’on a appelé le baragouin, sorte de langage mêlé, de pidgin, utilisé par les Caraïbes, les Espagnols, les Français et les Anglais pour se comprendre entre eux.

Premier écrit d’importance dans cette nouvelle langue est une traduction de «La Passion selon Saint-Jean». Il s’agit donc d’un texte religieux visant probablement à l’éducation des esclaves noirs, dont l’auteur, probablement un ecclésiastique métropolitain, n’étant pas créolophone natif, se livre parfois à un mélange de créole et de français.





XVIIIème SIECLE : LES GUERRES CONTRE L’ANGLETERRE




Chronologie

Arts de l’espace

Arts du son/Arts du spectacle vivant

Arts du visuel

Arts du langage

Art du quotidien


Ce siècle sera marqué par les guerres avec la Grande-Bretagne pour la conquête des îles de l'arc Antillais.
1703 : Visite du Père Labat à la Guadeloupe


1717 : Les colons se révoltent contre l'octroi royal.


1725 : Les esclaves se soulèvent à leur tour.


1745 : Naissance de Joseph Bologne, dit le Chevalier de St. Georges.


1759 - 1763 : la Guadeloupe est occupée par les Britanniques, qui fondent le port de Pointe-à-Pitre.
1763 : Signature du traité de Paris qui met fin à la guerre. La Guadeloupe et la Martinique sont restituées à la France.
1775 : L'île obtient son autonomie vis-à-vis de la Martinique.

1789 : Révolution Française ; la Guadeloupe envoie cinq députés à l'Assemblée constituante.


1793 : Jean Baptiste Raymond Lacrosse, mandaté par l'Assemblée législative, arrive en Guadeloupe avec le drapeau tricolore.


1794 : En cette période révolutionnaire, les Britanniques s'emparent de l'île mais elle est aussitôt reprise. Le commissaire de la Convention nationale Victor Hugues proclame l’Abolition de l'esclavage et introduit la guillotine.



Fortification : Fort Louis et Fort Fleur d’Épée, respectivement à l’actuel passage du port du Pointe-à-Pitre et au Gosier, ne résistèrent pas à l’offensive anglaise de 1759; Fort Saint-Louis à Marigot à Saint-Martin. Comme toutes les architectures militaires de l'île, ils s'inscrivent dans le style Vauban.
Église de Vieux Habitants : plus vieil édifice religieux de Guadeloupe, l’église a été construite à l’emplacement d’une chapelle du 17ème siècle. Brûlée par les anglais en 1703, les Capucins la reconstruisent à la même place. Du 18ème siècle, l'église a conservé sa façade occidentale avec sa porte monumentale en pierre taillée par les tailleurs de pierre venus du Limousin en 1701. L'église a aussi conservé la nef et le clocher qui était alors isolé du reste de la bâtisse.

1708 : Création de la léproserie de la Désirade
Pointe-à-Pitre, ville d’art et d’histoire, est crée par les anglais en 1760. La ville possède un riche passé historique. L'extension de  la ville fut longtemps limitée au centre ancien reconnaissable à son plan hippodamien (en damier). L'extension de la ville, du centre vers sa périphérie, commence dans la deuxième moitié du XIX° siècle avec l'implantation de l'usine à sucre de Darboussier.

Gwo-ka

La musique Gwo-Ka s'est intégrée à la vie des populations rurales de la Guadeloupe. Elle reprend différents types de chants adaptés à la vie quotidienne :

- chants de travail
- chants et danses du dimanche
- chants de veillée
- lewoz

Musique coloniale centrée autour de l'activité lyrique



Savart, les femmes créoles, pastel, 56x56 cm, 1770, Pointe à Pitre musée Schoelcher
Guillaume Guillon Lethière. Né en 1760 à Sainte-Anne,en Guadeloupe, ce Mulâtre, fils d’une esclave affranchie et d’un fonctionnaire blanc, est le premier métis à s’imposer dans le monde artistique européen,.
1773, naissance du dessinateur de jules-Honoré-Joseph Coussin à Basse-Terre

Guillaume Guillon Léthière, Philoctète dans l’île de Lemnos, 1794,huile sur toile , 113x138 cm, Musée Saint-John Perse, Pointe-à-Pitre

Artiste académique, ces peintures témoignent du style néo-classique français. Une souscription publique a permis au musée Saint-John Perse d’acquérir Philoctète à l’île de Lemnos, une œuvre inspirée d’une tragédie de Sophocle, celle dans laquelle Lethière montre son attachement aux Antilles, la Guadeloupe y est en effet présente, on y voit aussi des plantes tropicales, et c’est un créole mulâtre qui a servi de modèle à Philoctète il est généralement admis que se fut le père d’Alexandre Dumas


Série de chansons et de poèmes écrits en créole par des Blancs créoles.

«Lisette quitté la plaine», daté de 1754, fait office aujourd’hui de tout premier texte créole à vocation littéraire. L’auteur, Duvivier de la Mahautière était magistrat et non planteur de canne à sucre. Il est écrit sous la forme européenne du sonnet à la manière de Ronsard et Du Bellay.

Traduction des fables de la Fontaine en créole. La traduction des fables de La Fontaine en créole est la seule véritable tradition d’écriture en langue créole dont nous disposons à ce jour.
A la suite des Fables de François Marbot en Martinique en 1750, les Fables de Baudot (1860) en Guadeloupe : contes, fables originales, comédies, opérettes dont il composa lui-même la musique.

Textes juridiques: Les 40 proclamations de l’ère révolutionnaire, puis napoléonnienne rédigées en créole. Ce sont les seuls et uniques textes juridiques français rédigés dans une autre langue que le français et publiés au journal officiel de la toute nouvelle République française.





XIXème SIECLE :




Chronologie
1802 : Le général Richepance rétablit l’esclavage sur l’ordre de Bonaparte et réprime le soulèvement de Louis Delgrès, chef de bataillon, combattant de la liberté émérite.

1815 : La traite négrière est interdite par le traité de Paris du 20 novembre.

1843 : Le 8 février, un tremblement de terre secoue l'île et un incendie détruit Pointe-à-Pitre, faisant environ 3000 morts. L'ère industrielle est amorcée par la reconstruction de l'île. Les deux premières usines sucrières font leur apparition. Le maire de Canal, Faujas de Saint-Fond, rapporte que « dans l'intérieur de la campagne, 28 moulins à vent ont été totalement renversés, 20 autres sont à démolir, 19 sucreries ont éprouvé le même sort, et les maisons construites en pierre sont en ruines ». (Source : Solidarité avec la Guadeloupe en 1843)
27 avril 1848 : Sur proposition de Victor Schoelcher, le décret d'abolition définitive de l'esclavage est signé et appliqué (célébré le 27 mai).

1851 : La Banque coloniale (Banque de la Guadeloupe, l’actuelle Banque des Antilles Françaises, BDAF) est créée.


1854 : Des Tamouls émigrés d'Inde sont engagés pour travailler dans les champs de canne à sucre.

1863 : Deuxième établissement financier : le Crédit Foncier Colonial.
« Le Crédit colonial, qui octroie des prêts pour la construction de sucreries ou pour le renouvellement et l'amélioration de l'outillage, connaît un grand succès. Cependant l'objet de la société se révèle vite trop limité. » (Source : Archives nationales)

1871 : Depuis cette année-là, la Guadeloupe est représentée au Parlement Français et Hégésippe Jean Légitimus en est le premier député.

1883 : Le 1er septembre, inauguration du lycée Carnot à Pointe-à-Pitre, "Le Lycée de la Guadeloupe".
1884 : Loi sur les municipalités.

1897 : Le 29 avril, à 10 heures du matin, un tremblement de terre détruit partiellement Pointe-à-Pitre.


1900 : Installation au Gosier, de la première TSF, à l’entrée de la propriété Montauban. Elle transmet des informations de France et la presse du monde entier.

Arts de l’espace

1819-1821 : construction de l’hôpital militaire Saint-Louis (introduction du fer forgé) le futur lycée Gerville Réache


Arts du son/Arts du spectacle vivant

Arts du visuel


1805-1820 : Dessins de paysages pré-romantiques de Jules-Honoré-Joseph Coussin (aujourd’hui conservés aux Archives Départementales de Gourbeyre)
1822 : Guillaume Guillon Lethière , le Serment des ancêtres, 1822, huile sur toile, 333x225 cm, Palais National, Port-au-Prince, [explication in R. Toumson, op cit°pp80-81]]

et signé « Lethière, né à la Guadeloupe », qu’il a offert à la nouvelle république d’Haïti. (le mûlatre est Alexandre Pétion et le Noir est Jean-Jacques Dessalines)

1824 :naissance d’Evremond de Bérard
1827 naissance d’Armand Budan

1853 exécution des peintures de l’église Saint Pierre Saint Paul de Pointe à Pitre par Evremond de Bérard
1853-1856 :paysages de la Guadeloupe par Evremond de Bérard (essentiellement des encres de Chine)

1863 : publication de la Guadeloupe pittoresque avec des lithographies d’après les œuvres d’Armand Budan (lithographies conservées au Musée Saint-John Perse à Pointe-à-Pitre

Arts du langage

1823 :Jules Coussin, Eugène de Cerceil ou les Caraïbes, Ponthieu, Paris, 1824, 3 vol., 851 p.

Art du quotidien



XXème SIECLE et XXIème siècle  : de la colonie à la départementalisation : le temps des incertitudes




Chronologie

1907 : Aménagement pour le passage des voitures du pont du Gallion à Basse-Terre.
1908 : Création du service postal maritime entre Bouillante et Pointe-à-Pitre, et inauguration de l'appontement en dur de Basse-Terre pour l'embarquement du café et du cacao.
1909 : Le 9 février, création du Nouvelliste, le plus grand journal quotidien des petites Antilles, par M. Adolphe Lara, édité dans la plus grande imprimerie de la Guadeloupe.
1910 : Le 15 février, aux Abymes, une grève est déclarée au sujet des salaires dans l'industrie cannière. Le gouverneur Gautret passe la nuit avec les grévistes. Le 2 mars, suite aux grèves et à l'incendie de champs de canne à Baie-Mahault, l'intervention de la troupe fait un mort et plusieurs blessés.


1912 : Etablissement du premier service du courrier par bateau entre Pointe-à-Pitre et la Pointe d'Antigue/Port-louis.


1914-1918 : Mobilisation générale dans les colonies antillaises, ils sont incorporés dans les armées de la République pour reprendre l'Alsace et la Lorraine aux allemands ; plus de la moitié ne reviendront jamais. Néanmoins, la guerre permet à la Guadeloupe d'exporter massivement du rhum, jusqu’en 1922.


1916 : Le 20 février, le président et Madame Theodore Roosevelt, en visite en Guadeloupe, sont reçus à Capesterre-Belle-Eau et Goyave.
1922 : Ouverture de la route de la Côte Sous-le-Vent jusqu'à Bouillante.
1924 : Inauguration de la centrale électrique de Dolé/Gourbeyre.

1927 : Le 24 juin, installation de l'unité centrale sucrière de Gardel sur les ruines de l'usine Sainte-Marie.
1928 : Le 12 septembre, un cyclone mémorable et meurtrier, avec au moins 1200 victimes dans la région de Pointe-à-Pitre.
1936 : Le Gouverneur Félix Eboué est nommé en Guadeloupe par le Front Populaire. Il est le premier gouverneur de couleur.
1938 : Félix Eboué quitte la Guadeloupe, rappelé par Georges Mandel (Ministre de l'Intérieur).
1939 : Le 15 septembre, arrivée de l’Amiral Robert (Chef du théâtre d’opérations de l’Atlantique-ouest), avec le croiseur la "Jeanne d'Arc".


1939-1945 : la Seconde Guerre mondiale
1940-1943 : Le 30 avril, Constant Sorin est nommé gouverneur en Guadeloupe par George Mandel, dix jours avant l'offensive allemande dans les Ardennes, et la débâcle française. Les personnes qui parlent de la période 1940-1943 disent "an tan Sorin", d'après son nom. C’était une période assez particulière de l'histoire de la Guadeloupe, où se mêlent la dissidence, le travail, la créativité, la débrouillardise et l'autosuffisance, mais aussi le rationnement et la pénurie.
« Pitit a manman, an tan sorin sété mizè », disait une grand-mère.

1941 : Le dernier moulin à vent de Marie-Galante, "la grande pierre", cesse de fonctionner. Le 29 octobre, tous les élus sont obligés de déclarer qu'ils n'appartiennent pas à des sociétés secrètes telle la franc-maçonnerie.


1943 : Le 15 juillet, le gouverneur Sorin est relevé de ses fonctions ainsi que l’Amiral Robert.
1946 : La départementalisation. La Guadeloupe, jusqu'ici colonie française, devient un Département d’Outre-Mer (DOM) par la loi du 19 mars.


1960 : Le général de Gaulle effectue un séjour en Guadeloupe du 3 au 4 mai, au cours duquel il présente des décrets visant à renforcer les pouvoirs de consultation des conseils généraux des départements d’Outre-mer.


1961-1965 : Troubles indépendantistes.
1963 : Le gouvernement français crée le BUMIDOM, le Bureau des migrations des départements d'outre-mer, afin de soulager la région de l’augmentation démographique et de l’accroissement du chômage. Le départ annuel de 10 000 Antillais vers la France métropolitaine, afin d’occuper des fonctions subalternes dans la fonction publique (PTT, hôpitaux, administrations diverses), a constitué une solution temporaire, sans que les problèmes de fond ne soient abordés.


1962 : Le 22 juin à 4h15, un avion Boeing 707 d'air France, le "Château de Chantilly", s'écrase sur le dos d'âne de caféière à Sainte-Rose, faisant 112 morts.
1963 : Naissance du mouvement nationaliste GONG (Groupe d'Organisation Nationale de Guadeloupe). Le mouvement indépendantiste trouve son origine au sein de la communauté estudiantine guadeloupéenne en métropole dans une époque riche en événements internationaux : guerre d’Algérie, mouvements de décolonisation, réveil du tiers monde, révolution cubaine...


1964 : Visite du Général de Gaulle. Le 22 août, le cyclone "Cléo" fait 14 morts.

Mai 1967, le pays se relève à peine du passage du cyclone Inès en septembre 1966 (aujourd’hui encore présent dans la mémoire des plus anciens). Au niveau social, les ouvriers du bâtiment se mettent en grève pour demander une augmentation. Les négociations qui se tiennent depuis le début mai n’aboutissent pas. Une rencontre est programmée pour le vendredi 26 mai à la chambre de commerce entre le syndicat CGTG et le patronat emmené par Brizard. Les ouvriers demandaient 2 % d’augmentation. Les négociations échouèrent. La situation dégénéra. La foule, massée devant la CCI, se révolta. Des CRS arrivèrent. Une émeute éclata. Coups de crosse de fusil, pierres, gaz lacrymogène, bouteilles, conques de lambi sont échangés. Les CRS tirent. L'une des premières victimes fut Jacques Nestor, militant du GONG (voir plus bas), très populaire à Pointe-à-Pitre. D'autres tombèrent, parmi lesquels Pince-maille et Taret. Rapidement, les affrontements s'étendirent à toute la ville. Jusqu'à récemment, les services officiels faisaient état de 8 morts. Le nombre exact resta longtemps secret. Ce n'est qu'en 1985 qu'on sut qu'il s'élevait au moins à 87 morts. Les jours qui suivirent donnèrent lieu à une vague d’arrestations, notamment parmi les militants du GONG, qui furent emprisonnés, inculpés et envoyés en métropole pour atteinte à l'intégrité du territoire national.

1970 : Atterrissage du premier Boeing 747 au Raizet. Création du parc naturel de la Guadeloupe.
1971 : Inauguration de l'aéroport du Raizet à Pointe-à-Pitre.

1976 : Le volcan Soufrière gronde. 75 000 habitants de la Basse-Terre sont évacués en Grande-Terre, malgré les déclarations apaisantes d'Haroun Tazieff.


1979 : En janvier, le sommet des chefs d'État, sous l'égide de Valéry Giscard d'Estaing, avec Helmut Schmidt, Jimmy Carter et James Callaghan, se déroule à Saint-François.
Le cyclone David passe au nord de la Dominique et endommage les plantations de la Basse-Terre.

1980 : L'usine centrale sucrière de Darboussier implantée à Pointe-à-Pitre, au Carénage, depuis 1866, est fermée.


1982 : La loi de décentralisation de 1982 crée la "région de la Guadeloupe". L'adoption de la loi du 2 mars 1982, qui érigeait la région en collectivité territoriale, faisait de la Guadeloupe l’une des 26 Régions françaises.


1983 : Création du conseil régional (France) de la Guadeloupe.
1986-1988 : "Nuits bleues", période d'activisme et d'attentats sanglants, procès d'indépendantistes. Ils seront amnistiés peu après la réélection de François Mitterrand.

1989 : Le 16 septembre, le cyclone Hugo dévaste l'île.
1993 : Lucette Michaux-Chevry est nommée ministre délégué à l'action humanitaire.


1995 : En moins d'un mois, trois ouragans - Iris, Luis et Maryline - s'abattent sur l'archipel guadeloupéen. Importantes destructions à Saint-Martin.


1998 : Commémoration de l'abolition de l'esclavage.

2009 : janvier-mars, début du mouvement de grève générale contre la vie chère le 20 janvier à l’initiative du LKP Liyannaj Kont Pwofitasyon regroupant une cinquantaine d’organisations ; des syndicats ainsi que des associations culturelles.

Le 26 février sont signés les Accords Jacques Bino : les salaires égal au smic jusqu’à 1,4 smic inclus voient leurs revenus augmenter de 200 euros nets



Arts de l’espace


Arts du son/Arts du spectacle vivant

Arts du visuel

Arts du langage

Art du quotidien

similaire:

Au cours du iconCours document n°1 : Les grandes dates du circuit de Magny Cours,...

Au cours du iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

Au cours du iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Au cours du iconC la question de la laicite
«copier-coller», ceci explique pourquoi, elle ne donne pas lieu à grand développement dans mon cours en amphithéatre, ni donc à des...

Au cours du iconCours de kinesitherapie objectifs du cours

Au cours du iconLe cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours
«les attentats du 11 septembre 2001», France 3, 4’19’’, fiche 00219. On peut aussi avoir le même reportage plus complet (14’32’’)...

Au cours du iconCours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident»
«Levant» : jusqu’en 1980, existence d’un bureau «d’Afrique du Nord Levant» au ministère des affaires étrangères

Au cours du iconBibliographie sélective Table des matières introduction generale...
«Santé publique» et est destiné aux étudiants en deuxième année de graduat en Sciences Infirmières pour toute les orientations

Au cours du iconCours Source
«étang, marais». Le nom de l'Yonne contiendrait plutôt l'élément -onno cf onno donné pour flumen «cours d’eau, rivière, fleuve»,...

Au cours du iconRappel : les cours d’histoire ont lieu à Paris 8, les cours de géographie à Paris XIII
«Prince et arts «C. Verna B. 233 15 h 00 18 h 00 Préparation au C2e2i Salle (voir sufice) 12h00 15h00 Histoire «Prince et arts»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com