Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI





télécharger 1.24 Mb.
titreIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI
page20/27
date de publication13.05.2017
taille1.24 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > littérature > Documentos
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   27

2. Synthèse par provision
La partie théorique livrée précédemment n’est de loin pas gagnée. De près, elle est d’ailleurs incomplète et orientée. Parfois imprécise, elle acceptera volontiers les corrections. Néanmoins, les discussions menées n’ont pas donné tort aux critiques déductibles de trois pensées concernant les usages du récit de vie dans le cadre souple des humanités médicales. Mon grand souci était de postuler qu’entre un récit de vie (ou d’un malade) et son lecteur s’installe une relation esthétique (formellement, une identité narrative imposerait - conditionnel prudent - ce type de relation). Trois éléments seront relevés en guise de synthèse provisoire.

Premièrement, il m’est apparu curieux que les pédagogues ou les chercheurs dans le domaine du « care » convoqués recourent avec modestie et retenue sensitive à la littérature, alors qu’ils semblent singulièrement revendiquer ses bénéfices culturels re-configurateurs. A l’inverse, il était piquant de noter que Bourdieu et les tenants du « biopolitique » construisaient (ponctuellement, dans le cas de Brossat) leur argumentation sur des interprétations vives de grandes œuvres littéraires.

Deuxièmement, j’ai esquivé - avec une habileté vulnérable - la hiérarchisation de la qualité littéraire. On l’a vu, la teneur esthétique peut aussi remplir une fonction pratique, ce qui fragilise la frontière entre artefact utilitaire et artefact artistique. Et le critère de définition du récit « littéraire » réside alors dans le principe de l’intention esthétique, ou plutôt, sur les enjeux d’une attention esthétique (cette attention je l’accorde, comme dit, avec largesse, mais un jugement esthétique concerne le laid aussi bien que le beau).

Troisièmement, il a été dégagé que le contexte du « care » construisait un usage décanté, systématiquement positif, mais efficace et légitime de certaines notions issues de la philosophie ricœurienne. Nous ne saurions aller à l’encontre des bienfaits socialisants auxquels conduit le processus niewiadomskien de « biographisation, selon une logique de configuration narrative ». Mieux vaut vivre avec son temps, ses récits : sa condition...

Nous n’avons pas pu empêcher qu’ici ou là apparaissent de lourdes nuances. En effet, une propension à l’irénisme du pouvoir configurateur en tant qu’appareil à maîtriser les discordances empiriques et psychologiques de mon parcours de vie facilite la route, mais ne la tient pas forcément. Il demeure de fait légal de conférer au récit le pouvoir de donner une approximation de l’absurde et du non-sens. En d’autres termes, empruntés à Rosset [1997: 42] qui feront alors ici un ironique écho à Bourdieu citant Macbeth : le récit peut toucher à l’idiotie. C’est-à-dire construire et conduire vers l’idiôtès. Un mot qui signifie simple, particulier, unique; puis par extension dont la signification philosophique est de grande portée, personne dénuée d’intelligence, être dépourvu de raison. Toute chose, toute personne sont ainsi idiotes dès lors qu’elles n’existent qu’en elles-mêmes, c’est-à-dire sont incapables d’apparaître autrement que là où elles sont et telles qu’elles sont : incapables donc, et en premier lieu, de se refléter. C’est peut-être à cette « idiotie » que tendait l’écriture de Forest cherchant dire le traumatisme de la mort de sa fille.
3. Illustrations conclusives : « extralucidités » de l’allogreffe
Il n’y a de fait rien de plus ignoblement inutile et superflu que l’organe appelé cœur qui est le plus sale moyen que les êtres aient pu inventer de pomper la vie en moi. [Artaud, 1948, cité en exergue de Nancy, 2010]
La partie conclusive de ce texte sera plus digeste, « populaire » et illustrative. Sans renoncer à « tout le commerce » de ce qui précède, je me propose d’interpréter partiellement deux récits de transplantations cardiaques. On a bien lu le mot interprétation, parce que ce geste repose sur l’admission déjà évoquée qu’on rappellera ici. En tant que le lecteur des récits convoqués, j’entretiens une relation esthétique avec les textes (en dépit de leur discutable qualité littéraire). De cette relation esthétique découlerait que la lecture permet de « comprendre les compréhensions » (et non pas, directement, de les expliquer) : c’est cette formule qui répondra le mieux au second versant de l’intitulé général. En cela, nous correspondons à la pensée ricœurienne laquelle distingue, repris à la pensée la pensée de Dilthey14, entre l’explication et la compréhension. C’est aussi reconnaître de notre approche qu’elle n’est pas novatrice et s’inscrit dans une perspective anthropologique (« littéraire ») proche des travaux de Kleineman [1988] et de Laplantine [1986]. L’un et l’autre conviennent que la narration donnerait un accès identitaire à l’expérience de la maladie subjective, vécue; non pas à l’expérience objectivée telle que l’enregistrent de rigoureux et vérifiables paramètres issus de l’actuelle scientificité médicale.

Notre intérêt ira respectivement à De cœur inconnu [Valandrey et Arcelin, 2011], avec une préface du Professeur de cardiologie aux Hôpitaux de Paris Helft, ce dernier fait une fugace apparition intradiégétique à la page 315; ainsi qu’au moins médiatisé : Un homme au cœur de femme. Don d’organe, leçon de vie [Desarzens, 2013], avec une préface du philosophe Jollien. Je suis peu en mesure de déterminer le régime de vérité desdits livres. Ces récits sont tendus par l’événement de la greffe et par la révolution existentielle qu’elle provoque. Tous retracent pourtant les grandes étapes de la vie des auteurs jusqu’à l’achèvement de leur livre. On peut d’ailleurs sans risque constater qu’un repérage des « étapes marquantes » quant à la profession, la formation, la sphère « personnelle et familiale », pour reprendre le schéma des « potentiels de biographisation » noté auparavant : est aisé. On en fera l’économie, mais l’on suggère que si les contenus narrés obéissent docilement à ce schéma, il y a fort à parier que ce dernier reflète l’attente d’un certain public. Pour employer un gros mot, il structure l’horizon d’attente des lecteurs de témoignages15, lectorat d’autant plus intéressé qu’il y est question de cœurs transplantés. A l’évidence, dans ces récits, l’épreuve symbolique et médicale d’une greffe est, littéralement, capitale et il convient d’y accorder notre sympathie.

L’interprétation que je risque n’est pas complexe et se veut optimiste. Valandrey, tout comme Desarzens : enquêtent sur l’origine. Ils sont à la recherche de la provenance du muscle vital transplanté. Les deux récits cherchent à lever l’identité qui palpite dans leur poitrine : ils veulent le nom des morts (des donneurs) qui les font vivre. L’un comme l’autre y parviennent (ce que la déontologie médicale interdit et, oserait-on s’étonner qu’un cardiologue préfacier ne le rappelle pas ?). Valandrey et Desarzens mènent avec succès cette quête biologique et identitaire parce que de puissants adjuvants seront trouvés dans les sphères personnelles et professionnelles constitutives « de leur potentiel de biographisation ». Voyons lesquels.

Commençons par Valandrey. Dans son témoignage, parallèlement à une heureuse - puis malheureuse - liaison avec son cardiologue apparaissant sous le pseudonyme de Leroux, « grand, assez jeune, 30, 40 ans maxi, quelques rides d'anxiété gravées sur un visage d'enfant avec des yeux marron très brillants comme cirés, perçants, coquins » [2011: 36], elle commence - sans renoncer à une psychothérapie des plus sérieuses - à s’intéresser aux sphères de l’extralucide. Plus précisément, son amie Lili confie l’adresse d’une voyante. « Elle est top », selon ses dires. Sa carte de visite : « Natacha, coach intuitif [...] voyance pure, tarots, lignes de la main, soutien spirituel, développement karmique. » [idem: 45]. Cette « coach intuitif » aura de piètres intuitions et ne fournira que de brinquebalantes prophéties. Elle prédira néanmoins de manière floue la rupture avec Leroux. De plus, l’actrice donne à lire dès l’ouverture du récit des rêves « obsédants d'une autre [qui l’] amènent aux mystères de la mémoire cellulaire. Il [lui] faut impérativement connaître [s]on donneur de cœur.16» [Idem: 15] Ces contenus oniriques apparaissent aussi dans le cabinet médical de Claire (la psychanalyste). Voici un exemple commenté rationnellement par le médecin.
J’aimerais connaître l’identité de mon donneur [...] -Pour remercier, pour comprendre… d’où vient ce cœur, comme on recherche ses origines… -Mais cela n’a rien à voir. Votre donneur n’a aucun lien avec vos rêves et encore moins avec vos origines, vous vous égarez. Votre identité, vos origines ne sont pas dans ce cœur greffé. Ce sont des fantasmes. Le cœur est un organe, formidable certes, mais un organe. Le vôtre est transplanté. Il battait dans un autre corps. Il bat en vous maintenant. Cette opération a bien évidemment changé quelque chose en vous comme toute épreuve. Mais la clé est dans votre tête, pas dans votre cœur. [Idem: 101]
« Comprendre les compréhensions », dans l’intrigue de ce livre, pousse l’interprète à (p)rendre les (des) savoirs poreux. La forme narrative d’une enquête sur l’identité du donneur nous place dans une perspective cumulative des savoirs et des logiques, non pas dans une perspective exclusive ou soustractive. La médecine de l’allogreffe ainsi que la psychanalyse (sciences reconnues) permettent à Valandrey de comprendre sa maladie, mais des sciences plus « charlatanesques » (la voyance et les mystères de la mémoire cellulaire) jouent également ce rôle. La conjugaison de ces rôles sera primordiale dans la révélation de l’identité du donneur. Pour accéder à cette identité, deux éléments seront nécessaires : un nouveau médium (plus efficace qu’un « coach intuitif ») et la profession d’actrice et d’écrivain exercée par Valandrey. C’est en effet grâce à la bonne demi-douzaine de sacs postaux contenant des lettres de « fans » adressées à l’actrice auteure du « best-seller » L’Amour dans le sang que la quête identitaire progressera. Valandrey, parmi les nombreux éloges de son public, reçoit des lettres anonymes, citons les deux plus importantes [Idem: 124 et 137] :
Chère charlotte, Je connais le cœur qui bat en vous. Je l’aimais. Je n’ai pas le droit de vous contacter, mais je ne peux me résoudre au silence [...]. Lorsque j’ai accepté que le cœur de mon épouse soit prélevé pour sauver une autre vie, je ne pensais pas connaître un jour l’identité de l’être receveur. J’y songeais parfois, mais je savais que c’était impossible. Puis je vous ai trouvée. C’est une sensation étrange et belle. J’aime voir en vous la preuve éclatante que tout cela été utile. [...] Ps Si jamais tu me lis, tu me manques douloureusement à chaque instant, j’hésite à te rejoindre. Xxx

[Dans la deuxième lettre, on peut lire...:] Je tiens à vous apporter quelques précisions. Ma femme a été victime d’un accident de voiture à Paris dans la nuit du 3 au 4 novembre 2003. Elle avait 29 ans. Lorsque je suis arrivé à l’hôpital, son corps vivait encore, mais la mort cérébrale venait d’être déclarée. "Voulez-vous sauver d’autres vies ?" en état de choc, perdu, mais désireux de prolonger la vie, j’ai dit oui. Ma femme était généreuse, elle croyait à la réincarnation. En apprenant la date et l’heure de votre greffe dans la presse puis dans votre livre. J’ai compris. Il n’y a eu qu’une seule greffe cardiaque à Paris ce matin-là. Quand je vous vois à la télévision, quand je vous entends, c’est une évidence. [...] Ps Je t’aime. Xxx
La profession et la reconnaissance médiatique de Valandrey font que l’époux sait : le cœur de sa femme bat dans la poitrine de la comédienne. Les post-scriptum un tantinet suicidaire de Xxx (nous apprendrons uniquement son prénom, Yann) installent une notable double énonciation. Dans la mesure où Yann s’adresse aussi bien au cœur de sa défunte épouse qu’à Valandrey, le lecteur assiste à une communication nécromancienne. Une des lettres stipule que Yann a accepté la greffe par « désir de prolonger la vie », mais le post-scriptum signale qu’il peut bien en aller de « prolonger l’amour » (un amour techniquement incarné par la chirurgie, un sentiment greffé...). Cette déclaration d’amour faite (partiellement) à ce que d’aucuns appellent « greffon » prendra une heureuse tournure. Après de multiples rebondissements, Yann, Charlotte (et son greffon) vivront une histoire d’amour. Cette idylle sera prédite par une visite à un second médium, plus efficace (un certain Pierre) dont la prophétie est limpide (mais sobre) : « l’amour vient à vous, les surprises de l’amour » [Idem: 222] ! Ajoutons queYann, assidu, assistera fréquemment aux représentations d’une pièce de théâtre intitulée La Mémoire de l’eau. Elle connaît le succès et relance la carrière de Valandrey. A chaque représentation Yann offre un bouquet de violettes « gros comme le poing » à la comédienne. Une copine laisse entendre que, selon le langage des fleurs « la violette, c’est l’amour secret », le bleu « est la couleur du mystère » [Idem: 261]. L’amour entre Charlotte et Yann ne tiendra en effet plus longtemps du secret. Pourtant, même déclaré et consommé, Yann ment sur l’origine (cardiaque) de cet amour. Il laisse le mystère quant aux lettres anonymes dont il est l’auteur et tait son lien « matrimonial » avec le myocarde de son amoureuse. Il reste que la persévérance de la narratrice aboutira. Après avoir - sans succès - écrit au ministre de la Santé, enquêté dans les hôpitaux, la ténacité détective de Valandrey obtiendra de son amie, secrétaire retraitée du service de cardiologie, des bribes d’informations. Elle est très proche de découvrir l’identité de sa donneuse, quand un hasard lui fera ouvrir le secrétaire de Yann et trouver, soigneusement rangées, des
chemises en plastique coloré. La première contient un document dont je reconnais l’en-tête. Hôpital Saint-Paul. Un certificat de décès. Je lis le nom, le prénom : Briend Virginie… Je ne peux pas le croire. C’est le nom de l’épouse de Yann. Un certificat daté du 4 novembre 2003… Dans une autre pochette, un article de journal collé sur une feuille. "Orage : Accident mortel à Nation, Paris 12e…" Mes mains tremblent. Je déplie un journal et découvre ma photo à la une du Parisien… [Idem: 290]
La narratrice sera choquée, croira devenir folle, appellera en urgence sa psychanalyste et rompra avec Yann. Cette rupture ne sera pas définitive (le médium n’avait pas tort...). La fin du témoignage laisse en effet fortement présager que l’amour renaîtra (au printemps de l’année 2010). Yann (parti quelques années en Australie pour des raisons professionnelles) reçoit de Charlotte [Idem: 319], « sur des feuilles de papier Stafford [...] quelques mots volés à une chanteuse lumineuse : "Dis quand reviendras-tu ? Dis, au moins le sais-tu ?"». La réponse de Yann, un « texto » sera : « Au printemps tu verras, je serai de retour. Le printemps, c’est joli, pour se parler d’amour ». Il semble donc légitime de dater, un « happy end » printanier en 2010.

On annonçait, fondée sur une attention esthétique s’essayant à « comprendre les compréhensions », une interprétation optimiste, qualifions plutôt celle-ci d’optimale sur le plan « cognitif » auquel donne accès la narration. Elle l’est parce que la mise en intrigue médicale, sentimentale et policière qui innerve De cœur inconnu optimalise et valide toutes sortes de savoirs sans exclusion (ni hiérarchisation avérée). On aurait beau jeu de faire de l’ironie et de comparer le goût de Valandrey pour la tarte au citron (apparu soudainement après la greffe et que le texte pose comme une conséquence de la « mémoire cellulaire ») avec le sentiment amoureux goûté par l’actrice pour Yann (et ses violettes). L’ironie n’est pas interdite. Toutefois, osant une dernière allusion au livre de Lainé, « faire de sa vie » une telle « histoire » relève de courage (c’est une certitude) et affiche un optimisme épistémologique « de battante » radicale. Bien plus, dans ce récit la narratrice va toujours de l’avant et « tout est bon17» : trithérapie, médicaments anti-rejets, benzodiazépines, explications médicales reconnues, thèses curieuses sur la « mémoire cellulaire », voyances « professionnelles », notions de bouddhisme, informations liées au secret médical amicalement vacillant... C’est un tour de force narratif d’arriver à faire converger autant de savoirs bigarrés requérant des logiques peu compatibles. Les fâcheux remarqueraient que ce livre, co-écrit, n’est testimonial que dans la mesure où il fait croire (à un témoignage) pour faire vendre. C’est probablement vrai, mais : là encore c’est un succès ! Ne le nions pas, de grosses ficelles symboliques et fantasmatiques sont immanquables (coucher avec son cardiologue, redonner physiquement et sentimentalement les battements de « son » cœur, etc.). Il n’en demeure pas moins que comprendre les compréhensions de Valandrey dans De cœur inconnu impose de cumuler toutes les couches des savoirs expérimentés par la narratrice. Qu’un témoignage parvienne à tenir ensemble des manières aussi disparates de donner du sens à l’expérience d’une greffe et à ses conséquences est, si ce n’est extralucide, du moins extraordinaire. Des esprits chagrins pourraient critiquer ce pouvoir d’une narration amalgamant des logiques hétéroclites que le lecteur doit partager afin de suivre l’intrigue dont le dénouement est hors la loi. De cœur inconnu aboutit en effet à lever le secret sur l’identité du donneur d’organe. Le récit invalide donc son titre (le cœur greffé n’est nommément plus « inconnu », mais Virginie Briend - la donneuse donnée par le texte - est assurément un pseudonyme, tant il est vrai que la loi interdirait pareille révélation sur autant d’exemplaires vendus). Alors, malgré la prouesse cumulative « du parcours de vie » commenté, mieux vaut sagement rejoindre la littéralité du titre et considérer qu’en matière de cœur (transplanté) il est une raison déontologique qu’on respecte : l’« inconnu » !

Le second témoignage que nous commenterons brièvement, celui de Desarzens, admire l’ouvrage de Valandrey en ces termes : « remarquable et émouvant [2013:170]. Notre interprétation sera ici également optimiste, mais un chouia perverse (au sens d’un détournement que le texte rend licite). C’est que Un homme au cœur de femme, n’accomplit pas uniquement le programme narratif de son sous-titre (Leçon de vie). Le témoignage recèle en effet une forme de subversion (ignorée de l’auteur, croit-on). En plus d’être un vibrant plaidoyer pour le don d’organe, le contenu narré utilise la médecine de l’allogreffe pour prouver, non seulement l’efficacité de cette dernière, mais surtout : les pouvoirs chamaniques de l’auteur. Tout se présente comme si l’expérience de la greffe et la haute technicité chirurgicale qui est alors nécessaire, confirmaient et affermissaient les pouvoirs médiumniques du « thérapeute » Desarzens. La rationalité scientifique a pour fonction narrative de servir et de révéler une logique extralucide. Avouons qu’en termes de thérapies lorgnant vers « l’autre médecine », Desarzens bénéficie d’une colossale formation. En voici quelques éléments :
Vers l’âge de 30 ans, je fis une précieuse découverte. Ne trouvant pas de solution satisfaisante à mes problèmes de santé, j’avais commencé à lorgner vers l’autre médecine comprenant la diététique, les plantes, les massages, etc. J’ai essayé le régime macrobiotique d’Hoshawa, suis devenu végétarien [...il pratique la] méditation, stages, visite à l’ashram du Bost en Auvergne. [...il suit] l’enseignement de SwâmiPrajnânpad retransmis [...] et aussi d’autres disciples comme David Roumanoff (père de Anne Roumanoff, la célèbre humoriste), le Docteur Frédéric Leboyer, me parlait jusqu’au fond de mes cellules. Les textes sacrés indiens, les Upanishads, la BhagavadGîtâ revisités par "Swamiji" devenaient clairs, limpides et m’aidaient à me transformer. [...] En 1987, j’eus la chance de faire la connaissance de Patrick Drouot, physicien et guérisseur. Il compléta ma formation aux techniques poussées des régressions mémorielles et m’éveilla à la guérison médiumnique. [Idem: 144, 97 et 127]
Grâce à cette copieuse formation - et filant une quête identitaire similaire à celle menée par Valandrey -, Desarzens découvrira l’identité féminine de celle qui, d’un point de vue chirurgical, lui a donné son cœur. La technique des « régressions mémorielles » sera la plus efficace et livrera jusqu’à la signification « alchimique » qui découle de la greffe. La révélation extralucide de l’identité de sa donneuse a lieu autour d’une conversation professionnelle. Voici ses grandes lignes :
Un soir de l’été 2008, un ami masseur, me raconta que, le jour même, une cliente lui avait fait part de ce qui suit (encore le "hasard" me direz-vous !) : sa manière de la masser lui rappelait sa thérapeute et amie d’école, hélas décédée le... jour de ma greffe ! [...] Le besoin de vérifier [...] m’anima et j’appelai la personne en question. J’appris que celle-ci avait été l’amie d’enfance de ma donneuse [...] qu’elle me connaissait à travers "La Nébuleuse du Cœur" et que son mari était greffé du cœur également. [Idem: 174]
Le paroxysme de la révélation semble atteint lorsque l’ancien patient greffé du service de cardiologie du CHUV (en Suisse) inverse résolument les rôles et exerce sa profession de médium expert en « régressions mémorielles ». Desarzens exerce. Il est avec un patient et parvient à découvrir ce qui suit. Voici leur conversation :
Quelques secondes après, les yeux fermés il [le patient] rajoute, alors que je ne lui ai rien dit sur moi.-Je vous vois couché dans un lit d’hôpital, mais vous ne paraissez pas souffrir.Au pied du lit, une femme vous fait face. Elle est morte et se tient debout. Elle a l’air serein et joyeux, et prononce ces mots :-Faites-en bon usage ! Cela a-t-il du sens pour vous ?Emu, je lui raconte ma greffe et ce que je sais de ma donneuse d’organe.Il paraît rassuré et poursuit.-Ils me disent que tout ce qui vous est arrivé est juste. Cela était prévu par le plan divin. Ah, oui ! Ça c’est intéressant : vous avez consommé avec cette personne ce qu’ils appellent des "noces alchimiques"» [Idem: 147]
Si l’histoire de Charlotte et Yann finit en somme par une belle histoire de cœur sur le plan organique et sentimental, celle de Desarzens suit « le plan divin » et un tiers (le patient) peut fonctionner comme témoin de « noces alchimiques ». Les deux témoignages opèrent une grande réconciliation identitaire dont nous avons vu la diversité généreuse des « rationalités ».

Mon avis sur ces quêtes identitaires réussies dans la mesure (d’Etat civil) où elles parviennent à percer le secret médical s’en tiendra à saluer la force que peut avoir un récit (lequel peut passer de l’Etat civil aux constellations alchimistes en quelques pages). Je crois néanmoins important d’illustrer le mouvement inverse, à savoir l’expérience d’une étrangeté maintenue et constitutive de l’être. C’est dans le beau livre de Jean-Luc Nancy intitulé L’Intrus qu’on la comprendra le mieux. En guise de conclusion, l’on citera [2010: 35-36] :
A travers tout ça, quel "moi" poursuit quelle trajectoire ? Quel étrange moi !Ce n’est pas qu’on m’ait ouvert, béant, pour changer de cœur. C’est que cette béance ne peut pas être refermée. (D’ailleurs, chaque radiographie le montre, le sternum est recousu avec des bouts de fil de fer tordus.) Je suis ouvert fermé. Il y a là une ouverture par où passe un flux incessant d’étrangeté [...]. C’est donc ainsi moi-même qui deviens mon intrus, de toutes ces manières accumulées et opposées. Je le sens bien, c’est beaucoup plus fort qu’une sensation : jamais l’étrangeté de ma propre identité, qui me fut pourtant toujours si vive, ne m’a touché avec cette acuité. "Je" est devenu clairement l’index formel d’un enchaînement invérifiable et impalpable.
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   27

similaire:

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSaint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée...
«Saint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée et croisée de deux cités portuaires de part et d’autre de l’Atlantique...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Pleins feux sur Halloween !
«Horror Nights», du 26 septembre au 1er novembre est un rendez-vous incontournable !

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Le plein de nouveautés !
«Beautiful Europe» créé l’événement et invite à la rêverie ! Sur un écran à 360°, 11 projecteurs surpuissants, accompagnés de son...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconUne nouvelle plateforme ludique et éducative en ligne
«kit de démarrage» plein de surprises. La carte de membre de l'Europa-Park junior club est disponible dans des magasins du parc désignés...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconProgramme de recherche «Les figures de l’intermédiation marchande...
«[…]En fait, Yvan Debbasch passe en revue toutes les Echelles méditerranéennes, et ce sont les conditions générales du commerce entre...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI icon«Les Entretiens de l’Excellence» Le Club XXI e siècle organise en partenariat avec Sciences-Po
«Le modèle français de promotion sociale est toujours valable et opérant. Contrairement à ce que l’on peut entendre, l’ascenseur...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSitué à Waldkirch en Forêt-Noire, mack rides voit le jour en 1780....
«Gastronomie» et «Marketing» d’Europa-Park. Au cours de leurs études, Michael et Thomas Mack ont acquis une formation internationale...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com