Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI





télécharger 1.24 Mb.
titreIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI
page25/27
date de publication13.05.2017
taille1.24 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > littérature > Documentos
1   ...   19   20   21   22   23   24   25   26   27
Les extraordinaires aventures des foux amoureux



Maître de conférences dr. habil. Silviu Lupaşcu

Dunarea de Jos” University of Galati
Résumé : L’histoire de l’amour de Don Quichotte pour Dulcinée est-elle une réécriture du mythe arabe de l’amour de Majnūn pour Laylā ? Majnūn est le « fou », et Laylā est la « nuit ». Les formes primaires, archaïques du mythe décrivent le rapt de l’amour, expérimenté par le poète-bédouin Majnūn, dans la proximité de la tente de Laylā, sans qu’au bien-aimé soit octroyé le don divin de contempler le visage de la bien-aimée. Ultérieurement, dans la littérature Soufi, l’amour extatique ressenti par Majnūn et Laylā symbolise le mystère de l’amour qui réunit le mystique Soufi au Dieu Unique et Vivant, la « nuit de la Puissance », laylat al-Qadr, l’espace nocturne où le Prophète Muhammad a été ravi pour recevoir le Qur’ān. Tout comme dans le cas de Majnūn, les exigences spirituelles de la folie déterminent Don Quichotte à aimer une hypostase de la beauté irréelle. Majnūn et Don Quichotte vivent l’expérience de la contemplation de cette beauté comme union non-sexuelle, comme immersion dans les ténèbres béatifiques de l’insanité dans la profondeur de laquelle brille la vérité de l’amour théocratique, un don divin voué aux efforts et aux traumas des âmes sans visage, sans corps, auréolés par l’extase du retour dans l’espace paradisiaque.
Mots-clés : Nizāmī, Laylā, Majnūn, Miguel de Cervantès Saavedra, Don Quichotte, Dulcinée

L’histoire de l’amour de Don Quichotte pour Dulcinée est-elle une réécriture du mythe arabe de l’amour de Majnūn pour Laylā ?

Majnūn est le « fou », et Laylā est la « nuit ». Les formes primaires, archaïques du mythe décrivent le rapt de l’amour, expérimenté par le poète-bédouin Majnūn, dans la proximité de la tente de Laylā, sans qu’au bien-aimé soit octroyé le don divin de contempler le visage de la bien-aimée. Ultérieurement, dans la littérature Soufi, l’amour extatique ressenti par Majnūn et Laylā symbolise le mystère de l’amour qui réunit le mystique Soufi au Dieu Unique et Vivant, la rencontre théandrique accomplie au niveau de l’ontologie infinie du langage. L’insanité béatifique de l’accomplissement de l’amour terrestre symbolise ainsi l’insanité béatifique de l’accomplissement de l’amour mystique, la remémoration de la continuité de l’amour existentiel grâce auquel les êtres humains renient la rationalité du non-amour, pour rencontrer l’Être Divin dans la « nuit de la Puissance », laylat al-Qadr, l’espace nocturne où le Prophète Muhammad a été ravi pour recevoir le Qur’ān.

Laylā u Majnūn, le poème rédigé par Nizām Ad-Dīn Abū Muhammad Ilyās Ibn Yūsuf Ibn Zakī Ibn Mu‘ayyad, surnommé Nizāmī (1141-1209), vers 1188-1192, a été dédié au prince Akhsatan Ibn Manuchihr Shīrwān Shāh de Shīrwān, ville située au bord occidental de la Mer Caspique. Nizāmī décrit l’histoire de l’amour entre Qays, poète du désert, membre de la tribu Banu ‘Amir, et la belle Laylā, un amour terrestre traumatisé par la souffrance et la mort, mais racheté et accompli au-delà du seuil de la mort en tant qu’amour céleste, circonscrit par le resplendissement du Royaume de Dieu1. La narration mythologique concernant Majnūn et Laylā contient le symbolisme Soufi de l’amour infini, de l’« intoxication » avec le « vin » extatique de l’amour de Dieu, de l’incandescence et de la réciprocité théandrique : « Il (Qays) se noyait dans une mer d’amour avant de connaître l’amour. (…) Un feu s’était allumé dans les cœurs des deux, chaque flamme reflétant l’autre. (…) L’amour a été tel un échanson qui leur avait rempli les coupes jusqu’aux bords, et ils avaient bu tout ce qu’il leur avait versé. Après un court délai, les effets de l’intoxication se sont fait sentir, car ils ne s’étaient pas rendu compte à quel point la force du vin était grande. » L’imaginaire de l’accomplissement apothéotique de l’amour entre le derviche errant et les ténèbres non-rationnelles, béatifiques, de la théophanie, est emprunté à la littérature Hénokidique. Après la mort du bien-aimé et de la bien-aimée, Zayd, un ami dévoué, reçoit en rêve la vision du bonheur infini dont Majnūn et Laylā jouissent dans le royaume des esprits, dans l’espace de la réalité réelle, dominé par la Présence Divine et les hiérarchies angéliques : « Dans sa légende-chronique, le ménestrel (...) raconte comment Zayd, le torturé par la souffrance, avait vu dans son rêve Majnūn et sa belle épouse, unis en méditation, la nuit. Devant son regard, l’autre monde, le monde des esprits, révèle les infinis tableaux du bonheur. Les anges sont apparus en vêtements brillants, entourés des sphères de la gloire divine, et de leurs yeux jaillissaient les rayons de l’extase sainte. (...) Dans une clairière rosâtre, à l’ombre d’un palmier, il a vu un trône merveilleux, orné d’or et de pierres précieuses. (...) Assis sur le trône, transfigurés, les deux amoureux, séparés depuis longtemps, répandaient une lumière séraphique. »2

Dans le Kashf al-mahjūb, le Dévoilement de ce qui est voilé ou la Révélation du mystère Abū’l-Hasan ‘Alī Ibn ‘Uthmān Ibn ‘Alī Al-Ghaznawī Al-Jullābī Al-Hujwīrī3 (m. vers 1063-1072) affirme que l’union entre l’homme et Dieu n’est pas définie par une certaine « étape » (maqām) ou par un certain « état » (hāl), car l’union signifie la concentration des pensées d’un être humain sur l’objet de son désir religieux, sur la cible de sa recherche spirituelle. Le dynamisme spirituel de l’avancement sur la voie, l’identification directe du chercheur avec le principe ontologique de l’infini qui constitue le but de sa recherche, supposent le parcours des « étapes » (maqāmāt) et des « états » (ahwāl), expérience suite à laquelle le désir de la personne unifiée s’accomplit par la négation même du désir. De cette manière, Majnūn a concentré toutes ses pensées sur l’être de Laylā, il n’a vu qu’elle dans le monde entier, et à ses yeux toutes les choses créées se sont identifiées à la beauté du visage de Laylā. Par idéalisation, l’être de Laylā reçoit un double sens symbolique, elle devient à la fois le cœur de Majnūn et la quintessence de l’univers entier4.

Jalāl-ud-dīn Rūmī (1207-1273) mentionne dans le Mathnawī-i ma‘nawī que la souffrance provoquée par l’absence de longue durée de Laylā est à même de déterminer Majnūn de tomber malade. Laylā lui manque à tel point que la température de son sang monte dangereusement et l’intervention d’un médecin devient nécessaire. Celui-ci prépare Majnūn pour la phlébotomie et observe que, pendant la nuit, les fauves qui se rassemblent autour de Majnūn ne saisissent plus l’odeur du corps humain : « L’odeur humaine n’émane plus de ton corps, à cause de l’amour et de l’extase qui résident abondamment en ton cœur. » La réécriture de Rūmī contient une apologie de l’amour : « Si l’amour n’existait pas, comment l’existence aurait-elle pu être ? (...) L’amour engendre spirituellement ceux qui sont morts. Il éternise l’esprit périssable. » Majnūn avertit le médecin que son être entier est rempli de Laylā, telle une coquille qui contient en soi une perle inestimable. En conséquence, Majnūn avoue avoir peur parce que les incisions faites avec la lancette en vue de la prise de sang pourraient blesser Laylā : « L’homme raisonnable dont le cœur est illuminé sait qu’entre moi et Laylā il n’y a aucune différence. »5

Seyed-Gohrab a mis en évidence le fait que Nizāmī utilise le vocabulaire religieux pour décrire la liaison d’amour entre Majnūn et Laylā, pour exprimer l’idée que Laylā est la Ka‘bah du cœur de Majnūn : « Ce vocabulaire fait référence à la Ka‘bah, à la direction de la Ka‘bah (qiblah), indiquée par la niche de prière (mihrāb) ; aux stations (maqāmāt) du Pèlerinage, à la circumambulation (tawaf) de la Ka‘bah ; au vêtement sacré (ihrām) mis par le pèlerin, et finalement au célèbre cantique chanté par les pèlerins, labbayk. » Encadré par la théologie mystique du soufisme, le mythe de l’amour entre Majnūn et Laylā se métamorphose du point de vue exégétique dans une réécriture du thème de l’amour tragique entre Iblīs et Dieu : « La relation entre Majnūn et Laylā est analogue à celle de l’amour tragique entre Iblīs, l’archétype de l’amoureux mystique, et Dieu, en concordance avec les écritures d’auteurs Soufi comme Al-Hallāj, les frères Al-Ghazālī, Sanā’ī, ‘Attār, ‘Ayn Al-Qudāt et Rūzbihān Baqlī. »6 Le principe de l’ontologie infinie de l’âme, exprimé par l’énoncé « Je suis qui j’aime et qui j’aime est moi », constitue l’essence du mythe de Majnūn-Laylā (Anā Laylā, « Je suis Laylā ») et de la pensée Soufi d’Al-Hallāj (Anā l-Haqq, « Je suis Dieu »). Le langage de l’amour affirme l’annihilation de l’ipséité amoureuse en tant qu’« absolue transitivité ». L’état de l’anéantissement de l’aimé en l’Aimé révèle qu’« aimer c’est s’assimiler à autrui, ce n’est pas assimiler autrui à soi »7.

En même temps, Seyed-Gohrab fait ressortir l’influence du gnosticisme sur l’œuvre poétique de Nizāmī. La notion de « destin » (gr. eimarméne), avec sa dynamique tyrannique, négative, orientée contre l’effort de salut de l’âme humaine, est transférée à l’intérieur de l’espace littéraire persan de l’espace religieux du gnosticisme hellénistique : « Pareillement aux plusieurs poètes persans, la vision du monde de Nizāmī est profondément influencée par le gnosticisme. Il fonde son argumentation sur l’idée gnostique de destin, qui sépare la divinité du monde matériel. » L’ascension de l’âme vers la demeure céleste de son origine est résignifié comme mi‘rāj (cf. Qur’ān, S. XVII) ou voyage nocturne vers l’union avec la Bien-aimée immatérielle : « L’ascension de l’âme vers la demeure de son origine fait partie du système gnostique. Nizāmī utilise le thème de l’ascension de l’âme en connexion avec la description de l’ascension nocturne du Prophète (mi‘rāj). (…) L’ascension peut être envisagée de manière symbolique comme délivrance du diktat de ce monde corruptible et matériel, comme aboutissement de l’effort d’atteindre l’état de l’union par amour avec la Bien-aimée immatérielle. » L’évocation de l’aspect maléfique du monde matériel représente une réécriture succincte de la cosmologie gnostique concernant l’Ogdoade qui se trouve sous la domination du Principe du Mal : « Le monde est comparé à un abîme obscure, à une prostituée pestilentielle dont le but est d’induire en tentation l’être adamique, à un démon parti à la recherche de l’âme humaine, caché sous l’aspect angélique (41, 26 ; 61, 90), à une maison de la souffrance (41, 22) (…). C’est l’ancien caravansérail tombé en ruine (41, 30) (…). »8 La vision de la « Bien-aimée immatérielle » à l’apogée de l’ascension céleste de l’âme, dans le poème de Nizāmī, coïncide avec la contemplation de la « Maîtresse Divine » mentionnée par Al-Muqaddasī, dans le contexte de l’ouverture de l’âme vers l’influence mystique, de l’enlèvement du voile et de l’accès aux mystères du monde invisible9. André Miquel et Percy Kemp ont remarqué que la présence de Laylā définit la folie de Majnūn, l’investit avec signification et universalité, dans la perspective de l’entrecroisement du langage et du non-langage : « Sans Laylā, Majnūn ne serait qu’un fou quelconque : Majnūn de la tribu Banu ‘Amir. Par association, par l’orientation de la folie vers le nom d’une femme unique (Majnūn Laylā, le « fou de Laylā »), la légende les renferme pour toujours dans un couple idéal qui échappe à toute localisation pour devenir exemplaire, universel. (…) Puisque la nuit définit en principe l’être de Majnūn, elle devrait devenir au sens propre du terme une nuit qui tend vers zéro, et le nom du poète serait aboli, dans une sorte de non-dit. »10

Espace de la coexistence et de la symbiose entre les trois religions monothéistes abrahamiques, l’Espagne musulmane se métamorphose graduellement en Espagne catholique. Commencée au milieu du VIIIe siècle, dans les Asturies, la Reconquista s’empare de Tolède (1085), de l’ancien califat omeyyade de Cordoue (1236), de Séville (1248) et s’achève en 1492 par la victoire des « rois catholiques », Ferdinand d’Aragon (1452-1516) et Isabelle de Castille (1451-1504), sur le royaume musulman de Grenade. Seulement huit décennies plus tard, après la bataille de Lépante (1571), en 1573, Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616) a participé à l’expédition militaire de Don Juan d’Autriche (1545-1578) au nord de l’Afrique, suite à laquelle l’armée espagnole a conquis la Tunisie. Ultérieurement, Cervantès a été emprisonné à Alger, entre les années 1575-1580, après que la galère El Sol, avec laquelle il voyageait d’Italie vers l’Espagne avait été attaquée, au large des côtes de la France, par une escadre de pirates berbères sous le commandement de Mami, un albanais renégat. En ce contexte, tant la présence du mythe de Majnūn et Laylā dans le milieu littéraire-théologique de l’Espagne musulmane que la survie du thème de l’amour entre le « fou » et la « nuit » dans l’imaginaire littéraire de l’Espagne catholique, après la Reconquista, peuvent être considérées comme axiomatiques. D’autre part, au niveau hypothétique, l’assimilation ou la remémoration du mythe de Majnūn et Laylā par Cervantès peuvent être situés dans la période de la campagne tunisienne et de l’emprisonnement algérien. La fréquentation des lettres et de la spiritualité arabe par Cervantès est avouée indirectement par l’identité musulmane du héros-narrateur Cide Hamete Benengeli ou Sidi Ahmed Benengeli.

Tout comme dans le cas de Majnūn, les exigences spirituelles de la folie déterminent Don Quichotte à aimer une hypostase de la beauté irréelle. Le chevalier et son écuyer cherchent dans le paysage ibérique rural une princesse qui est le « Soleil de la beauté avec tout le ciel réuni »11. L’accomplissement de l’amour de Don Quichotte impose la libération de l’âme du système coercitif de l’humanité rationnelle, l’ouverture de la prison de l’amour rationnel et du non-amour rationnel vers le ciel illimité de l’amour infini. Au-delà du seuil de la rationalité, l’être du chercheur amoureux s’anéantit dans le royaume de l’invisible, dans le non-espace de la réalité réelle où le sujet de l’amour et la grâce de l’amour fondent dans le principe suprême du vivant.

Dulcinée se dévoile comme un alter-ego de Laylā : idéal de la beauté d’au-delà de l’espace-temps, inaccessible dans l’incompréhension éphémère du monde terrestre, accessible par le renoncement de soi du pèlerin parti vers la Ka‘bah de l’amour, sur la voie nocturne du désert de l’irrationalité. Majnūn et Don Quichotte vivent l’expérience de la contemplation de cette beauté comme union non-sexuelle, comme immersion dans les ténèbres béatifiques de l’insanité dans la profondeur de laquelle brille la vérité de l’amour théocratique, un don divin voué aux efforts et aux traumas des âmes sans visage, sans corps, auréolés par l’extase du retour dans l’espace paradisiaque. En réalité, les bien-aimés aiment le non-visage nocturne de la propre errance sur la voie féérique du psychique inconscient, au bout duquel se trouve un oasis spirituel de la non-chute dans le péché. Majnūn se guérit par la mort et Don Quichotte se guérit pour mourir, pour ne plus pouvoir survivre à l’intensité du martyre qui les déchiraient entre la vérité du monde et la vérité du non-monde, entre la beauté du monde et la beauté du royaume de l’invisible, entre le relief illusoire de l’amour rationnel et le relief éternel de l’amour irrationnel.

Le miracle de l’amour revivifie et purifie non seulement les corps, mais aussi la partie invisible des êtres. L’amour ou seulement le rapprochement physique invite à remémorer la même collision émouvante, incandescente, souvent tragique ou heureuse, entre deux âmes. La doctrine sur l’amour transmise par Majnūn et Don Quichotte est vive et actuelle pour les amoureux de tous les temps : l’amour est un salut irrationnel.
1   ...   19   20   21   22   23   24   25   26   27

similaire:

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSaint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée...
«Saint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée et croisée de deux cités portuaires de part et d’autre de l’Atlantique...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Pleins feux sur Halloween !
«Horror Nights», du 26 septembre au 1er novembre est un rendez-vous incontournable !

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Le plein de nouveautés !
«Beautiful Europe» créé l’événement et invite à la rêverie ! Sur un écran à 360°, 11 projecteurs surpuissants, accompagnés de son...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconUne nouvelle plateforme ludique et éducative en ligne
«kit de démarrage» plein de surprises. La carte de membre de l'Europa-Park junior club est disponible dans des magasins du parc désignés...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconProgramme de recherche «Les figures de l’intermédiation marchande...
«[…]En fait, Yvan Debbasch passe en revue toutes les Echelles méditerranéennes, et ce sont les conditions générales du commerce entre...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI icon«Les Entretiens de l’Excellence» Le Club XXI e siècle organise en partenariat avec Sciences-Po
«Le modèle français de promotion sociale est toujours valable et opérant. Contrairement à ce que l’on peut entendre, l’ascenseur...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSitué à Waldkirch en Forêt-Noire, mack rides voit le jour en 1780....
«Gastronomie» et «Marketing» d’Europa-Park. Au cours de leurs études, Michael et Thomas Mack ont acquis une formation internationale...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com