Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI





télécharger 1.24 Mb.
titreIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI
page3/27
date de publication13.05.2017
taille1.24 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > littérature > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27

2. La mise en question du héros
Le roman de Roth doit spécialement retenir notre attention parce qu’il contient en son sein une représentation en abyme du seul vrai héros du roman. Celui que notre livre présente en héros se retrouve à l’intérieur du livre scolaire, dépeint en des traits dans lesquels il ne se reconnaît pas. Autrement dit, son passage d’être vivant en icône du régime lui est insupportable. Un léger déplacement à nos yeux négligeable (le fantassin sous-lieutenant devient un lieutenant de cavalerie) provoque sa fureur et sa retraite anticipée. Ce qui est visé ici dans l’ironie rothienne, c’est la mythification de l’Histoire. Ne serait-ce que cet épisode devrait empêcher toute lecture simpliste qui ferait du roman l’expression d’une nostalgie envers le régime impérial et royal et une écriture nouvelle mythifiante de l’Histoire. Si l’Empire austro-hongrois s’appuie sur une propagande simplifiant les choses et ancre des stéréotypes dans la tête des écoliers, il n’en va pas de même pour le roman, qui n’aura de cesse de balancer entre raillerie et nostalgie. Et cet épisode nous permet de mieux comprendre l’opposition entre ce roman et bien d’autres romans historiques, porteurs de messages et de mythes. Seul le livre de Boulgakov recèle cette simplicité univoque, sous un ton légèrement ironique.

Le livre de Proust ne remet pas en cause frontalement l’héroïsme, mais bien plutôt le caractère héroïque. Le personnage est multiple : l’héroïsme ne concerne qu’un moment et il n’est réservé à personne. Morel le lâche finira par s’engager et obtenir cette reconnaissance de bravoure qu’est la croix de guerre. Mais après guerre, le même Morel aura …. peur de revoir le mourant Charlus35 ! Et il concerne tout le monde, y compris comme le soutient Charlus qui nous parle des « héros » de l’aviation allemande, l’ennemi36. Autrement dit le texte proustien s’attaque de biais aux discours mythifiants, en imposant un autre regard / le regard d’un autre.

On retrouve enfin chez Boulgakov le motif de l’héroïsme partagé par tous dans le rêve central porté par Alekseï Tourbine37. Ce dernier sous-entend une communauté des combattants, motif récurrent de l’après-guerre, séparés des petit-bourgeois et des embusqués aux discours doubles. D’un côté ceux qui sont animés d’une haine franche qui pousse au combat et relève donc de l’éthos aristocratique qui réunit les régiments de cavalerie rouge et blanc dans un paradis qui leur est également ouvert, contrairement à ceux que racontent les popes dont Dieu aurait honte ; de l’autre ceux qu’habitent une haine veule, rampante, comprimée et destructrice. Ainsi Mychlaïevski, qui vomit les révolutionnaires, se serait retrouvé dans la troisième partie de la trilogie qui ne verra jamais le jour … du côté des Rouges38. La cavalerie rouge serait-elle, contrairement à ce qu’elle prétend elle-même, l’héritière de la chevalerie chrétienne d’antan ? Cela laisse à penser.

Le discours héroïque sur la première guerre mondiale chez ces trois auteurs est donc questionné par le texte littéraire. Les croyances dominantes (qu’elles soient nationalistes ou idéologiques) sont revisitées et fissurées grâce à l’introduction d’une figure apparemment simple, mais, chaque fois de façon différente, bien plus complexe qu’il n’y paraît. Tous sont d’accord néanmoins sur un point : un monde meurt, celui venu du Moyen-âge avec cette figure civilisatrice du Chevalier. Comme si l’homme revenait à ses instincts obscurs dont il s’était extirpé.
3. Confusion historique et disparition de l’aristocratie.
Le mot aristocrate est ambigü : il désigne non seulement le membre de la noblesse héréditaire, mais aussi le partisan d’un régime qui accord sa place à la noblesse, où les vertus se transmettraient de père en fils. En quelque sorte le temps aristocratique est un temps bloqué, immobile, où l’aventure ne fait que confirmer le déjà donné. C’est-à-dire que l’excellence est donnée une fois pour toutes. Le cours de l’Histoire n’aurait pas de prise sur la valeur des individus. Nos romans s’intéressent précisément à la contestation de ces valeurs aristocratiques qui figent le temps. Les trois romans à des degrés divers s’inscrivent en faux. L’inévitable parfum nostalgique liée à la disparition de ce qui est une image d’Epinal entre en lutte avec d’autres analyses.

Ainsi le monde aristocratique accorde-t-il une place considérable à la Notion de lignée, dont la figure paternelle est le garant. Chez Roth la lignée est bien plus fragile que l’on croit comme le montre le brouillage père-fils à Vienne, les faiblesses du petit-fils mais aussi les aspects sombres du préfet. Néanmoins les démarches du Père se comprennent précisément comme volonté d’éviter que le nom des Trotta soit souillé. On remarquera alors à quel point, dans ces instants, le préfet apparaît comme relevant d’un autre âge, y compris auprès des dignitaires de la cour39. C’est que le moindre écart de l’un atteint toute la lignée : la faiblesse de Charles-Joseph peut définitivement effacer l’héroïsme de l’ancêtre à Solferino40. Noblesse oblige. Pourtant, quel est l’aïeul de Charles-Joseph : le guerrier aux traits durs ou le paysan devant sa maison de pisé et de chaume41 ? On se rappellera que le Préfet rêvait de tenir un domaine et que c’est son père qui l’a obligé à servir l’Etat tout en lui interdisant l’armée et que Charles-Joseph se rêve en agriculteur.

Autrement dit l’individu s’efface derrière la lignée, comme le dit l’enterrement de Saint-Loup avec l’initiale du prénom qui est effacé. Il n’est « plus qu’un Guermantes »42. Proust étant des trois auteurs le plus sensible à une continuité souterraine entre monde ancien et monde nouveau. Chez Roth, en effet, de manière inattendue, il n’est plus question de dire avec Slama, qu’il n’y a « rien de nouveau », parole malheureuse qui semble appeler l’écroulement du monde dont le brigadier-chef comme le préfet incarnent la stabilité. On notera enfin que les Tourbine sont orphelins. En cela, ils sont plus aptes à accepter malgré tout la nouveauté qui pointe… son mufle, c’est-à-dire son inhumanité qui peut-être n’est qu’apparente ! Ce monde moderne avancé par les œuvres accorde de plus en plus de place à l’individu et la Révolution se dit par la rupture avec monde des Pères. Il est menaçant chez les Tourbine qui vont lutter grâce à l’éternité de certaines œuvres artistiques (Faust de Gounod ou, plus encore, La Fille du Capitaine de Pouchkine).

Nous venons de voir que le noble n’avait pas le monopole de l’héroïsme chez nos trois romanciers. On ne citera ici que la générosité inconditionnelle d’Onufrij qui renoue avec la prodigalité aristocratique voire brise le mythe en manifestant comme si de rien n’était la munificence du paysan ukrainien. Revers de la médaille, l’aristocrate peut trahir ou fuir. On a noté l’attitude du capitaine Thalberg, capitaine d’Etat-major (institution militaire envers laquelle nos trois romans ne sont pas tendres), mais il convient aussi de noter ici chez Boulgakov le sort réservé par l’œuvre au baron Meigel du Maître et Marguerite deux fois traître, puisqu’au service du régime communiste... pour des raisons pécuniaires. On ne s’étonnera pas que les romans renoncent aux stéréotypes aristocratiques quand bien même certains, comme Proust ou Roth, insistent étonnamment sur le déterminisme familial, façon plus scientifique d’envisager la lignée (bon sang ne saurait mentir). Les temps l’interdisent. Mais cela ne signifie pas qu’ils ne continuent pas à diffuser un éthos aristocratique, simplement revisité.

Il est cependant troublant de voir à quel point ces livres tournent le dos à l’épique, à ce concentré d’épique qu’est la guerre. La Guerre, comme l’Histoire en général, est au loin. Ce n’est pas cela qui intéressent nos auteurs. Ainsi le contenu épique promis par le titre boulgakovien n’apparaît-il jamais. Il y a des défilés militaires. Mais tout se passe comme s’il n’y avait pas de combats, les soldats apparaissant et disparaissant dans un fantasmatique ballet. Pourtant la mort de Feldmann en dit long. La guerre n’est plus (si elle l’a jamais été) un affrontement d e chevaliers (même si certaines pages, on le sait tendent à étayer cette communauté des braves – russes - qui réunit blancs et rouges, mais cette communion a lieu au paradis, c’est-à-dire dans un autre monde). Ici la violence est littéralement bestiale. La critique a déjà évoqué le mufle de la locomotive rouge ou la queue des petliouristes43. Sous les haidamaks petliouristes perce l’inhumanité, la barbarie qui défigure l’homme. Et l’utilisation du terme haidamak n’est pas inintéressant puisqu’il renvoie aux révoltes cosaques contre la noblesse polonaise au XVIIIe siècle, ce qui renvoie encore à cette idée de fin d’un monde dont l’un des axes principaux serait la figure du cavalier, lointain écho du romanesque chevalier.

Dans le roman de J. Roth lorsqu’elle est déclarée, la guerre met du temps à apparaître. D’abord réduite à quelques escarmouches lointaines, elle se limite à de longues marches dans la boue (« ils attendirent ainsi pendant deux jours sans rien voir de la guerre »44, 380). Elle est loin d’être agréable (angehnem) comme le déclarait avec frivolité le commandant Zoglauer. Et avant même de combattre, le régiment de Charles-Joseph bat en retraite. La guerre semble se réduire à des règlements de compte contre les populations civiles et donc à des assassinats purs et simples. Le motif de la pendaison va se retrouver dans toute la littérature de l’après-guerre de l’Europe orientale, en raison des traumatismes causés par la présence des minorités nationales dans l’armée austro-hongroise. On peut se rapporter en Roumanie à La Forêt des pendus de L. Rebreanu ou en Serbie au Journal de Cernojevic de Tsernianski.

Chez Proust, il n’y a pas disparition de la guerre, mais réflexion de celle-ci dans l’épisode de l’hôtel de passe de Jupien : ce n’est pas un hasard si ce dernier apparaît en 1916 en pleine guerre, celle-ci faisant elle irruption, de manière non planifiée, dans La Recherche du Temps perdu45. Comme s’il y avait quelque chose de primordial à dire. Dans ce moment de défamiliarisation (ostranenie46) du monde parisien où la guerre, à la fois présente et absente, mais si lointaine, est comme esthétisée, elle apparaît comme une monstruosité qui nous côtoie voire nous hante : place est faite au sadisme délirant ou ordinaire, car « taper dans le tas à tous ces sales Boches », c’est la même chose que « taper[…] » sur Charlus47. La Guerre est automatiquement dépouillée de ces oripeaux glorieux pour rejoindre les profondeurs, que le narrateur déclare soupçonnables, de l’homme et concerner tout le monde et tous les temps. Et tout cela est à relier, même si je ne peux pas le faire ici, à la confusion qui caractérise bien des personnages de nos œuvres, tant ils ont du mal à comprendre ce qui se passe. La fin d’un monde (Welt), c’est d’abord l’effondrement des valeurs, une perte de sens, partielle ou totale. Devant cette perte de sens, le cavalier s’évanouit ou se métamorphose
En renonçant à son statut de cavalier et en voulant absolument servir puis mourir, Robert de Saint-Loup ne déroge pas à ses obligations de nobles, bien au contraire48. Mais regardons de plus près. Il perd sa croix de guerre dans un hôtel de passe pour homosexuels, scène à l’époque scandaleuse qui doit être interprétée littéralement49. En se rendant dans un tel établissement, « l’uniforme dissimulé dans une grande houppelande »50, il perd aussi, aux yeux du lecteur, toute stature héroïque. Il est loin d’être seul à s’y rendre puisque le Narrateur y retrouvera le vicomte de Courvoisier51, et qu’il y a aussi le prince de Foix52, tous aristocrates fascinés par les bas-fonds. Mais surtout ses motivations sont soupçonnées. Certes le narrateur ne remet pas en cause le patriotisme et la bravoure de l’époux de Gilberte qui sont donnés comme silencieux mais bien réels. Mais un peu plus loin il se demandera s’il n’y a pas là un suicide pour fuir l’insupportable « charlisme » qui sévit en lui. Et la volupté de l’héroïsme le guérit de celle de la cocaïne. Il y a là une manifestation de la profondeur, du caractère insondable de l’homme. Robert de Saint-Loup est à la fois un héros53, mais aussi autre chose qui n’a rien à voir avec l’héroïsme. Quand Saint-Loup perd sa croix de guerre, Morel la gagne. Cet entrecroisement des trajectoires peut-être interprété socialement. Mais plus qu’une histoire de trajectoires de classes sociales dont le narrateur nous découvre le perpétuel branle, nous constatons ici l’imprévisibilité humaine qui joue avec l’héritage familial. Et le narrateur insiste sur l’aspect pernicieux de l’idéal viril, propre justement à la chevalerie et à l’imaginaire féodal : l’armée constitue alors un terrain propice aux tendances inverties plus ou moins refoulées. Derrière la disparition proustienne du Cavalier se profile non pas Marx que Freud. L’inverti guerrier en tout cas s’oppose à l’idéal petit-bourgeois : la transgression et le mépris de la mort le définissent.

La garde blanche ne se fera pas. Promise par le titre de Boulgakov elle sera dissoute à peine constituée. Peut-être convient-il ici de rappeler que cette expression relève de la langue de bois bolchevique. N’y aurait-il pas là ironie, tendant à montrer que ce qui est si souvent dénoncé par le pouvoir soviétique n’existe pas en tant que tel ? Les héros, évoqués en arrière-plan, relèvent du passé. Si le narrateur insiste bien sur la tenue bleue de cavalier de Chervinski, c’est pour laisser entendre que celui-ci est avant tout avide de faire, grâce à elle, la conquête d’Elena abandonnée par son mari54. Son sabre d’apparat attire l’œil du lecteur alors que ses pensées nous livrent un être désireux de démissionner de l’armée pour devenir chanteur d’opéra ! Les personnages du présent, eux, attendent, et ne sont pas sans évoquer par cette inaptitude à l’action les personnages tchékhoviens. Selon le mot d'Alexis, l'officier désigne ce qu'il devrait y avoir de meilleur en Russie. Or, l’arrivée des petliouristes les font s’arracher leurs épaulettes, geste qui par lui seul signifie le reniement de leurs valeurs issues du monde aristocratique et donc l’écroulement d’un monde. Seul le régiment de hussards allemand semble avoir gardé sa dignité55.

Même constat enfin chez Roth : là encore il y a un déclin de l’officier de cavalerie qui abandonne sa monture… qu’il déteste. Charles-Joseph n’est ou, plutôt, ne se sent pas à la hauteur de sa lignée, de sa naissance. Quand il sert comme fantassin, les dragons sont toujours là pour incarner cette caste à laquelle le jeune homme, comme d’ailleurs son grand-père dans les premiers instants se sent étranger… tout en y étant toujours mêlé. Les fantassins ne le considèrent pas comme l’un d’entre eux. Venu par caprice en quelque sorte parmi eux, il relève toujours d’un autre monde. En cela Charles-Joseph, déclassé, flotte entre deux mondes sans appartenir véritablement à l’un d’entre eux, ce que rappellent les vêtements civils, portés en cachette et qu’il renfile une fois de retour dans la gare de W.

Mais il convient aussi de ne pas oublier, avant-guerre, la scène de l’usine qui reprend le motif de la blessure à la clavicule du héros de Solferino, qui désormais n’a plus rien d’héroïque. Tout n’est pas lié à la personnalité du jeune homme. L’époque fait disparaître le chevalier et le combat comme face-à-face entre pairs… Quel soldat voudrait d’une telle mission, reconnaît le commandant de son unité : « une guerre est certes plus agréable. On n’est pas officier de gendarmerie, ni de police »56 215. Le soldat est désemparé, réduit à une tâche qui ne relève pas de son monde, ni de ses compétences techniques. Le militaire est arraché à la simplicité de sa vocation (protéger les siens de l’Autre) pour défendre le système en place. Le voilà lui, chevalier de Sipolje, la cible des vilains qui lui lancent à la tête toutes sortes de projectiles. L’Etat est-il en guerre contre ses propres sujets ? Que doit en penser celui qui se dit meilleur que les autres ? Là encore Charles-Joseph est en plein désarroi.

Il est possible alors de penser les romans en fonction du code d’honneur chevaleresque. Dans chaque roman, une qualité du chevalier semble faire défaut.

Roth met ainsi en question prouesse  et loyauté. Le dernier des Trotta semble incapable de prolonger la geste héroïque de son grand-père. Et même si le narrateur ne nous livre pas tous les dessous, tout indique que Charles-Joseph fait preuve de déloyauté, envers Slama, comme envers Demant, et ce même si les deux épouses semblent très entreprenantes. Charles-Joseph en tout cas subit. Son Père et Skowronnek ne parlent-ils pas de faiblesse, faiblesse caractéristique d’une ambiance de fin de monde, fin d’une lignée, (trop) rapidement dégénérée ? Ainsi fuit-il renonce-t-il à venger son honneur dans le sang quand Kapturak laisse entendre qu’il est lui aussi un traître et qu’il peut donc être arrêté d’un jour à l’autre.

L’idée de fin de race était déjà chez Proust. Le côté fin de race des Guermantes lisible dans le corps de Robert est de manière explicite liée à l’homosexualité : les qualités de la mère de Robert se figent en une caricature57 et le narrateur souligne qu’au faubourg Saint-Germain on se croirait au Jardin des plantes. On passe ainsi de l’aigle à la tante58. Mais c’est surtout en Charlus qu’est soulignée la fin de l’aristocratie, lui qui, loin de fréquenter le Gotha se plaît à rechercher les pires fréquentations : aristocrate mais à la recherche des vauriens, kakistophile en quelque sorte, le voici déçu que son tortionnaire montre de généreux sentiments et lui qui refusait d’accorder la moindre attention à Mme de Saint-Euverte, il salue tel gigolo comme « il eut salué un prince à Versailles »59. Et les « citations », terme de Jupien déjà mis entre guillemets par le narrateur, détournant le lexique militaire, parlent d’elles-mêmes60.

Enfin chez Boulgakov, la prouesse ne peut se déployer. De façon encore plus radicale que dans les deux autres romans, il ne se passe presque rien. Les personnages pensent et parlent plus qu’ils n’agissent. Comme s’il n’y avait rien à faire devant les massacres de la guerre : la prouesse est vaine. Le guerrier se retire, qu’il meure au combat ou renonce à celui-ci.

Proust, lui, semble porter l’accent davantage sur la disparition de la courtoisie, dans la mesure où son narrateur reproche au baron de Charlus et à son neveu de renoncer à leur féminité. Ce « grand seigneur blond doré, intelligent, doué de tous les prestiges » est attiré par son contraire, « recelant à fond de cale un goût secret, ignoré de tous pour les nègres ». Morel serait ainsi « nécessaire à Saint-Loup comme l’ombre l’est au soleil »61. Le « vice héréditaire » va expliquer et quelque peu dégonfler aussi le courage de ce brillant double, trop lumineux. Ses prouesses, liées au refus de ce qu’on pourrait appeler l’esprit petit-bourgeois des « petits messieurs musqués », sont liées à son attirance pour les Sénégalais, comme son oncle est fasciné par les Marocains et les Anglais. Même si cet amour est chaste, l’on est loin de l’amour chevaleresque. Sans parler de tous ces « mauvais lieux » où l’ancien officier de cavalerie « s’engouffrait […] comme on monte à l’assaut »62. Le narrateur et le lecteur le verront ainsi s’échapper en cavalier émérite de la maison de passe de Jupien. On remarquera que la haute place des femmes au Moyen-âge est rappelée par le narrateur63. Et que ce n’est pas un hasard si Jupien nous explique que Charlus « va à l’aventure faire le vilain »64. Refusant la médiane du comportement bourgeois, il ne connaît comme certains de « ses grands ancêtres » cités par le narrateur que ses pairs ou les gueux. Sodome et Gomorrhe se retrouve ainsi chez Proust, comme chez Boulgakov. Mais la fin de l’amour courtois peut se lire aussi dans le roman autrichien, où le pauvre Charles-Joseph est conquis bien plus qu’il ne conquiert et se révèle incapable de résister à la moindre femme, véritable objet sexuel.

De sorte que l’on ne s’étonnera pas de la place affectée à la problématique de l’honneur dans les trois œuvres. Qu’en est-il de cette fameuse obligation de la noblesse ? Chez Boulgakov elle apparaît explicitement par le truchement de Karmazinov, caricature dostoïevskienne de Tourgueniev, aux yeux duquel l’honneur est incompatible avec la russéité65. Comme le fait remarquer Marianne Gourg, le roman de Pouchkine La Fille du Capitaine cité en épigraphe par La Garde blanche porte lui-même en exergue : « Veille sur ton honneur quand tu es jeune »66. Le livre, contre l’esprit du temps, affirme son actualité.

L’honneur relève-t-il partie du passé67 ? C’est ce que le narrateur de la Marche de Radetzky affirme tout comme Demant l’avait affirmé avant de mourir… tout en lavant finalement son honneur dans le sang. Mais le texte ne nous montre-t-il pas Charles-Joseph en train de trembler et de lâcher son sabre vengeur au moment où il aurait dû l’enfoncer dans le corps de cette crapule de Kapturak68 ? Mais, nous le verrons, tout dépend du sens de ce tremblement. Le code d’honneur militaire est d’ailleurs explicitement attaqué par un personnage… peu sympathique (parce que du côté des fausses valeurs, du veau d’or), Knopfmacher qui estime que le progrès technique rend le code d’honneur des militaires périmé69. Il sera en revanche sauvegardé par le Père, qui va veiller à ce que le nom des Trotta ne soit pas entaché et que les errements du petit-fils n’atteignent pas le héros fondateur70. Son fils doit-il se caser dans les chemins de fer, seule occupation à sa hauteur ? Cette idée suffit à faire frissonner le préfet71 ? Enfin Wagner se donne la mort, seul moyen de sauver si ce n’est son honneur, du moins celui de son bataillon et de l’armée austro-hongroise.

On aura donc remarqué que le motif du suicide (ou du reniement qui est une autre forme, spirituelle, du suicide) de l’officier traverse, différemment, les trois œuvres. Il souligne l’impertinence de cette figure dans un monde qui ne lui appartient plus.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27

similaire:

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconIdentitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSaint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée...
«Saint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : Histoire comparée et croisée de deux cités portuaires de part et d’autre de l’Atlantique...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Pleins feux sur Halloween !
«Horror Nights», du 26 septembre au 1er novembre est un rendez-vous incontournable !

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconEuropa-Park – Le plein de nouveautés !
«Beautiful Europe» créé l’événement et invite à la rêverie ! Sur un écran à 360°, 11 projecteurs surpuissants, accompagnés de son...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconUne nouvelle plateforme ludique et éducative en ligne
«kit de démarrage» plein de surprises. La carte de membre de l'Europa-Park junior club est disponible dans des magasins du parc désignés...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconProgramme de recherche «Les figures de l’intermédiation marchande...
«[…]En fait, Yvan Debbasch passe en revue toutes les Echelles méditerranéennes, et ce sont les conditions générales du commerce entre...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI icon«Les Entretiens de l’Excellence» Le Club XXI e siècle organise en partenariat avec Sciences-Po
«Le modèle français de promotion sociale est toujours valable et opérant. Contrairement à ce que l’on peut entendre, l’ascenseur...

Identitate şi memorie culturală în Europa secolelor XX – XXI iconSitué à Waldkirch en Forêt-Noire, mack rides voit le jour en 1780....
«Gastronomie» et «Marketing» d’Europa-Park. Au cours de leurs études, Michael et Thomas Mack ont acquis une formation internationale...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com