Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire





télécharger 211.78 Kb.
titreFarces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire
page1/4
date de publication21.05.2017
taille211.78 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > littérature > Documentos
  1   2   3   4
Théâtre français de Rome

DOSSIER PEDAGOGIQUE

Farces et Troubadours


- Spectacle Médiéval -
Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar

Comédiens : Aline d’Andrea ; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy.

SOMMAIRE



I. Présentation du spectacle

II. Contexte historique et culturel III. Présentation des oeuvres mises en scène et de leurs auteurs

La Farce du cuvier.

La Chanson de Roland.

Le Cor. Alfred de Vigny

A la Claire fontaine (chanson)

L’Art d’aimer (prologue du Roman de la rose). Guillaume de Lorris

Le Dit des Perdrix.

Le Roman de Renard.

La Farce de maître Pathelin.

La Ballade des pendus. François Villon.

I. Présentation du spectacle « Farces et troubadours »



Qu’est-ce que le Moyen-Age ? L’époque où les chevaliers combattaient pour leur damoiselle, où les troubadours allaient de ville en ville, de château en château pour amuser les foules et leur conter des légendes noires et dorées, où lors de fêtes grandioses, tout était permis : chanter, danser, se déguiser et rire de tout et de tous.

« Farces et Troubadours », le temps d’une représentation fait revivre cette tradition: Carabosse, Roland, fées et princesses prennent ainsi tour à tour la parole, aussi bien en vers qu’en prose ou même en chansons, afin de nous entraîner sur les parvis des cathédrales et nous faire partager songes, magie noire et combats épiques. Les spectateurs sont plongés au coeur des péripéties quotidiennes des petites gens: des querelles de ménage aux parodies de justice de maître Pathelin, la vie d’alors est passée en revue sur un mode de franche dérision.
Seront successivement joués dans le spectacle des extraits des textes suivants:

La farce du cuvier.

La chanson de Roland.

Le cor de Vigny.

L’art d’aimer. Guillaume de Lorris (prologue du Roman de la rose)

Le dit des perdrix.

Le roman de renard.

La farce de Maître Pathelin.

La Ballade des Pendus.
Ainsi que des extraits des oeuvres musicales suivantes:

Les musiciens de Provence. Flûtes provençales (galoubet, flûtet, fifre). Arion.

Le roman de la rose. Musiques médiévales XIIIè-XV siècles. Adam de la Halle, Jehan de Lescurel, Guillaume de Machaut. Opus 111.

Notre Dame de Paris. R. Cocciante, L. Plamandon .

L’apprenti sorcier. Dukas.

Avé Maria. Richard Cocciante.

A la claire fontaine.

Le bon roi d’Agobert.

La jambe me fait mal.

Chevaliers de la Table ronde.









II. Contexte historique et culturel:
Le Moyen-Age couvre la période allant de la chute de l’Empire romain d’Occident (476) jusqu’à la prise de Constantinople par les Turcs, faisant ainsi le lien entre l’Antiquité et l’âge moderne. Il coincide avec la naissance de la langue française, dérivée du latin parlé, et vulgarisée par la foule (soldats et marchands…). L’histoire de la langue et de la littérature est d’ailleurs étroitement liée à l’histoire politique de la France. Ainsi, Hugues Capet, fondateur de la dynastie des Capétiens (987) est le premier roi de France à avoir parlé, non pas un idiome germanique, mais le “roman” qui deviendra par la suite le français. Plus tard, avec l’extension du domaine royal, triomphe le “francien”, dialecte de l’Ile de France. La conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile (1053), puis de l’Angleterre (1066) par les Normands, étend considérablement le domaine du vieux français. De grandes oeuvres sont ainsi rédigées en dialecte anglo-normand. Les Croisades (1096-1270) et la Guerre de Cent ans (1337-1380) influencent également la littérature française et voient la naissance du sentiment national moderne. Pendant cette période, plusieurs grands rois se succèdent sur le trône de France et contribuent chacun à la constitution de l’unité nationale: Louis VI (1108-1137), Philippe Auguste (1180-1223), Louis IX (1226-1270), Philippe Le Bel (1285-1314), Charles V (1364-1380) et Louis XI (1461-1483). Leur règne est aussi marqué par une brillante floraison des lettres et des arts.

A partir du IXe siècle, la société est gouvernée par la féodalité: les institutions sociales et politiques reposent sur un lien de subordination entre le vassal et le suzerain), la condition paysanne est fixée par le servage. Il s’agit d’une société militaire où les moeurs sont très rudes. La France se partage en fiefs, ce qui se traduit notamment par une grande variété de dialectes. Un fossé se creuse progressivement entre la noblesse, qui devient une caste fermée, et la bourgeoisie urbaine. Cette division sociale se répercute dans les moeurs et la littérature. D’un côté s’expriment la grandeur chevaleresque, la délicatesse de l’amour courtois, une élégance et une distinction raffinées. De l’autre, verve comique et satirique, bonne humeur et réalisme dans la farce.
Les divers éléments de la société partagent cependant une foi ardente, allant parfois jusqu’au mysticisme. Cet enthousiasme religieux s’exprime notamment à travers les Croisades, qui influencent par ailleurs la littérature par l’introduction d’éléments d’histoire et d’exotisme.

A la Renaissance carolingienne (fin du VIIème, début du XIème siècle) succède une période de recul de la culture latine, coincidant avec des temps troublés. Il faut attendre le début du XIème siècle pour retrouver les signes d’une vie intellectuelle active, avec les recherches entreprises par les clercs. C’est alors la véritable éclosion de la littérature française, avec les Chansons de geste. Au XIIème siècle, l’enseignement théologique et philosophique d’Abélard connaît un grand succès. Le XIIIème siècle est marqué par la naissance des premières universités: l’Université de Paris, instituée par Philippe Auguste en 1200, à laquelle Robert de Sorbon adjoint le “Collège” en 1252, lui donnant ainsi son nom de Sorbonne. Au XVème siècle, l’éclosion d’une poésie nouvelle, savante et raffinée annonce l’avènement des temps modernes.
Hormis la littérature, l’architecture romane (XIè-XIIèmes siècles) puis gothique (à partir du milieu du XIIème siècle) est caractéristique de l’essor artistique que connaît le Moyen-âge. C’est à cette époque que sont bâties les cathédrales gothiques, telle Notre-Dame-de-Paris, commencée en 1163. Ces chefs d’oeuvre architecturaux sont autant de témoignages de la profonde ferveur religieuse du Moyen-Age, que de précieux documents sur les modes vestimentaires, les moeurs et l’imagination de l’époque, visibles sur les statues, les bas-reliefs et les vitraux.

Malgré la tradition orale, les oeuvres littéraires du Moyen Age nous sont parvenues sur des manuscrits minutieusement calligraphiés par des clercs. Par leurs enluminures et leurs couleurs, leurs majuscules finement enjolivées, ces monuments de culture constituent de véritables oeuvres d’art. Cet art atteint son plus haut degré avec les illustrations des Très riches heures du Duc de Berry.

Dernièrement, la fin du Moyen-Age est marquée par l’apparition de l’imprimerie. Découverte par Gutenberg en Allemagne, elle fait ses débuts en France en 1470. La première édition de Villon date de 1489, et vraisemblablement celle de la Farce de maître Pathelin.
Avec l’effondrement des structures de l'Empire romain et les invasions, seules demeurent en place les institutions stables de l'Église. Dans ce contexte agité, l’Eglise est devenue la bibliothèque des savoirs antiques, même si ceux-ci ne sont utilisés que pour les commentaires de la Bible et la formation spirituelle du clergé.


Les Cours et les voyages…

L'évolution de la structure féodale favorise lentement l'organisation d'une aristocratie. Les guerres (conquête de l'Angleterre par les Normands, conflits entre princes allemands et italiens) feront le reste, suivies par les Croisades, qui rassemblent la chevalerie européenne et la mettent au contact de l'Orient, plus lettré. S'ensuit un brassage de thèmes et une vie riche d'échanges.


Certaines Cours jouent un rôle capital: celle de France, et surtout celle d'Aquitaine, où la reine Aliénor encourage l'élaboration des premiers romans en vers, romans dits antiques – ils puisent dans le fond des épopées et histoires gréco-latines, tel, en 1160, le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure –, ou bretons – emprunts au fonds celtique et à la légende du roi Arthur ou à celle de Tristan, avec le Tristan et Iseut de Béroul (entre 1150 et 1195) et celui de Thomas d'Angleterre. Différentes versions des récits sont mises à l’écrit par des clercs, afin d'être lues à voix haute devant des assemblées d'auditeurs.

En Occitanie, puis dans le Nord, la poésie lyrique se développe sur le thème courtois de la souffrance d'aimer. Les chansons explorent quant à elles des thématiques plus familières, inséparables de la musique. Leurs créateurs sont nombreux, essentiellement des nobles (le duc Guillaume d'Aquitaine, le Périgourdin Bertran de Born, le Picard Conon de Béthune, l'Occitan Jaufré Rudel) ou des individus attachés à une grande maison (Marcabrun, qui œuvrera de la cour de Poitiers à celle de France).

Chrétien de Troyes rend célèbre le monde arthurien avec Érec et Énide (vers 1165), et surtout Lancelot (vers 1171) et Perceval (vers 1181).

La littérature – sous sa forme lyrique, romanesque et aristocratique - se perpétue ainsi jusqu'au XVe siècle, en s’enrichissant toutefois de thèmes nouveaux (moins d'aventures, plus de tournois)…tandis qu’en parallèle surgissent les parodies, telles que Le Roman de Renart, qui unit aux contes dynastique, la poésie, suscitée pour l'agrément mais aussi pour le service politique – c'est là l'objectif des "grands rhétoriqueurs" (Guillaume Crétin, Jean Molinet).

Le milieu du XVe siècle épanouit tous les genres précédents: théâtre (la Farce de Maître Pathelin, vers 1464; les mystères d'Eustache Marcadé et d'Arnoul Gréban), poésie courtoise (Charles d'Orléans), poésie lyrique (Villon), récits satiriques (les Quinze Joyes de mariage, anonyme, vers 1450), roman (le Petit Jehan de Saintré, d'Antoine de La Sale, 1456).

L'Université et la ville…

Lors des XIIe et XIIIe siècles, la littérature antique et la connaissance du monde refont surface à travers un immense effort éducatif, ce que reflètent le développement des écoles au pied des cathédrales et la création des premières universités, parallèlement à l’expansion des villes. L'activité des clercs et des étudiants, les échanges dus à la vitalité des nouveaux ordres religieux (Franciscains et Dominicains) concourent au débat d'idées dans toute l’Europe.


D'autres participants surgissent: dans les cités devenues de vraies puissances, des élites riches se montrent soucieuses de se démarquer à travers la forme d'expression privilégiée qu’est le théâtre, organisé en période de fêtes religieuses. Actives et indépendantes, certaines villes voient apparaître des confréries littéraires, où s'organisent des concours de poèmes religieux. On assiste à une multiplication des genres littéraires pour répondre aux nouveaux goûts et aux nouveaux publics. Un texte résume cette évolution littéraire: Le Roman de la Rose, commencé vers 1230 par Guillaume de Lorris comme une allégorie sur la recherche de l'amour, et achevé quarante ans plus tard, par Jean de Meung comme une revue critique des mœurs et des savoirs.

Temps de survie…


Les XIVe et XVe siècles sont marqués par la peste, la guerre et la famine, qui tuent un tiers de la population d'Europe. On assiste alors à la montée de genres qui unifient les communautés – théâtre, chroniques (Froissart) –, mais aussi d'œuvres qui intègrent une vision critique du monde – du Roman de Fauvel (1310-1314), attribué à Gervais du Bus, au Quadrilogue invectif (1422) d'Alain Chartier.

Sans doute lié à la constitution de l'idée nationale et à l'apogée de l'imaginaire chevaleresque, apparaît le besoin d’un retour aux racines culturelles. C'est le temps des Très Riches Heures du duc de Berry, des juristes et des traducteurs de Charles V, qui reviennent à Aristote…

Ailleurs, en particulier en Avignon, par où pénètre la culture italienne, cette dynamique s'est déjà accélérée: la renaissance urbaine et artistique est accomplie, la renaissance des langues anciennes commence, la promotion des langues vulgaires a acquis ses modèles (Dante, Pétrarque).

Reconstruction…


La reconstruction du royaume donne naissance à une vie culturelle brillante, notamment dans les cours des ducs de Bourgogne et du roi de France: les princes, appuyés par les villes et la noblesse, prennent la tête du mouvement, à travers une trilogie de manifestations originales: la fête, qui se déploie sur des canevas de romans, l'histoire, conçue comme une glorification nationale et dynastique, la poésie, suscitée pour l'agrément mais aussi pour le service politique – c'est là l'objectif des "grands rhétoriqueurs" (Guillaume Crétin, Jean Molinet).

Dans un dernier feu, le milieu du XVe siècle épanouit tous les genres précédents: théâtre (la Farce de Maître Pathelin, vers 1464; les mystères d'Eustache Marcadé et d'Arnoul Gréban), poésie courtoise (Charles d'Orléans), poésie lyrique (Villon), récits satiriques (les Quinze Joyes de mariage, anonyme, vers 1450), roman (le Petit Jehan de Saintré, d'Antoine de La Sale, 1456).

Trois visions du théâtre…


III. Présentation des oeuvres



  1   2   3   4

similaire:

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconAlchalabi frédéric
«Itinéraire et fortune des matières troyenne et bretonne dans quelques chroniques castillanes des xiiie-xve siècles», in alamichel,...

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconJean-Philippe bidault, directeur dnca finance (gestion d'actifs),...
«Les Tréteaux du Lys», elle adapte, met en scène et interprète mystères, farces et fabliaux issus du répertoire médiéval. De sa rencontre...

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconThèse de doctorat nouveau régime présentée par Frédéric lagrange

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconScénario et réalisation Frédéric Quiring, produit par Les films du 24

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconAlain, littérature et philosophie mêlées, sous la direction de Michel...
«selon [son] opinion dans la grande famille des écrivains», s’y trouve donc minorée tandis qu’en sont absents les noms d’André Maurois...

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconFrédéric Schneider
«Pourquoi la participation au référendum concernant l’entrée de la Pologne dans l’Union européenne et un droit et un devoir de tout...

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconLa radioactivité est un phénomène exclusivement naturel jusqu’en...

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconChronologie : L’allemagne de 1850 a 1914
«reculade» d’Olmütz : Frédéric-Guillaume capitule devant les exigences autrichiennes en consentant au rétablissement de la Confédération...

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconMention Pensée politique Soutenu par Frédéric Morgan
...

Farces et Troubadours Spectacle Médiéval Mise en scène et direction artistique de Frédéric Lachkar Comédiens : Aline d’Andrea; Frédéric Lachkar; Gaelle Le Roy. Sommaire iconD’art d’art Concept
«D’art d’art», une émission de télévision consacrée aux arts plastiques, présentée par Frédéric Taddeï






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com