Littérature / Namibie / France





télécharger 10.94 Kb.
titreLittérature / Namibie / France
date de publication07.11.2017
taille10.94 Kb.
typeLittérature
h.20-bal.com > littérature > Littérature
Littérature / Namibie / France

Hendrik Witbooi : L’indépendance africaine avant la lettre
(MFI/17.05.11) La contestation de la colonisation européenne de l’Afrique n’a débuté ni au Sénégal ni au Kenya, mais à Windhoek, en Namibie, au 19è siècle. Elle était menée par Henrik Witbooi de Namaqaland – le pays des Nama. Sa correspondance avec ses pairs mais aussi avec les autorités militaires allemandes témoignent de l’esprit de résistance d’un peuple qui s’était levé contre la domination occidentale, alors que d’autres étaient encore sous le choc de la conquête.
Avec Lettres de guerre d’Hendrik Witbooi, capitaine du Grand Namaqualand, les éditions du Passager clandestin livrent un document historique étonnant et peu connu du grand public. Le volume est publié dans la collection Les Transparences dirigée par Dominique Bellec et Jocelyn Nayrand, dont l’ambition est d’éclairer les abîmes de l’humanisme européen, notamment dans sa découverte de l’Autre, réalisée sur le mode ternaire « concupiscence, mépris et horreur ». L’auteur des Lettres de guerre qui paraissent aujourd’hui en format poche a combattu sans répit au 19è siècle la colonisation allemande de son pays, l’actuelle Namibie. On peut dire que dans les proclamations de celui qui signait ses lettres « Roi du Grand Namaqualand », se trouvent les fondements lointains de l’indépendance africaine dont les Etats du continent noir viennent de fêter récemment le cinquantenaire.
Contre le gré de Bismarck, semble-t-il !
Il y a 125 ans, Hendrik Witbooi proclamait déjà dans ses correspondances avec ses pairs du Sud-ouest africain, l’Afrique des Africains : « L’Afrique nous appartient! Nous sommes unis par la couleur de notre peau et par nos coutumes et ce continent est le nôtre. Que ce continent soit réparti entre divers royaumes et territoires, n’implique aucunement que l’Afrique est divisée ou que la chaîne de solidarité entre les Africains est rompue. Le Kaiser allemand n’a strictement rien à faire chez nous. »

Au 19è siècle, l’actuelle Namibie est habitée par plusieurs peuples dont les principaux sont les Nama et les Hereros. L’Allemagne, qui convoite ces terres, profite de la guerre que les deux peuples se livrent pour la possession des troupeaux et des aires de pâturage, pour y implanter ses premiers comptoirs marchands dans les années 1880-1883. Contre le gré de Bismarck, semble-t-il ! Toujours est-il que le Chancelier de Prusse est obligé de placer rapidement le territoire sous protection allemande. Bientôt, se tiendra la réunion de la honte à Berlin, où les grandes puissances occidentales se partageront le fruit de leurs razzias : 1884 est la date officielle du début de la colonisation allemande de la Namibie.
Une guerre sans merci contre les Allemands
Les Witbooi, dynastie d’origine Nama, s’oppose à cette domination étrangère. Après son grand-père Kido, le fondateur légendaire de la dynastie Witbooi, et son père Moses, Hendrik s’impose comme le chef incontesté de sa communauté. A partir de ce moment jusqu’à la fin de sa vie en 1905, Hendrik va livrer une guerre sans merci contre les Allemands, remportant parfois des victoires sur le champ de bataille où les soldats des deux camps se battent à armes inégales. La guerre décisive aura lieu en 1905, guerre pendant laquelle Hendrik va être grièvement blessé et va mourir de ses blessures à la jambe. Il n’aura pas su protéger son peuple contre les tueries et les massacres perpétrés par les Allemands. Ces massacres causeront la mort de 25 000 hereros et de 10 000 namas, préfigurant le génocide juif de la seconde guerre mondiale. D’ailleurs, en 2004, lorsque Windhoek a célébré le centenaire de l’insurrection des Namas, le porte-parole du gouvernement allemand est venu demander pardon pour leurs crimes.
Un homme pragmatique et libre
Les textes que réunit le volume examiné ici sont des lettres diverses que le capitaine nama a échangées avec ses adversaires allemands et hereros. Elles sont imprégnées à la fois d’une grande force de conviction et d’une extraordinaire naïveté. Dans l’un de ces courriers adressés au général allemand, Witbooi des armes, « afin que vous conquerriez un ennemi armé : ainsi seulement votre grande nation pourra prétendre à une victoire honnête ! » Le Nama croyait-il vraiment à l’honnêteté des autorités militaires coloniales ? Ces propos « ne doivent pas laisser croire à la naïveté de Witbooi devant les réalités de la guerre », écrit le prix Nobel sud-africain John-Michael Coetzee qui a préfacé le volume. « Il était au contraire un organisateur politique rusé et un chef de guérilla talentueux… ». L’éloquence de ses lettres, la courtoisie même lorsqu’il s’agit d’un destinataire ennemi, témoignent de la qualité de l’homme. Ses lettres qui nous proviennent du fonds de l’Histoire, il faut les lire pour surtout comprendre que, comme l’a écrit Coetzee, « la liberté pour laquelle il (Hendrik) se bat n’est pas une idée abstraite, mais la liberté, éprouvée au plus profond de lui-même, d’aller et venir où bon lui semble, de mener ses bêtes de pâturage en pâturage suivant les saisons. » Un homme pragmatique et libre, telle serait peut-être la meilleure définition de la personnalité qui émerge de ces pages.
Tirthankar Chanda
« Votre paix sera la mort de ma nation ». Lettres de guerre d’Hendrik Witbooi. Traduit de l’anglais par Dominique Belle. Editions Le Passage Clandestin, 176 pages, 16 euros.

similaire:

Littérature / Namibie / France iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

Littérature / Namibie / France iconLittérature / France

Littérature / Namibie / France iconLittérature : littérature générale (grand format et éditions de poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature / Namibie / France iconLittérature : littérature générale (grand format et éditions de poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature / Namibie / France iconLittérature / France
«H» qui nourrit la créativité de l’auteur du Soleil des Scorta, prix Goncourt 2004

Littérature / Namibie / France iconLittérature / Japon / France
«la beauté est ce qui nous lie aux autres dans un désir de partage et d’empathie»

Littérature / Namibie / France iconLittérature et société en France
«Towards a Sociology of Culture», in Raymond Williams, Culture. Glasgow: Fontana Press, 1980, pp. 9-33

Littérature / Namibie / France iconLittérature : littérature générale (grand format et poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature / Namibie / France iconAux origines de la litterature chinoise
«littérature» est différent. Les chinois avaient une réflexion sur l’écriture, la notion elle-même de littérature est apparue plus...

Littérature / Namibie / France iconCours de littérature de terminale L : année scolaire 2011-2012 «Littérature...
«Littérature et débats d’idées; Littérature et histoire : Mémoires de guerre, Tome III, Le Salut : 1944-1946, (1959), Charles de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com