Aimer à l'extrême, engouement, passion, attachement et amitié excessive





télécharger 1.09 Mb.
titreAimer à l'extrême, engouement, passion, attachement et amitié excessive
page1/6
date de publication21.10.2016
taille1.09 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > littérature > Documentos
  1   2   3   4   5   6
یادداشت مترجم: با سلام. لطفا املای تمامی اسامی خاص چک شود.

Amour

Terminologie
Aimer à l'extrême, engouement, passion, attachement et amitié excessive
On donne différentes définitions de l'amour:
L'amour est une joie positive dont le thème est la beauté, (1) il est également un sentiment profond, un intérêt doux ou une attraction intense qui ne se limite pas à certaines créatures ou certains concepts, mais peut émerger dans des domaines inimaginables. (2)

L'amour et le sentiment profond d'aimer peut être très varié et comprendre de nombreux intérêts. Dans certains cas, il peut prendre une forme sévère et excessive, être nocif et dangereux, et parfois c'est le sentiment de bonheur et de joie. Mais généralement, c'est une croyance et affection profonde en conformité avec le pacifisme et l'humanité. (3) L'amour est une affection envers une autre personne ou un charme infini pour d'autres. On peut le considérer comme un sentiment profondément humain et indescriptible partage avec une autre personne dans une relation à double sens. [5] [v]

L'origine du mot "eshq" en persan
En persan, le mot "eshq" est dérivé du mot "ashaqa", une vigne qui tue l’arbre autour duquel elle s’implante. L'amour superficiel jaunit l'arbre du corps de son propriétaire, mais l'amour spirituel sèche la racine de son existence de crédit et donne la mort à son ego d'où on définit l'amour comme aimer à l'extrême et l'affection parfaite.

Dans le passé, on pensait que le mot amour en persan avait une origine arabe. Mais l'arabe et l'hébreu appartiennent les deux à la famille des langues samis et les mots d'origine samis se trouvent toujours avec le même sens dans les deux langues. Il est étonnant que le mot «eshq» n'ait pas d'emploi en hébreu. Le mot utilisé pour désigner l'amour en hébreu c'est "ahav" ayant une parenté avec le mot "habba" en arabe. La nouvelle perspective des chercheurs est que le mot «eshq» vient de "iška" en avesta [2] qui signifie désir, demande, tendance qui ayant un lien avec le mot "iš" désignant "demander, désirer, chercher". En outre, selon le témoignage de Farhooshi, il vient du mot "išt" du persan moyen qui signifiait "demande, tendance, propriété et richesse, désir". Les mots avestiques et sanskrits ci-dessus ont une origine indo-européenne (langue aryenne) du verbe "ais" signifiant "vouloir, désirer, chercher" dont la forme nominal est "aisskā" pour designer "désir, tendance, recherche". A part avesta et le sanskrit, en plusieurs langues il se trouve des dérivés du mot indo-européen "ais" [2]. En arabe d'aujourd'hui, le mot "eshq" n'a pas d'emploi courant. On emploie plus souvent le mot "habba" et ses dérivés dont: "hob", "habib", "habiba", "mahboob", etc.

Même Ferdowsi qui, pour la protection de la langue persane, évite consciemment l'utilisation des mots arabes, emploie facilement et avec motivation le mot "eshq" et même si sa licence poétique lui permet de le remplacer par un autre mot, il n'utilise jamais le mot "hob".

Le mot "eshq" occupe une place importante dans la littérature persane, en particulier la littérature lyrique, et beaucoup sont les poètes persans ayant des œuvres avec une grande valeur littéraire sur l'amour, l'aimé et les tribulations de l'amour. Le mot "eshq" est d'ailleurs utilisé parfois en parlant de l'amour de l'homme pour Dieu qui tient dans la catégorie du mysticisme et de la religion. (10)

Analyse du sens de l'amour
Bien que la définition exacte du mot «amour» soit difficile et nécessite des discussions longues et détaillées, on peut en expliquer les différents aspects à travers un regard sur des réalités qui ne sont pas "amour" ou "amoureux". L'amour comme un sentiment positif (une forme très forte de "aimer") est généralement le point contraire de la haine (ou de l'apathie pure). Si l'élément de désir sexuel y est pâle et qu'il y a une relation romantiquepure, il peut s'opposer à la luxure. S'il décrit une relation entre deux personnes dans où il y a beaucoup de murmures romantiques, il s'oppose à l'amitié même si dans certaines définitions de l' «amour», on insiste sur l'existence d'une amitié entre deux personnes dans des contextes spécifiques.

La définition exacte de l'amour nécessite des discussions longues et détaillées, on peut en expliquer les différents aspects à travers un regard sur des réalités qui ne sont pas "amour" ou "amoureux". L'amour comme un sentiment positif (une forme très forte de "aimer") est généralement le point contraire de la haine (ou de l'apathie pure). Si l'élément de désir sexuel y est pâle et qu'il y a une relation romantique pure, il peut s'opposer à la luxure. S'il décrit une relation entre deux personnes dans où il y a beaucoup de murmures romantiques, il s'oppose à l'amitié même si dans certaines définitions de l' «amour», on insiste sur l'existence d'une amitié entre deux personnes dans des contextes spécifiques. (11)

L'amour est un don divin mis dans l'existence humaine mêlé à son essence et sa nature, et l'homme a été toujours à la recherche de son vrai aimé.

"La première racine de la discussion sur l'amour dans la culture occidentale se trouve dans le traité de réception de Platon (Banquet = Sumpósion) et le traité de morale de Nicomachus rédigé par Aristote(1)
Sohrevardi dit sur la nature de l'amour: "Quand l'amitié atteint son apogée, on l'appelle amour" (2)

"L'amour" dans son sens le plus général se réfère à la relation amicale entre deux personnes. C'est habituellement un faire attention et donner de l'importance à une personne ou un objet qui, parfois, ne se limite pas à soi-même (la notion de narcissisme). Cependant, il y a des opinions différentes sur le concept de l'amour. Certains nient l'existence de l'amour. D'autres le considèrent comme un nouveau concept abstrait "introduit" et inventé dans le langage humain au Moyen Age ou peu de temps plus tard. Mais cette idée n'est pas en conformité avec le trésor disponible dans le domaine de l'amour et la poésie. (12) Certains d'autres pensent que l'amour existe et n'est pas qu'un concept abstrait, mais étant une qualité spirituelle et métaphysique, il ne peut pas être défini. Certains psychologues estiment que l'amour consiste à prêter ses "frontières de soi" ou son "amour-propre" aux autres. D'autres tentent de définir l'amour à travers ses reflets dans la vie d'aujourd'hui. (13)

Définition et évolution de l'amour
l'histoire d'amour est aussi vieille que la civilisation humaine. Dans les livres épiques, les histoires et les mythes de différentes nations on trouve de nombreuses œuvres écrites ou orales sur l'amour. Tout être humain ayant passé l'âge adulte, a très probablement connu divers degrés de sentiment d'amour. Au moins, la plupart du monde aurait, dans ses expériences, des souvenirs de l'amour. Bien sûr, il y a ceux qui ne l'ont pas expérimenté personnellement, mais sont arrivés à l'illustrer dans leur esprit par l'observation et la compréhension des circonstances amoureuses des autres.

La philosophie de l'amour représente tout ce que l'on attend de la création, de l'évolution et de la fin d'un processus d'amour. La compréhension de ce processus commun mais complexe nécessite l'identification des facteurs très importants. Comme tout autre processus d'enquête, pour l'analyse du processus de l'amour, on se trouve face à des questions telles que:
Qui? Pourquoi? Quand? Comment? A quel point? Où,...?
Qui tomba vraiment amoureux? Pourquoi et comment tomba-t-il amoureux? Quand et où?

Et ce genre de questions. La réponse au pourquoi de l'amour de chaque être humain peut exprimer la complexité profonde de ce phénomène humain. Comme la science de la logique profite des méthodes déductives et inductives pour la perception des phénomènes, pour la compréhension de l'amour, il nous faut parfois le recours à ces catégories logiques. Parfois, l'amour arrive d'un coup d'œil, sans aucune histoire, ce qu'on appelle coup de foudre. Deux personnes sans aucune prédisposition rationnelle ou émotionnelle, tombent amoureux. Cela ne nécessite pas toujours la rencontre physique et face à face de l'aimé et l'amant. Il n'est pas rare qu'une personne tombe amoureuse de quelqu'un sans l'avoir jamais vu, se passionne pour la description de sa beauté et sa bonne humeur ou de sa propre imagination illusoire des beautés de l'aimé. Cependant, il arrive parfois que la première rencontre provoque l'étincelle de feu de l'amour et crée une passion romantique dans le cœur de l'aime et de l'amant. Au fil du temps et en fonction de la conformité des désirs des individus, l'amour continue et atteint son apogée. Après cette étape, les émotions affectives sont souvent diminuées et progressivement, le feu de l'amour s'éteint. Les résultats des enquêtes sur la stabilité des coups de foudre indiquent qu'un pourcentage élevé d'entre eux commence à disparaitre dès les premières années et les conflits remplacent l'enthousiasme.

Parfois l'amour apparait au fur et à mesure avec la proximité et la familiarité de deux personnes. Dans ce cas, aucun des deux n'a au début de tendance romantique vis-à-vis de l'autre. Beaucoup de couples se connaissent des années avant le mariage même dans un contexte social comme l'université, le travail, le voisinage,…Mais ne voient jamais de signe de sentiment romantique l'un de l'autre. Dans cette situation, les gens se familiarisent avec le temps, avec les intérêts et les attachements de l'autre, Peu à peu et pas tout à coup leur amitié se fortifie et conduit finalement à l'émergence de l'amour. Les recherches ont montré que dans de nombreux pays, la chance de l'apparition de l'amour conduisant au mariage auprès des employés ayant plus d'occasions de se connaître les uns les autres est plus élevée par rapport à ceux qui ne possèdent pas ces possibilités. De plus, la vie de couple dans les relations amoureuses progressivement apparues où les individus ont décidé de s'épouser avec pleine connaissance, est plus stable et les sentiments sont plus profonds.

Points de vue culturels de l'amour
Bien que sur la définition de l'amour et de sa nature il y a des similitudes entre les différentes cultures et on l'a souvent définie comme une forme d'engagement, de compassion, de tendresse ou de passion, il existe aussi des différences entre ces cultures. Ces différences culturelles entre les pays et les groupes ethniques, empêchent l'accès à un sens universel et inclusif du mot d'amour. L'histoire nous montre différentes cultures et tribus où l'amour et les sentiments romantiques n'avaient pas eu de grande place dans le mariage et la plupart des mariages avaient des raisons économiques, politiques, familiales, pratiques ou opportunistes. Même aujourd'hui, si l'on tient compte de la planète entière, l'hypothèse de l'existence de l'amour avant le mariage est une exception plutôt qu'une règle.

Par exemple, en Inde où le mariage est fait en général conformément à la procédure traditionnelle définie, on croit que l'amour n'est pas essentiel pour le mariage, mais apparait après le mariage. Ce n'est que récemment que chez les classes moyennes le mariage basé sur l'amour a remplacé les mariages prédéfinis.

Dans la Grèce antique, la fascination pour un autre était considérée comme insensée et n'avait rien à voir avec le mariage et la vie familiale. Par contre, les Grecs ont célébraient l'amour platonique par lequel on entendait l'admiration asexuée d'une personne qui se trouvait habituellement entre deux hommes.

En Europe, le phénomène de l'amour est apparu au Moyen Age et on le considérait comme un sentiment pur et sacré n'ayant rien à voir avec le désir sexuel. L'amour pour une personne du sexe oppose est incarné au XIIe siècle dans le concept de l'amour courtois. Dans l'amour courtois, un chevalier cherchait l'amour sous forme d'un dynamisme noble et majestueux se sacrifiait impatiemment pour l'amour d'une dame aristocrate. Cet amour était fantaisiste, subtil, élégant et, au moins en théorie, sans aspect sexuel.

Plus de cinq cents ans plus tard, progressivement cette idée est née que l'amour peut être bon et honorable. En effet, Aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe et surtout en Angleterre, on a commencé à croire que les sentiments romantiques pouvaient conduire à une fin heureuse. Pourtant, le fait qu'une personne ait des sentiments romantiques envers sa femme n'était pas fréquent.

En Amérique, l'idée que le mariage doit être fondé sur l'amour est commune. C'est peut-être le développement de l'individualisme et la propagation de la prospérité économique qui permet aux jeunes de choisir, grâce à l'indépendance économique, leur partenaire sans la pression de famille.

L'amour dans la culture persane
En Iran, il y a beaucoup de mots pour décrire le phénomène d'amour dont certains existent depuis longtemps. Dans les textes avesta et Gathas et ceux du persan moyen on a fréquemment parlé de l'amitié et l'amour. Des mots comme "aqashe" se trouvent dans les poèmes de Rudaki. "Mehr", "eshq", "aqashe", 'shiftegi", "ishqay", "deldadegi", "sheydayi", et "sowda" sont tous des termes utilisés en Iran pour parler du phénomène d'amour. Par ailleurs, une partie des histoires de Shâh-Nâme, des poèmes de Nizami Ganjavi, Khajavi Kermani, Ayouqi, Jaami, Vahshi Bafqi et Ahli Shirazi est consacrée à l'amour. Et beaucoup de poètes explorent la nature de l'amour dans un état séparé de la description soufi. On peut citer Hafez, Saadi, Baba Taher, Khayyam et Rudaki qui, à côté de leurs poèmes lyriques et pathétiques, ont tenté d'examiner la nature et la fonction de l'amour. Dans la littérature soufie que le chemin vers Dieu passe par la pureté et l'amour, pour attirer l'amour de Dieu et se séparer du monde matériel, on élevait en soi les intérêts inhérents pour Dieu et arrivaient à un état d'absorption qu'on appelait amour divin. Ils ont de nombreux poèmes où ils considèrent Dieu comme leur aimé. Molavi, Attar, Abu Sa'id Abu al-Khair, et Sanai Ghaznavi font partie de ces poètes. Certains des poètes panégyristes du tribunal dont Anvari, Onsori, Asjadi, Farokhi Sistani ont employé de nombreuses phrases et paraboles romantiques en décrivant leurs admirés. (11)

Vision reigieuse
L'amour dans les religions primaires était une combinaison de l'engagement de l'attraction et de culte aux forces de la nature (païens polythéistes). Plus tard dans les nouvelles religions cette attraction est oriente vers des entités abstraites comme Dieu, la loi, l'église et l'état (monothéisme). Le troisième point de vue à cet égard est celui de panthéisme pour lequel, il y a toujours une différence entre ce qu'on adore et ce qui est adoré. L'amour est une réalité selon laquelle, au cours du temps, nous nous interprétons incorrectement comme un être isolé.

Islam et l'amour
Dans le Coran, sourate Ar-Roum verset 22 on lit:
"Et c’en est un autre que d’avoir créé de vous et pour vous des épouses afin que vous trouviez auprès d’elles votre quiétude, et d’avoir suscité entre elles et vous affection et tendresse. En vérité, il y a en cela des signes certains pour ceux qui raisonnent."

Selon les autorités chiites, la déclaration de l'amour entre filles et garçons (même pour le mariage) est un péché parce qu'il y a le risque de tomber dans le péché, mais demander la main sans déclarer l'amour, est permis. (4). Avoir l'amour de quelqu'un dans le cœur en soi sans l'exprimer est sans problème.

Christianisme
Dans l'Evangile l'amour est désigné comme un ensemble d'actions et de comportements qui dépassent le lien affectif. L'amour est un ensemble de comportements que les êtres humains doivent suivre. L'Evangile conseille d'adorer non seulement son aimé et ses amis mais aussi son ennemi. Dans l'Evangile il est question de cet amour dans le Corinthien 8-4: 13:

"L'amour est patient, l'amour est tendre. Il n'est jamais jaloux, il n'est jamais fier, il n'est pas arrogant. Il n'est pas grossier, ni égoïste, il ne va pas facilement en colère, ne se rappelle pas des erreurs des autres. L'amour ne se réjouit pas de camaraderie du satin, mais aime la vérité. Il protège toujours, il a toujours confiance aux autres, toujours plein d'espoirs, et toujours persistant. L'amour ne sera pas vaincu."
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Aimer à l\Définition Cartophile ou cartophiliste : personne qui a la passion...
«aimer d’amitié» au sens général : Le suffixe -phile est utilisé pour former un nom correspondant à une notion de passion, d’ami...

Aimer à l\Les anciens grecs faisaient de l’amitié le lien affectif par excellence;...
«Il arrive ( ) qu'une vraie amitié existe entre frères et soeurs, mais IL ne nous semble pas exagéré de dire qu'elle est née non...

Aimer à l\La passion d’un cuisinier
«La passion du Cuisinier», vous l’aurez compris, a l’avantage d’évoquer cette passion depuis

Aimer à l\Tu dois aimer la France car la nature l’a fait belle et l’histoire l’a fait grande
«tout prend la forme de l’histoire : le théâtre, le roman, la poésie» ex. A. Dumas qui n’agit pas comme un scientifique, Delacroix...

Aimer à l\Le rire recueil de citations
«Tout, dans la vie, est une question de savoir rire. Le rire, c’est ma thérapie. L'amour, l'amitié, c'est surtout rire avec l'autre,...

Aimer à l\L es f ruits de la passion
«Les fruits de la passion», un de ces sitcoms guimauves que personne ne regarde mais que tout le monde connaît !

Aimer à l\Le patriotisme est l’une des manifestations de l’attachement d’un individu à l’héritage national

Aimer à l\Aimer et comprendre l'usap

Aimer à l\Une armée de champions célèbre l’amitié par le sport en Haute-Savoie

Aimer à l\L’impact des troubles du lien d’attachement parents-enfant sur le...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com