Table des matières





télécharger 165.14 Kb.
titreTable des matières
page7/14
date de publication08.10.2017
taille165.14 Kb.
typeMémoires
h.20-bal.com > droit > Mémoires
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   14

LES PRATIQUES THÉRAPEUTIQUES


Par « pratiques thérapeutiques », nous entendons ici les pratiques hypnotiques qui se distinguent de l’auto-hypnose et de celles pratiquées dans le milieu hospitalier.

Pourquoi aller voir un praticien ?

Le déroulement d’une séance

Les avantages de l’hypnothérapie

  • Retour à la page d’accueil

Vous pouvez également consulter les rubriques Pratiques Cliniques et Pratiques Individuelles.

Pourquoi aller voir un praticien ?


Un praticien en hypnose peut intervenir dans de nombreux domaines et aider ses patients à surmonter divers problèmes au cours d’un nombre de séances assez réduit (rarement au-delà de 10) :

  • Les addictions (cigarette, drogues, alcool, jeu, etc.) ;

  • Les troubles alimentaires (régimes, boulimie, anorexie, etc.) ;

  • Les troubles du sommeil (insomnies) ;

  • Les troubles du comportement (timidité, troubles obsessionnels compulsifs, etc.) ;

  • Les troubles liés au stress (eczéma, hypertension, troubles intestinaux, etc.) ;

  • La gestion des phobies ;

  • La gestion de la douleur (auquel cas il est nécessaire de consulter en premier lieu un médecin généraliste) ;

  • L’amélioration des capacités mémorielles et de la concentration ;

  • Etc.

Orientée sur le dialogue, l’hypnose ericksonienne prend en considération les besoins de chaque patient de façon individuelle ; ainsi, le thérapeute n’aidera pas de la même manière deux personnes qui veulent arrêter de fumer ou qui désirent perdre du poids. Par ailleurs, couplée à d’autres disciplines (la psychologie, la PNL, le coaching, etc.), l’hypnothérapie peut se révéler un outil efficace pour tous. En effet, nombre de personnes pensent que l’hypnose ne peut pas marcher sur eux. S’il peut arriver qu’un thérapeute ne parvienne pas à mettre son patient en transe, cela tient davantage d’un mauvais contact entre eux ou des résistances du patient que des compétences du thérapeute ou d’une quelconque imperméabilité à l’hypnose. Entre les mains du bon praticien et avec de la bonne volonté, tout le monde est hypnotisable.

La bonne volonté du patient est d’ailleurs un atout fondamental lors d’une thérapie. De fait, il est peu probable qu’un hypnothérapeute puisse aider une personne à arrêter de fumer si elle n’en a pas envie. Le praticien sert principalement à guider le patient dans son inconscient pour lui permettre de trouver en lui-même les ressources dont il a besoin pour évoluer ; dans l’absolu, on peut donc dire que le patient est son propre thérapeute. Le praticien l’aide seulement à trouver les bons outils pour guérir ou changer.

  • Retour au début de la rubrique


Le déroulement d’une séance


Il est difficile de décrire une séance d’hypnose « type », d’autant que certains patients – confrontés à des problèmes spécifiques – peuvent avoir besoin de plusieurs séances.

Dans le cas d’une rencontre unique, la séance commence par un entretien oral dont la durée est variable. Il s’agit ici pour le praticien d’établir le ou les besoins de son patient ; en d’autres termes, quel problème ce dernier souhaite-t-il résoudre ? Quel changement souhaite-t-il voir dans sa vie ? Cependant, cerner le besoin ne suffit pas. Le thérapeute doit également s’assurer que solutionner un problème ne va pas en provoquer un autre. Par exemple, on sait que certaines personnes fument afin de compenser un manque affectif ; le praticien doit vérifier qu’aider son patient à arrêter de fumer ne le rendra pas dépressif. Si c’est le cas, il lui proposera alors de travailler en premier lieu sur ses troubles affectifs avant d’agir sur l’addiction. Le bien-être du patient est toujours au centre des préoccupations de l’hypnothérapeute.

Une fois réalisé cet entretien, le travail hypnotique peut commencer. Pour ce faire, le praticien est le patient sont souvent assis face à face. Parfois, il peut être demandé à ce dernier de se mettre debout ou, plus rarement, de s’allonger. Par des séries d’inductions, le thérapeute va alors plonger son patient dans un état de transe propice à l’intégration de suggestions qui l’aideront à solutionner son problème. La sortie de transe est assez progressive et le patient peut avoir besoin d’un certain temps pour récupérer pleinement ses facultés.

Dans le cas où le praticien estime qu’il est nécessaire de faire plusieurs séances avec le patient, la première séance (et peut-être même la deuxième et la troisième, selon les besoins) seront exclusivement consacrées au dialogue et à la mise en place d’une relation de confiance qui facilitera l’intégration des premières suggestions et métaphores. Certains praticiens prendront également le temps de déconstruire les représentations que les patients se font de l’hypnose afin de les rassurer sur les possibilités de manipulation mentale. Ce n’est qu’au cours des séances suivantes que débutera le travail hypnotique qui pourra se poursuivre sur plusieurs semaines. Dans certains cas, le patient aura besoin de quelques séances supplémentaires plusieurs mois après la fin de la thérapie afin de consolider ses effets.

  • Retour au début de la rubrique


1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   14

similaire:

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconRapports annuels 2012-2013 table des matières






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com