Table des matières





télécharger 165.14 Kb.
titreTable des matières
page8/14
date de publication08.10.2017
taille165.14 Kb.
typeMémoires
h.20-bal.com > droit > Mémoires
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14

Les avantages de l’hypnothérapie


L’hypnothérapie présente de nombreux avantages, à commencer par la multiplicité de ses applications3. Qu’il s’agisse d’intervenir sur des addictions et des troubles alimentaires ou de contribuer au développement personnel en améliorant les capacités mémorielles et la concentration d’un individu, l’hypnose apparaît comme un outil efficace qui demeure encore méconnu ou mésestimé. Ses applications sont si vastes qu’elles sortent même du simple champ de la thérapie et du coaching pour investir celui de la médecine.

L’hypnothérapie est également un processus parfaitement naturel qui ne nécessite aucun complément médicamenteux. En effet, l’hypnose ne recourt à aucun substitut extérieur et repose uniquement sur les ressources inconscientes du sujet. C’est un état que tout le monde connaît et expérimente plusieurs fois par jour sans même s’en rendre compte : cela survient par exemple lorsqu’on suit un trajet si connu qu’on le fait de manière parfaitement automatique, sans y réfléchir.

Un autre avantage de l’hypnothérapie est qu’elle s’inscrit dans ce que l’on appelle les thérapies brèves. À l’inverse de la psychanalyse qui travaille sur le long terme, les bienfaits de l’hypnose sont perceptibles presque immédiatement. En hypnose ericksonienne, la résolution d’un problème se fait généralement sur une à cinq séances et ne dépasse jamais les dix séances. Par ailleurs, le nombre réduit de rencontres avec le praticien ne lèse en rien la qualité de la thérapie dont les effets sont solides et durables.

En plus d’être brève, l’hypnothérapie est également une thérapie accessible à tous, y compris aux enfants (lesquels sont plus sensibles à l’hypnose que les adultes). Les seules contre-indications touchent les personnes atteintes de pathologies psychologiques et psychiatriques graves. La possibilité de pratiquer l’auto-hypnose est un autre de ses attraits : en plus d’être accessible à tous, elle permet – dans une certaine mesure – d’améliorer le quotidien et de faire un premier pas vers la résolution des problèmes et le développement personnel.

Enfin, contrairement à une idée communément répandue, l’hypnose agit sur la source du problème et pas uniquement sur le symptôme. En effet, en prenant en compte les problèmes du patient dans leur globalité, le thérapeute va chercher à résoudre la cause profonde de son trouble en accédant à son inconscient.

  • Retour au début de la rubrique

LES PRATIQUES CLINIQUES


Par « pratiques cliniques », nous entendons ici les différentes applications de l’hypnose dans le milieu hospitalier. Vous pouvez accéder aux différentes sous-rubriques en cliquant dessus :

Anesthésie

Oncologie

Obstétrique

  • Retour à la page d’accueil

Vous pouvez également consulter les rubriques Pratiques Thérapeutiques et Pratiques Individuelles.

Anesthésie


L’hypnose est de plus en plus présente dans le milieu hospitalier et nulle discipline n’y a autant recours que l’anesthésie. En effet, l’hypnose permet au patient de se détendre et peut remplacer une anesthésie générale au cours de certaines opérations4. L’hypnosédation (anesthésie sous hypnose) présente ainsi plusieurs avantages :

  • Elle permet d’éviter les désagréments de l’anesthésie ;

  • Elle met le patient dans un état de confiance et de bien-être qui facilite l’intervention ;

  • Elle a d’importants effets analgésiques.

L’hypnosédation intéresse de plus en plus les médecins et nombre d’hôpitaux l’utilisent déjà au cours de certaines interventions : c’est notamment le cas à l’hôpital Paris Saint-Joseph et dans les CHU d’Angers et de Rennes. Des opérations de la carotide, des ablations de la thyroïde et des endoscopies se font régulièrement sous hypnose.

Les médecins qui utilisent l’hypnosédation ont d’ailleurs relevé que certaines interventions, comme les opérations vasculaires (notamment celles touchant la carotide), se déroulent mieux sous hypnose que sous anesthésie générale. Ils notent ainsi que l’intervention se déroule de façon plus fluide, que les saignements sont moindres, que le réveil est meilleur et que les complications sont plus rares.

Souvent pratiquée par l’anesthésiste, l’hypnosédation apparaît comme une alternative intéressante à l’anesthésie générale. Cependant, lors de l’entretien préopératoire entre le patient et l’anesthésiste, un code de confort et de douleur est mis en place afin que le médecin puisse intervenir au cours de l’opération si une anesthésie générale s’avère nécessaire.

  • Retour au début de la rubrique


1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14

similaire:

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconRapports annuels 2012-2013 table des matières






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com