Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps





télécharger 46.09 Kb.
titreAvant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps
date de publication09.10.2017
taille46.09 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
Préface.
Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, il est préférable de connaître une définition concrète du temps.

Pour obtenir une définition très précise de ce terme, vous pouvez vous reporter à la définition figurant sur : fr.wikipedia.org/wiki/Temps , mais il vous faudra un grand courage pour lire les quelques 700 lignes... Un autre site moins connu mais tout aussi intéressant :

www.cnrtl.fr/lexicographie/temps.
Voici donc une définition rapide de ce mot.
Le temps : Celui des dimensions de l'Univers selon lequelle semble s'ordonner la succession irréversible de phénomènes. Exemple : le temps et l'espace, « le mouvement et le temps sont relatifs l'un à l'autre » (Pascal).

Maintenant vous êtes prêt(e) à vous lancer dans la lecture de ce dossier...

Avant de retracer l'histoire de cette pièce d'horlogerie qui a fasciné et fascine toujours un large public, il convient de rappeler la définition de ce qu'est une horloge comtoise ou horloge de parquet.

En examinant l'étonnante diversité de modèles d'horloges à balancier fabriquées depuis environ trois siècles, on peut se demander quelles sont les caractéristiques permettant de qualifier ou non de comtoise telle ou telle horloge de parquet.

Le nom « comtois » indique une origine. C'est en effet en Franche-Comté qu'est née cette horloge. Mais alors, quelles sont les spécificités, les caractéristiques communes qu'ont toutes ces horloges de Comté ? La forme, l'essence de bois utilisée pour la caisse, les décors ?

Bien qu'il faille reconnaître que les modèles munis d'une caisse de forme violon en épicéa avec décors polychromes sont des classiques du genre, ils ne représentent qu'une partie de la famille des horloges comtoises.

D'autre part, les mouvements comtois n'ont pas toujours été insérés dans une caisse. Ils étaient au départ commercialisés seuls.

Par contre, si l'on observe les mouvements produits de l'origine à nos jours en Franche-Comté, nous constatons une étonnante continuité dans les principes de conception, les dimensions, les fonctionnalités.

Nous considérerons donc comme horloge comtoise, une horloge animée par un mouvement dont les caractéristiques sont les suivantes :


Mouvement dit à « cage fer ».

- Les deux corps de rouages indépendants ( mouvement et sonnerie ), placés côte à côte sont intégrés dans la cage fer.

- La cage fer est constituée de deux plaques de tôle ( inférieure et supérieure ) reliées entre elles par quatre colonnes en fer. Le tout est assemblé par vis, ce qui rend le mouvement facilement démontable.

- Les axes des rouages tournent sur des platines en fer plat munies de paliers ( ou bouchons ) en laiton.

Rouages d'un mouvement cage fer ancien.


- Entraînement par deux poids en fonte d'environ 4 Kg.

- Régulation par un balancier long d'environ 1 mètre.

- Sonnerie avec décompte des heures sur cloche avec répétition 2 minutes plus tard. Sonnerie un coup aux demies.

- Le système d'échappement a évolué au gré des avancées techniques apparues dans l'horlogerie.

Les premières comtoises ont un échappement à verge et roue de rencontre pour ensuite adopter l'échappement à ancre plus précis et plus fiable. On peut noter la présence rare d'échappements de type MAYET ainsi que de type Chevalier de Béthune.





E
chappement à verge et roue de rencontre. Echappement à ancre.




On ne peut parler de la naissance de la comtoise sans évoquer les débuts de l’horlogerie dans le Haut Jura. L’acquisition des techniques et du savoir-faire en ce domaine a débuté au XVième siècle avec l’installation dans les monastères et les beffrois des villes d’horloges d'édifices.

Ces horloges, de dimensions imposantes étaient d’une précision toute relative ( un décalage d’une heure par jour n’était pas rare ) et d’une fiabilité limitée par les technologies employées ( les rouages étaient souvent en bois ). On dut faire appel à des artisans pour assurer leur entretien et y apporter des modifications.

C’est ainsi qu’un habile forgeron dénommé MAYET s’illustra vers l’an 1660 en reconstruisant en fer, la vétuste horloge en bois du couvent des capucins de St Claude. Fort de ce succès, secondé par ses frères, il développa cette activité et livra quantité d’horloges.

Cependant, si l’on souhaite dater l’apparition des premières comtoises, on reliera celle-ci à l'apparition dans l'horlogerie du pendule comme organe régulateur.

En effet, les horloges d'édifices, mentionnées plus haut, ont pour organe régulateur le foliot associé à une roue de rencontre. Le foliot est une barre horizontale tournant alternativement suivant un axe vertical passant par son centre, et solidaire suivant cet axe d'une verge portant deux palettes en contact avec une roue de rencontre. Le foliot ne possède pas de période propre. De plus, la fréquence d'oscillation est fortement dépendante des nombreux frottements engendrés par la configuration du système.

Le foliot est cependant utilisé jusqu'à l'application à l'horlogerie des qualités isochrones ( qui se produit à intervalles de temps égaux ) du pendule. C'est le physicien hollandais Christiaan HUYGENS* qui le premier fait réaliser une horloge à pendule de sa conception par un artisan horloger de La Haye, Salomon COSTER ( 1610 – 1959 ) en 1657.

Les moyens de communication de l'époque n'ont permis l'introduction en Franche-Comté du pendule de HUYGENS comme organe régulateur qu'aux alentours de 1690. La légende attribue aux frères MAYET la paternité de cette introduction. On peut donc considérer que les premières comtoises sont apparues au début du XVIIIème siècle.


* Christiaan HUYGENS :

( 14 avril 1629, La Haye – 8 juillet 1695, dans la même ville )

mathématicien, astronome et physicien hollandais.

1/ Le mécanisme

L'horloge comtoise est cette magnifique horloge connue pour sa robustesse et sa précision. C'est également l'horloge campagnarde qui était produite au XVIIIème et XIXème siècle par les paysans Juraciens Français. C'est pour survivre durant les longs et vigoureux hivers qu'ils s'étaient spécialisés dans la fabrication d'horloges comtoises. Ils exerçaient leurs activités familiales de génération en génération dans des fermes-ateliers.

La première comtoise est datée de 1693. La qualité et le perfectionnement de ces horloges font que dès les premières créations, très peu d'améliorations techniques ont pu être réalisées. Le rouage en métal est monté dans une cage en fer, fermée par des portes en acier. Deux poids assurent la force motrice. Deux trous dans le cadran servent au remontage de l'horloge.

Le remontage se fait au moyen d'une manivelle. Sa durée de fonctionnement est de 8 jours. Une particularité de la comtoise est son dispositif de répétition : 2 ou 3 minutes après la sonnerie des heures, elle répète le même nombre de coups.

Au début, la vente des mouvements d'horloges comtoises était réalisée par des colporteurs qui sillonnaient toutes les régions de France ainsi que les pays voisins. Ensuite, ce fût l'invention du chemin de fer qui permit une plus grande diffusion.




2/ Les différents échappements de l'horloge comtoise.

L'échappement est l'organe régulateur d'une horloge. Il permet de libérer alternativement une dent à la fois de la roue d'échappement suivant les mouvements de l'ancre qui entraîne le balancier.

L'échappement à verge était utilisé sur les plus anciens mécanismes. Après 1850, l'échapement à verge n'est plus utilisé mais est remplacé par l'échappement à ancre.
D'autres types d'échappements plus rares ou plus anciens ont également été utilisés.
Pour avoir un rendement maximum de l'horloge, c'est le type d'échappement qui détermine le balancier à utiliser.
3/ La suspension.

Dans toute horloge, un dispositif sert à rendre flexible la tige du balancier tout en servant de système d'attache.

Dans les premières comtoises, le système de suspension est constitué d'un très haut pont en tôle situé à l'arrière et d'un fil de soie.

Vers 1815, le pont devient plus petit, toujours avec fil de soie mais est placé sur l'avant ( le balancier est alors devant les poids ).

Après 1830, le pont en tôle est supprimé, c'est l'utilisation de la suspenssion avec lame de ressort qui permet d'utiliser des balanciers plus lourds.
4/ Les balanciers.

Le mécanisme de comtoise utilise de nombreux types de balanciers mais pour avoir un rendement maximum de l'horloge, c'est l'échappement qui détermine le balancier à utiliser.

Voici quelques balanciers...
C

i-dessus : balanciers animés automates ( les personnages bougent avec le balancement de celui-ci ). Ci-dessous, à gauche : balanciers lyres ; à droite : balanciers lentilles.











5/ La sonnerie.

Dès les débuts de l'horloge comtoise, la sonnerie était sur cloche. Le timbre en érain ( aliage de bronze ) d'un diamètre de 100 à 150 mm est monté sur un axe dépas-sant du mécanisme.

Après 1860, apparaît la sonnerie sur gong. Une spirale en acier est fixée sur le fond de l'horloge qui est dans ce cas en sapin. Ce type de sonnerie produit un son plus grave.





6/ Les détentes.

Dans le système de sonnerie de l'horloge comtoise, un levier appelé « detente de sonnerie » sert au déclenchement de la sonnerie. Dès les premières comtoises, un ressort aide au déclenchement.

Après 1810, le ressort est remplacé par un contrepoids.





Détente à ressort.




7/ La force motrice.

La force motrice de l'horloge comtoise est assurée par une paire de poids en fonte qui pèse entre 4 kg et 4,5 kg. Le remontage est assuré de manière hebdomadaire par une manivelle. La corde s'enroule autour d'un tambour.

P

aire de poids en fonte. Manivelle d'horloge comtoise en acier et en bois.




A


ssortiment de poids d'horloges comtoises.



8/ Le couronnement.

Vers 1760, apparaissent les grands cadrans en émail avec fronton ( le fronton est la décoration qui se trouve autour du cadran ) en bronze coulé mais il faut attendre 1815 pour développer des techniques d'estampages appliquées aux couronnements et ensuite aux balanciers en laiton ( épaisseur : 0,4-0,5 mm ).

Fronton en bronze et en laiton. Fronton de comtoise en laiton estampé.


9/ Le calendrier.

Certaines comtoises possèdent une dispositif de calendrier. Il est reconnaissable par 31 inscriptions sur le cadran et par une 3ème aiguille en acier. Côté mécanique, une roue avec une denture spéciale est entraînée par une roue tournant en 24 heures.
10/ Le réveil-matin.

Certaines horloges comtoises possèdent un dispositif de réveil-matin. On programme le réveil au moyen d'un disque gradué en 12 heures. Une fois arrivé à la bonne heure, le dispositif se déclenche. Un poids et son contrepoids mettent en action un deuxième marteau qui frappe sur la cloche jusqu'a ce que le poids soit descendu à fond. Ce dispositif malgré tout assez gadget a souvent été démonté par des horlogers !
11/ La signature du cadran.

Le cadran de l'horloge comtoise est souvant signé malheureusement pas par son constructeur mais par son acheteur, son revendeur ou encore au nom des mariés. La localité qui figure en dessous du nom peut indiquer un village ou ville situé en France ou en Europe alors que le mécanisme était uniquement produit dans le Jura français.

S
ur le cadran de cette vieille horloge sans aiguilles en vente sur Ebay, on peut lire :


« Mabire à Bricquebec ».

12/ Le meuble de l'horloge Comtoise.

L'horloge comtoise peut soit être déposée sur une console en bois ou en métal ( à la condition que le support possède une grande rigidité ) ou encore être installée dans une horloge gaine ou dans un vaisselier.

Après 1820, la gaine traditionnelle de l'horloge comtoise était fabriquée dans le Jura Français. C'est un meuble de forme violonée en pin.

Parfois, une décoration de faux bois imite de la marquetterie. Le type de bois utilisé ainsi que les vernis anciens font que les meubles sont aujourd'hui en très mauvais état.

D'autres bois plus nôbles, le chêne, le merisier, le noyer, etc. ont pu également être utilisés. Il s'agit alors de fabrications de meubles réalisés par des ébénistes locaux qui achetaient le mécanisme dans le Jura et réalisaient l'ébénisterie. Mais attention à la largeur de balancier nécessaire au bon fonctionnement du mécanisme.

13/ Les types d'horloges comtoises.

Il existe trois types d'horloges comtoises : la forme de leur caisse n'est pas la même, mais le mécanisme est identique. C'est donc une question de goût ...et de budget !

!!! ATTENTION !!! : les horloges sont à la même échelle.
Les horloges violons :
De 2000 €... ...à 4600 € :






Les horloges droites :
De 1600 €... ...à 2600 €






Les horloges vitrines :

De 2500 €...
...à 5000 €


Sources.
Pour réaliser ce dossier, j'ai consulté beaucoup de documents, provenant pour la plupart d'internet. Il y a en bien sûr beaucoup plus qui m'ont informé sur les horloges comtoises, mais je n'ai précisé que ceux qui étaient très riches en informations et photos.
Voici les principaux sites :
www.horlogedantan.com

www.horlogescomtoises.fr

www.horlogis.com

fr.wikipedia.org

www.monhorloger.com

www.horloges-comtoises-anciennes.fr

J'ai également consulté un dictionnaire (Larousse)


similaire:

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconAvant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous...

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconSurtout ‘’La nuit du Décret’’, roman étudié dans un dossier à part
«rêver» à travers les récits de sa mère. Et, dès ce temps-là, a lecture a été son unique point de repère

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconEn vous aidant des documents fournis dans le dossier, vous réaliserez les travaux suivants

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconProjet d’un établissement de Trappistes en Amérique
«Eh bien, dit le Père Abbé, puisque vous le voulez, j’y consens et vous permets de prendre, tant dans cette maison-ci que dans les...

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconLe programme propose une approche concrète de la notion de région,...

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconLa définition du problème varie dans le temps et dans l'espace

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconAnnée universitaire 2015-2016
«Histoire, civilisations, patrimoine». Si leur dossier est accepté, ils pourront dans un second temps s’inscrire au service de la...

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconQuelques spécialités pour vous faire saliver et vous donner envie de venir…
«potcheuvlèch» est un plat d’origine Flamande. Cette terrine est composée de viandes blanches cuites dans la bière et misent en gelée....

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconQuelques spécialités pour vous faire saliver et vous donner envie de venir…
«potcheuvlèch» est un plat d’origine Flamande. Cette terrine est composée de viandes blanches cuites dans la bière et misent en gelée....

Avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable de connaître une définition concrète du temps iconQuelques spécialités pour vous faire saliver et vous donner envie de venir…
«potcheuvlèch» est un plat d’origine Flamande. Cette terrine est composée de viandes blanches cuites dans la bière et misent en gelée....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com