Introduction : quelques mots sur les transidentités





télécharger 76.3 Kb.
titreIntroduction : quelques mots sur les transidentités
date de publication27.10.2017
taille76.3 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
Arnaud Alessandrin

Chercheur associé au Centre Emile Durkheim

Co-responsable de l’O.D.T. (Observatoire Des Transidentités)

Quelle place pour les élèves trans ?

Pour Johanna et lô.

Introduction : quelques mots sur les transidentités


L’année deux mille treize est une année durant laquelle, pour la première fois en France, la question des transidentités côtoie celle de l’institution scolaire. Lors de trois grands colloques1, il a été possible de revenir sur ce qui fait l’une des premières épreuves de discipline du genre, après le cercle familiale. Cette discussion a été rendue possible par l’action conjuguée d’universitaires et de militants, pour qui les jeunes trans studies françaises étaient dans l’obligation d’interroger le rôle de l’école dans les expériences trans. En décembre deux mille douze, l’O.D.T. (Observatoire Des Transidetités) 2 propose un dossier intitulé « transidentité et scolarité » 3 dans lequel on retrouve Karine Espineira4, Maud Yeuse Thomas5, David Latour6, Johanna Dagorn et Eric Debardieux7. C’est sur la base de ce corpus que s’inscrit ma réflexion. L’introduction de ce dossier suggère de « défaire la question trans’ de l’âge adulte […] en regardant plus en amont ». Comme le souligne Laurence Hérault, « le terrain transidentitaire est un laboratoire actif et turbulent, pour ne pas dire volcanique » (Herault, 2007), il est le lieu d’une tension à la fois sur la scène médicale et juridique qui ne trouve pas d’éclaircissement en France. Médicalement d’abord, puisque les parcours transidentitaires ainsi que les discours psychiatriques et psychanalytiques sur la question8, sont vécus comme maltraitants9. Juridiquement ensuite, puisque l’obtention d’un état civil conforme à son identité de genre est corrélé, dans le droit français, à une intervention médicale irréversible10. Dans ce contexte, « défaire la question trans’ de l’âge adulte » n’est pas gage de tranquillité. L’école des garçons et des filles a-t-elle été créé parce qu’il y avait déjà des garçons et des filles ou bien a-t-elle été bâtie pour fabriquer à proprement parler des garçons et des filles ? Pour le dire autrement, l’école, jusque dans son histoire, n’est-elle pas un poste d’observation privilégié pour expliquer d’une part les représentations en circulations mais aussi, d’autre part, celles en train de se faire ?



1 Y’a des trans à l’école ?11

La première question que l’on entend lorsqu’on travaille sur ce sujet est : mais y a-t-il vraiment des trans à l’école ? Dans un premier temps, il semble donc judicieux de revenir sur cette l’appellation d’ « enfants trans », qui ne pose pas problème uniquement à l’école. En effet, il en est de même avec le milieu médical qui, encore aujourd’hui, ne permet pas aux mineurs d’accéder aux soins, ou dans de très rares cas (Reucher, 2011).

    1. Ne serait-ce qu’en parler…

On note pourtant à ce sujet, quelques débats portés par des associations, notamment à l’étranger. Ce fut par exemple le cas de l’association Belge Genres Pluriels12 qui répondait en Juin 2012 au Journal du droit des jeunes13. Dans l’article rédigé par l’association, des cas excessivement concrets sont rappelés : les difficultés à pouvoir utiliser un prénom choisi, s’habiller dans le genre désiré mais aussi les difficultés relatives aux enseignements sexués comme le sport. En Mai 2013, à Montréal, c’est le centre des enseignantes et des enseignantes (CEE) qui organisait un début intitulé « La transidentité : une réalité à l’école » avec une association LGBT locale. Cette table ronde réunissait différents acteurs : Fabien Rose, spécialiste des questions de trans14, Brigitte Pion, enseignante et mère d’un enfant trans, Zach Dufour, venue témoigner de son expérience. En France, ce n’est que depuis très récemment que des associations comme Sos homophobie, Contact ou Exaquao proposent des IMS (Intervention en Milieu Scolaire) qui incluent la question trans.

Pourtant, outre-Atlantique singulièrement, la question n’a pas tardé à être posée. En 1996, Mildred Brown et Chloe Rounsley publie le livre « True Selves: Understanding Transsexualism - For Families, Friends, Coworkers, and Helping Professionals »15 dans lequel on retrouve de nombreux points relatifs à l’école (les chapitres 2 et 3 portant plus précisément sur l’enfance et l’adolescence) : « L’environnement scolaire impose souvent de redoutables épreuves aux enfants trans. Non seulement ils se sentent souvent rejetés dans la classe de cours, mais ils craignent aussi les périodes de vacances et pauses déjeuner » (p.43). C’est par exemple le cas de Bert qui témoigne la page suivante : « En sortant de l’école, je courrais jusqu’à la maison car j’avais peur de me faire attraper par mes camarades de classe » (p.44).

En 2008, sort le livre « The Transgender Child: A Handbook for Families and Professionals » de Stéphanie Brill et Rachele Peper. Là encore, l’espace scolaire revient fréquemment. Dès les premières pages, le livre met l’accent sur les expériences violentes mais silencieuses vécus au sein ou aux alentours des établissements : « Quand ils sont étiquetés comme « gender-variants » […] beaucoup d’enfants subissent des insultes verbales et des attaques physiques » (p.9). Plus récemment, en 2011, c’est le livre « Helping your trangender teen » qui est sorti aux Etats Unis (Krieger, 2011). Nous constations alors qu’une littérature existe et qu’elle n’est pas parvenue jusqu’à nous16. Alors l’intérêt de ce texte se résume peut-être, déjà, à ne serait-ce qu’en parler.




    1. « Gender créativity »

Afin d’inclure toutes les formes de transidentité, et face aux doutes provoqués par le terme d’ « enfant trans », c’est parfois le terme de « gender-variant » ou de « gender creativ » qui a été retenu. C’est autour de cette notion qu’Elisabeth Meyer travaille depuis quelques années (Meyer, 2004 ; 2010). Ces recherches ont déjà permis de distinguer la « genderphobia » de l’homophobie et de travailler la notion de « gender creativ spectrum », qu’elle nomme aussi l’independence de genre. Dans une présentation de ces travaux sur son site internet17, Elisabeth Meyer souligne que dans les cours élémentaires, 8% des élèves ne respectent pas strictement aux traditions de rôles de genre. Elle rappelle aussi que selon l’enquête de Glsen en 2005, L’expression de genre est la troisième cause de harcèlement à l’école après l’apparence physique (le poids…), l’orientation sexuelle réelle ou supposée, et avant l’ethnicité ou l’appartenance religieuse.

L’importance de ces chiffres révèle premièrement la nécessité d’investiguer le sujet, indépendamment des notions de sexismes ou d’homophobie, même si des processus communs font le lit des discriminations. Il s’agit donc de « se compter pour compter ». Deuxièmement, ces chiffres soulignent l’importance du choix méthodologique du calcul. Prenons nous en compte les enfants « transsexuels », c’est-à-dire ceux qui ont été étiquetés comme tels par la psychiatrie ? (autant dire qu’à cette condition il n’en existe pas) Ou bien prenons nous en compte l’ensemble des élèves qui expriment une identité de genre, ou une expressivité de genre dissidente (si le terme identité paraît trop fort), dans les calculs de la transphobie à l’école ? Ainsi, si des associations comme Sos Homophobies prennent en compte l’auto-identification des personnes « trans » dans le recueil des témoignages c’est pour comprendre l’ensemble des appelations identitaires : trans, transsexuel.le.s, transgenres18… Même si, de ce point de vue, force est de constaté que l’expression d’un genre dissident a souvent une antécédence sur le fait de se nommer. Toutefois, dès lors qu’il s’agit d’inclure l’ensemble des « créativités de genre », qu’elles inaugurent ou non une transidentité, la question de la transphobie à l’école s’augmente inévitablement d’éléments biographiques dont le devenir ne sera pas « trans ». Cependant, la variété des expressivités de genre dissidentes et les réactions qu’elles inspirent nous donnent une idée de la manière dont la question « trans », ici mal dessinée, peut être traitée à l’école, de la maternelle aux universités.

  1. Ce que les trans font dans l’école

2.1 Violences et discriminations

Stephen Whittle, dans son enquête intitulée « Engendered penalties » (2007) revient sur l’expérience scolaire des personnes trans et débute son analyse par une comparaison avec l’homosexualité et rappelle que selon l’enquête de King et McKeown (2003) 51% des garçons et 30% des filles homosexuel.le.s ont été « opprimés » durant leurs études. C’est aussi ce qui ressort de l’enquête de Gretak (2009) qui souligne que les élèves trans sont des cibles privilégiées des insultes et des coups. Selon l’auteur : 89% des élèves trans se sont fait insultés à l’école durant les 12 derniers mois avant l’enquête, 55% ont été physiquement harcelés, et 28% ont subi des agressions19 (Gretak, 2009). L’enquête menée par H&S (Homosexualité et Socialisme) et Le MAG (Mouvement d’Affirmation Gay) en 2010 apporte quelques éclairages chiffrés sur la question. Selon les associations, 69% des jeunes trans (de 16 à 26 ans) ont déjà pensé au suicide. Et si la majorité des répondants reconnaissent avoir bénéficié d’une bonne acceptation de leurs identités de genre au sein de l’école, 9% (le double pour les Mt) avouent avoir vécu des situations de rejet. L’enquête souligne alors que les personnes trans doivent composer avec l’institution et le milieu scolaire pour ne pas trop être en proie à des situations de transphobie. Une minorité arrive à imposer leur identité choisie à l’institution (13% de l’échantillon). Au total la moitié seulement ont fait un coming-out auprès de leurs camarades ou de l’administration et 18% des situations recouvrent des insultes. Pour 7% d’entre elles il s’agit de harcèlement, 6% d’exclusion, 5% de menaces et autant d’agressions physiques20.

2.2 L’école des filles et des garçons… et les autres ?

La question d’un espace bigenré, de lieux sexués21, pose urgemment la question des lieux de présentation pour des corps non-cis22 (Serano, 2007 Alessandrin, 2012). Louis est un jeune garçon trans (FtM, Female to Male) qui vient de s’inscrire à l’université. Sur son blog, il décrit les conditions qui ont amené sont inscription à être refusée23 :

Je vais (peut-être : ne crions pas victoire tout de suite) pouvoir enfin reprendre la fac! Mais un dossier de candidature était de rigueur, à déposer avant le 5 septembre. J'y suis allé aujourd'hui, le 4 septembre (oui, je sais...). Déjà, dans ce dossier, je n'ai inscrit mon état civil seulement là où il était demandé. Aussi, il est noté sur les photocopies de mes diplômes et relevés de notes. Pour le reste, j'ai pris la peine de modifier ce qu'il fallait : le prénom et le genre, sur mon CV, ma lettre de motivation et sur une lettre expliquant ma situation, que s'il y a deux identités, que c'est normal et que s'ils ont un problème, je pourrais leur répondre. J'ai aussi inscrit mon prénom sur l'enveloppe qu'il fallait leur laisser, celle que je recevrai pour avoir les résultats de sélection. Bref, avec tout ça sous le bras, je me rends au bureau des masters de mon université24. […] La secrétaire me lance un "Bonjour jeune homme! Que puis-je faire pour vous?!". Ça fait une semaine peut-être que j'ai des "Monsieur" francs et ça me fait encore bizarre. […]Je m'attarde avec elle sur quelques détails du dossier […] ensuite, je lui ai demandé s'ils avaient déjà eu des étudiants trans, que je leur ai laissé une note dans le dossier mais que, en gros, puisque j'étais en transition, j'aurai deux identités qui se chevaucheront durant l'année comme c'est le cas dans le dossier. À ce moment-là, elle a mes photocopies de mes diplômes sous les yeux et "ah..". Ce "ah.." m'a fait peur mais en fait elle était très gentille, c'est peut-être juste une première pour elle. Elle trouvait ça bien que je sois venu. […] Mon dossier étant complet, je suis invité à le déposer à l'étage. Même discussion avec la secrétaire qui ne voit pas d'inconvénient non plus (Confiance level up again), mais qui part voir sa responsable pour savoir comment faire. Malheureusement, elle revient casser tous mes espoirs : elle n'a pas le droit de modifier quoique ce soit. Là, elle doit repartir rechercher un dossier. En attendant, je sens mon cœur qui s'emballe, je stresse. Elle revient et je lui demande jusqu'à quand je peux m'inscrire et si je peux avoir de quoi contacter sa responsable. J'ai quinze jours devant moi encore et elle appelle sa responsable qui ne m'apprendra rien de plus. Absolument tous les documents sont liés à l'état civil et elle ne modifiera rien sans jugement. Elle me donne le numéro de téléphone de sa supérieure. Je sors de la fac, toujours pas inscrit. »

  1. Ce que les trans font à l’Ecole

3.1 La cis-scolarité : une évidence invisible

Le premier des éléments que les transidentités révèlent, réside dans la cis-éducation scolaire. A la manière de la déviance chez Becker25, il aura fallu que des « déviances de genre » (entendre ici, un en dehors des attentes de genre), des « outsiders » (Becker, 1985) du genre viennent éclairer la norme, le centre. Ce privilège d’une naissance et d’un devenir cisgenre, fait référence, selon Maud Yeuse Thomas, au « schéma dit de la ‘coïncidence sexe-genre’. L’identité de genre réellement vécue correspond au schéma social sexe-genre ordinaire. Une « femme féminine » est un schéma cisgenre » (Thomas, 2008). Mais sans étiquetage, neutre pour ainsi dire, le « cis » devient le normal, au même titre que le valide, le masculin ou l’hétérosexuel. Le « trans », lorsqu’il n’est pas pathologisé, est simplement oublié. Ainsi, à ne jamais être prononcé, l’espace « cis » agit comme un fantôme souverain26, c’est-à-dire qu’il agit sans même avoir à se situer. La transidentité agit de la sorte comme un révélateur qui rend saillant les contours d’une évidence invisible : celle d’une socialisation scolaire hiérarchique ou entre pairs ne pouvant répondre qu’à un cahier des charges cisgenre.

3.2 L’enseignement du genre : une prise en compte des minorités de genre ?

La conception neutre des cis est-elle mise à mal lorsqu’un élément comme le programme scolaire décide de relativiser la binarité et la fixité des sexes ? Depuis septembre 2010, les manuels de SVT (Sciences et Vie de la Terre) comportent un nouveau chapitre, largement discuté, sur « le genre » et « l’identité sexuelle ». On a reproché de nombreuses choses à ce nouveau programme. Toutefois, certains éléments de l’analyse ne seble pas avoir retenus l’attention des commentateurs. Le fait, par exemple, que le « transsexualisme » ne soit définit que médicalement. Les manuels de SVT Hachette ont ainsi décidé de reprendre une citation de Colette Chiland pour l’enseigner aux lycéens (« L’être humain est une abstraction, seuls existent des hommes et des femmes »). Au-delà d’une vision essentialiste du corps qui interroge, nous sommes en mesure de questionner le choix de l’auteure mobilisée, qui fut attaquée pour ses propos transphobes27. On exprimera aussi une certaine déception à la lecture du rapport de Michel Teychenné, remis en juillet 2013 au ministre de l’éducation nationale. Alors qu’il promettait de porter son regard sur la question de l’homophobie et de la transphobie à l’école (« l’identité de genre » faisant partie de la feuille de route de ce dernier), celui-ci a tout simplement passé sous silence la question trans pour ne l’évoquer qu’entre parenthèses.

C’est dire que la question trans ne saurait-être posée sans une réflexion plus large, non seulement en lien avec l’homophobie, mais plus profondément sur le mode d’une critique générale visant à compenser l’absence de prise en compte des spécificités trans dans l’échiquier du genre, que la justice notamment rend terriblement inique. Il faudra donc se questionner sur le vécu des jeunes Trans à l’école28. Les débats récents sur la place du « genre » dans les manuels scolaires ou sur la lutte contre les discriminations expriment bien toute la difficulté à faire émerger dans un espace pensé comme neutre (l’éducation nationale, l’école, la classe) les éléments d’un particularisme immédiatement rabattus sur du communautarisme ou du prosélytisme. Les affiches ci-dessous, respectivement issues du parti de Christine Boutin pour la suppression du « genre » dans les manuels scolaires (à gauche) et de la contre campagne d’HES (à droite), illustrent bien cette tension. (Figures 1 et 2 en fin de document)
3.3 Comparer les écoles, importer des idées…

Peut-être faut-il porter notre regard en dehors de nos frontières pour tenter de trouver des exemples et ainsi importer des idées, des bonnes pratiques. A la lecture des chiffres sus-cités, deux dimensions apparaissent. La première, à l’échelle nationale porterait sur un réel travail de prise en compte des difficultés des personnes trans dans l’ensemble des parcours éducatifs. Une des premières pierres symboliques à l’édification d’une meilleur intégration des personnes trans dans l’école française pourrait prendre pour exemple le ministère de la Culture et de l'Éducation de la province de Buenos Aires qui a travaillé au développement et à l'adoption d'une résolution proposant le respect de l'identité de genre (allant des travesti.e.s aux aux transsexuel.le.s, c’est-à-dire à l’ensemble des transidentités).

Selon L’ILGA (International Lesbian Gay, bisexual, trans and intersex Association), l'expérience a eu un résultat positif quant à l'intégration progressive des populations trans dans le système éducatif local29. Plus que les droits généraux et universels (la lutte contre les discriminations, contre le harcèlement, le droit à la vie privée), plus que les idéaux éducatifs que rappelle Elisabeth Meyer sur son site (dont une éducation queer ou féministe), c’est l’implication des collectifs locaux et concernés qui est ici visée. A l’instar de SOS Homophobie en France, la « california coalisation safe schools »30 propose sur son site internet de recenser les cas et les lois qui permettent de défendre les personnes qui subissent des agressions ou des périodes de harcèlement à l’école en fonction de leur identité de genre et de leur orientation sexuelle31. On retrouve d’autres interfaces comme celle-ci, notamment autour du concept de « gender creativity » sur le site des gender creative kids, qui propose des conseils aux enfants et à l’entourage des enfants trans scolarisés32. En France malheureusement, aucune initiative de cette envergure n’a vu le jour, ni du côté des institutions ni du côté du monde associatif.

Conclusion : Education – Santé – Justice …. Une transphobie à trois têtes.

La question trans ne se réduit pas à l’école et les écueils scolaires trouvent un antécédent dans la manière dont la transidentité est encore aujourd’hui considérée en France. En ce sens, la transphobie est un monstre à trois têtes qui s’alimente des conditions médicales et juridiques de son émergence et des représentations sociales qui en découlent. L’école en est le symptôme. Et l’on pourrait craindre que l’institutionnalisation progressive des entrepreneurs de morale du « transsexualisme », au sein de formations universitaires par exemple33, ne fasse définitivement oublier la vigilance qu’exige la lutte contre la transphobie à l’école au bénéfice d’un diagnostic clinique ou d’un suivi psychiatrique.

Bibliographie :

Herault, L. (2007). Faire de l’anthropologie ‘en terrain transsexuel’ ». In Vidal L. (Dir.) L’anthropologie face à ses objets (97-109). Paris, éd. EAC.

Latour, D. (2011). Des élèves trans à l’école des filles et des garçons. Cahiers de pédagogie 487 « filles et garçons à l’école ».

Katz, J. (2001), L’invention de l’hétérosexualité. Epel.

Thomas, M-Y. (2008). Glossaire. In Espineira K. (Dir.) La transidentité : de l’espace médiatique à l’espace public (176-178). L’Harmattan.

Becker, H. (1985). Outsiders. Metailié.

Serano, J. (2007). Whipping girl. Berkeley, Seal ed.

Alessandrin, A. (2012). La question cisgenre. Interrogations [en ligne] 15.
Kiing, M. et Mckeown, E. (2003). Mental Health and social wellbeing of gay men, lesbians and bisexuals in England and Wales. Royal Free College and University Medical School. Londres.

Brille, S. (2008). The Transgender Child: A Handbook for Families and Professionals. Cleis Press.
Krieger, I. (2011). Helping your trangender teen. Genderwise Press.

Meyer, E. (2004). Gender bullying and harassment. Teachers College Press.

Meyer, E. (2010). Gender and sexual diversity in schools. Springer.
Reucher, T. (2011). La transidentité entre 10 et 20 ans. In Alessandrin A. (Dir.) La transidentité : des changements individuels au débat de société (51-59). L’Harmattan.
Brown, M et Rounsley C. (1996). True Selves : Understanding Transsexualism - For Families, Friends, Coworkers, and Helping Professionals. Jossey-Bass.
Espineira K., Thomas, M-Y. et Alessandrin A. (2012). La transyclopédie. Des ailes sur un tracteur.
Sironi, F. (2011). Psychologie des transgenres et des transsexuels. Odile Jacob.

Annexes : figures 1 et 2.







1 « La fabrique des garçons » les 13 et 14 Mai à Bordeaux (S. Ayral et Y. Raibaud dir.) ; « Genre et violence dans les institutions scolaires » les 3-4 Octobre à Lyon (P. Mercader et A. Lechenet dir) et « Violence(s) et genre à l’école » le 10 Octobre à Paris (J. Dagorn dir.)

2 L’Observatoire Des Transidentités est une interface de visibilité et de savoirs trans à vocation dépathologisante et dépsychiatrisante. Il a été créé en 2011 par Karine Espineira, Maud Yeuse Thomas et moi-même.

Site de l’.O.D.T: http://www.observatoire-des-transidentites.com/

3 Ce dossier est aussi disponible sur le vol.4 des cahiers de la transidentité publiés chez l’Harmattan (à paraitre en 2014) : http://www.observatoire-des-transidentites.com/article-transidentites-et-scolarite-113984643.html

4 Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication elle est l’auteur du texte : « Angles morts et contexte Gender blind » sur ce dossier

5 Co-fondatrice de l’O.D.T, elle participe à l’introduction du dossier : « Commencer par en parler »

6 Membre de l’association Lyonnais Chrysalide, il écrit l’article intitulé : « La transphobie en milieu scolaire »

7 Tous deux sont membres de la délégation ministérielle en charge de la lutte contre les violences sexistes et LGBT à l’école.

8 Lire à ce sujet : « Controverses dans la littérature médicale », La transyclopédie (Espineira K., Thomas M-Y., et Alessandrin A.), Des ailes sur un tracteur, pp : 300-306. On y retrouve, entre autre, es extraits de textes de Patricia Mercader ou de Colette Chiland, à l’origine de controverses violentes portant sur la transphobie des propos tenus.

9 Sur le concept de « maltraitance théorique », lire : Sironi F., Psychologie des transgenres et des transsexuels, Odile Jacob, 2011.

10 Lire à ce sujet l’avis la CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme) sur : http://www.cncdh.fr/node/924

11 Lire le rapport « Transphobie en milieu scolaire au Quebec » de Lin Charberland sur : http://www.colloquehomophobie.org/wp-content/uploads/2012/12/9Transphobie_milieu_scolaire_Quebec.pdf

12 Site de l’association : http://www.genrespluriels.be

13 Disponible sur : http://www.genrespluriels.be/IMG/pdf/1206_JDJ_Les_identites_trans_a_l_ecole.pdf

14 Fabien Rose a notamment participé à l’écriture du fascicule « Je me réfère », un guide de « santé et de survie des personnes trans du Québec » dans lequel la question de l’école revient quelque fois (concernant le harcèlement notamment, p.15)

15 Traduisez : “Etre soi : Comprendre le transsexualisme pour les familles, les amis, les collègues, et les professionnels de l'aide ».

16 On trouve cependant quelques references aux textes sus cités dans le fascicule n°2 de l’association lyonnais Chrysalide : « La transidentité et les proches » (2010).

17 http://www.slideshark.com/Landing.aspx?pi=zI3zxIYuCz8bFwz0

18 Dans son rapport 2012, SOS Homophobie note que 2% des déclarations se font sous l’identification « trans ».

Lire l’ensemble de l’enquête sur : http://www.sos-homophobie.org/sites/default/files/rapport_annuel_2012.pdf

19 Nous faisons ici références aux résultats de l’enquête 2009 de Gretak et al., The experiences of trangender youth in our nation’s school, disponible sur : www.glsen.org.

21 Line Chamberland et al. « L'impact de l'homophobie et de la violence homophobe sur la persévérance et la réussite scolaires », rapport, 2007. [En ligne]

22 On entend par « cis » ou « cisgenre », l’inverse de « trans » ou « transgenre », c’est à dire une personne dont le genre de naissance correspond au genre revendiqué. Le concept est initié par Julia Serano dans Whipping girl en 2007.

23 Disponible sur

http://loftu.skyrock.com/3183635293-Faculte-administrative.html

24 Le nom de l’université a été changé.

25


26 Concernant Colette Chiland, lire : http://www.actupparis.org/spip.php?article3339

27 C’est l’expression qu’utilise Jonathan Katz pour désigner le privilège de l’hétérosexualité à pouvoir agir à l’évidence sans être prononcée.

28 Le premier texte français sur cette question est signé David Latour, « Des élèves trans à l’école des filles et des garçons », Cahiers de pédagogie n°487 « filles et garçons à l’école », 2011.

29 Article complet sur : http://trans.ilga.org/trans/welcome_to_the_ilga_trans_secretariat/library/articles/with_the_adoption_of_respect_to_the_trans_identity_in_schools

30 http://www.casafeschools.org/

31 On retrouve aussi des indications sur d’autres sites comme celui du « National Center for Trangender Equality ». Disponible sur : http://transequality.org/Issues/education.html. Ou bien concernant le cas New Yorkais et la protection des enfants trans : http://srlp.org/resources/fact-sheet-transgender-gender-nonconforming-youth-school/.

32 http://gendercreativekids.ca/

33 On pense ici au DIU (Diplôme Inter Universitaire) que vient de créer la SOFECT (Société Française d’Etude et de prise en Charge du Transsexualisme, à l’université Paris 7.


similaire:

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconRecherche documentaire sur la «Grande Guerre»
«vécu» des poilus. Quelques mots de vocabulaire issus du contexte des tranchées sont toujours utilisés. Prenez en plusieurs exemples...

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconBibliographie p Introduction Indications pour la rédaction de l’introduction...

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconIntroduction à l’histoire de nancy, quelques livres sur l’histoire de la lorraine

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconL’histoire en quelques mots

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconQuelques mots d’amour (berger)

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconPetit reportage de la rando urbaine à Paris 5
...

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconAtelier n°2 du jeudi 24 août 2006 «Les premiers pas de la vaccination …»
«petite vérole» à l’aide d’une équation différentielle. On dira également quelques mots du débat philosophique qui s’en suivit

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconActivités sur les groupes de mots

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconRéflexions sur le caractère de quelques princes et sur quelques événements de leur vie
«premier jet» (expression elle-même contestable, à une époque où la composition est d’abord en grande partie mentale), ont disparu,...

Introduction : quelques mots sur les transidentités iconNote : les numéros suivis d’un h sont des hors-série tous les bateaux...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com