Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ?





télécharger 26.9 Kb.
titrePourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ?
date de publication28.10.2017
taille26.9 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
LA PLACE DES FEMMES DANS LA VIE POLITIQUE ET SOCIALE AU XXè SIÈCLE.
Au début de la IIIè Rép, les femmes n’ont pas ou peu de droits politiques et sont dans un état d’infériorité juridique et sociale (code civil napoléonien). La contradiction entre les idéaux républicains émancipateurs, égalitaires et la condition des femmes conduit à des réformes. Le XXème siècle est celui de l’émancipation des femmes, mais avec une évolution lente, chaotique, et incomplète. La véritable rupture s’effectue dans les années 1960, où leur vie change réellement.
1 / UNE MARCHE CHAOTIQUE VERS PLUS D’AUTONOMIE :
Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ?
A / La République favorise la naissance du féminisme, d’où des améliorations :

- La République permet aux femmes de s’organiser : droit de réunion, de manifester, d’écrire des articles dans la presse, de lutter. Le suffragisme (revendication du droit des femmes à voter – la femme qui milite est appelée suffragette), très important entre 1900 et 1914, assigne volontiers au vote des femmes une mission privilégiée : lutter contre des fléaux sociaux, en particulier le pire de tous, la guerre. Cette justification du suffrage des femmes se fait donc en fonction de leur contribution propre et non pour des motifs universalistes.

- Ces premiers combats débouchent sur certains progrès dans la première moitié du siècle :

- naissance d’une politique familiale (8 semaines payées de congé de maternité pour les fonctionnaires en 1929, allocations familiales crées en 1934 jusqu’aux 14 ans de l’enfant), qui fait débat entre les féministes : certaines voient dans ces mesures des progrès, d’autres expliquent que ces mesures renforcent le modèle de femme-mère au foyer.

- dans le domaine politique elles obtiennent enfin le droit de vote en 1944 (l’assemblée nationale vote à plusieurs reprises le droit de vote aux femmes -1919, 1932, 1935 et 1936- mais le Sénat plus conservateur s’y refuse).
B  / Le rôle trompeur des guerres :

La guerre a-t-elle été un des facteurs principaux de l'émancipation des femmes ? La réponse n'est pas évidente car l'historiographie a fluctué sur cette question, avec 2 temps ( = les historiens évoluent, revoient parfois leur interprétation) :

1 / jusqu’aux années 1970, les tenants de la guerre émancipatrice dominent : ils invoquent la mobilisation sociale, économique de la 1ère GM (les femmes exercent de nouvelles professions, comme l’exemple des fameuses munitionnettes ; sur le moment personne ne remet en cause leur rôle accru, on parle de « nationalisation des femmes » en 1914-1918) ; la mobilisation politique et patriotique avec l’engagement dans la résistance (quelques dizaines de milliers de Françaises, minoritaires parmi les minoritaires, comme Lucie Aubrac) ; les garçonnes des années 1920 ; ou l'acquisition de la citoyenneté politique au lendemain de 1939-1945 vue comme une récompense à leur implications dans les luttes.

2 / puis de nombreux historiens dans les années 1970-2000 montrent le caractère temporaire et superficiel des changements, remettant en cause l’idée de la guerre comme facteur d’émancipation des femmes :

- la guerre c’est aussi pour les femmes la prostitution organisée, les violences sexuelles exercées par les armées, le châtiment sexué se manifestant par le phénomène massif des tontes qui sanctionnent en France la collaboration des femmes (la tonte à la Libération se lit comme une punition de la femme sortie de son rôle d’épouse et de mère).

- la répartition sexuée des tâches perdure : dans la résistance, et aussi à l'usine où elles sont toujours moins bien payées.

- les grandes évolutions auraient eu lieu sans les guerres, à des rythmes certainement différents. Ainsi la forte féminisation du tertiaire durant tout le XXème était inéluctable. De même le droit de vote en 1944 ne peut pas être analysé seulement comme une récompense : il répond aussi à des calculs électoraux (le fait qu’on prête aux femmes un vote conservateur, rempart contre le communisme) et s'inscrit dans une logique de rattrapage pour une France très en retard.

- la guerre entretient les mythes virils et le thème de la complémentarité des sexes : les hommes sont faits pour combattre et produire, les femmes pour enfanter et materner. Le retour à la paix leur coûte cher, marqué par un retour à l’ordre moral et conjugal : elles sont invitées à une nouvelle mobilisation, repeupler le pays par la natalité, d’où par exemple la loi de 1920 qui punit sévèrement l’avortement.
C / Permanence du discours misogyne et réticence du législateur :

- l’émancipation est limitée parce-que certains courants politiques y sont opposés :

- d’une part les milieux traditionnels, catholiques et conservateurs (situés à droite). La femme est vue comme une épouse, une mère et une ménagère, qui doit veiller sur son foyer. Cette conception est relayée par la loi : le code civil de 1804 très misogyne s’applique en France jusqu’aux années 1960. Il fait du mari le chef de famille : il a l’autorité parentale, choisit le domicile conjugal et sa femme doit lui obéir car elle est considérée comme un être faible guidé par ses émotions. Elle ne peut effectuer d’action en justice sans l’accord de son époux. Ce code civil ne respecte pas l’égalité, la liberté, la propriété pour la femme et va à l’encontre des grandes valeurs républicaines, faisant de la femme une éternelle mineure. L’apogée de cette conception se manifeste sous Vichy qui pense les hiérarchies comme naturelles.

- D’autre part, et à-priori plus surprenant il existe aussi un immobilisme à gauche : les lois sur la contraception rencontreront par exemple l’opposition des communistes, qui voient dans la maternité une fonction sociale importante.

- L’analyse du refus du vote des femmes durant toute la première moitié du siècle montre que ce sont souvent les mêmes arguments qui sont avancés, arguments que l’on peut classer en arguments « positifs » et « négatifs » :

1. Les femmes valent mieux que les « luttes du forum » où elles compromettraient leur dignité d'épouses et de gardiennes du foyer familial. C’est le discours de l’éternel féminin, avec une vocation naturelle des femmes (qui repose aussi sur une réalité car ce sont elles qui assument la maternité), des êtres attentionnés et gentils.

2. Les femmes sont différentes, immatures, influençables, inférieures, et ne peuvent donc prendre une part intelligente et autonome à la vie publique. C’est un discours toujours biologisé, où la femme a un petit cerveau, est moins intelligente (idée déjà présente chez Aristophane : elles ne peuvent s’occuper de politique car elles sont trop bêtes)

2 / UNE ÉGALITÉ INACHEVÉE :
Quelle est la nouvelle place de la femme dans la société française à partir des années soixante ?
A / La fin de la société patriarcale (plutôt les années 1960-1970) :

- La faiblesse du taux d’activité féminine à la fin des années 1950 (il est plus faible à cette date qu’en 1911) traduit encore à cette date le modèle de la femme au foyer (visible dans les publicités moulinex, seb). L’ère de la femme salariée et indépendante s’impose depuis les années soixante, en parallèle à la tertiarisation. Cette progression de l’activité est très nettement liée à l’élévation du niveau scolaire des filles qui leur donne aussi accès à des métiers de plus en plus qualifiés.

- Les femmes s’organisent politiquement pour défendre leurs intérêts : après les suffragettes dans l’entre deux-guerres, des associations types le MLF dans les années 1960 prennent le relais, avec des actions spectaculaires (grandes manifestations, pétitions comme le manifeste des 343 vite appelé le manifeste des salopes, paru en 1971 dans Le Nouvel Observateur, 343 femmes affirmant s'être fait avorter, s'exposant ainsi à l'époque à des poursuites pénales pouvant aller jusqu'à la prison).

- dans les années 1960-1970, les combats féministes insistent sur l’obtention de nouveaux droits et la nécessité de maîtriser son corps et sa fécondité. Cette génération du baby boom revendique la liberté sexuelle et la contraception, notamment au sein du planning familial (fondé en 1956). La loi Neuwirth de 1967 autorise la contraception, la loi Veil en 1974 l’avortement. Ces mesures s’inscrivent dans une période d’avancées importantes, comme la modification du Code civil : désormais, les femmes peuvent librement ouvrir un compte en banque ou accepter un emploi sans autorisation de leur mari, l’autorité paternelle est remplacée par l’autorité parentale (1970).
B / La marche forcée vers l’égalité (plutôt les années 1975-1990) :

- Les bastions masculins tombent à partir des années 1970 comme en atteste la présence des femmes dans la vie économique et sociale (quelques exemples des « premières » : 1ère femme admise à l’École polytechnique, 1ère première femme obtenant le grade de général dans les années 1970 …), mais aussi dans la vie politique (Simone Veil 1ère femme à présider le parlement européen en 1979 ; Édith Cresson 1ère femme 1er ministre en 1991) avec la loi sur la parité en 2000 (nécessité égalitaire ou fin de l’universalisme républicain ? Le débat fait rage, y compris dans les milieux féministes. Pour certaines, la loi sur la parité est nécessaire pour fabriquer de l’égalité ; pour d’autres c’est une remise en cause de l’universalisme républicain, une communautarisation de la société, un enfermement des femmes dans leur biologie).

- De nombreuses lois sont promulguées pour viser à davantage d’égalité : loi d’égalité salariale pour travail de valeur égale, établissement du divorce par consentement mutuel, loi sanctionnant le harcèlement sexuel sur le lieu de travail … Toutes ces lois permettent de parler d’un féminisme d’État à partir des années 1980, montrant que ces préoccupations sont désormais relayées au plus haut niveau. Ainsi sous Giscard apparaît pour la première fois un secrétariat d’État à la condition féminine, et Mitterrand crée pour la 1ère fois un ministère des droits de la femme (Yvette Roudy).
C / Les limites de ces changements (plutôt les années 1990-2010) :

- Ce mouvement reste inachevé, tant dans la sphère privée où elles gardent l’essentiel du travail domestique (la double journée) que professionnelle : davantage touchées par le chômage, la précarité, le harcèlement, l’orientation sexuée (beaucoup moins de filles dans les grandes écoles alors qu’elles ont de meilleures résultats) elles sont moins payées et se heurtent au « plafond de verre » (expression qui désigne l’ensemble des barrières invisibles entravant la carrière des femmes et dont la conséquence est la rareté de leur présence au sommet des entreprises ou des institutions publiques).

- Politiquement, la loi sur la parité est inégalement appliquée, certains partis politiques préférant ouvertement payer des amendes (cas de l’UMP lors des législatives de juin 2012), ou contournant l’esprit de la loi (elle est appliquée mais les femmes occupent des postes moins importants, comme dans les conseils municipaux où le maire reste un homme , comme dans le dernier gouvernement socialiste avec un seul ministère régalien à une femme).

- De plus le pluriel est trompeur : il faut distinguer les histoires individuelles -toujours mises en avant- et l’histoire collective moins rapide. Ceci recoupe des inégalités entre femmes  selon leur âge, leur lieu d’habitation et leur milieu social. Ainsi une Simone de Beauvoir reçue 2ème à l’agrégation en 1929 n’est pas typique de l’ensemble des femmes de sa génération, témoignant plutôt de l’état d’esprit du milieu bourgeois d’où elle est issue.

- Enfin la libération des mœurs a ses revers : l’instrumentalisation du corps des femmes dans la publicité et la fiction, porteur de stéréotypes physiques normatifs. Une nouvelle génération de féministes se mobilise contre le sexisme et le machisme (sentiment de supériorité de l’homme qui essaie de défendre la domination dans tous les domaines) et les violences au sein d’associations comme les Chiennes de garde ou Ni putes ni soumises.



  • La conquête de l’égalité juridique et politique est atteinte fin XXe, les progrès ont été considérables …

  • mais il faut souligner la différence entre droits acquis et pratiques sociales discriminatives.



  • Notions essentielles à savoir expliquer : machisme, patriarcat, sexisme, féminisme, féminisme d’État, parité, plafond de verre, émancipation …

  • Dates à retenir : congés de maternité rémunérés pour les fonctionnaires en 1929, droit de vote en 1944, loi Veil en 1974, modifications du Code Civil fin des années 1960, loi sur la parité en 2000

similaire:

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconCe cours couvre la période classique du cinéma, issue d’une conception...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconCe cours couvre la période classique du cinéma, issue d’une conception...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconI la société de consommation naît au cours des années 60, l’émancipation...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconLa représentation de la France des années 1920 aux années 1950

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconLa construction d’un système socio-mental impérial par le monde des...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconPhilippe Flajolet & Gérard Huet
«pré-calcul» effectué une seule fois et disponible universellement pour des tâches répétitives. Jusqu’aux années 1950, la construction...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconLa culture visuelle du mouvement ouvrier dans son rapport a la republique
«d’incarnation sociale4», celle des années trente et de l’après Libération jusqu’à la guerre froide des années cinquante, vue à travers...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconRechercher et recopier les définitions de constitution, parlement
Dans les années de la fin du 19° siècle et du début du 20° siècle jusqu’à l’éclatement de la Grande Guerre, le monde a pu apparaître...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconIV. La vie politique en France, thème 4 : La Vème République à l'épreuve de la durée
«années Mitterrand», «années Chirac» dans le contexte d’absence de forte croissance depuis la fin des années 1970. Comprendre et...

Pourquoi l’émancipation reste limitée durant jusqu’à la fin des années 1950 ? iconPolitiques d’immigration – les années soixante jusqu’aux années quatre-vingt dix






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com