Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène





télécharger 9.82 Kb.
titreEmotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène
date de publication30.10.2017
taille9.82 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène
Comme dans la plus pure tradition des contes de fées, ils se sont dit « oui », à haute et intelligible voix lorsque l’archevêque de Monaco, Mgr Bernard Barsi leur a posé la question rituelle samedi avant 17h30. Au lendemain du mariage civil dans la salle du trône, Charlène Lynette Wittstock a épousé religieusement Albert Alexandre Grimaldi, prince souverain de Monaco. Le consentement des époux a été d’autant mieux entendu que des micros avaient été dissimulés sur les prie-Dieu, placés au centre de la cour d’honneur du palais princier transformée en cathédrale à ciel ouvert, comme un prolongement symbolique de la chapelle palatine saint-Jean-Baptiste où se déroulent tous les événements privés de la famille souveraine. Pas moins de huit-cent cinquante invités avaient pris place autour de l’escalier à double révolution de la cour, dans un arc de cercle parfait permettant toutes les subtilités du protocole royal et républicain afin que les quelque centaines de présidents, rois, reines, princes héritiers, hauts dignitaires puissent être honorés selon leur rang et puissent jouir d’une vue imprenable sur la cérémonie religieuse. Le ballet diplomatique est réglé comme du papier à musique, l’ancien ambassadeur de France et fin connaisseur du protocole, Paul Poudade accueille les personnalités à l’entrée du palais, puis le chambellan du prince, le général John Jayet les salue dans la cour d’honneur. Le défilé des personnalités et des têtes couronnées avait commencé dès le milieu de l’après-midi sur la place du palais où trois mille autres invités ont pu trouver un siège, mesurant la popularité des uns et des autres à l’applaudimètre. A ce jeu, Bernadette Chirac s’est taillé la part du lion, même si le président de la République française, Nicolas Sarkozy, n’a pas boudé son plaisir lorsqu’il foula le tapis rouge – le dernier des chefs d’Etat par ordre protocolaire inversé, pour marquer sa primauté -, ovationné par la foule. L’Almanach de Gotha se mélange harmonieusement à l’annuaire des spectacles selon une tradition établie sous Charles III, le fondateur de Monte-Carlo, où l’art et la culture – on pourrait y ajouter le sport – se marient avec l’histoire d’une monarchie sept fois centenaire. Ainsi, on a vu défiler Naomi Campbell et Vladislas Doronin, Karl Lagerfeld et Inès de La Fressange en Chanel avec ses filles, Bernard et Hélène Arnault, Jean Todt et Michelle Yeoh, les champions de tennis Ilie Nastase et Henri Leconte, le top-model tchèque Karolina Kurkova, mais aussi l’aréopage des royautés acclamées par une foule enthousiaste, comme les souverains belges, le roi Albert et la reine Paola qui se souvenaient sans doute s’être mariés aussi un 2 juillet 1959… Des vivats nourris ont accueillis la famille princière, notamment les princesses Caroline et Stéphanie entourées de leurs enfants. A cinq heures moins cinq, le prince Albert, en grand uniforme d’été des Carabiniers portant les plaques des ordres monégasques de Saint-Charles et des Grimaldi, ainsi que la Légion d’honneur, est accueilli par Mgr Barsi à qui il confie qu’il est serein et détendu. Pourtant, sur la musique de « Celebration » de Paul Mc Cartney, la procession conduisant Charlène Wittstock à l’autel franchit les deux cents mètres qui séparent la caserne des carabinier su palais princier. La mariée, au bras de son père Michaël Wittstock, porte une somptueuse robe fluide et droite griffée Armani Privé en satin duchesse blanc cassé, avec des broderies florales constituées de 40.000 cristaux Swarovski, 20.000 gouttes de nacre et 30.000 perles dorées. Le long voile en tulle de soie blanc est retenu par un seul bijou, des trembleuses en diamants prêtées par la princesse Caroline. Elle porte un bouquet en cascade réalisé par les jardiniers du palais, composé de freesias, d’orchidées et de muguet. La mariée est suivie par sept demoiselles d’honneur représentant les communes limitrophes et portant l’habit traditionnel monégasque copié du costume du XVIIIème par les ateliers de l’opéra de Monte-Carlo. Albert et Charlène se retrouvent devant l’autel et échangent des regards complices et amoureux. La messe, très recueillie, est présidée par Mgr Bernard Barsi, l’archevêque de Monaco et concélébrée par le nonce apostolique Mgr André Dupuy, l’évêque de Vintimille Mgr Alberto Careggio, et le vicaire général Mgr René Giuliano. Si le casting des invités est éblouissant, la programmation musicale ne l’est pas moins avec la soprano Renée Fleming, de la chanteuse sud-africaine Pumeza Matshikiza, du ténor Juan Diego Florez et d’Andréa Bocelli qui a chanté l’Ave Maria de Schubert, et la participation aux lectures de Pauline Ducruet, Charlotte Casiraghi, Camille Gottlieb, ou de la princesse Alexandra de Hanovre qui tendit les alliances en or Cartier. Les mariés se sont engagés devant Dieu à s’aimer toujours, en présence de leurs témoins Chris Levine, cousin germain d’Albert, et Donatella Knecht de Massy, amie de Charlène et cousine par alliance d’Albert. Après le recueillement de la messe, la sortie du couple sur le parvis pour rejoindre la Lexus hybride écologique est saluée par une pluie de pétales de roses, des acclamations nourries tandis que les cloches de la Principauté sonnent à toute volée et que les bateaux dans le port font résonner les cornes de brume. Moment d’émotion ensuite à la chapelle sainte-Dévote où la princesse Charlène dépose son bouquet de mariée sur l’autel devant les reliques de la sainte patronne de Monaco. Elle ne peut retenir ses larmes, comme un trop plein d’émotions, sous le regard attendri et amoureux du prince Albert. Après une séance de photos officielles signées Patrick Demarchelier, le couple rejoint leurs invités sur les terrasses aménagées de l’Opéra de Monte-Carlo pour un dîner de gala dont le menu est signé Alain Ducasse avec des légumes cultivés dans la propriété princière de Rocagel – le prince raffole des barbaguians, beignets à la blette – et du poisson fraichement péché, le tout arrosé de champagne Perrier-Jouët, cuvée Belle Epoque qu’aimait la princesse Grace. La princesse Charlène porte une robe en mousseline de soie blanc Armani et, sur sa coiffure, le diadème-broche « Ecume de diamants » signé Lorentz Baümer, autre cadeau du prince avec le diadème Océan en diamants et saphirs que lui a offert le prince Albert, de la maison Van Cleef et Arpels. A peine achevé le fabuleux feu d’artifice réalisé par Jacques Couturier dans le ciel monégasque, Albert et Charlène ouvrent le bal sur un slow sud-africain dans la salle Garnier transformée en piste de danse. Les amoureux s’enlacent avec amour. Le rocher est heureux, euphorique même, Monaco a adopté d’un même élan du cœur sa nouvelle princesse souveraine.
Stéphane Bern

Envoyé spécial

similaire:

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène icon2 Pacs / Mariage : quelles différences ?
...

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconInterview de sas le prince Albert de Monaco pour Le Figaro 5 novembre...
«La Fête Nationale est un moment privilégié de communion et d’intimité avec les Monégasques»

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconFolklore et Front populaire : savoir du peuple ? divertissement pour le peuple ?
«transformation terminologique» qui marque aussi la «victoire d’une perspective philosophique totalisante, de tonalité progressiste»...

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconTensions et contradictions d’un théâtre peuple chez Victor Hugo
«populaire» et par la mobilité de l’expression «théâtre populaire» théâtre pour le peuple ? émanant du peuple ? représentant le peuple...

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconRésumé Le Musée Océanographique de Monaco, construit à partir de...

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconCours : concours «reflets d’icones»
«la Libération» à travers une iconographie présentant différents thèmes liés à cette période (action de la Résistance, combat de...

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconÀ destination des enseignants du Primaire et du Secondaire
«popular music» qui signifie littéralement «musique populaire». Le mot «populaire» y est entendu en tant que musique commerciale,...

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconCulture : nouvelles générations
«Je remercie Gérard Collomb de soutenir ce festival qui est magnifique car IL n’y a ni perdant, ni gagnant…, sauf moi». Sur le visage...

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconScénario : Albert Lamorisse

Emotion et liesse populaire à Monaco pour le mariage d’Albert et Charlène iconFonds Albert Lebasch (Histoire maritime)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com