De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016





télécharger 14.85 Kb.
titreDe notre envoyee au 69efestival de cannes 2016
date de publication31.10.2017
taille14.85 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
DE NOTRE ENVOYEE AU 69eFESTIVAL DE CANNES 2016.

C’était le 69e festival de Cannes, l’affiche du film de Godard « le Mépris » avec l’imposant escalier de la villa Malaparte, en Italie, évoquait les célèbres « marches rouges » de la grande salle Lumière du Palais des Festivals. Avec une météo clémente, le soleil était au rendez-vous tous les jours et une centaine de films sélectionnés dans la Compétition Officielle, Un Certain Regard, Cannes Classic, la Quinzaine des réalisateurs, la Semaine de la Critique, les Ecrans Juniors, l’ACID, le Cinéma des Antipodes et Les Visions Sociales au Château de la Napoule, il a cette année encore tenu ses promesses de qualité par une sélection diversifiée et qui a touché à de nombreux thèmes de nos sociétés.

Le palmarès des différentes sélections ont récompensé surtout les films qui s’attachent à la description de réalités sociales très difficiles dans le contexte d’une économie mondialisée, où les héroïnes, plus nombreuses encore que les héros, sont de véritables « mère courage » à l’instar de celle de Brecht, comme l’illustre par son œuvre photographique le plasticien JR (aussi présent à Cannes) sur les toits des favelas « Women are Heroes ».

C’est ainsi que le film très puissant du grand réalisateur social anglais Ken Loach « Moi Daniel Blake » a reçu la Palme d’Or, avec l’unanimité de la presse et du public, ce qui n’est pas si courant ! Cette histoire d’un homme de 59 ans, malade, et qui doit malgré tout retrouver un travail et d’une femme isolée très loin de la ville et aussi celle de l’amitié et de la solidarité.

La Palme d’Or d’Honneur a été remise pour l’ensemble de sa longue carrière (57 ans) à Jean-Pierre Léaud, depuis les « 400 coups » de Truffaud, jusqu’à son dernier film de cette année présenté à Cannes « La mort de Louis XIV », d’Albert Serra, il a pu interpréter un nombre de rôles impressionnant.

Le Grand Prix est enfin venu récompenser cette année le film de Xavier Dolan, »Juste la fin du monde » ce très jeune réalisateur (27ans), qui a déjà derrière lui des œuvres très puissantes, après « Mommy », qui avait manqué de peu la Palme en 2014, explore toujours les liens familiaux et s’est inspiré cette fois-ci d’une pièce de Jean-Luc Lagarce, auteur de théâtre souvent joué pendant le festival d’Avignon et mort à 38 ans du sida. Dans cette pièce autobiographique il va annoncer à sa famille sa maladie et sa mort prochaine. L’interprétation filmique de X. Dolan a divisé les opinions, le public l’a, dans l’ensemble, beaucoup aimé alors que les critiques étaient plus réticents à la forme voulue par le réalisateur.

Le Prix du Jury a choisi « AméricanHoney » film d’Andréa Arnold, un film social sur la jeunesse dans l’Amérique de ceux qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, tourné dans un format documentaire.

Dans le même esprit et aussi le même format, tourné souvent avec une caméra à l’épaule, le film de Brillante Mendoza sur société des Philippines, « Ma Rosa » dont l’actrice Jaclyn José a reçu le Prix d’interprétation féminine.

Le Prix d’interprétation masculine allant à l’acteur iranien Shahab Hossein pour son rôle dans « Forushande » ou The Salesman, du réalisateur AsgharFarhadi, excellent film qui a reçu également le Prix du Scénario.

Le prix de la mise en scène a été partagé entre le réalisateur roumain Cristian Mungiu pour « Baccalauréat », film qui explore la corruption dans la société roumaine de l’après communisme, et Olivier Assayas, réalisateur français pour son film « PersonalShopper » histoire autour d’une jeune fille après le deuil de son frère jumeau.

La Caméra d’Or, prix pour un premier film, va à la réalisatrice HoudaBenjamina pour « Divines », là aussi un film social que vous verrez bientôt sur les écrans.

La Palme d’Or du Court métrage est allée à « Time Code » de Juan Gimenez.

Parmi les autres catégories : le Prix Cannes Junior est allé à « Land of mine » film du réalisateur dannois Martin Zandliet sur des enfants soldats allemands de la Seconde Guerre Mondiale.

Le prix Cannes Senior dans la Catégorie du Cinéma des Antipodes a récompensé «  Last cab for Darwin» un road movie tout en nuance qui a fait un triomphe en Australie.

Le Prix de la Semaine de la critique Révélation est allé au film »Album de famille» du réalisateur turc Mehmet Can Mertoglu, qui relate l’histoire d’une adoption d’enfant dans une société encore très traditionnelle. Le prix Nespresso a récompensé le film d’Oliver Laxe « Mimosa », un voyage initiatique à travers le désert de l’Atlas marocain. Le prix de la SACD est reçu par «  L’effet aquatique » de la regrettée SolveigAnspack et aussi « Diamond Island » un beau film sur la jeunesse dans les mutations sociales de la société cambodgienne. « One week and a day (Shavuaveyom) » de Asaph Polonsky, mais également des films de Béla Tarr, Alexandre Sokourov, ou encore Frederick Wiseman, ont reçu le Prix d’aide à la diffusion, attribué par la Fondation Gan pour le cinéma. Le Prix Canal + du court métrage à quant à lui été attribué à  L’enfance d’un chef de Antoine de Bary (où figurent Félix Moati et Vincent Lacoste).

Cette année le festival a sélectionné 5 films dans les différentes sélections, où le fantastique, les loups garous pour « Grave », le cannibalisme pour « Ma Loute » de Bruno Dumont, déjà en salle, les fantômes dans « PersonnalShopper » resurgissent, avec plus ou moins de succès auprès du public.

Nos éclats de rire sont allés surtout à trois films de sélections différentes : dans la compétition officielle : » Tony Erdmann » de la réalisatrice allemande Maren Ade, qui était le favori des critiques du Film Français et dont la scène de la réception nue deviendra sûrement un modèle du genre ; dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs «  La Pazzagioia », du réalisateur italien Paolo Virzi, film déjà en salle, « L’effet aquatique » dernier film de SolveigAnspach, décédée en février, qui est la suite de son film « La reine de Montreuil », tout aussi drôle et « Le tour de France » de Rachid Djaidani, où après le film « St Amour »sur la route des vins, G. Depardieu en compagnie d’un jeune rappeur entame sur les traces du peintre J. Vernet la tournée des ports de France.

Les plus belles images sont sûrement celles du film de Yann Artus Bertrand « Human » donné en séance spéciale et en présence du réalisateur, mais aussi celle du film coréen de Park Chan Wook « Agassi », et avec une vraie recherche esthétique qui renforce le propos du film « Paterson » de Jim Jarmusch, le très beau « Julieta »de Pedro Almodovar et le film »Exil » de RithyPanh, un véritable poème archéologique sur le Cambodge de l’après-Kmers Rouges.

Les films historiques où sont mêlées des images documentaires ont été nombreux aussi cette année avec dans la sélection Cannes Classic le très beau film de Bertrand Tavernier, sur le cinéma français des années 20-30, « Voyage à travers le cinéma français », qui aura sûrement une suite ;« Eshtebak » (Clash) film égyptien de MahamedDiab, directement inspiré d’un fait réel et qui se déroule entièrement dans un fourgon anti-émeute lors d’une manifestation au Caire à la suite de la destitution du président Morsi en 2013 ; le film de Jonathan Littell » WrongElements » terribles témoignages d’enfants soldats de l’Ouganda, ou celui sur « Hissein Habré, une tragédie tchadienne » de Mahamat- Saleh Haroun, récits des tortures des victimes du régime de ce dictateur, films donnés dans les Séances Spéciales.

Bien d’autres films ont été remarquables  dans cette sélection, celui sur les quartiers Nord de Marseille de Karim Dridi « Chouf », sur le trafic de drogu ; le film russe « Uchenik » de V. Serebrennikov, sur la radicalisation d’un adolescent qui bouleverse son entourage ; le film des sœurs Coulin, Delphine et Muriel, « Voir du pays » sur des soldats qui reviennent d’une mission en Afghanistan ; un autre film aussi sur un soldat israélien à la retraite qui retourne dans sa famille et ne reconnait plus la société israélienne «  Me everLaharimvehagvaot » de EranKolirin ; le film iranien « Varoonegi » de Behnam Behzadi, récit de la conquête de sa liberté face à sa famille par une femme iranienne ; le très philosophique et plein d’humour film japonais de KoreEdaHirokazu « UmiYori mo madafakaku » (Après la tempête ) et tant d’autres encore .

Parmi les films d’animation notons « The redturtle » de Michael Dudok de Witt, réalisé par les studios Ghibli, un film sur, les grandes étapes de la vie, et « Ma vie de courgette » de Claude Barras, film très réussi sur l’enfance maltraité.

Un grand festival en attendant les festivités qui vont marquer l’an prochain les 70 ans du festival de Cannes.

BRAVO et MERCI encore pour toute l’équipe de bénévoles et les professionnels de Cannes Cinéphile, de la MJC Picaud, de la Licorne et du Raimu, pour leur patience et leur gentillesse, qui font vivre le cinéma toute l’année et rappelons ici « Les Rencontres d’Hiver » de décembre, à la Licorne, où sont conviées tous les cinéphiles et qui vous permettront dans une ambiance plus calme de rencontrer des acteurs et des metteurs en scène et aussi les rencontres du Cinéma des ANTIPODES à St Tropez,pendant 4 jours au milieu du mois d’octobre, où les films sont en entrée libre.

En attendant allez au cinéma et « BONNES TOILES ».

similaire:

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconCinéma / 63e Festival de Cannes
«Vérité Histoire – Cannes 2010» qui a appelé à manifester à Cannes et promis de «pourrir» le festival

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconCannes Cinéma, dans le cadre de Cannes Filmécole
«Résidence d’artistes» qui accueille chaque année au studio Folimage, deux réalisateurs de films d’animation sélectionnés parmi les...

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconSur les travaux ou études réalisés en 2015
«Société scientifique et littéraire de Cannes et de l’arrondissement de Grasse», un groupe de ses adhérents est venu visiter notre...

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconEt pour la première fois dans les salles de cinéma Yes Planet
«Haut les cœurs !») et au Festival de Cannes 2016, avec la programmation de “L’effet aquatique”, “Queen of Montreuil” et aussi de...

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconThèse envoyée par Aurélie. Marguerite Duras

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 icon69ème festival de cannes sélection officielle en compétition

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconHi stoire de Manu Muñoz – Noël 1966 envoyée le 4 décembre 2008 au Lien
«vous avez vu cet engin, venez, entrons de nouveau cela vaut la peine au moins pour la vue»

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconDéluge de récompenses sur la Croisette à Cannes – Trois prix pour les films latinos

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconPour répondre, je voudrais partir des faits, je veux dire de ce qui...
«chrétien» figure t IL dans la désignation de notre association : «Observatoire Chrétien de la Laïcité» ?

De notre envoyee au 69efestival de cannes 2016 iconDiscours d’ouverture de Session ordinaire- 30 Novembre 2015
«effet ciseau» estimé à 20 Millions d’euros en 2016 pour notre Département nécessite des réformes courageuses, aussi bien du point...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com