Résumé Nous proposons d'aborder dans cet article le concept d'espace public dans un contexte dominé par le double processus d'industrialisation et de marchandisation de la culture.





télécharger 89.16 Kb.
titreRésumé Nous proposons d'aborder dans cet article le concept d'espace public dans un contexte dominé par le double processus d'industrialisation et de marchandisation de la culture.
page2/3
date de publication01.11.2017
taille89.16 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > droit > Résumé
1   2   3
... aux relations publiques généralisées

En s'intéressant aux médias, Bernard Miège a mis en évidence quatre modèles correspondant aux différentes formes prises par l'espace public à l'époque moderne (1995, pp.165-169, 1997, pp.113-126). Nous allons aborder ces modèles à partir de l'article écrit par le chercheur français en 1995 et de l'ouvrage rédigé en 1997, tout en faisant part de l'analyse plus ancienne d'Yves de la Haye (1984) qui fut son plus proche collaborateur et qui travailla avec lui sur les relations entre espace public et communication.

À l'instar de Jürgen Habermas, Bernard Miège rappelle que l'espace public s'est tout d'abord développé autour de la presse d'opinion, souvent réprimée par les autorités politiques et produite selon des critères qui ne relevaient pas de la logique de la marchandisation. Le processus de production était artisanal, les tirages peu importants, la pagination faible et les parutions irrégulières. Les lecteurs étaient peu nombreux et entretenaient de bons rapports avec les collaborateurs des journaux. Étant donné la violence du style polémique, les lecteurs pouvaient même être amenés à contribuer à payer les frais de justice de leur journal préféré. Cette situation développée par Jürgen Habermas (1978) a correspondu à la pratique de l'Aufklärung. Yves de la Haye mentionne le fait que "le journaliste de la presse militante du XIXème siècle, bourgeoise ou ouvrière, est un "intellectuel organique" au sens où Gramsci l'entend: il condense, explique, dirige les intérêts de la classe ou de la couche qu'il représente ; l'identité des récepteurs et de l'émetteur est très grande" (1984, p.14).

Le deuxième modèle est né avec le développement de techniques de production plus modernes, l'alphabétisation d'une partie importante de la population, et l'apparition de la publicité commerciale[12]. Cet ensemble de facteurs a favorisé la marchandisation de la presse. Dès lors, il a été possible de parler de presse commerciale ou de presse de masse. On a constaté une séparation entre la possession du journal et la rédaction de ce même journal mais il faut bien admettre que les journalistes n'ont pas bénéficié pour autant d'une réelle liberté. Le ton est d'ailleurs devenu nettement moins polémique, alors que se précisait la formation de rubriques bien identifiées visant à remplacer l'ancienne formule où le commentaire tenait une place importante. Yves de la Haye note à ce sujet:


un même concept - la presse - s'applique [...] à désigner deux réalités distinctes ! et par leurs fonctions: d'un côté rassembler, consolider, organiser des couches sociales aux intérêts communs, de l'autre rassembler, affaiblir, désorganiser des classes aux intérêts contradictoires ; et par leur organisation: d'un côté une presse de militants qui coûte de l'argent, de l'autre une presse de professionnels qui en rapporte ; et par leur postérité: d'un côté une presse aux aguets du tirage et de la publicité dont le modèle de communication va être le creuset véritable de la radio et de la télévision de masse, de l'autre une presse aux tirages limités, à la publicité réduite dont l'histoire va se confondre à celle des périodes chaudes qui en seront la sève et celle des périodes froides qui les réduiront comme peau de chagrin (ibid., pp.15-16).


Annoncé ci-dessus par Yves de la Haye, le troisième modèle s'est développé dans un autre cadre que l'écrit, à savoir l'audiovisuel. Les trois médias situés au centre de ce modèle sont le cinéma, la radio et la télévision. Par rapport aux deux modèles précédents, celui-ci est caractérisé par une place relativement faible de l'information par rapport au divertissement, voire par l'introduction d'une dimension ludique au sein de programmes qui avaient au départ une ambition informative. On s'en rend compte par exemple à la télévision dans le cadre des émissions d'informations qui intègrent des rubriques plus "légères" et dans le cadre d'émissions distrayantes qui adoptent la forme journalistique du débat d'opinion. La création de ce type d'émission au caractère ambigu a amené les États-Uniens à créer le néologisme d'infotainment. On peut dès lors en effet se poser la question du recul de l'Aufklarüng avec la domination actuelle de ce modèle. C'est d'ailleurs l'une des conclusions d'une étude réalisée par Gaëtan Tremblay et Roch Harvey à propos de l'évolution des programmes de la télévision québécoise. Ceux-ci concluent notamment à "l'hybridation des genres télévisuels" (1991, p.64).

Enfin, Bernard Miège introduit un quatrième modèle, celui des "relations publiques généralisées" (1995, p.167) qu'il a commencé à mettre en évidence avec Yves de la Haye dans les années quatre-vingt[13]. En 1984, Yves de la Haye écrivait:


Nous faisons l'hypothèse que les balbutiements et le développement des politiques publiques de communication participent d'une recherche plus vaste, d'un autre modèle de communication politique général, c'est-à-dire d'un autre mode de coagulation des individus et des groupes sociaux à la société telle qu'elle est, d'autres habitudes de délégation et de représentation plus souples, moins permanentes, et plus déliées du territoire (1984, p.87).


Ce modèle englobe l'ensemble des politiques de communication effectuées par les pouvoirs publics, les administrations, les entreprises et les organismes de la société civile. Encore une fois, d'après Bernard Miège, on s'éloigne un peu plus de toute possibilité d'affrontement entre les arguments:


Il paraît assuré que, plus encore que les médias audiovisuels de masse, les relations publiques généralisées mettent l'accent sur les thèmes consensuels ; elles visent, dans tous les domaines de la vie sociale, à fabriquer de l'adhésion et elles tendent à s'adresser surtout aux individus/consommateurs/citoyens, de préférence aux groupes et aux "audiences" (1995, p.168).


Dans son ouvrage de 1997, le chercheur français précise sa pensée en mettant en avant trois dimensions constitutives de ce quatrième modèle (1997, pp.120-126). Le modèle implique tout d'abord la mise en oeuvre par les États, les entreprises et les institutions sociales, de techniques de gestion du social dans le cadre de stratégies élaborées avec plus ou moins de précision. Il mentionne notamment à ce sujet la communication politique avec, dans le cas de l'élection présidentielle française de 1995, un recours du candidat vainqueur à des méthodes plus sophistiquées qu'antérieurement (et justement peut-être moins visibles). Ensuite, ce modèle s'appuie sur la possibilité d'avoir recours à une gamme de plus en plus complète de dispositifs techniques. La sortie quasi-continue de nouveaux appareils peut même éventuellement freiner l'adoption de certains dispositifs techniques par les usagers et ainsi modifier la composition de l'espace public. Enfin, ce modèle contribue à remodeler les médias existants, qu'il s'agisse de la presse écrite ou de la télévision, les figures emblématiques des deuxième et troisième modèles.

Bernard Miège écrivait d'ailleurs dès 1995 que ces modèles ne se succédaient pas sur une base régulière et qu'ils pouvaient fort bien se chevaucher. Ainsi, les lettres professionnelles confidentielles à destination des "décideurs" peuvent être considérées comme les descendantes des journaux d'opinion. On pourrait sans doute également classer ici des parutions largement diffusées comme "Le Canard Enchaîné" et "Charlie Hebdo" qui échappent partiellement à la logique capitaliste en termes de financement, mais qui tiennent également un rôle contestataire qui rappelle la nature polémique des journaux d'opinion traités par Jürgen Habermas.

Enfin, Bernard Miège propose de mettre en avant trois caractéristiques précisant son analyse de l'évolution de l'espace public. Premièrement, l'espace public perdure car il permet toujours l'échange des opinions et l'usage de l'argumentation, même si ces pratiques d'échanges diminuent suite à leur remise en cause due au renforcement permanent du processus de marchandisation de cet espace. Deuxièmement, l'espace public s'élargit car il comprend un plus grand nombre de personnes, bien que celles-ci participent désormais à cet espace de diverses façons. Ce phénomène d'inclusion est lié à un autre phénomène, celui de différenciation, car au fur et à mesure que l'espace public s'ouvre à l'extérieur, il accepte de plus fortes inégalités entre ses membres. Troisièmement, l'espace public voit ses fonctions s'étendre progressivement et a tendance à se fragmenter, avec des espaces de communication auxquels la quasi-totalité des citoyens participent en tant que spectateur (la télévision), et des espaces de communication réservés à des cibles extrêmement pointues (la presse professionnelle).

Pour sa part, comme nous l'avons déjà précisé, Jürgen Habermas est revenu trente ans après sur ses travaux antérieurs consacrés à l'espace public. Il a abordé à nouveau la question de la marchandisation de la culture mais il a plutôt confirmé ses analyses précédentes en la matière. À titre d'exemple, il a ainsi noté que de nouvelles formes d'organisation, de distribution et de consommation reliées au processus de production de livres sont apparues, caractérisées par une plus grande professionnalisation de ce processus et une plus grande adaptation de celui-ci à de nouvelles catégories de lecteurs (1992, p.172). Mais les nouvelles formes d'organisation, de distribution et de consommation de la culture ont aussi été dues au développement des médias de masse électroniques, à l'importance grandissante de la publicité, au mélange croissant entre distraction et information, au déclin de la vie associative, des espaces publics locaux, etc. (ibid, p.173). Il en a résulté pour le chercheur allemand une plus forte canalisation des voies de communication et un renforcement des contraintes de sélection en ce qui concerne l'accès à la communication publique, avec la "commercialisation et la condensation du réseau communicationnel, la croissance des investissements en capital et du degré d'organisation des institutions médiatiques" (ibid.).

Pour notre part, nous estimons que ces concepts d'espace public et de relations publiques généralisées peuvent être extrêmement fécondes pour les chercheuses et les chercheurs qui s'intéressent au rôle des médias de masse par rapport aux questions relatives à la médiation de l'information, à la pratique du journalisme et en toute fin, aux questions relatives aux problématiques consacrées à la démocratie, dans un contexte d'industrialisation et de marchandisation toujours croissantes de la culture et de l'information.

De l'utilité actuelle de ces deux concepts

Précisons tout d'abord en préambule qu'il convient dans une démocratie telle que nous la concevons d'encourager les échanges d'information. Au sujet de la démocratie - concept que Bernard Miège n'aborde d'ailleurs pas de façon directe dans son travail d'analyse de l'évolution de l'espace public - nous estimons à l'instar de Chantal Mouffe qu':


au lieu de considérer la démocratie comme quelque chose de naturel et qui va de soi, il importe de percevoir son caractère improbable et incertain. Il s'agit de quelque chose de fragile et qui n'est jamais définitivement acquis car il n'existe pas de seuil de démocratie qui, une fois atteint, garantisse à jamais sa permanence. C'est donc une conquête qu'il est constamment nécessaire de défendre (1994, p.16) (c'est l'auteure qui utilise les italiques).


En d'autres termes, la démocratie constitue une quête sans fin. Pour échapper au caractère quelque peu figé du terme "démocratie", il conviendrait d'ailleurs peut-être mieux de parler de "démocratisation". Ce n'est pas sans raisons que Jean Baechler oppose aux régimes totalitaires les régimes qu'il appelle volontiers "en voie de démocratisation". Il s'agit bien ici de considérer qu'une démocratie pure et parfaite n'existe pas et que la démocratie est toujours un processus à renforcer (1997, p.25). À propos de l'information et de la communication, nous pensons, à l'instar de Marc Raboy et de Peter A. Bruck, que la communication ne peut être considérée comme émancipatoire que si elle favorise l'émergence de conditions objectives de façon à ce que l'être humain puisse construire une relation plus autonome et plus compréhensive de la réalité (1989, p.11).

Ces deux postulats étant posés, à partir de la lecture d'un ensemble de travaux portant sur l'évolution de l'accès à l'information issue des médias de masse et du rôle des journalistes tant en Amérique du Nord qu'en Europe (Chomsky, 1988, Charon, 1993, Gingras, 1995, Mouchon, 1995, Bourdieu, 1997, Halimi, 1997), on peut émettre l'hypothèse que dujournalisme d'opinion du XVIIIème siècle étudié par Jürgen Habermas, on est ensuite passé au journalisme d'information propre aux médias de masse et que l'on passe désormais au journalisme structuré par les pratiques de relations publiques dans le cadre du développement du modèle des "relations publiques généralisées". À chaque glissement, on assiste en fait à un affaiblissement du rôle du journaliste au sein même de la structure qui l'emploie: "Sans avoir totalement disparu, la conception civique d'une information constitutive de la démocratie, où les journalistes contribueraient à former des citoyens par le débat d'idées, la pédagogie des faits ou la révélation des enjeux essentiels, est désormais en recul, relativisée par d'autres conceptions" explique Jean-Marie Charon, observateur attentif du milieu journalistique français (1993, p.313). Alors que pendant longtemps, le journaliste pouvait revendiquer une certaine autonomie, notamment financière, ses budgets sont de plus en plus sévèrement contraints dans le cadre de la domination de plus en plus systématique de la logique capitaliste. Deux conséquences naissent de ce renforcement de la concurrence.

D'une part, les rédactions peuvent de plus en plus difficilement se passer aujourd'hui des facilités offertes par les directions de la communication des institutions de toutes sortes (entreprises, gouvernements et organisations internationales notamment) qui les alimentent régulièrement en informations et leur "mâchent" considérablement le travail avec des outils de mieux en mieux maîtrisés: communiqués et dossiers de presse, voyages, visites et rencontres effectués avec les dirigeants, ou bien encore organisation de conférences de presse et d'entretiens privés. Déjà en 1992, une enquête auprès de deux cents journalistes de la presse écrite économique française confirmait cette situation: 50% d'entre eux reconnaissaient ne pas avoir toujours le temps nécessaire pour vérifier leurs informations (1992). Or, les institutions pensent plus à communiquer qu'à informer réellement. Fondées sur la notion d'image et de message, les politiques de communication portent et soutiennent des produits dans le but d'engendrer des profits. Leur espace d'origine est celui du marché. En revanche, à l'opposé, l'information diffusée contient des faits et des idées afin d'établir des vérités alimentant le débat social et politique. Son espace est celui de la démocratie. Où l'on retrouve une nouvelle fois l'opposition entre capitalisme et démocratie[14].

D'autre part, en complément du concept de relations publiques généralisées d'Yves de la Haye et Bernard Miège, on trouve celle de "circulation circulaire de l'information" de Pierre Bourdieu (1997, p.22). S'il y a une certaine homogénéité des produits proposés par les différents médias - il suffit pour s'en convaincre de voir que ce sont souvent les mêmes sujets qui sont traités à la radio, à la télévision et dans la presse écrite - c'est parce que les journalistes lisent les journaux, écoutent la radio et regardent la télévision afin de savoir en permanence quels sont les sujets abordés par leurs confrères (et concurrents). Cette tendance n'est-elle d'ailleurs pas métaphoriquement mise en avant lorsque les studios de télévision dans lesquels les journalistes s'expriment devant la caméra sont truffés de récepteurs branchés sur d'autres chaînes de télévision? Une fois de plus, la limitation drastique des budgets empêche de plus en plus de partir effectuer des reportages sur le terrain, d'aller à la source de l'information. "Cette sorte de jeu de miroirs se réfléchissant mutuellement produit un formidable effet de clôture, d'enfermement mental" estime Pierre Bourdieu (ibid., p.25). Cette interdépendance mutuelle entre sources d'informations ne doit toutefois pas amener à conclure à l'égalité des supports entre eux. L'agenda est surtout structuré, sinon déterminé par les choix effectués au sein des principales chaînes de télévision. Par ailleurs, un deuxième phénomène vient se greffer sur celui-ci. Sous la pression de plus en plus forte due à la marchandisation généralisée, les journalistes des rédactions des médias les plus importants ont désormais tendance à s'auto-censurer, quand ce n'est pas leur direction qui le fait. À titre d'illustration, en 1995, a eu lieu, dans le cadre de l'émission "60 Minutes" du réseau de télévision états-unien CBS, la réalisation d'un reportage dans lequel était mis en évidence le fait que les compagnies de tabac trichaient sur le taux de nicotine indiqué sur les paquets de cigarettes. La direction de la chaîne censura le reportage et on découvrit après, d'une part que si ce reportage avait été diffusé, CBS aurait couru le risque d'être poursuivie devant les tribunaux, ce qui aurait été du plus mauvais effet pour les actions de l'entreprise à la veille du rachat par le géant Westinghouse ; et d'autre part que l'entreprise CBS avait elle-même pour filiale une entreprise, Loews Corporation, qui possédait elle-même une société, Lorillard productrice de cigarettes (Ramonet, 1997, en ligne).

L'ensemble des facteurs abordés ci-dessus amène en conséquence à s'interroger sur la qualité et sur la diversité des informations diffusées par les médias. Bien entendu, comme l'ont montré les études sur la réception, le rôle de la domination d'un discours idéologique sur la population ne correspond pas à un simple rapport de cause à effet. Mais en tenant compte des travaux de George Gerbner, on peut émettre comme hypothèse, à l'instar d'Anne-Marie Gingras (1995, p.30) que si l'impact des discours est négligeable à court et moyen terme, l'impact de ceux-ci - par exemple les discours sur des sujets récurrents tels que la dette ou la nature du système économique - à long terme peut exercer une influence beaucoup plus grande sur la population. En conséquence, continuer à étudier la façon dont la marchandisation des médias structure l'offre en matière d'information nous apparaît plus que jamais d'actualité pour comprendre l'évolution de l'espace public. Bernard Miège estime d'ailleurs que la marchandisation constitue certainement "l'aspect de l'évolution de l'espace public qui est le plus méconnu, et qui peut, à terme, se révéler le plus fondamental", la "régulation marchande [tendant] à contrôler l'ensemble des pratiques sociales" (1995, p.173).

1   2   3

similaire:

Résumé Nous proposons d\Diapositives montrant les manifestations du 11 j anvier dans plusieurs villes du monde
«espace physique de la rue» et «espace médiatique». L’espace public est l’espace matériel, d’échange. C’est une double spatialité...

Résumé Nous proposons d\Résumé : Cet article s’insère dans une perspective d’étude des comportements...

Résumé Nous proposons d\Résumé Le processus d’innovation produit peut être abordé sous différents...
«Honda City» et l’émergence du produit «Boulangerie domestique» de Matsushita

Résumé Nous proposons d\Résumé Cet article se propose d’étudier les processus de socialisation...
...

Résumé Nous proposons d\Résumé : Cet article s’intéresse aux impacts des open space en matière...

Résumé Nous proposons d\Allocution du roi d'espagne felipe VI dans l’assemblée nationale
«Je sais qui je suis», disait Cervantès par la bouche de Don Quichotte. Et bien nous, Français et Espagnols, savons qui nous sommes...

Résumé Nous proposons d\Interview : Monsieur Jean-Marc Lhermet (Directeur sportif, asm)
«l’esprit du jeu ne change pas, c’est le monde autour de lui qui évolue». Afin de mieux comprendre, nous allons nous intéresser en...

Résumé Nous proposons d\Laboratoire d’Economie et sociologie du travail
«charge de travail» en tant que concept et sa régulation par le personnel soignant, avant d’aborder la méthodologie d’approche de...

Résumé Nous proposons d\Une installation dans l’espace public par HeHe

Résumé Nous proposons d\RÉsumé Ce travail confronte les résultats d'une comparaison dans...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com