Table des matières





télécharger 138.43 Kb.
titreTable des matières
page7/7
date de publication02.11.2017
taille138.43 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

B.Les soins : comparatif HAD et SSIAD


Les deux structures se retrouvent sur trois points :
- la coordination des soins
- l’évaluation
- l’inscription des soins dans un projet individualisé et global

Des missions proches mais spécifiques



Si l’objectif principal est le même (éviter l’hospitalisation lorsque les solutions de soins à domicile existent), les interventions restent très différenciées :


SSIAD

HAD

Les SSIAD assurent, sur prescription médicale, des prestations de soins infirmiers, sous la forme de soins techniques ou de soins de base et relationnels, auprès :

  •  de personnes âgées de soixante ans et plus, malades ou dépendantes

  •  de personnes adultes de moins de soixante ans présentant un handicap

  •  de personnes adultes de moins de soixante ans atteintes de pathologies chroniques

L’HAD concerne des malades atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et/ou instables qui, en l’absence d’un tel service, seraient hospitalisés en établissement de santé. L’HAD permet d’éviter ou de raccourcir l’hospitalisation en services de soins aigus ou de soins de suite et de réadaptation, lorsque la prise en charge à domicile est possible.

Le patient est admis en HAD sur la base d’un projet thérapeutique qui formalise l’ensemble des soins cliniques, psychologiques et sociaux que son état nécessite.

L’HAD assure la prise en charge du malade avec une équipe pluridisciplinaire, médicale, paramédicale, sociale, et administrative /logistique



Le fonctionnement de ces 2 structures





SSIAD

HAD

Les professionnels concernés:

Un infirmier coordinateur salarié

Des infirmiers (salariés ou libéraux)

Des aides -soignants
Des aides médico-psychologiques

Des pédicures podologues
Des ergothérapeutes

Les professionnels concernés :
Un médecin coordonnateur
Un infirmier cadre
Des infirmiers (salariés ou libéraux)

Des aides -soignants
Une assistante sociale
Un psychologue
Un kinésithérapeute
Un ergothérapeute
Un orthophoniste
Un diététicien

La continuité des soins : les SSIAD assurent ou font assurer les soins quel que soit le moment où ceux-ci s’avèrent nécessaires

La continuité des soins : l’HAD fonctionne 24h/24 et 7j/7 pour chaque personne prise en charge

Des missions autour d’une prise en charge globale :

  • Une évaluation et un diagnostic infirmier en amont de la prise en charge, et chaque fois que cela s’avère nécessaire

  • La coordination avec d’autres acteurs du champ social, médico-social, sanitaire et les réseaux de santé

  • La coordination avec les praticiens libéraux intervenant pour le SSIAD

  • La gestion des risques professionnels

La prise en charge globale du patient et de son entourage

  • Le projet thérapeutique

  • Une évaluation médicale qui conditionne la fréquence de la surveillance médicale en fonction de l’état clinique du patient

  • Le partenariat et la coordination avec tous les acteurs du champ social, médico-social, sanitaire, les réseaux de santé et tous les professionnels de santé concernés par la prise en charge du patient

  • Gestion du dossier de soins

  • Gestion du dossier médical

  • Gestion du dossier social

  • Gestion du dossier administratif

  • La gestion des urgences : transfert du patient dans le service d’origine

  • La gestion de tous les risques

  • Gestion de la sécurité des soins

  • Gestion de la qualité

Le contrôle : le praticien conseil est informé dans les cinq jours ouvrables de toute admission. La prise en charge est délivrée pour 30 jours, elle doit être renouvelée ensuite tous les 3 mois.

Le contrôle à partir de la transmission des RAPSS (résumé anonyme par sous séquence) transmis en fin de chaque trimestre à l’ARH.

Les relevés d’activité : le rapport d’activité est établi par l’infirmier coordinateur du service.

Rapport d’activité établi sur la base des RAPSS.



Des charges en soins très différenciées


Les prises en charge en SSIAD et en HAD se différencient largement par la charge en soins des personnes.

La charge en soins constitue la combinaison entre :


des interventions
la technicité requise

  •  la durée

  • la fréquence



SSIAD

HAD

Les soins infirmiers d’hygiène et de nursing auprès de personnes dépendantes ou de personnes handicapées ou malades, les soins infirmiers ponctuels, la surveillance hebdomadaire sont des critères qui amèneront les SSIAD à prendre en charge une personne.
Selon les indications de la DRESS, la charge en soins des SSIAD, calculée en moyenne sur une semaine de référence, comprend les caractéristiques suivantes

  • la fréquence des passages : en moyenne, les SSIAD interviennent huit fois par semaine, [avec des écarts de 4 à 14 passages (voire plus exceptionnellement)

  • la technicité : les soins d’hygiène et de nursing, l’aide aux transferts, l’aide à l’alimentation, la surveillance de l’hydratation et de l’élimination, l’aide aux changes, les soins dermatologiques et la prévention des escarres représentent 85% des interventions effectuées.

  • la durée : plus de 60% des visites ont eu une durée supérieure à une demi-heure.




La complexité des interventions, le recours à des professionnels soignants spécifiques, les traitements infirmiers longs et complexes, la surveillance permanente sont des facteurs qui amèneront l’HAD à prendre en charge une personne.

L’HAD s’inscrit dans une double démarche de médecine de réhabilitation et de médecine d’accompagnement, tant en amont hospitalier qu’en sortie d’hospitalisaiton.

Ainsi, trois charges en soins peuvent être identifiées pour unHAD:

  • les séjours en soins ponctuels: patients autonomes nécessitant une charge en soins modérée mais nécessitant une coordination

  • les séjours en soins continus : concernent des patients ayant une pathologie évolutive, nécessitant des soins techniques plus ou moins complexes, des soins de nursing, de maintien et d’entretien de la vie

  • les séjours en soins de réadaptation : concernent des patients dépendants pour une durée déterminée néces sitant une charge en soins longue

Deux types de situations de coopération :





  • Le cas du relais entre HAD et SSIAD lorsque l’état du patient s’améliore et nécessite une charge en soins moins lourde et entre SSIAD et HAD lorsqu’au contraire, la charge en soins s’alourdit. C’est le continuum de soins.

  • Le cas de la mise à disposition de personnel SSIAD pour le compte de l’HAD : dans certains cas de patients pris en charge en HAD, isolés, la structure d’HAD peut avoir besoin de recourir aux services d’un aide soignant du SSIAD : c’est la mutualisation de moyens


IV.BIBLIOGRAPHIE



1)Optimiser la prise en charge de la douleur, Dr Calogera DOVICO Unité de prise en charge de la Douleur Chronique CH de Belfort-Montbéliard JEUDI 7 FEVRIER.

2)Recueil de Pratique Professionnelle en Soins Palliatifs Version 3 : 6 février 2006

Coordination : G. Laval, M-L. Villard

Démarche décisionnelle face à la douleur en soins palliatifs-P. Basset

3)Référentiels interregionaux en soins oncologiques de support, PEC de la douleur chez l’adulte, O3/12/2010

4) Du bon usage des opioides forts dans la douleur cancereuse, B. george, Unité d’évaluation et de traitement de la douleur- Hôpital Saint Louis

5)Annoncer une mauvaise nouvelle, HAS fevrier 2008

6) L'annonce du diagnostic de cancer, Auteur(s) : PELICIER N, Date de publication : 2006-11-30, La Revue du Praticien | N° 18 | Page(s) : 1997-2003 | Rubrique éditoriale : MONOGRAPHIE Chapitre : Soins de support en oncologie

7)www. Retraiteplus.fr

8)Service-Public.fr

9)www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/beneficier-daides

10)Desir.unassad.net tableau comparatif de l’offre de soins

V.Conclusion



Ce patient, et à travers lui les questions que je me suis posées et les recherches qui ont illustré mon RSCA, m’ont beaucoup appris pour ma pratique future.

-La façon dont j’ai abordé l’annonce du diagnostic de cancer était très insuffisante, fuyante, car j’avais peur et n’étais pas préparée à ce genre de conversation avec le patient. L’annonce d’une maladie grave nécessite un savoir-faire très subtil, avec des bases de psychologie humaine, sur les mécanismes de défense, etc.

Les recommandations HAS ont le mérite de décrire les conditions matérielles nécessaires à une telle annonce, décrivent les pièges dans lesquels nous pouvons tomber en tant que soignant, expliquent les mécanismes de défense de l’individu malade, mais je reste convaincue qu’il me faudra passer par de très nombreuses annonce de ce genre pour parvenir à faire les choses de façon à la fois professionnelle et humaine. L’expérience reste la meilleure façon de progresser pour ce genre de choses. J’ai l’intention d’essayer aussi de me former aux bases de la psychologie, par la lecture.

-La douleur n’a pas été assez prioritaire dans ma façon de percevoir mon patient, et pourtant avec du recul c’est certainement ce qui a été le plus difficile pour lui pendant ces semaines d’hospitalisation. J’ai appris beaucoup sur la façon d’évaluer la douleur, le recours indispensable aux techniques de coanalgésies (dans le cadre des douleurs osseuses je n’ai pas pensé aux corticoides et il a fallu l’avis oncologique pour que nous mettions en place la radiotherapie centrée sur la vertebre) , et les règles de prescription de la morphine. Dans le cadre des vomissements itératifs de mon patient, j’aurais dû réaliser une rotation des opiacés.

-J’ai appris le genre d’aides dont peut bénéficier un patient âgé en perte d’autonomie, et surtout appris à différencier le service de l’HAD de celui du SSIAD. Ces connaissances me seront certainement très utiles pour la suite de mon parcours, pour orienter mes patients, même si j’aurai surement recours aux services des assistantes sociales pour la mise en place concrète de ces aides (ce qui est moins vrai- j’imagine- en cabinet libéral…)
Acquisition des compétences :

-approche centrée patient/ relation/communication

-continuité/suivi/coordination
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconRapports annuels 2012-2013 table des matières






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com