L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu





télécharger 86.8 Kb.
titreL’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu
page4/6
date de publication02.11.2017
taille86.8 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6

Laïcité et protestantisme à l’origine d’une religion civile américaine



1. Le protestantisme développe un véritable culte de la nation
Des années 1830 à la guerre de Sécession l’esprit de religion reprend des forces. Il réinterprète l’histoire de la fondation des EU de manière religieuse. Les pasteurs évangéliques sacralisent ainsi la révolution américaine :

- la constitution est considérée comme d’inspiration divine.

- la prédestination individuelle est transférée à la nation qui devient l’instrument de l’intervention divine dans l’histoire. En 1863, devant Lincoln, les Eglises proclament que pour mener à bien ses desseins dans le monde, « Dieu ne peut pas se passer de l’Amérique »

- En 1863 encore, la fête de Thanksgiving (jour d’action de grâce) venue de Nouvelle Angleterre et adoptée progressivement par d’autres États, est « nationalisée ». En 1864, les protestants réussissent à faire inscrire « In God we trust » sur les pièces de 2 cents.

On assiste ainsi à la naissance d’un véritable nationalisme protestant qui devient une sorte de morale officielle, le ciment de la nation.
Dès lors, l’Amérique se conçoit comme un modèle à diffuser (« destinée manifeste »), qui doit sauver le monde. C’est aussi un messianisme millénariste qui scrute tous les signes qui annoncent la fin des temps, la lutte finale contre l’Antéchrist (apocalypse et bataille d’Armageddon) et le règne de Dieu sur terre.

Le cinéma hollywoodien répand cette vision remplie de références bibliques. Combien de fois les EU y ont-ils déjoué la fin du monde ? (demander des titres aux élèves)
2. Un socle de valeurs spirituelles commun à tous les Américains

Les valeurs protestantes d’égalité et d’individualisme associées aux idées des Lumières (l’homme est perfectible) ont donné naissance à une véritable religion civile commune à tous les Américains.
On peut évoquer les principales valeurs partagées :

Le protestant voit dans la réussite matérielle la preuve irréfutable de son élection. « Dieu m’a donné mon argent » disait John D. Rockefeller. Ainsi, demander les revenus ou le « poids financier » de son interlocuteur n’est pas mal vu. L’enrichissement est totalement assumé.

Mais la fortune impose des devoirs. Les riches entrepreneurs distribuent une partie de leur fortune pour les Églises, les universités, les associations philanthropiques. De Carnegie à Bill Gates, la tradition s’est maintenue. Riches et moins riches donnent beaucoup et pratiquent aussi le bénévolat.

Les Américains sont fiers de leur idéalisme, de cette volonté d’aider les autres et de transformer ainsi le monde. Il faut aider les handicapés, les pauvres, les malades, les homosexuels, les noirs, …
Mais cet idéalisme a d’autres particularités qui étonnent l’observateur européen:
Fiche élève n° 4 : Travail sur Clinton et l’affaire Lewinsky : texte et vidéo

Questions

1. Renseignez-vous sur l’affaire Lewinsky. Expliquez précisément ce qui était reproché au président Clinton.
2. Quels principes de la morale américaine le texte met-il en évidence ? Comment peut-on caractériser l’exercice auquel Clinton se livre dans cette allocution ?
Le texte illustre certains aspects de l’idéal moral américain :

- Rien ne doit être caché. Le droit de savoir est fondamental et la liberté de la presse sacrée. La vie de chacun est sous le regard de tous, en particulier celle des hommes politiques.

C’est ainsi que Clinton doit rendre compte de sa relation adultère avec sa secrétaire. C’est une faute morale dont il doit avoir « honte ». 80 % des adultes considèrent que l’adultère est « always wrong ».

- Le bon citoyen ne ment pas a fortiori l’homme politique. Ainsi le mensonge fait l’objet d’une condamnation sans appel.

Ce qu’on lui reproche surtout c’est d’avoir menti à la justice, au moins par omission, sous serment. Le parjure est considéré comme extrêmement grave.

- On doit résister à la tentation du péché (car on est libre). Sinon on doit rendre compte personnellement de ses actes sans invoquer une quelconque responsabilité de la société.

C’est ce que fait le président quand il déclare « je dois assumer l'entière responsabilité de tous mes actes, qu'ils soient publics ou privés ».
Mais, si on avoue sa faute et si on fait une confession publique, ce qu’il fait, on mérite le pardon.

Les Américains ont favorablement accueilli la confession publique de Bill Clinton. L’enquête ABC news indique que 68 % des personnes interrogées juste après l'intervention télévisée de Clinton jugent que celui-ci ne doit pas démissionner (plus 11 points par rapport à la veille).
Cet ensemble de convictions a dressé un rempart contre les idées révolutionnaires socialistes et communistes au XXe siècle et explique leur peu de succès.

C’est pourquoi, aujourd’hui encore, le fait religieux est au cœur de la démocratie américaine et participe à sa vitalité.


1   2   3   4   5   6

similaire:

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconScénario Ivan Arsenjev, Petr Forman, Veronika Švábová
«culture pour tous au pays des fées», avec le soutien de la commune de Retiers et de la communauté de communes du pays de la Roche...

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconÉpisodes de l’histoire du xve siecle ­aux pays senonais et gatinais et au comte de joigny
«Il y eut alors, dit-il, de grandes pilleries et ravages de toutes parts ès pays de France»

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconAtelier n°3 Luxe et pays émergents
«dirigeant pays», pour mieux saisir la culture du pays d’implantation pour une communication et une direction efficaces

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu icon2006: L’émergence des nouveaux pays industriels est elle un frein...

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconMémoires orales des industries du bord de l'eau des pays Asses, Verdon,...

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconL’Utopie, nom du pays de nulle part et de la contrée qui n’existe pas
«Badebec fille du roy des Amaurotes en Utopie», pays qui est le royaume même de Gargantua son père

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu icon74 coureuses au total, venues de 20 pays différents, s’affronteront...

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconDes «fous de Dieu» aux «sages de Dieu»
«Quand IL sera possible aux protestants de France, dans un pieux pèlerinage, de célébrer l’anniversaire bi séculaire de la convocation...

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconComment aménage-t-on une région avec une démographie de pays du Sud,...

L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu iconLe Portugal n’est pas un pays méditerranéen ! Seuls les deux tiers...
«Autriche» avant 1867, «Autriche-Hongrie» de 1867 à 1918 (depuis 1918 ce sont deux pays indépen­dants). De 1923 à 1991 (inclus) on...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com