Recherches : lacan lettres et traductions





télécharger 0.64 Mb.
titreRecherches : lacan lettres et traductions
page10/10
date de publication03.11.2017
taille0.64 Mb.
typeRecherche
h.20-bal.com > droit > Recherche
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

1969 LACAN Adresse au Jury d’accueil de l’EFP à l’Assemblée avant son vote 02

(2 p.) 1969-02-09 :     

Ce texte n’est pas de la main de Lacan, mais il n’a bien sûr pas été produit sans sa part de contribution. Son intérêt nous a paru justifier sa présence ici.

Le jury d’agrément élu par l’Assemblée Générale du 23 01 1969 en accord avec le Directoire qu’il s’est adjoint pour sa première séance statutaire, tenu le mercredi 05 02 1969,

Par cette note informe les A.E. actuellement en exercice au nombre desquels comptent tous ses membres, qu’ils peuvent produire chacun un, deux voire trois noms (pas plus, mais aussi bien aucun) à mettre au lot d’où seront tirés par les futurs candidats au titre d’A.E., leurs « passeurs », non sans rappeler que ces candidats lors de la procédure par quoi en présence du jury d’agrément, ils tireront au sort les dits, au nombre de deux, pourront récuser quiconque leur semblera ne pas convenir, au risque pour eux d’en être réduit aux deux derniers à rester dans le chapeau.

1.      Par la même note il manque un certain nombre de points où les malentendus persistent, d’une obstination si nouée qu’elle nécessite d’y revenir pour tous les membres de l’école :

 

a) fonction du passeur : elle ne constitue ni une promotion, ni même la sanction de ce qu’une analyse soit tenue pour réussie, fût-ce seulement par l’analyste qui présente le dit.

C’est une charge dont l’analyste au titre d’A.E., investit quelqu’un qu’il tient pour capable de recueillir une information concernant la passe et d’en témoigner auprès du jury d’agrément, supposé non sans fondement être un collège averti.

C’est seulement en conséquence que le passeur doit avoir l’expérience du psychanalysant, mais il n’est pas obligatoire qu’il l’ait parcourue de par l’acte du psychanalyste qui le présente, non plus que par celui d’un psychanalyste de l’École.

Il en résulte qu’en principe, l’A.E. pourrait se dispenser d’informer la personne qu’il juge propre à servir de passeur, qu’il la propose pour cette charge. Le faire ne relève que de la courtoisie et l’élu garde le droit d’en décliner l’honneur.

S’il l’accepte, il ne saurait se récuser pour aucun examen qu’il lui soit alloué au titre de la passe.

L’aurait-on laissé ignorer sa présence sur la liste, comme c’est concevable il peut en démissionner à la première occasion qui l’en informe, comme à une ultérieure aussi bien, mais en tout cas sans retour.

b) question de la passe : le passeur est d’autant moins un « passé » qu’il n’est là que pour une analyse logique de la passe, dont on ne sait présentement ni ce qu’elle est, ni si elle est comme décidable.

La seule définition possible du passant c’est qu’il n’est pas sans le savoir..

C’est à ce titre qu’il ne saurait être admis à faire épreuve de son passage sans la permission expresse de son psychanalyste.

Cette permission nécessaire n’est qu’un non-désaveu, nullement une palme au titre d’une psychanalyse « réussie ».

Elle consent à ce qu’un candidat s’offre à contribuer à un jugement qui l’intéresse sur les limites dont témoigne sa psychanalyse, et spécialement en ceci qu’elle a prétention didactique.

C’est pourquoi il est opportun qu’en tant que psychanalysant, ce candidat ait au moins franchi celle-ci : de n’être pas sans savoir qu’il est question de ces limites.

Qu’à une telle épreuve un psychanalysant soit agréé comme A.E. (cf. le paragraphe c/) fait du même coup agréer comme A.E. son psychanalyste, mais ne donne ni à l’un ni à l’autre le droit de s’autoriser du titre d’A.M.E. : soit d’être un analyste dont l’École garantisse l’omnivalence. ?

c) Sanction du passage devant le jury d’agrément : le jury peut fort bien décliner d’agréer un candidat au titre d’A.E. sans que ce fait n’entache en rien ni la pertinence de la psychanalyse parcourue, ni la capacité du psychanalyste qui permet la présentation, non plus que ce fait ne présume de ce que deviendra le candidat comme analyste.

De la présentation en effet, le jury tire un enseignement, mais il ne s’en suffit pas. Il faut que celui qui le fournit, en ressorte comme situé au point propice à ce que d’autres présentations trouvent leur recours de la sienne, autrement dit qu’il ait en lui une promesse de contribuer utilement au travail des A.E.

La décision du jury d’agrément, pour tout dire, se joue au tranchant qui sépare la performance de la compétence.

Il est clair qu’une compétence s’inaugure de la performance, qui n’est jamais seulement particulière, de la psychanalyse.

C’est de ce point de passe, et pour l’interroger, que la proposition du 9 octobre 1967 entend retenir une sélection et la privilégier.

Ce qui indique cette sélection, c’est la préservation de ce joint-même de sa distorsion ultérieure par d’autres afflux qui le gonflent, et la nécessité du privilège afférent est surdémontrée, s’il le fallait encore, par les réponses les plus récemment enregistrées à la proposition.

d) en conclusion, prendre acte de ce que s’intituler A.E. dans l’École ne qualifie personne à s’autoriser d’être A.M.E. de l’École, les deux titres n’étant nullement incompatibles, ce qui prouve leur indépendance.

1969 LACAN Deux notes à Jenny AUBRY

(2 p.) 1969-10-00 :      

Ces deux notes, remises manuscrites par Jacques Lacan à Mme Jenny Aubry en octobre 1969, ont été publiées pour la première fois par cette dernière, dans son livre paru en 1983. Le texte ici repris l’a été à partir de Ornicar ?, n° 37, avril-juin 1986, p. 13-14.

1.– Dans la conception qu’en élabore Jacques Lacan, le symptôme de l’enfant se trouve en place de répondre à ce qu’il y a de symptomatique dans la structure familiale.

Le symptôme, c’est là le fait fondamental de l’expérience analytique, se définit dans ce contexte comme représentant de la vérité.

Le symptôme peut représenter la vérité du couple familial. C’est là le cas le plus complexe, mais aussi le plus ouvert à nos interventions.

L’articulation se réduit de beaucoup quand le symptôme qui vient à dominer ressortit à la subjectivité de la mère. Ici, c’est directement comme corrélatif d’un fantasme que l’enfant est intéressé.

La distance entre l’identification à l’idéal du moi et la part prise du désir de la mère, si elle n’a pas de médiation (celle qu’assure normalement la fonction du père) laisse l’enfant ouvert à toutes les prises fantasmatiques. Il devient l’ « objet » de la mère, et n’a plus de fonction que de révéler la vérité de cet objet.

L’enfant réalise la présence de ce que Jacques Lacan désigne comme l’objet a dans le fantasme.

Il sature en se substituant à cet objet le mode de manque où se spécifie le désir (de la mère), quelle qu’en soit la structure spéciale : névrotique, perverse ou psychotique.

Il aliène en lui tout accès possible de la mère à sa propre vérité, en lui donnant corps, existence, et même exigence d’être protégé.

Le symptôme somatique donne le maximum de garantie à cette méconnaissance ; il est la ressource intarissable selon les cas à témoigner de la culpabilité, à servir de fétiche, à incarner un primordial refus.

Bref, l’enfant dans le rapport duel à la mère lui donne, immédiatement accessible, ce qui manque au sujet masculin : l’objet même de son existence, apparaissant dans le réel. Il en résulte qu’à mesure de ce qu’il présente de réel, il est offert à un plus grand subornement dans le fantasme.

 

2.– Semble-t-il à voir l’échec des utopies communautaires la position de Lacan nous rappelle la dimension de ce qui suit.

La fonction de résidu que soutient (et du même coup maintient) la famille conjugale dans l’évolution des sociétés, met en valeur l’irréductible d’une transmission – qui est d’un autre ordre que celle de la vie selon les satisfactions des besoins – mais qui est d’une constitution subjective, impliquant la relation à un désir qui ne soit pas anonyme.

C’est d’après une telle nécessité que se jugent les fonctions de la mère et du père. De la mère : en tant que ses soins portent la marque d’un intérêt particularisé, le fût-il par la voie de ses propres manques. Du père : en tant que son nom est le vecteur d’une incarnation de la Loi dans le désir.

1969 LACAN Réponse à la demande de renseignements bibliographiques

(7 p.) 1969-00-00 :      

La « Réponse à la demande de renseignements bibliographiques » paru dans Anthologie des psychologues français contemporains, sous la direction de D. Hameline et H. Lesage, Paris, P.U.F., 1969, pp. 322-329.

 

LA PSYCHOLOGIE AU JUGEMENT DE LA PSYCHANALYSE

« L’illusion d’une psychologie des profondeurs »

 

À notre demande de renseignements biobibliographiques, Jacques Lacan a répondu par le document suivant :

 

« Jacques Lacan revient parfois sur ce qu’eût pour lui de forcé la mise (323)en place d’un enseignement : celui sans lequel la psychanalyse en France n’aurait plus guère d’apparence.

« C’est d’après coup que sa thèse de médecine : De la psychose paranoïaque…, etc., s’y inscrit : comme marquant du temps même où sa qualification comme psychiatre vient à son terme, son entrée dans la psychanalyse (1932).

« Un séminaire de 10 ans à Sainte-Anne chez le Pr Delay à partir de 1953, se poursuit, grâce à l’hospitalité de l’École Normale Supérieure, au titre de la charge de conférences dont la 6è section de l’École des Hautes Études le consacre (1963 – la 6è année est en cours).

« Jacques Lacan publie ses Écrits en 1966 pour qu’y soit démontré que ce qu’il enseigne n’a rien à faire avec des « idées » bonnes à meubler des chaires. »

1975 LACAN POUR GLORIA

Je soussigné, Dr Jacques Lacan, Chargé de cours par la sixième section de l’École des Hautes Études, directeur de l’École freudienne de Paris, certifie :

Que Madame Gloria Gonzalez fait fonction de ma secrétaire depuis le mois de mars 1948, sans interruption jusqu’à ce jour.

Qu’elle soit à mes côtés lorsque je fais mes cours 12 place du Panthéon, soit à l’Université de Paris I et II, et de ce fait bien connue de mon auditoire, témoigne assez de la satisfaction que j’ai de la fonction plus haut dite.

Puis-je ajouter qu’en ma pratique médicale, elle n’a jamais fait une erreur depuis que je la connais ? ce qui est lui reconnaître le sens clinique le plus accompli.

 

J. Lacan

 

Fait à la date du 27. X.75 à toutes fin utiles autant qu’à mes yeux nécessaires.

1976 LACAN LETTRES A SOURY 01-06

Soury 05

Bonjour, chers Soury et Thomé.

 

M’en croirez-vous ? je me suis préoccupé de combien il y a de nœuds différents dans le cas d’une chaîne à 4 ? (alors que 2 dans chaîne à 3)

                       

Six à mon avis

Et au vôtre ?

 

Votre

J. L

 ------------------------------
Ce 23-II-76.02
Deuxième lettre.

 

Il n’y a pas besoin pour la chaîne à 3 qu’ils soient, les 3, coloriés « et orientés ».

Il suffit qu’ils soient coloriés.

 

J. L

 

Donc ( ! ) même affaire pour la 4.

 
Chers S et T.03

 

Considérez la construction des 3 dans l’espace.

FIGURE I

 

Vous y voyez bien que le couple de 2 coloriés, si on change la couleur entre les deux. fait un nœud différent manifestement – le 3ème étant resté de la même couleur : celui que je dis transversal par exemple

Car il n’y a pas moyen de les faire coïncider

Le coloriage donc suffit

De même pour le « nœud » à 4

Répondez-moi où venez me voir pour m’expliquer le plus vite possible

 

Merci

J. Lacan

Ce 26-II-76.04

 

 

[Gloria voulait vous faire rester. On aurait parlé de ça]

En fait des 6 il y en a de supplémentaires.

À 3 et à 4 déjà il y a la supplémentaire « circulaire » sans compter de plus compliquées à partir de 4

Déjà à 3 il y en a d’autres que j’ai dites. Excusez ma hâte. Il ft qu’on en parle. Mais il y a quelque chose que je ne pige pas,

[en travers de la lettre] sans doute dans votre affaire d’orienter.

Téléphonez pour le rendez-vous éventuel.

1976 LACAN 05    

1976-12-11

 

Chers Soury et Thomé

Je deviens enragé à cause des textes que vous m’avez eu la bonté de me remettre.

Appelez-moi, je vous prie, à ce numéro à ma maison dite de campagne.

Naturellement vous n’êtes pas là ou je vous écris à tout hasard.

Votre

J.Lacan

 

Ce 9 Août 1976 06

Ma précédente connerie, j’espère que vous en direz l’inanité.

Voici pour 7

D’accord pour les 3 premiers chiffres                  

6. 1       7

5.2      21

5.11    21

mais cette fois, à partir de 3.4

 

Je ne suis pas d’accord. Je note 63 (21x 3) ce qui implique (comme chez vous) 3 fois plus pour 4. 2.1 soit 189 et avec 4 . 1 . 1 . 1 Je reviens à 63

3.3.1 me paraît faire non 70 mais 252

3.2.2. non 105 mais 189

3.2.1.1 non 210 mais 378

 

3.1.1.1.1 fait 63 et non 35 (voir + haut)

2.2.2.2.1, selon le principe de mon compte pour 6, fait pour 1 en bas et à droite.

 

FIGURE II

 

Soit 6 pour 1 et donc 7 : 42

 

Qui se transforme selon la l’égalité précédente en 126 pour 2.2.1.1.1

2. 11111 fait 21 à mon gré ( non 35

et 1111111 . un naturellement

Le total fait 1456 façon d’arrangement des sous ensembles

Avec un maximum pour 3.2.1.1 qui est 378

 

Autre connerie sans doute

 

Votre

J. L

 

Ce 30 VIII 76 en avion d’où mon flottement d’écriture. Pardon

 

1977 LACAN ROUDINESCO Suicide LABIN

Il s’agit d’une lettre, adressée à Élisabeth Roudinesco, qu’elle publie partiellement dans Histoire de la psychanalyse en France, Tome 2, 1925-1985, Paris, Seuil, 1986, p. 638. Lacan répond à une lettre ouverte qu’elle lui a envoyée faisant référence au débat suscité par le suicide de Juliette Labin (mars 1977) quelque temps après qu’elle ait reçu une réponse négative à la passe qu’elle avait tentée.

 

LACAN – « J’ai énoncé que le psychanalyste ne s’autorise que de lui-même. C’est incontestable, mais comporte un risque. J’ajoute que ce risque, dans la passe, il n’est pas obligé de le courir. Il s’y offre délibérément ». 1977-03-14 :  

 
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Recherches : lacan lettres et traductions iconRecherches 02 lacan textes et conferences
«Le Mythe individuel du névrosé ou poésie et vérité dans la névrose» est une conférence donnée au Collège philosophique de Jean Wahl....

Recherches : lacan lettres et traductions icon10 novembre 2006 : Habilitation à diriger des recherches en lettres modernes

Recherches : lacan lettres et traductions iconDimanche 16 octobre 2O11 23H 30 [gmt+ 1] «je n’aurais manque un seminaire...
«Vie de Lacan». Elle a été écrite par Jacques-Alain Miller. C’est la première partie d’un ouvrage, plus complet, à paraitre prochainement,...

Recherches : lacan lettres et traductions iconEtudes globales est une Initiative de Recherches Interdisciplinaires...
«area studies», en prenant l’Asie plutôt que l’Europe comme point de départ et point de référence et sur la très longue durée

Recherches : lacan lettres et traductions iconProgramme Journée du jeudi 21 novembre 2013, Université de Paris-Est, Créteil
«Omar Bongo», Gabon; Faculté des lettres de l’Université de Craïova, Roumanie; Institut de Recherches Interculturelles et Philologiques...

Recherches : lacan lettres et traductions iconThèse présentée à la Faculté des Lettres pour le Doctorat ès-Lettres
«l’influence réelle des circonstances géographiques et climatériques sur l’homme»

Recherches : lacan lettres et traductions iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Recherches : lacan lettres et traductions iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Recherches : lacan lettres et traductions iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Recherches : lacan lettres et traductions iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com