Domaine de Versailles, ou Versailles-land ?





télécharger 8.24 Kb.
titreDomaine de Versailles, ou Versailles-land ?
date de publication06.11.2017
taille8.24 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
Domaine de Versailles, ou Versailles-land ?

«  Conserver, protéger, restaurer pour le compte de l'Etat et gérer, mettre en valeur et présenter au public les biens culturels qui font partie des collections inscrites sur les inventaires du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (première mission assignée à l'Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles)

   Le domaine de Versailles n'est plus un musée comme les autres. Il est devenu, et cette situation va en s'aggravant, un véritable parc de loisir, dont l'objectif principal n'est plus de conserver le patrimoine mais de le rentabiliser. Le nombre de visiteurs est aujourd'hui de l'ordre de 4 millions, chiffre semble-t-il insuffisant pour ses responsables. Il faut toujours plus de monde, toujours plus d'événements souvent sans rapport avec la vocation du château, toujours plus de travaux qui attireront l'attention des médias, fût-ce au détriment du domaine. Cette situation est due essentiellement au nouveau statut d'Etablissement Public, qui livre le château aux administrateurs, les conservateurs étant de plus en plus marginalisés. Essayons de résumer simplement une situation qui ne l'est pas.
   La présidente, Christine Albanel, n'est ni conservateur, ni scientifique, et a été nommée car elle est une ancienne collaboratrice de Jacques Chirac. 
 Dépendent d'elle, d'une part Pierre Arizzoli-Clémentel, conservateur général et historien de l'art, directeur général en titre, et Christophe Tardieu, Inspecteur des Finances, ancien de l'administration des Douanes, aujourd'hui administrateur général du domaine.
   Pierre Arizzoli-Clémentel est, nous a-t-il affirmé, le numéro deux (seulement le numéro deux serait-on tenté de dire), ce qui est confirmé par le décret d'avril 1995 portant création de l'Etablissement public. Cependant, l'article 20 de ce décret, modifié en 2003, précise : « L'administrateur général est placé sous l'autorité du président et, pour les matières relevant de sa compétence, du directeur général ». Christophe Tardieu n'est donc placé qu'en partie sous l'autorité de Pierre Arizzoli-Clémentel et directement rattaché à Christine Albanel pour les autres fonctions, comme le montre l'organigramme de l'EPV (Etablissement Public de Versailles). L'administrateur nous a dit dépendre directement de la présidente pour les parties administratives (DRH, affaires financières, service juridique, service informatique, accueil, surveillance, prévention incendie et jardiniers). Pierre Arizzoli-Clémentel nous a, pour sa part, précisé avoir l'autorité sur l'ensemble du personnel. On voit que la situation est tout sauf claire et il ressort, des échanges que nous avons eus avec les uns et les autres, que la répartition des responsabilités n'est pas comprise de la même manière par tous, d'autant qu'il faut compter avec les architectes en chef des Monuments Historiques, celui du château, Frédéric Didier et celui du parc, Pierre-André Lablaude.

   Les travaux menés aujourd'hui sur le château de Versailles sont les héritiers directs de ceux initiés par Pierre de Nolhac au début du XXe siècle. Depuis cette époque, cependant, le contexte a quelque peu changé : la théorie de la restauration a beaucoup progressé, la charte de Venise a été élaborée et ratifiée par la France et, surtout, le XIXe siècle a été réhabilité. Ces points semblent avoir échappé aux responsables de Versailles, puisque les principes qui y ont cours consistent à retrouver coûte que coûte des états antérieurs, disparus il y a parfois plusieurs siècles.
   Le château et le parc sont d'ailleurs traités différemment. Pour le premier, l'état « historique » recherché est celui de 1789, à la veille de la Révolution Française. Pour le parc, la fin du règne de Louis XIV, c'est-à-dire les années 1710-1715. On verra, d'ailleurs, que ces principes connaissent des exceptions. Ainsi, il ne semble pas choquant aux responsables de créer des états n'ayant jamais existé, mais qui auraient pu exister. »

Didier Rykner* (mis en ligne le 25 mars 2007)

http://www.latribunedelart.com/Patrimoine/Patrimoine_2007/Versailles/Versailles_515.htm

* Journaliste, historien d'art et fondateur du site La Tribune de l'art (www.latribunedelart.com).

similaire:

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconLe château de Versailles (Yvelines) fut construit sous le règne de...

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconLe palais de Versailles fut l’instrument de la grandeur du prince
«les Versailles» pour qualifier ce lieu en perpétuelle métamorphose. Les étapes, les transformations, les retournements, les repentirs...

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? icon2) Château de Versailles (dans la limite de 50 personnes)

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconVersailles 3 Dictées flash & Histoire de l’art

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconLouis XIV, Versailles, la Monarchie absolue

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconProgramme de sixième, crdp versailles, 2009 Histoire

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconAngers, Grenoble 1, Lille 2, Maine-Le Mans, Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconUniversité de Versailles Saint Quentin en Yvelines U. F. R médicale Paris Ile de France – Ouest

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconKhagne 2016-17 Lycée La Bruyère Versailles
Аfin d’acquérir la maîtrise de l’exercice de commentaire, on lira avant la rentrée

Domaine de Versailles, ou Versailles-land ? iconUne nouvelle boutique a versailles
«Inédite, Toile de Jouy» rend hommage au Savoir-Faire Français, et plus particulièrement au travail de la Toile






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com