Résumé Depuis «2000 ans»





télécharger 91.61 Kb.
titreRésumé Depuis «2000 ans»
page3/6
date de publication07.11.2017
taille91.61 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > droit > Résumé
1   2   3   4   5   6

Menilek ii, le mythe et la Grande Éthiopie


8Cette Histoire Sainte consignée sur les manuscrits et les peintures et prêchée et enseignée par les clercs a entretenu la flamme du messianisme éthiopien. Les rois restaurateurs du xixe siècle n’eurent qu’à souffler sur ces braises pour lancer, à l’instar des rois espagnols, la Reconquista des hautes terres (fig. 2). Le nom de règne, Menilek ii, est en lui-même un programme : il succède à Menilek ier, le fils de Salomon et de la reine de Saba. Comme il l’exprima dans la lettre circulaire envoyée aux Puissances européennes en 1891, il avait l’intention de rétablir l’antique grandeur de l’Éthiopie. En moins de trente ans, imposant à son peuple un intense effort de guerre, il doubla l’étendue de son territoire et battit les Italiens à Adwa. « Les mots essentiels sont écrits : État-pauvreté-culture. Et nulle part au monde, les relations entre ces trois termes ne sont, à l’époque contemporaine, soumis à une tension aussi sensible » (Gallais, 1989, p. v). Afin de les tenir à distance, il chercha à combler son retard technique par rapport à ses adversaires européens. En échange du butin raflé dans les territoires soumis, il acquit l’armement et s’offrit les services de « spécialistes » dont le plus connu fut l’ingénieur suisse Alfred Ilg. Ce dernier construisit des ponts, obtint la première concession du chemin de fer et installa l’électricité et l’eau courante au palais et le téléphone. Il exerça aussi les fonctions de ministre des Affaires étrangères d’Éthiopie jusqu’à l’institution, en 1906, du premier gouvernement éthiopien. L’étroit cercle des intellectuels éthiopiens éduqués à l’occidentale qui entourait ras Täfäri, couronné Haylä Sellasé en 1930, les « japonisants », prenait pour modèle l’empereur Meiji. Comme au Japon, ce fut le souverain qui brisa l’opposition intérieure (les dynasties locales et l’Église) et prit la tête de l’innovation et du changement en employant des conseillers étrangers en dépit de l’opposition des cercles conservateurs (Bahru, 2002).

Fig 4 : Religions en Éthiopie et en Érythrée (frontières administratives d’avant 1987)

http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1257/img-4-small444.pnggrandir

  • 9 . Dans le droit éthiopien, Fetha Nägäst [la justice des Rois], le vaincu perd ipso facto son droit(...)

  • 10 . Racine verbale wärräsä : hériter (Dictionnaire Baeteman : col. 750).

9Haylä Sellasé, pourtant souverain de droit divin selon la constitution de 1931, dirigeait un empire hétéroclite aidé d’une poignée de conseillers et de diplomates sans disposer d’une administration, d’une police d’une armée « à lui », hormis la Garde impériale. Il avait hérité du « système Menilek » fondé sur l’alliance entre les dynasties traditionnelles des vielles provinces du nord (Tegray, Gojjam, Wällo) et ses lieutenants conquérants des nouveaux territoires au sud. La distribution de concessions dans les terres confisquées aux peuples vaincus9 apaisa les rancœurs des chefs traditionnels évincés du pouvoir, lui concilia l’Église et récompensa l’ambition des plus fidèles généraux issus du rang. Habilement, Menilek avait distingué parmi les cadres indigènes, des balabbat [celui qui a un père] qu’il avait intégrés dans son administration et dans sa cour. Dans la Grande Éthiopie, une fracture séparait radicalement les cultivateurs du Nord qui bénéficiaient, dans leur lignage et sans que les rois interviennent, de la sécurité de tenures rest10 et payaient un tribut annuel fixe. Au contraire, les paysans du Sud avaient, depuis leur défaite, perdu leurs droits ancestraux sur leur terre au profit du roi des rois qui en fit les tenanciers précaires qui versaient entre la moitié et 75 % du fruit de la récolte aux concessionnaires. Ils reçurent la terre et les paysans pour la cultiver et le droit de percevoir le tribut tout en conservant une partie comme rétribution. En 1935, l’Éthiopie restait un « agrégat de peuples désunis », à l’instar de la France de 1789 selon Mirabeau, enchâssés dans une mosaïque de circonscriptions ayant chacune un statut particulier.

  • 11 . Roosevelt, qui avait rencontré Haylä Sellasé à Suez, l’aida à s’affranchir de la tutelle exercée(...)

10Convoqués en cas de conflit par les tambours royaux, les ras provinciaux et leur armée devaient se mettre aux ordres du negus. Au cours de l’histoire, nombre de chefs locaux firent défection par hostilité envers le souverain ou parce qu’ils n’avaient pas reçu les prébendes promises. Ce fut le cas en 1936 face à l’agression italienne où Haylä Sellasé perdit le soutien de ras importants sans recevoir aucun secours de la SDN dont l’Éthiopie était pourtant membre depuis 1923. Le choc de la défaite et la construction d’un réseau routier centralisé par l’occupant donnèrent l’occasion au souverain, réinstallé sur son trône en 1941 par les Britanniques de faire « du passé table rase », mais pas au point de supprimer le régime foncier et fiscal au sud. Dès 1942, il nomma une administration, une police et une armée salariées et territorialisées à l’intérieur de 12 (puis 14 avec l’Érythrée) nouveaux gouvernements généraux. Membre fondateur de l’ONU et dans le camp des vainqueurs de l’Axe, l’Éthiopie recouvra sa pleine indépendance11. Elle obtint, avec la fédération (1952) et l’annexion (1962) de l’Érythrée, une fenêtre sur la mer parachevant ainsi le programme exposé dans la lettre circulaire de Menilek ii (fig. 5). En 1952 à l’issue de longues négociations, Haylä Sellasé obtint du patriarcat copte d’Alexandrie l’autocéphalie de l’Église éthiopienne. En 1972, son patriarche la dota d’une administration hiérarchisée et territorialisée qui assura sa survie pendant la Révolution où elle perdit ses revenus fonciers et subit la persécution (Ancel, 2009). En 1963 à Addis Abäba, le « père » de l’Afrique avait pensé couronner son œuvre avec l’ouverture de la session inaugurale de l’OUA, mais cette assemblée, à son grand dépit, servit de tribune aux séparatistes érythréens et aux irrédentistes somaliens. Commencé en 1941, le deuxième règne de Haylä Sellasé a peu à peu décliné à mesure qu’avançait l’âge du souverain. En 1974 en 9 mois, d’obscurs officiers déposaient, dans l’indifférence générale, le 225e descendant de Salomon, le héros international célébré par tant de dithyrambes. Le mythe n’avait été d’aucun secours face au scandale de la famine « occultée » de 1973-74, face à l’insécurité de la tenure et face au réveil des identités régionales. La Grande Éthiopie, symbole de l’Afrique irréductible, était désormais considérée comme une « prison des peuples » et le vieil empire comme un anachronisme « féodal » promis à l’éclatement.

Fig. 5 : L’Éthiopie et l’Érythrée (frontières administratives d’avant 1987)

http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1257/img-5-small444.pnggrandir
1   2   3   4   5   6

similaire:

Résumé Depuis «2000 ans» iconLe Vendredi 17 novembre 2000, M6 avait eu une idée assez originale...
«nominés» (désignés par un sondage de l'ifop, réalisé du 16 au 23 août auprès d'un échantillon représentatif de 824 personnes agées...

Résumé Depuis «2000 ans» icon* 2000 ans d’histoire de France (indice : 94)

Résumé Depuis «2000 ans» iconRésumé Dans le monde de la corrida en France, Alain Montcouquiol...

Résumé Depuis «2000 ans» iconRésumé Les salles de concerts ont énormément évolué depuis 20 ans...

Résumé Depuis «2000 ans» iconEvolution de la bande dessinee depuis 10 ans

Résumé Depuis «2000 ans» iconRésumé La montée en puissance d’Internet comme outil de communication...

Résumé Depuis «2000 ans» iconSaviez-vous que le cerf-volant existe depuis plus de 2500 ans ?

Résumé Depuis «2000 ans» iconBibliographie (février 2015) Inventaires des "papiers Granvelle"
«Le Cardinal de Granvelle et la Franche-Comté : la correspondance comme instrument de gouvernement» : [résumé de thèse], dans : Positions...

Résumé Depuis «2000 ans» iconRésumé : Depuis quelques années, les initiatives en faveur de la...

Résumé Depuis «2000 ans» iconLa Fête de l’Histoire Déploiement tactique à la Neuville sur Essonne...
«trait d’union» entre les générations. IL contribue au devoir de mémoire en rappelant les sacrifices de nos aînés pour notre prospérité,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com