Biographie





télécharger 255.98 Kb.
titreBiographie
page5/7
date de publication22.10.2016
taille255.98 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

LA BOURGOGNE



Pierre HUGUENIN avait publié quelques ouvrages célébrant le rayonnement de la bourgogne sa chère province, notamment dans la collection « Des Beaux Pays » éditée par B. ARTHAUD et J. REY à Grenoble. Ce livre avait été dédié à Alphone XIII roi d’Espagne et grand Maître de l’Ordre de la Toison d’Or dont le siège fut en la sainte chapelle ducale de Dijon.


A cet ouvrage intitulé « La Bourgogne », Pierre Huguenin ajoute « le Morvan et la Bresse », territoires très spécifiques limitant la province au nord et au sud et des régions intégrantes de la province qui ont perpétué son rayonnement. Le prélude à cet ouvrage est un véritable cours d’histoire en quatre pages où rien est oublié et qui figure en annexe de ma biographie.

Puis, l’ouvrage commence par la basse bourgogne: l’Evêché d’Auxerre et son église, les villes de Villeneuve sur Yonne, de Joigny, de Sens particulièrement riches, de Pontigny, Fleurigny, Tonnerre, Tarley, Ancy-le-Franc, Châtel et sa Fargeau et son château berceau de la famille de l’académicien Jean d’ORMESSON.

Et puis c’est le Morvan : au nord Avallon, au sud le mont Beuvrey sur lequel était bâtie la grande ville gauloise de Bibracte, Corbigny. A l’Ouest Saulieu, à l’Est et à l’intérieur, St Père sous Vézelay. Véselay le clou de la région avec l’ancienne église abbatiale, l’un des plus beaux spécimens de l’Art Roman en bourgogne où le moine St Bernard prêcha la croisade, le château de Chastellux, l’église de Montréal, Château-Chinon, Autun et enfin le Creusot aussi évoquée, contraste avec le passé et l’évolution industrielle du présent, nécessaire au développement économique de la province qui a participé à la victoire de la grande guerre.

C’est ensuite l’Auxois, l’une des régions la plus riche de la Bourgogne avec ses prés d’embouche mais riche aussi pas ses monuments: Flavigny, le château de Bussy Rabutin, l’abbaye de Fontenay, Alise St Reine qui a remplacé « Alésia », l’oppidum gaulois où après une résistance de neuf mois Vercingétorix fût vaincu par Jules César. Ensuite l’on peut voir le bourg fortifié de Châteauneuf, bien conservé avec ses maisons anciennes et son beau château qui donne une rare vision de la féodalité. A proximité se trouve le château de Commarin, celui de Thoisy la Berchère et l’église de st Thibault.

Puis on arrive enfin à la ville ducale de Dijon à laquelle Pierre HUGUENIN où il est né et a vécu toute sa vie pour pouvoir y consacrer 70 pages de son ouvrage qu’il est inutile de décrire car l’on y trouve toute une documentation dans laquelle on peut se promener dans le vieux quartier et découvrir de nombreux vestiges, témoignages de son brillant passé.

Je souhaite évoquer sa proche région ; le Châtillonais dont est issue la famille HUGUENIN et dont certains membres y résidaient encore ces dernières années.

Le Château de Grancey, la belle église romane de Thil Chatel et aussi celle de Gemeaux également romane et très belle. Le château de Gemeaux est le berceau de la famille CHAUVOT. Anatole HUGUENIN, père de Pierre était le fils de Prosper HUGUENIN notaire à Mirebeau et de CHAUVOT dont la famille était gemeloise depuis des siècles. Une famille qui gravit tout les échelons sociaux depuis la condition de vignerons, sans doute issus de serfs, à celle de marchands, de propriétaires, puis de notaires faisant partie de cette bourgeoisie qui, en participant à la révolution, s’en servait pour prendre la place d’une aristocratie fatiguée et vieillissante. Celle-ci devait sans doute être bienveillante à Gemeaux, pour que Honoré CHAUVOT, notaire royal à Gemeaux, notre aïeul, élu administrateur du canton d’Is-sur-Tille, se souciant du sort du baron de Gemeaux, empêcha son transfert à Dijon afin de lui éviter son exécution.

Anatole HUGUENIN, mon arrière grand-père a d’ailleurs écrit, en 1893, l’histoire de son village intitulé « Un Village Bourguignon sous l’Ancien Régime » qui a été republié

Plusieurs membres de notre famille sont inhumés dans l’église. Et puis, il y a la route qui conduit à Beaune qui est, dit l’auteur, « une voie de gloire, sur chaque borne on pourrait inscrire un nom qui a fait le tour du monde et où l’on trouve tous les grands crus de bourgogne : Chambertin, Musigny, Clos Vougeot, Richebourg, Romanée Conti, Nuit St Georges, Corton, et que l’on doit saluer au passage avec vénération et gravité, ceci jusqu’à Beaune et au-delà on rencontre Pommard, Volnay au vin léger mais savoureux et enfin le célèbre Meursault Montrachet, le roi des vins blancs ».

Beaune, quant à elle, est une jolie petite ville qu’il convient, comme Dijon, de visiter. En particulier le célèbre Hôtel Dieu édifié en 1452 par Nicolas ROLIN, Chancelier de Bourgogne, pour complaire à son épouse Guigogne de Salin, sans doute aussi pour se faire pardonner par le ciel ses péchés en tout genre. Cet hôtel Dieu recevait et soignait les malades.

La dernière partie de cet ouvrage est consacrée à la région qui s’étend jusqu’aux limites extrêmes de la bourgogne et qui traverse l’ancien pays de Bresse et des Dombes où elle finit. L’on passe à Rouvre, Chalon, Louhans, grand centre d’élevage des célèbres poulardes de Bresse, et puis c’est Bourg en Bresse et l’église de Brou, l’une des merveilles de la Bourgogne et de la France. Elle fût bâtie entre 1511 et 1536 par Marguerite d’Autriche épouse de Philibert le Beau. L’on passe ensuite à Tournus et son église, ancienne abbatiale et l’un des spécimens les plus intéressants de l’architecture romane en bourgogne qui fût édifiée au XI et XII siècle. Ensuite c’est Cluny où résidaient les moines cisterciens qui participèrent au rayonnement de la chrétienté. Il reste quelques vestiges de son monastère dont l´église était la plus grande du monde chrétien avant la construction de St Pierre de Rome.


J’ai souhaité relater rapidement le chemin des régions exposées dans ce livre et résumer son contenu en reprenant les termes de mon grand-père qui peut aider les voyageurs souhaitant visiter cette Bourgogne, un état dans l’état et failli se substituer à la France. Celle-ci fût préservée par Louis XI, l’un de nos grands rois comparé à une araignée tissant sa toile dans laquelle Charles le Téméraire, le dernier duc de Bourgogne, se prit dans les mailles du filet.


p6150002 p6150003

Charles le Téméraire Louis XI

Le livre de Pierre HUGUENIN a été édité en 1936 dont quelques exemplaires peuvent se trouver chez les bouquinistes.


L´ŒUVRE LITTÉRAIRE



1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Biographie iconNote d’intention et biographie Jean Claude Gallotta P. 8 : Le spectacle...

Biographie iconBiographie

Biographie iconNapoléon : biographie

Biographie iconBrève biographie de Saint Dominique

Biographie iconBiographie resumee de georges guingouin

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Biographie iconJean Jaurès : biographie d’un personnage illustre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com