Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ?





télécharger 45.61 Kb.
titreLes Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ?
date de publication22.10.2016
taille45.61 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos




La Révolution américaine


http://www.virginiacity.com/pa51.jpghttp://www.virginiacity.com/pa49.jpghttp://www.fsa.ulaval.ca/personnel/vernag/leadership/disk/usa_index_fichiers/drapeau.bmp



Les Etats-Unis d’Amérique, un « nouveau monde » ?

En 1776, les colonies anglaises d’Amérique proclament leur indépendance. Pourquoi s’affranchissent-elles de leur terre ? En 1787, elles se dotent de la plus ancienne Constitution écrite au monde. Quel régime politique choisissent-elles ? En fonction de quels idéaux politiques ?




  1. Les causes de la Révolution américaine.



  1. Complète le tableau de page 3 à l’aide des documents suivants.

Doc. n°1 : La déclaration d’Indépendance (Boston, 4 juillet 1776)

Auteurs : Thomas Jefferson (futur 3e président des U.S.A.), John Adams (futur 2e président des U.S.A.) et Benjamin Franklin. Traduction de Thomas Jefferson.

« Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes : que tous les hommes naissent égaux, que leur Créateur les a dotés de certains droits inaliénables […] ; que pour garantir ces droits, les hommes instituent des gouvernements dont le juste pouvoir émane du consentement des gouvernés ; que si un gouvernement […] ne respecte pas cela, le peuple a le droit de le modifier ou de l’abolir et d’instituer un nouveau gouvernement […] dont il organisera les pouvoirs. Lorsqu’une longue suite d’abus marque le dessein de soumettre les peuples à un despotisme absolu, il est de leur droit, il est de leur devoir de renverser le gouvernement qui s’en rend coupable […]. L’histoire du roi actuel de Grande-Bretagne est l’histoire d’une série d’injustices et d’usurpations répétées, qui toutes avaient pour but direct l’établissement d’une tyrannie absolue sur ces Etats […]. En conséquence, nous représentants des Etats-Unis d’Amérique, réunis en congrès général, […], affirmons et déclarons que ces colonies sont et doivent être des états libres et indépendants ; qu’elles soient relevées de toute fidélité à l’égard de la couronne britannique […] et qu’elles ont, en tant qu’Etats libres et indépendants, plein pouvoir de faire la guerre, de conclure la paix, de contracter des alliances, d’établir des relations commerciales, d’agir et de faire toutes autres choses que des Etats indépendants sont fondés à faire. »

Réf. : D’après Gaillard (J.-M.) dir., Histoire Seconde : les fondements du monde contemporain, Boréal, Paris, 2001.



Doc. n°2 : Les raisons d’une révolte

Audition de l'Américain Benjamin Franklin, en 1766, au sujet du droit de timbre (stamp act) imposé par le roi d'Angleterre.

« Q: Quel est votre nom et lieu de résidence

R: Franklin, de Philadelphie.

Q: Les Américains paient-ils des taxes ?

R : Oui, beaucoup, et des taxes très lourdes.

Q: Dans quel but sont levées ces taxes ?

R : Pour subvenir aux établissements civils et militaires et pour résorber les lourdes dettes contractées pendant la dernière guerre. ( Il s'agit de la Guerre de Sept Ans menée contre la France et l'Autriche de 1756 à 1763 et qui s'est déroulée en partie au Canada)

Q: Le peuple est-il en mesure de payer ces taxes ?

R : Non. Les régions frontières tout le long du continent ont été fréquemment ravagées par l'ennemi, très appauvries et elles ne peuvent payer que peu de taxes (...)

Q : Pensez-vous que le peuple d'Amérique paierait des droits de timbre s'ils sont modérés ?

R: Non, jamais, sauf contraint par la force des armes. »

Réf. : Tiré de http://hypo.ge-dip.etat-ge.ch/www/cliotexte/html/usa.independance.1776.html




Doc. n°3 : La Boston Tea Party

« La nuit dernière, trois cargaisons de thé de Chine furent jetées à la mer. Ce matin, un navire de guerre fait voile. C'est la manifestation la plus magnifique de toutes. Dans ce dernier effort des Patriotes, il y a une dignité, une majesté, une sublimité que j'admire grandement. Le peuple ne devrait jamais se soulever sans accomplir quelque chose de mémorable, de remarquable et de frappant. La destruction du thé est hardie, courageuse, intrépide, déterminée à tel point que je ne puis pas ne pas la considérer comme une page épique de notre histoire. Néanmoins, c'est une atteinte à la Propriété. Une autre manifestation du pouvoir populaire de la sorte pourrait bien détruire des vies. Bien des gens souhaitent qu'il y ait autant de cadavres flottant dans les eaux de port que de caisses de thé. Un plus petit nombre de vies suffirait pourtant à supprimer les causes de nos malheurs. Le plaisir malicieux qu'ont pris le gouverneur Hutchinson, les consignataires du thé et les officiers des douanes à noter la détresse du peuple, sa lutte pour faire retourner le thé à Londres et finalement la destruction du thé, tout cela n'a pas manqué d'étonner. Il est difficile d'imaginer des hommes si endurcis et qui s'abandonnent à tel point à leurs sentiments. Quelles mesures le Ministère va-t-il prendre à la suite de ces événements ? S'en irritera-t-il ? Osera-t-il s'en irriter ? Nous punira-t-il ? Comment ? En mettant des troupes en garnison chez nous ? En annulant la charte ? En décidant d'autres taxes ? En limitant notre commerce ? En sacrifiant quelques personnes ? Que fera-t-il ? La question est de savoir si la destruction du thé était nécessaire. Je crois très fermement qu'elle l'était ; elle était indispensable. Il ne pouvait pas être réexpédié : le gouverneur, l'amiral, la douane ne l'auraient pas accepté. Ils avaient le pouvoir de garder le thé, mais il ne pouvait pas dépasser le fort ni quitter les bateaux de guerre. Il fallait trancher l'alternative : le détruire ou le débarquer. Le laisser débarquer, c'était se soumettre au principe de l'imposition par le Parlement, contre lequel le continent lutte depuis dix ans. C'était renoncer à dix ans d'efforts. C'était nous soumettre, nous et notre postérité, pour toujours aux contremaîtres égyptiens - aux exactions, aux indignités, aux reproches et au mépris, à la désolation et à l'oppression, à la pauvreté et à la servitude. »

Réf. : JOHN ADAMS (lettre du 17 décembre 1773)

Doc. n°4 : La Révolution américaine vue par l’anglais Thomas Paine (1737-1809)

Un récent émigrant venu de Grande-Bretagne, Thomas Paine, ami de Benjamin Franklin, écrivit ce texte publié en 1776.

" O vous amis de l'humanité ! Vous qui osez vous opposer non seulement à la tyrannie mais au tyran, avancez-vous ! L'oppression ravage chaque recoin du Vieux Monde. La liberté a été pourchassée sur toute la surface du globe. L'Asie et l'Afrique l'ont bannie depuis longtemps. L'Europe la regarde comme une étrangère, et l'Angleterre lui a signifié son congé. Ah! recueillez la fugitive et préparez à temps un asile pour le genre humain (...)

Nul homme ne souhaitait la réconciliation plus ardemment que moi avant la date fatidique du 19 avril 1775, mais à l'instant même où furent annoncés les événements de la journée, je pris le parti de renier à jamais le Pharaon endurci et morose d'Angleterre et de mépriser le scélérat qui, soi-disant père de son peuple, apprend sans broncher la nouvelle du massacre de ses sujets et s'endort en paix, l'âme toute maculée de leur sang.

Un seul honnête homme a plus de valeur pour la société, et au regard de Dieu, que tous les brigands couronnés de l'histoire. Le soleil n'a jamais éclairé une aussi grande et digne cause. Ce n'est point le sujet d'un jour, d'une année ou d'un siècle : la postérité entière est de fait mêlée à cette querelle et elle se ressentira peu ou prou, jusqu'à la fin des âges, de nos faits et gestes d'aujourd'hui."

Réf. : Thomas Paine, cité dans Bernard Vincent, Thomas Paine ou La religion de la liberté, Aubier, Paris 1987.)



Les causes politiques

Les causes économiques

Les causes idéologiques



  • Les colonies anglaises réclament l’indépendance à leur nation d’origine.

  • ……………………......................

…………………………………………………………..

…………………………………………………………..

………………………………………………………….

  • ……………………......................

…………………………………………………………..

…………………………………………………………..

………………………………………………………….




  • Le droit du timbre

  • La Boston Tea Party



  • ……………………......................

…………………………………………………………..

…………………………………………………………..

………………………………………………………….




  • Besoin de liberté

  • L’homme au cœur de la société

  • ……………………......................

…………………………………………………………..

…………………………………………………………..

………………………………………………………….



  1. La guerre d’indépendance : le rôle de la France et le traité de Paris




Doc. n°1 :

« Il ne suffit pas de proclamer l’indépendance. Encore faut-il la défendre les armes à la main. La guerre contre l’Angleterre fait peur. C’est par miracle que le général Washington met sur pied une armée. Et pourtant face à la puissante machine de guerre des Anglais, les Américains ne s’effondrent pas. L’aide de la France a été décisive. Le 6 février 1778, deux traités sont signés entre la France et les Etats-Unis. L’année 1779 est déterminante. La France envoie un corps expéditionnaire sous le commandement du comte de Rochambeau. En 1780, Washington et Rochambeau décident d’assiéger les troupes anglaises à Yorktown, qui tombe en octobre. Cette bataille décide de l’issue de la guerre. Le Parlement (anglais) entame des pourparlers qui aboutissent le 3 septembre 1783 au Traité de Paris. C’est la première fois que dans l’histoire du monde moderne des colonies révoltées accèdent à l’indépendance.

Réf. : D’après A.KASPI ; Les Américains, T.1 : Naissance et essor des Etats-Unis 1607-1945 ; Point Seuil éd ; 1986.

Doc. n°2 :

« Le courage de ces nouveaux républicains leur attirait partout en Europe l'estime, les vœux des amis de la justice et de l'humanité [...] Bientôt on vit arriver à Paris des députés américains, Sileas Deane et Richard Lee ; peu de temps après, le célèbre Benjamin Franklin vint les rejoindre. Il serait difficile d'exprimer avec quel empressement, avec quelle faveur furent accueillis en France, au sein d'une vieille monarchie, ces envoyés d'un peuple en insurrection contre son monarque. […] Les commissaires du Congrès n'étaient point encore reconnus officiellement comme agents diplomatiques; ils n'avaient point obtenu d'audience du monarque; c'était par des intermédiaires que le ministère négociait avec eux ; mais dans leurs maisons on voyait chaque jour accourir avec empressement les hommes les plus distingués de la capitale et de la Cour, ainsi que tous les philosophes, les savants et les littérateurs les plus célèbres. Ceux-ci attribuaient à leurs propres écrits et à leur influence le progrès et les succès des doctrines libérales dans un autre monde, et leur désir secret était de se voir un jour législateur en Europe, comme leurs émules l'étaient en Amérique [...]. Les trois premiers Français, distingués par leur rang à la Cour, qui offrirent le secours de leur épée aux Américains furent le marquis de La Fayette, le vicomte de Noailles et moi. Nous étions depuis longtemps unis par l'amitié, nous l'étions encore par une grande conformité de sentiments. »

Réf. : Extraits des Mémoires du Comte de Ségur (1753-1830) publiés en 1822




  1. Comment qualifier la période allant de 1776 à 1783 ?

Période de révolution et de guerres.

  1. Quel rôle la France a-t-elle joué durant cette période ?

Alliée des Etats-Unis


  1. Pourquoi, en France, tant le Roi que les partisans des idées des Lumières soutiennent-ils les américains ?




Motivation(s) du Roi

Motivation(s) des partisans des Lumières

  • « Le courage de ces nouveaux républicains leur attirait partout en Europe l'estime, les vœux des amis de la justice et de l'humanité »

  • ……………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………..

  • Devenir les précurseurs de la Révolution française au même titre que les colons anglais en Amérique pour la Révolution américaine.

  • …………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….



Doc. n°3 : Le Traité de Paris





Réf. : http://www.canadiana.org/ECO/PageView/9_03423/0159?id=56c91e91617ad59a




  1. Quel est le contenu du Traité de Paris, tant pour les anglais que pour les américains ?

Les Anglais reconnaissent les Etats-Unis d’Amérique comme libre et indépendant mais ils ne doivent pas se mêler des affaires anglaises, ils n’ont plus rien à voir avec leur pays d’origine.

  1. La constitution et l’organisation politique.



  1. Complète le schéma de la page 7 à l’aide des informations contenues dans le document ci-dessous.

Doc. n°1 : La constitution américaine (1787)

« Nous, le peuple des Etats-Unis, en vue de former une union parfaite, d'établir la justice, d'assurer la tranquillité domestique, de pourvoir à la défense commune, d'accroître le bien-être général et d'assurer à nous-mêmes et à notre prospérité les bienfaits de la liberté, ordonnons et établissons la présente Constitution pour les Etats-Unis d'Amérique.

Article premier : Tous les pouvoirs législatifs accordés par le présent acte seront confiés à un Congrès des Etats-Unis, qui sera composé d'un Sénat et d'une Chambre des représentants.

La Chambre des représentants se composera de membres choisis, tous les deux ans, par le peuple des divers Etats... Nul ne pourra être représentant s'il n'a pas atteint l'âge de 25 ans; s'il n'est depuis 7 ans citoyen des Etats-Unis, et s'il n'habite pas, à l'époque de l'élection, l'Etat où il aura été nommé... Le Sénat des Etats-Unis sera composé de deux sénateurs de chaque Etat, choisis pour 6 ans, par la législature de chaque Etat, chaque sénateur aura une voix... Il sera procédé tous les 2 ans à l'élection d'un tiers des membres du Sénat... Nul ne pourra être sénateur s'il n'a pas atteint l'âge de 30 ans; s'il n'est pas depuis 9 ans citoyen des Etats-Unis et si, au moment de son élection, il n'habite pas l'Etat dans lequel il aura été nommé…

Article II : Le pouvoir exécutif est conféré à un président des Etats-Unis d'Amérique. Il restera en fonction pendant une période de 4 années, et sera élu de la manière suivante, en même temps que le vice-président, choisi pour la même période. Chaque Etat nommera, suivant le mode prescrit par sa législature, un nombre d'électeurs égal à la totalité des sénateurs et des représentants que l'Etat a le droit d'envoyer au Congrès, mais aucun sénateur ou représentant, ni aucun fonctionnaire des États-Unis, ne pourra être nommé électeur.... Le président sera commandant en chef de l'armée et de la marine des Etats-Unis, et de la milice des divers Etats lorsqu'elle sera appelée au service des Etats-Unis... Il aura le pouvoir de conclure des traités sur et avec l'avis et le consentement du Sénat, pourvu que les deux tiers des sénateurs présents y consentent…

Article III : Le pouvoir judiciaire des États-Unis sera confié à une Cour Suprême et à telles cours inférieures que le Congrès pourra, de temps a autre, ordonner et établir. Les juges de la Cour Suprême et des cours inférieures conserveront leurs charges aussi longtemps qu'ils en seront dignes et percevront, à échéances fixes, une indemnité qui ne sera pas diminuée tant qu'ils resteront en fonctions. »

Réf. : Dans BOUILLON (J.) dir, Le XIXe siècle et ses racines, histoire/seconde, Bordas, Paris, 1981.

http://jeanber.club.fr/sources/etatuni2.gif


Les droits inaliénables de l'homme sont la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Le but d'un gouvernement est de garantir les droits inaliénables.

La guerre d'indépendance oppose les colonies anglaises d'Amérique à leur métropole, l'Angleterre, suite au 4 juillet 1776, date de la déclaration d'indépendance des 13 colonies.

La constitution fonde les Etats-Unis d'Amérique en un Etat fédéral.
Synthèse

http://fabbikouassi.files.wordpress.com/2009/03/drapeau-americain.jpg



Histoire

similaire:

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconDécouvrir le monde Le monde du vivant Les cinq sens et les habitudes...
«capitales» : Londes, Edinburgh, Cardiff, Dublin… et extension sur les Etats-Unis, Canada, Australie…

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconLes Etats-Unis emploient la diplomatie pour influencer l’histoire du monde

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconElodie Kompanyi: «Je ne mange que la nourriture congolaise aux Etats-Unis d’Amérique»
Nous avons la responsabilité d’aider le peuple congolais à s’extirper de l’ombre d’un conflit

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconLes chemins de la puissance : les Etats-Unis et le monde

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconLes chemins de la puissance : les Etats-Unis et le monde depuis les 14 points de Wilson
«monde libre». Mais leurs multiples interventions militaires, leur omniprésence diplomatique, économique et culturelle, sans rivale...

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconProfesseur de Géographie à l’Université de Californie à Los Angeles
«Folio», série «Folio Essais», n°513, traduit de l’Anglais (États-Unis d’Amérique) et édité avec le concours du Centre National du...

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconApitaine C. Monika Stoy, Etats-Unis, a pris sa retraite et le lieutenant-colonel...

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconRésumé Cet article s’intéresse au développement historique du travail...
«La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France», Socio-Économie...

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconLes États-Unis: incidence de la Révolution américaine

Les Etats-Unis d’Amérique, un «nouveau monde» ? iconH. III. 1 Les États-Unis et le monde depuis les «14 points» du Président Wilson (1918)
«sécurité intérieure». Wilson propose la création également la création d’une «Société des Nations» chargée «d’offrir des garanties...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com