Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage





télécharger 1.51 Mb.
titreUniversité de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage
page26/27
date de publication20.10.2016
taille1.51 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
1   ...   19   20   21   22   23   24   25   26   27
1-1-6-1, Sauzet 1991, p. 1.

449 Allières 2001.

450 Que nous notons  pour plus de simplicité.

451 Dubos 1984, p. 54, 59 et 60 pour les conjugaisons de ces trois verbes en gascon « noir» de la Grande Lande. Dans Arnaudin (Arnaudin 1995 p. LVII), on trouve ,  ( chez Dubos). Nous avons souvent observé l’hésitation des locuteurs, entre  et  prétoniques dans le cas de ces deux verbes.

452 Cf. supra 1-2-3-3.

453 Allières 1976¹, p. 55 et 56. Allières 1993, p. 20.

454 Dubos 1984, p. 50 et 59 où sont présentées les conjugaisons de ces trois verbes en gascon « noir » de la Grande Lande.

455 Cf. supra note 411.

456 A.L.G V, p. 83-85, Allières 1976¹, p. 58. Cf. supra 2-2-1-4.

457 Bec 1970-1971 II, p. 20-21, Allières 2001, p. 22, 26, 240 et 249-252, Pierret 1994, p. 189.

458 Allières 1976, p. 68.

459 Bec 1973, p. 149-150.

460 Bec 1973, p. 159-160.

461 Bec 1973, p. 156-157 et 160.

462 Bec 1970-1971 II, p. 9.

463 Allières 2001, p. 17.

464 Ronjat 1930 I, p. 87-89, 115, 134 et 363.

465 Dauzat 1906, p. 61-63.

466 Conformément aux conventions de l’Atlas, Dauzat note ce phonème [ė], qui ne correspond donc pas au  tonique du gascon « noir » mais semble plus se rapprocher du E « muet » français.

467 Guiter 1978.

468 Marseille, Aix, Toulon, Cannes.

469 Ronjat 1930 I, p. 115 et 129.

470 Ronjat 1930 I, p. 139-140.

471 Bec 1973, p. 132 et 134, § 9.

472 Ronjat 1930 I, p. 170-188.

473 Mistral 1983, p. 561 II, 281 I, 1068 II, 234 II, 142 II, 1144 II, 290 I, 1110 I, 1125 I, 1059 II.

474 Provençal stricto sensu et provençal-alpin ou vivaro-alpin.

475 Mistral 1983, p. 1190 I. Alibert 1993, p. 412.

476 Ronjat 1930 I, p. 115-117.

477 Allières 1995, p. 451.

478 Allières 1976, p. 75. Allières 1993, p. 19.

479 Cartes A.L.G. 2210-2211.

480 Allières 1987, p. 184-185, Allières 1976, p. 67-76. A la page 69 de l’article, il présente une carte du phénomène qui affecte également la région de Béziers.

481 Ronjat 1930 I, p. 127.

482 Allières 1976, p. 76.

483 Viaut 1992, p. 38.

484 Cf. supra 2-2-1-3.

485 Viaut 1992, p. 42, Lalanne 1949, fasc. 1, p. 22-23.

486 Cf. supra 2-2-1-3-5-2.

487 Pour certains lexèmes, -u- apparaît à l’est de l’aire occidentale, en Médoc et à deux endroits du gascon « noir », 690 et 690E avec , ce qui est une solution gasconne plutôt méridionale et orientale.

488 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 34.

489 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 22.

490 Ronjat 1930 I, p. 170-188.

491 Dauzat 1906, p. 65-90 notamment.

492 Exactement aux points 672NO, 672, 680N et 680. Aussi, Lalanne 1949, fasc. 1, p. 33-40. Cf supra carte n° 8.

493 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 36.

494 Cf. supra 2-2-1-3-6.

495 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 40-41.

496 Cf. supra 2-2-1-3-5-6.

497 A.L.G. V, note p. 264.

498 Allières 2001, p. 265, Bourciez 1956, p. 154.

499 Cf. supra carte n° 13.

500 Alibert 1993, p. 251, Mistral 1983 I, p. 674.

501 Surtout le Quercy et le Rouergue.

502 Mistral 1983 2 p. 148.

503 Alibert 1993, p. 251.

504 Mistral 1983 I, p. 330.

505 Ronjat 1930 I, p. 293.

506 Ronjat 1930 I, p. 87, 292, 294

507 Ronjat 1930 I, p. 87.

508 Cf. supra 2-1-2, 2-2-2-1-3, 2-2-3-2-2.

509 Allières 2001, p. 230.

510 Ronjat 1930 I, p. 75-394.

511 Bourciez 1956, p. 158-159.

512 Troubetzkoy 1939, p. 315-336.

513 Allières 2001, p. 22, note que le sarde a confondu ē et ĕ en , mais ce phénomène n’a, semble-t-il, rien à voir avec ce qu’on observe en gascon occidental.

514 Cf. infra carte n° 17.

515 Cf. supra 2-2-1-1-1-1 et 2-2-1-1-1-2.

516 Allières 2001, p. 230.

517 A.L.G.V, p. 260-263.

518 Allières 2001, p. 14.

519 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 63.

520 2-1-2.

521 Rohlfs 1977, p. 124, § 434, note 157, Jungemann 1955, p. 297.

522 Cf. supra 1-2-3-3.

523 Allières 1987. Allières 1993, p. 20. et 22.

524 Carte A.L.G. 1803.

525 Baldinger 1962, p. 331.

526526 Goyhenetche 1998 p. 47-153. Maurin, Bost, Roddez 1992, p. 18-50. Mussot-Goulard 1996, p. 9-78. Courteault 1938, p. 15-56.

527 On pourra se reporter à l’édition critique établie par Maurice Rat, César. La guerre des Gaules. Garnier Flammarion, 1964.

528 Mais à l’époque où il écrit, on ne peut savoir s’il parle de la grande Aquitaine d’Auguste ou de celle de César. En revanche, Pomponius Mela (De chorographia, ca 43 après J.-C., III, 2) parle bien de l’Aquitaine entre Pyrénées et Garonne.

529 Luchaire 1877, p. 1 et 2.

530 Strabon, Geografia, IV, 1, éd. François Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 145.

531 Ou qui est tout simplement en contact avec la Province romaine.

532 César parachève la victoire et sa ‘campagne’ de 51 est une promenade. Ce passage rapide lui permet de s’attribuer personnellement la conquête de l’Aquitaine. Licinius Crassus est mort entre temps à Carres en -53, avec son père.

533 Ce n’est pas sûr. C’est au IIIe siècle, quand décline l’Empire, que le particularisme aquitain renaît manifestement, preuve s’il en est que deux siècles d’administration impériale ne l’ont pas étouffé.

534 La véritable Aquitaine est de part et d’autre des Pyrénées puisqu’une partie importante de l’actuelle province de Gipuzkoa en fait partie.

535 Schmidt 1978, p. 319-326.

536 On pourra lire avec intérêt un résumé assez clair dans le premier chapitre de l’ouvrage de Gerhard Rohlfs 1977.

537 Luchaire 1877, p. III et IX.

538 Luchaire 1877, p. 2 et 3, Luchaire 1879, p. 1-43.

539 Gomez Moreno A., « Sobre los iberos : El bronze de Ascoli », Homenaje a D. Ramon Menendéz Pidal, III, Madrid, 1925. Tovar A., El euskera y sus parientes, Madrid, 1959. Bähr G., « Baskisch und Iberisch », Eusko Ikaskuntza, T II, 1948.

540 Gavel 1936, p. 36-43 .

541 Baldinger 1958, p. 42-43, 65, 280. On pourra également lire Allières 1993¹, qui donne un bon résumé de cette problématique concernant l’équation Basques = Aquitains = Gascons.

542 Rohlfs 1977, p. 26.

543 Rohlfs 1977, p. 32.

544 Corominas J., « La survivance du basque jusqu’au bas Moyen Âge », Estudis de toponimia catalana, vol.1, Barcelone, 1965, p. 93-151.

545 Baldinger 1958, p. 278. Dans le même article, il avance la date du VIe ou VIIe siècle.

546 Luchaire 1877, page de couverture, tiré de Littré, Histoire de la langue française, t.II.

547 Voir par exemple les inscriptions d’Aire et de Vielle-Tursan (Carte Archéologique de la Gaule, 40, p. 49-50 et 159-160). Voir aussi Luchaire 1879, p. 44-96, pour un inventaire quasi exhaustif.

548 Sidoine, Epistula VII, 6, 7, cit. dans « Topographie chrétienne des agglomérations », p. 391-430.

549 Ils y restent en tout cas imperméables jusqu’à l’époque romane et à l’essor des grands monastères, sous la conduite de moines celtes, ou celtisés, venus ou formés en Irlande.

550 Luchaire 1877, note p. 52 II° partie.

551 Baldinger 1958, p. 284.

552 A.L.G. V, p. 260-263, Allières 1995, p. 455.

553Dell 1985, p. 45.

554 Baldinger 1962, p. 331-347. Aujourd’hui, le terme générique n ‘est plus provençal mais occitan ou langue d’oc.

555 Banniard 1997, p. 37.

556 Allières 1995, p. 450 et 451. Il faut cependant tempérer cette affirmation car il semble bien que dès le XIVe siècle, au moins, H pour F était régulièrement écrit. Dénombrement de 1385 , Peyrot de La Hiite-Suzaa ; For de Béarn d’Henri II 1551, éd. De 1682, lo plus haut, cinq paums de hauto. Mais on trouve également H pour F chez Garros en 1556 et chez Salette en 1583.

557 Allières 1995, p. 454.

558 Allières 1995, p. 450 et 451.

559 Cierbide R., Le censier gothique de la Soule, Saint-Etienne-de-Baigorri, Izpegui,1994, note p. 94. Allières 1995, p. 450 et 451.

560 Allières 2001, p. 237.

561 On se réfèrera avec profit à la thèse d’André Berry (Berry 1997)

562 Millardet 1910 et Luchaire 1881.

563 Luchaire 1881.

564 Dépendance de Sainte-Marie de Bayonne.

565 Hypercorrection –a pour –e dans nobla au masculin.

566 Millardet 1910.

567 Dans ce texte, on trouve la graphie Borriduirs pour ce village dont le nom se prononce aujourd’hui , cf. Lartigue 1992 p. 12.

568 Hypercorrections –a pour –e dans nobla (masculin).

569 Allières 1995, p. 457.

570 Allières 1995, p. 466.

571 Banniard 1997, p.10, 64-65, Bourciez 1956, p. 287-288, Anglade 1921, p. 14, Allières 2001, p. 223 et 237, Bec 1970-1971 I.

572 Bourciez 1897, p. 93.

573 Bourciez 1922, p. 44, note 13, Bourciez 1956, p. 300.

574 Bourciez 1936, p. 14.

575 Bourciez 1897, p. 102-103.

576 Rohlfs 1977 , p. 119. § 426, Ronjat 1930 I, p. 133.

577 Luchaire 1879, p. 201. Bourciez 1937-1939, p. 169.

578 Dinguirard 1977 , p. 243 et 244.

579 Chambon et Greub 2002, p. 489.

580 Viaut 1998, p. 105.

581 Jungemann 1955, p. 289, 293-294, 299-300, 302, 315-316. Bec 1970-1971 I, p. 191 évoque aussi la parenté du castillan et du gascon en liaison avec la proximité de la zone bascophone.

582 Martinet ne parle pas de « substrat » mais de bilinguisme durable, les habitudes articulatoires d’une langue se transportant l’autre. Économie des changements phonétiques, 1955, p. 249.

583 A.L.G. carte 2152 et 2155.

584 Cf. supra 2-2-1-3.

585 Ronjat 1930 I, p. 88.

586 Millardet 1918-1921, p. 73-96.

587 Cf. supra 3-1-1-1, 3-1-1-2, 3-1-1-3, 3-1-1-4 et 3-1-1-6.

588 Cf. 2-2-1-3-5-1.

589 Cf. supra 3-3-2. On pourra également consulter les annexe.

590 Luchaire 1879, p. 228 et 265.

591 Cf. infra 3-4-2-2.

592 Bourciez 1956, p. 300.

593 Ronjat 1930 I, p. 213.

594 Hagège et Haudricourt 1978, p. 159-161.

595 Anglade 1921, p. 15.

596 Le sujet de la loi du moindre effort est évoqué chez Léon 1997, p. 63 ou Pierret 1994, p. 121.

597 Bourciez 1897, p. 101-102.

598 Bourciez 1897, p. 97.

599 Cf. supra 3-1-1-5.

600 Malmberg 1991, p. 115.

601 Lalanne 1949, fasc. 1, avertissement.

602 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 51.

603 Lalanne 1949, fasc. 1, conclusion p. V.

604 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 23.

605 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 43.

606 Cf. cartes n°9, 10, 11 et 19.

607 Baldinger 1958, p. 247.

608 Lalanne 1949, fasc. 1, p. 20.

609 Guiter 1978.

610 Guiter 1978, p. 187.

611 Baldinger 1958, p. 272.

612 Millardet 1910¹, p. 149 et 150.

613 Alibert Louis, « La langue d’oc », Annales de l’I.E.O., n° 6 et 7, 1951.

614 Viaut 1998, p. 96.

615 Luchaire 1879, p. 255.

616 Ronjat 1930 I, p. 29.

617 Baldinger 1958, p. 275.

618 Viaut 1998, p. 100. Carte A.L.G. 2117. Luchaire 1879, p. 255.

619 Allières 1995, p. 458.

620 Viaut 1998, p. 105.Cartes A.L.G. 1612 et 2101.

621 Cf. supra
1   ...   19   20   21   22   23   24   25   26   27

similaire:

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconUniversité de Toulouse II – Le Mirail
«notre vie [est] si peu chronologique, interférant tant d’anachronismes dans la suite des jours», constatait-il dans une parenthèse...

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconJacques krynen liste des travaux et publications ouvrages
«Regiment de princeps e de comunitats», dans Annales de l’Université des sciences sociales de Toulouse, XXVII, 1979, p. 339-366

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconMuriel Plana (Toulouse II le Mirail)
«Puissance et fragilité de la danse dans la relation théâtre-musique : de Meyerhold à la Needcompany» dans

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconRésumé : L’université de Toulouse, reconstituée en 1896, était la...
«Toulouse universitaire» et inclut l’institut catholique dans sa présentation des différents établissements d’enseignement supérieur...

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconTemps de la nature, nature du temps
«Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques» (ihpst, umr 8590, cnrs université de Paris-i panthéon Sorbonne);...

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconDépartement Pluridisciplinaire de Lettres et de Sciences Humaines...
«probatoire» qui permet aux étudiants ayant choisi les sciences humaines et sociales de vérifier si leur choix a été le bon et de...

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconRésumé Identification
«De l’usage des correspondances en histoire de la sociologie», aislf, cr 11, Université Toulouse II, juin 2014

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconManuel durand-barthez, Université de Toulouse 2, “ Judéité galicienne...

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconDépartement Pluridisciplinaire de Lettres et de Sciences Humaines (dplsh)
«probatoire» qui permet aux étudiants ayant choisi les sciences humaines et sociales de vérifier si leur choix a été le bon et de...

Université de Toulouse-Le Mirail Département des Sciences du Langage iconThèse en vue de l’obtention du grade de Docteur en Sciences du langage






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com