Cours d’histoire des idees politiques avant 1789





télécharger 497.03 Kb.
titreCours d’histoire des idees politiques avant 1789
page4/10
date de publication14.10.2016
taille497.03 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > droit > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

La réunion des deux syllogismes est le «  sorite »



L’autorité est humaine dans ses modes , ici aussi ce sont les hommes qui choisissent les gouvernements.

Il explique «  tout pouvoir vient de dieu mais par le peuple »

Concernant les régimes politiques : comme Aristote , il confrontent 3 formes pures et 3 formes impures.
Il va accentuer le caractère moral de la distinction en séparant les gouvernements qui agissent avec justice (droitement) et ceux qui agissent injustement par rapport au bien commun c'est-à-dire la réussite de la société.

Saint Thomas a une préférence pour la monarchie pour différentes raisons :


      • Théologique

L’exercice royal du gouvernement peut être comparé à l’organisation de l’église chrétienne

      • philosophique 

L’art imite la nature et la nature est souvent ordonnée autour de l’unité : la société politique doit se modeler sur la nature et chercher l’unité et le pouvoir unitaire est la royauté.

      • Historique

Pour Saint Thomas l’Histoire prouve que les gouvernements sans roi sont la proie des discordes, des luttes , et qu’ils vont à la dérive.

Il met un bémol car il estime que le gouvernement d’un seul devient le pire des régimes s’ il se détourne du bien commun .Il faut donc un contrôle, un frein.

Saint Thomas d’Aquin est partisan d’un régime mixte, c’est a dire la combinaison d’élément et de formes simples.

Pour Saint Thomas il est bon que les gouvernés aient une part au gouvernement afin de conserver la paix sociale.

La meilleure organisation doit combiner :

  • l’unité d’action de la royauté

  • La supériorité du mérite propre à l’aristocratie

  • L’égalité des droits civiques propre à la démocratie.


Il va être canonisé que 3 siècle après sa mort car on se méfie un peu de lui . En effet sa pensée politique « tout le pouvoir viens de dieu mais par le peuple » condamne le gouvernement unique de la religion ce qui peut être considéré comme un comportement laïque .

Section II : La pensée profane (par des auteurs non religieux)


§1 La monarchie universelle
La diffusion des idées politiques des penseurs profanes s’inscrit dans le contexte de la lutte entre l’empereur germanique et de la papauté .
Rappelons que Les ducs allemands de Bavière ont restaurés l’Empire .

C’est ce que l’on appellera l’empire Romain germanique .

Ces empereurs germaniques prétendent être les héritiers naturels de l’empire Romain .

Ils prétendent dominer l’univers , dans ce domaine , ils vont heurter les intérêts de la Papauté.

Ces auteur vont être appelé « les auteurs bavarois » car ils soutiennent les empereurs germaniques.


  • Dante 1265-1321

C’est un citoyen de Florence , c’est un grand poète « la Divine Comédie) mais aussi un politicien , il prend partie pour l’Empire contre la Papauté. Pourquoi ?

Il est intéressé au destin de l’Italie. L’Italie était alors divisée entre les Guelfes ( favorables au pape) et les Gibelins ( favorables à l’empereur).

Dante va s’engager politiquement, sa pensée est a mi-chemin entre l’idéal universaliste de l’Empire et une sorte de pré-patriotisme italien , il est favorable à un empire universel qui selon lui est le moyen d’assurer la paix.
A l’époque de Dante , l’idée d’un empire universel est condamnée car des particularités nationales apparaissent ( exemple le nationalisme en France).
Il écrit en 1311 le DE MONARCHIA : l’idée est que l’empire germanique est défini comme une principauté unique qui s’étend sur toutes les personnes .Il est nécessaire au bien du monde ( l’occident chrétien) .

Le chef de cet empire détient une autorité préexistante à l’avènement du christ, et donc a l’établissement de l’église , il explique ainsi la primauté de l’Empereur sur le Pape.

Dante veut cantonner l’Eglise au seul domaine spirituel.


  • Marsile de Padoue 1280-1341

C’est un italien de Padoue , il prône :

  • L’indépendance et la toute puissance de l’état

  • La quête de la meilleure forme de gouvernement.


Autant Dante était mesuré autant Marsile de Padou est très hostile à la Papauté et au pouvoir ecclésiastique .

Il proclame la supériorité du pouvoir temporel ( état) et il va tout ramener à l’empire .

Son œuvre principale est le «  DEFENSOR PACIS » le « défenseur de la paix ».

Il apparaît ici comme un disciple direct d’Aristote. Il dit que « la société politique est une institution naturelle et elle se suffit a elle-même, c'est-à-dire, qu’elle trouve en elle seule son commencement et sa fin , elle n’a pas besoin de l’intervention du pouvoir ecclésiastique . »

La religion n’a pas sa place dans la Constitution de l’état : l’église n’est plus qu’un simple aspect de la vie civile , elle ne doit disposer d’aucun pouvoirs régaliens .
Il affirme l’indépendance de la toute puissance de l’Etat.

Il va récupérer l’idée du monisme car il explique que l’empire est un pouvoir qui coïncide avec la société qu’il recouvre , il régit toutes les manifestations de la vie.

Marsile de Padoue s’attaque à l’institution de la religion , il dénonce le dualisme que l’église introduit.

Il va préconiser de mettre en place une religion d’état qui a pour but d’inculquer aux hommes les valeurs de l’état. Certains ont identifiés la pensée de Marsile de Padoue a du totalitarisme ( le professeur n’est pas d’accord).
Concernant la forme de gouvernement , il part de l’idée que la société politique est de pur droit humain , il fait la synthèse entre l’apport d’Aristote et le principe romain de la lex. régia (transfert de souveraineté du peuple vers l’empereur).

Marsile de Padoue pense que seul un « législateur humain » a compétence pour régir la société.

La question se pose de savoir qui est ce « législateur humain » :

Est- ce le peuple ? est- ce l’empereur ? Marsile de Padoue n’explique pas qui se cache derrière cette appellation.

Il pense que le peuple est une personne morale .

Le pouvoir d’état émane du peuple (s’exprimant par une minorité)

Ce pouvoir d’état est pleinement souverain , il est omni puissant comme l’était le pouvoir de la cité grecque.


  • Guillaume d’Occam 1290-1349

Guillaume d'Occam (ou Ockham) (v.1285 - 3 avril 1349), dit le « docteur invincible » et le « vénérable initiateur », était un franciscain philosophe logicien et théologien scolastique anglais, considéré comme le plus éminent représentant de l'école nominaliste, principale concurrente des écoles thomiste et scotiste. (la pensée de Dun Scott)

Guillaume d'Occam fait ses études à Oxford, puis à Paris. Il enseigne quelques années à Oxford avant d'être accusé d'hérésie à cause de ses attaques contre la papauté dans Commentaire des sentences. En 1324, il est convoqué pour s’expliquer à Avignon où siége le pape Jean XXII.

Il consacre alors le reste de sa vie à son œuvre théologique, philosophique, ainsi qu'à des pamphlets contre l'autorité pontificale. Guillaume d'Occam meurt vers 1349 de l'épidémie de peste noire qui sévissait en Europe.

On associe souvent Guillaume d'Occam au nominalisme médiéval. En fait, le terme nominalisme n’est apparu qu’à la fin du XVe siècle. Le franciscain philosophe et logicien, quant à lui, se considère comme un terministe, c'est-à-dire pratiquant la logique qui analyse le sens des termes.

Guillaume d'Occam va plus loin que saint Thomas d'Aquin dans l'affirmation de la séparation de la raison et de la foi, en posant qu'il n'y a pas de hiérarchie entre la philosophie et la théologie, que la première ne peut devenir la servante de la seconde, car il n'y a aucun rapport entre elles.

De même que la science et Dieu ne se rencontrent pas, Guillaume d'Occam considère que le pouvoir temporel est d'un autre ordre que le pouvoir spirituel. Il accuse à son tour le pape d'Avignon Jean XXII d'hérésie et de se mêler de ce qui ne le regarde pas pour l'élection de l'empereur du Saint Empire.

Six siècles avant que commence à prendre une certaine ampleur le principe de la séparation de l'Église et de l'État, Guillaume d'Occam aura été un précurseur de la laïcité et de la distinction du domaine religieux face au profane, à la science et au sacré.

Guillaume d'Occam défend une philosophie nominaliste pour laquelle les Universaux (concepts universels et abstraits comme humanité, animal, beauté...), ne sont que des mots, des termes conventionnels, des représentations dont il récuse le réalisme, la réalité substantielle. Pour lui, la connaissance s'appuie sur les choses sensibles et singulières, l'utilisation des universaux de la métaphysique n'est pas nécessaire. Les universaux sont de simples mots pour permettre à la pensée de se constituer. Il en découle le fameux principe, dit du rasoir d'Occam, selon lequel il ne faut pas multiplier les entités sans nécessité. Ce principe de parcimonie de la pensée, de l'élégance des solutions est un des principes de la logique et de la science moderne et fait de Guillaume d'Occam un précurseur de l'empirisme anglais.

En somme c’est un moine franciscain, il va se ranger du côté de l’empire car son ordre franciscain s’oppose au pape.

Pour lui l’église est une institution humaine, et donc elle n’est pas infaillible , en conséquence, il est licite de déposer un pape indigne de sa fonction .

Pour Occam, l’empereur à le droit de faire déposer le pape. A Cette époque les papes excommuniaient les empereurs, et les empereurs déposaient le pape.

Occam , est le père du nominalisme.
§2 L’essor de la souveraineté Royale

Il y a deux dominations à vocation universelle


  • Le Combat contre l’Empire 

Au XII° s en 1158 il y a eu la diète de Roncaglia .Au cour de cette diète, les romanistes de Bologne proclament que l’empereur est « imperium mundi »A partir de là , on va mettre en place une souveraineté de l’empire sur tous les souverains du monde.

Cela intervient a un moment ou les légistes français essaient de reconstituer au profit du roi une véritable souveraineté .

La France va donc affirmer son indépendance.

Dans le cadre de ces querelles politiques , en 1204 Philippe II, roi de France se voit appelé Auguste .C’est son biographe Rigor qui l’appelle Auguste pour rappeler le 1er empereur Romain .

Ainsi , il signifie que Philippe II, est l’héritier des empereurs Romains .

Le roi de France ne reconnaît ainsi aucun supérieur temporel .

Le pape qui est a ce moment l’allié du roi de France , publie une décrétale ou est écrit que le roi de France n’a pas de supérieur temporel.
On va dire que le roi de France ne tient de personne, il tient son pouvoir que de dieu et de lui-même (car il est le fils de son père).
La concrétisation théorique est contenue dans l’expression :« le roi de France est empereur en son royaume » selon l’adage, il ne dépend pas de l’Empereur.
En 1214 Philippe Auguste écrase l’empereur germanique, le Roi d’Angleterre et certains seigneurs français qui remettent en question la souveraineté française à la bataille de Bouvines.
En 1312 , règne en France Philippe le Bel , de l’autre coté Henri de Luxembourg est élu Empereur . Il écrit une lettre dans laquelle il se réjouit de son avènement et surtout dans laquelle , il reprend la théorie de la supériorité de l’empire germanique. Le Roi de France répond en affirmant l’indépendance de la France et se déclare prés à défendre la souveraineté par les armes.
En 1377 Charles V a un règne restaurateur ( milieu de la Guerre de Cent ans contre l’Angleterre) , a ce moment là l’empereur est Charles VII : c’est le frère de la mère de Charles V, l’oncle du roi de France.
Il veut passer les fêtes de Noël en France. On va lui refuser la visite .On lui demande de venir plus tard. Lors de sa venue , tout signe de supériorité de l’Empereur sera interdit pour bien montrer que l’empereur n’est pas « le chef » en France.



  • Le combat contre la Papauté 


Le Pape est Innocent III, Il a reconnu que le Roi de France n’avait pas de supérieur au temporel ce qui n’empêche pas qu’il doit être soumis au pape.
Le pape met le royaume « à l’interdit » c'est-à-dire l’église se met en panne en France, car Philippe Auguste a répudié sa première femme et vit maritalement sans l’autorisation du pape avec une autre femme : c’est le début des tensions .
Le Roi de France demande de l’argent au clergé français pour faire la guerre contre les Flandres. Le pape immédiatement interdit au clergé français de donner de l’argent au Roi .

Mais le Roi va répondre économiquement en bloquant l’arrivée de matériaux précieux au pape Boniface VIII.

Ce dernier cède et le Roi pourra à présent ponctionner sur les biens du clergé.

De cette victoire de la royauté né le «  GALLICANISME » qui proclame l’indépendance du Roi de France, et la supériorité du royaume sur l’église.
A l’occasion de cette lutte entre la Papauté et le Roi , on voit apparaître en 1303 le théoricien Jean de Paris qui utilise Aristote est écrit «  du pouvoir royal et pontifical » il en conclut que concernant la France le régime qui convient le mieux selon la nature est la royauté et la seule domination possible est celle du Roi.
Pierre Dubois  la même année décrira un Empire universel à la tête de duquel règne le Roi capétien de France !
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconHistoire des idées politiques (rappel historique)

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconSéance d’introduction et de diagnostic de début d’année de 3e en Histoire
«phase grave dans l’évolution des choses, des événements, des idées». C’est un moment d’extrême tension, de paroxysme, de conflit,...

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconComposition sur l’évolution générale politique, économique et sociale...
«d’abord» pour la prospérité de tous, doit être combattue par les politiques publiques, tant nationales (politiques de redistribution)...

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconPistes de reflexion : «gouverner la france de 1946 a nos jours»
«Etat- nation», «Etat-providence», «République» et «Nation» du Dictionnaire de l’Histoire de France, de Sirinelli chez Larousse....

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconL’histoire scolaire : Quelle contribution à l’éducation au développement durable ?
«Histoire» de la semaine 2 du mooc «Environnement et développement durable». Ce n’est donc pas un cours écrit au sens propre du terme;...

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 icon4ème Histoire
«Extraits la Révolution française, 1789-1794», lesitetv fr (5mn). Prise de notes des élèves pendant la diffusion. Mise en commun...

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconUne première version de cet article est paru dans la revue
«Un homme qui ne connaît pas les idées de ceux qui ont pensé avant lui est certain d’attribuer une valeur excessive à ses propres...

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconFiche bilan : H4 Les expériences politiques en France de 1789 à 1852

Cours d’histoire des idees politiques avant 1789 iconL'absence du mot "démocratie" dans la Révolution Française selon...
«républicain» (à partir de 1792) qui reviennent le plus souvent. On peut aussi noter que le mot démocratie n’est pas prononcé une...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com