DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie





télécharger 109.29 Kb.
titreDÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie
page6/6
date de publication28.10.2016
taille109.29 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6

III. LE PLATEAU DE CALIFORNIE – MONUMENT INAUGURÉ LORS DU 80ème ANNIVERSAIRE DE L’ARMISTICE



1. Afin d’étudier ce monument, complétez les tableaux suivants en respectant l’ordre a), b), c), d) ou rédigez un paragraphe reprenant les éléments mentionnés ci-dessous. En fonction du niveau des élèves et des objectifs, ces indications peuvent ne pas être rappelées.

a) Éléments d’identification, de présentation

Nature

Monument, sculpture

Titre

« Ils n’ont pas choisi leur sépulture ».

d) cf. ci-dessous

Auteur

Haïm Kern (et Fonderie d’Art de la Plaine)

Date de réalisation, contexte

Inauguré le 5 novembre 1998 par L. Jospin, Premier Ministre, il s’agit donc du dernier monument érigé sur le site, à l’occasion du 80ème anniversaire de l’Armistice.

Commanditaire

Commande de l’État (Ministère de la Culture et de la Communication, Conseil général de l’Aisne). C’est la première fois que l’État central fait ériger un monument sur le Chemin des Dames (si l’on excepte le « monument des chars d’assaut » de Berry-au-Bac dont l’objectif mémoriel est différent et beaucoup plus restreint)

Lieu d’implantation

Plateau de Californie, en un lieu où la vue s’ouvre largement sur la vallée, le village de Craonne, etc.

Dimensions

Environ 3 m de haut sur 2 de large

Matériau utilisé

Bronze. Matériau solide, noble et traditionnel pour les sculptures, il résiste à l’épreuve du temps. L’œuvre et ce qu’elle représente perdureront (par delà d’éventuelles oppositions)

d) Ce titre vous paraît-il adapté à la guerre de tranchées ? Justifiez

Ce nom est adapté à ce type de guerre pour plusieurs raisons :

- Un certain nombre de soldats n’avaient pas demandé à combattre et encore moins à mourir lors de cette guerre (en ces lieux ou ailleurs). De plus, l’offensive Nivelle s’est soldée par des mutineries, par des refus de soldats de mourir pour des offensives qu’ils jugeaient inutiles.

- Durant cette guerre, des corps de soldats tués ont été totalement démembrés, ensevelis sous la terre retournée par les tirs d’artillerie. Portés disparus, tous ces morts n’ont donc pas pu bénéficier d’une sépulture individuelle dans les cimetières ou dans les fosses communes. Les champs ou les forêts constituent donc leurs sépultures sans que ces soldats ne les aient choisies.





b) Description de l’œuvre

c) Explication, interprétation

Formes, éléments représentés

Grille, treillis métallique
Têtes identiques les unes aux autres.

Réseaux de barbelés, grilles d’une prison. Vaste toile d’araignée, mailles de l’Histoire qui emprisonneraient les individus, les emporteraient dans la mort. Les soldats se sont donc retrouvés pris dans une vaste tourmente dont ils n’étaient pas maîtres

La tête en elle-même représente l’individu, le siège de sa pensée, de son intellect mais, coupée du corps, elle peut aussi représenter la mort. L’identité de ces têtes symbolise, quant à elle, l’anonymat.

Ce monument est donc à la mémoire des morts dans leur ensemble, sans distinction d’identité, de nationalité. Il rend hommage à tous les morts. (Cf. question III.2)

Couleurs


Bleu gris, vert de gris.

Ces couleurs, ces nuances sont dues à l’oxydation et varient selon la luminosité, la présence de pluie…

On retrouve pratiquement la couleur des uniformes des deux armées qui se sont battues en ces lieux


2. Quelle est la portée d’un tel monument ? Vous préciserez, entre autres éléments et d’après les réponses que vous venez de donner, si ce monument commémore seulement les morts de la Grande Guerre ? Justifiez vos réponses.
Ce monument a une portée importante et ce pour plusieurs raisons :

Tout d’abord, il montre l’importante évolution, au fil des décennies, de la mémoire de la Grande Guerre. A travers ce monument, on ne commémore plus seulement, comme dans les années 1920, avec les monuments communaux, les morts de son village, de sa patrie mais, tous les morts de la Grande Guerre, quelles qu’en soient les identités, les nationalités. En outre, pourquoi ne pas aller plus loin dans cette interprétation et concevoir que ce monument puisse aussi commémorer les morts, les sacrifices de toutes les guerres. En effet, le seul lien qui existe entre cette sculpture et la Première Guerre mondiale est son site d’implantation et, finalement, ce monument érigé sur certains sites d’autres batailles ou massacres de l’Histoire pourrait ne pas paraître anachronique ou déplacé.
Enfin, cette œuvre constitue aussi un témoin du caractère toujours vivace de la Grande Guerre dans les esprits. En effet, il a été pris au cœur de la polémique qui, en novembre 1998, a opposé le Premier Ministre, Lionel Jospin, au Président de la République, Jacques Chirac. Ce conflit, né dans un contexte de cohabitation, s’est développé autour du fait que le Premier Ministre a demandé, dans un discours prononcé sur le Plateau de Californie, la « pleine réintégration des mutins dans notre mémoire collective nationale ». De la notion de réintégration on est, ensuite, passé à celle de réhabilitation (qui correspond, elle, à une réalité juridique bien précise) et à des échanges très vifs entre les représentants des deux sensibilités politiques. Par delà le contenu de cette polémique, et quel que soit le point de vue que l’on ait à son égard, un des enseignements que l’on peut en tirer est que, 80 ans après la fin des combats, la mémoire de la Grande Guerre reste toujours très vivace, très présente et demeure un enjeu politique.


IV. Synthèse (ou paragraphe argumenté ou réponse organisée selon les niveaux et objectifs)


« Piste » de travail :

A partir de vos réponses aux questions précédentes, rédigez une synthèse sur les combats qui eurent lieu dans la région de Craonne. Vous préciserez, entre autres éléments, en quoi ces combats ont toujours des conséquences aujourd’hui.
Cette synthèse permet, par delà les objectifs de savoir-faire, de mettre en évidence des aspects fondamentaux de la Grande Guerre tels que : les opérations militaires, les conditions de vie et de combat des soldats dans le cadre de la guerre de tranchées, les destructions et le bilan humain qui en ont résulté, la Reconstruction qu’il a fallu organiser, réaliser à l’issue des combats et qui continue à marquer le paysage, la mémoire de ce conflit en perpétuelle évolution et toujours vivace.

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE


Sur la Grande Guerre :

AUDOIN-ROUZEAU (Stéphane) et BECKER (Annette), 14-18 Retrouver la guerre. Paris, Gallimard, 2000, 272 p.

AUDOIN-ROUZEAU (Stéphane) et BECKER (Jean-Jacques), dir., Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918. Paris, Bayard, 2004.

AUDOIN-ROUZEAU (Stéphane), Combattre (1914-1918). Amiens, CRDP, 1995.

BECKER (Jean-Jacques), BERNSTEIN (Serge), Victoire et Frustrations (1914 - 1929). Nouvelle Histoire de la France Contemporaine, 12. Paris, Ed. du Seuil, 1990, 455 p.

BECKER (Jean-Jacques), La France en guerre : 1914 - 1918. La grande mutation. Ed. Complexe, 1988

BECKER (Jean-Jacques), Les Français dans la Grande Guerre. Laffont, 1980.

BECKER (Jean-Jacques), WINTER (Jay M.), KRUMEICH (Gerd), BECKER (Annette), AUDOIN-ROUZEAU (Stéphane) (sous la direction de) Guerre et cultures 1914-1918. Centre de Recherches de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne, Somme). Paris, A. Colin, 1994, 445 p.

BUROLLET (Thérèse), Les mots de la Grande Guerre. Paris musées / Actes Sud , 2005

CAZALS (Rémy), ROUSSEAU (Frédéric), 14-18, Le Cri d’une génération. Toulouse, Privat, 2001.

CAZALS (Rémy), PÏCARD (Emmanuelle), ROLLAND (Denis), La Grande Guerre. Pratiques et expériences. Toulouse, Privat, 2005.

DUROSELLE (Jean-François), Histoire de la Grande Guerre. La France et les Français (1914-1920). Paris, 1972.

FERRO (Marc), La Grande Guerre. Paris, Gallimard, 1990.

GAMBIEZ (Fernand, général) et SUIRE (Marc, Colonel), Histoire de la Première Guerre mondiale. Paris, Fayard, 1968-1971, 2 vol.

GOYA (Michel), La Chair et l’Acier, L’invention de la guerre moderne (1914-1918). Paris, Tallandier, 2004.

HARDIER (Thierry), JAGIELSKI (Jean-François), Combattre et mourir pendant la Grande Guerre (1914-1925). Paris, Imago, 2001.

LIVESEY (Anthony), Atlas de la Première Guerre mondiale, 1914-1918. Paris, éd. Autrement, 1996, in-4°, 192 p. ill.

MEISSEL (R.), dir., La Picardie dans la Grande Guerre. Amiens, CRDP, 1994.

MIQUEL (Pierre), La Grande Guerre. Paris, Fayard, 1984.

PROCHASSON (Christophe), RASMUSSEN (Anne), dir., Vrai et faux dans la Grande Guerre. Paris, La Découverte, 2004.

PROST (Antoine), WINTER (Jay), Penser la Grande Guerre, Un essai d’historiographie. Paris, Editions du Seuil, 2004.

RENOUVIN (Pierre), La Première Guerre mondiale. Paris, PUF, 1965.

VOIVENEL (Paul), MARTIN (Paul), La Guerre des gaz, 1915-1918. Paris, Bernard Giovanageli Éditeur, 2004.

WINTER (Jay), BAGETT (Blaine), 14-18, Le grand bouleversement. Paris, Presses de la Cité, 1997
Sur les opérations au Chemin des Dames, la Caverne du Dragon :

CASTEX (Henri), L’Affaire du Chemin des Dames. Les Comités secrets (1917). Paris, Imago, 1998.

DEFENTE (Denis), dir., Le Chemin des Dames 1914-1918. Paris, Somogy édition d’art ; Conservation départementale des musées – Conseil général de l’Aisne, 2003.

LEFEVRE (Robert), SAMIN (Pierre), Les Carrières du Chemin des Dames. Laon, impr. du C.D.D.P. de l’Aisne, 1986, in-8°, 11 p., annexes et diapositives.

MARIVAL (Guy), « La Caverne du Dragon. Histoire d’un site du Chemin des Dames », dans Graines d’Histoire, la mémoire de l’Aisne, n°5, mars 1999, p. 17-28

MIQUEL (Pierre), Le Chemin des Dames. Paris, Perrin, 1997.

NOBECOURT (R. G.), Les Fantassins du Chemin des Dames. Luneray, Bertout, 1983.

OFFENSTADT (Nicolas, dir.), Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire. Stock, 2004.
Sur les mutineries et les mouvements de contestation au sein des armées :

BACH (André), Fusillés pour l’exemple. Paris, Tallandier, 2003.

OFFENSTADT (Nicolas), Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1914-1999). Paris, O. Jacob, 1999.

PEDRONCINI (Guy), Les Mutineries de 1917. Paris, PUF, 1999.

ROLLAND (Denis), La grève des tranchées. Les mutineries de 1917. Imago, 2005.
Sur la Reconstruction :

Reconstructions en Picardie après 1918. Paris, RMN, 2000.

BURIDANT (Jérôme), « 14-18, la Forêt mutilée. La reconstitution forestière dans l’Aisne après la Grande Guerre », dans Graine d’Histoire n°17, janvier 2003.

VEZIAT (Emmanuel), « La reconstruction dans le département de l’Aisne après la Grande Guerre », dans Mémoires de la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie de l’Aisne, tome XLVI (2001).

Monuments aux morts, cimetières, commémorations, mémoire

BECKER (Annette), Les Monuments aux morts. Mémoire de la Grande Guerre. S.l., Errance, 1988, 158 p.

BECKER (Annette), PELLETIER (Olivier), RIVE (Philippe), RENOUX (Dominique), THOMAS (Christophe), Monuments de Mémoire, les monuments aux morts de la Grande Guerre, Mission permanente aux Commémorations et à l’Information historique. Secrétariat d’État aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Paris, La Documentation française, 1991, 318 p.

PROST (Antoine), “ Les Monuments aux Morts ” dans Les Lieux de mémoire, t.1, “ La République ”, sous la direction de Pierre NORA. Paris, Gallimard, 1984.

La mémoire, entre histoire et politique, dans Cahiers français, n°303, juillet-aout 2001, La Documentation française.
Cartes topographiques IGN :

Craonne 2711, 1/50000e, série orange

Anizy-le-Château, 2610 E, 1/25000e, série bleue

Beaurieux 2711 O, 1/25000e, série bleue

Braine 2611 E, 1/25000e, série bleue

Craonne 2711 E, 1/25000e, série bleue

Laon, 2710 O, 1/25000e, série bleue

Sissonne 2710 E, 1/25000e, série bleue

On pourra également consulter avec profit la revue Graines d’Histoire. La mémoire de l’Aisne qui publie régulièrement des articles sur la Grande Guerre dans le département.

E. Véziat, SE Caverne du Dragon et Chemin des Dames


1 L’instruction du 1er février 1919 du commissaire général à la reconstitution prescrit la réalisation de cartes du sol par le Génie rural. Sur ces cartes sont représentées en rouge les zones réputées incultivables ou dont les frais ou délais de remise dans un état de productivité comparable à celui d’avant-guerre sont jugés excessifs. Ces terres ne sont donc pas rétrocédées à leurs propriétaires mais rachetées par l’État et, en 1925, cette zone rouge représente 750 ha localisés dans la partie orientale du Chemin des Dames (Plateau de Californie, communes de Craonne et de Bouconville-Vauclerc).

2 PEDRONCINIx (Guy), Les mutineries de 1917. Paris, PUF, 1999.



Emmanuel Véziat - Service éducatif du Chemin des Dames et de la Caverne du Dragon
1   2   3   4   5   6

similaire:

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconDÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie
«Quelques dizaines, quelques centaines de mètres disputés pendant des semaines, des mois…»

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconAdresse : Code postal : Ville : categorie choisie  La Découverte...

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconRue89 : Ce document représente-t-il une découverte historique importante ?
C'est une découverte très importante, une découverte qui change le regard sur cette période

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconHuitième calque : batailles et opérations militaires

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconProfesseur émérite à l’Université de Bretagne Occidentale
«subductions chaudes» : genèse des adakites, diversité des ensembles volcaniques liés aux fenêtres asthénosphériques (Basse Californie,...

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconHistoire des pratiques corporelles L1
«Après avoir lu trois ou quatre mille descriptions de batailles et la teneur de quelques centaines de traités, j’ai trouvé que je...

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconNotes Programme des Cours Magistraux
«Après avoir lu trois ou quatre mille descriptions de batailles et la teneur de quelques centaines de traités, j’ai trouvé que je...

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconLes résistances sur le plateau Vivarais Lignon

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconLa bibliothèque médiévale de Saint-Martin-des-Champs à Paris

DÉcouverte des champs de batailles craonne – plateau de californie iconLe programme de Clémenceau
«guerre totale» ? (0,5pt) Par leur travail, en étant des poilus des champs et usines






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com