Première partie : histoire-géographie (18 points)





télécharger 45.44 Kb.
titrePremière partie : histoire-géographie (18 points)
date de publication10.05.2017
taille45.44 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
BREVET BLANC FÉVRIER 2003

PREMIÈRE PARTIE : HISTOIRE-GÉOGRAPHIE (18 points):

Vous avez le choix entre deux sujets d’histoire : attention ne faites qu’un seul sujet. En revanche, vous n’avez qu’un seul sujet d’éducation civique que vous devez faire obligatoirement.

Premier sujet : « la France dans la première guerre mondiale »

Document 1 : lettre d'un poilu.

Verdun, 15 juillet 1916, 4 heures du soir.

Mes chers parents,

Je suis encore vivant et en bonne santé, pas même blessé alors que tous mes camarades sont tombés morts, ou blessés aux mains des boches* qui nous ont fait souffrir les mille horreurs, liquides enflammés, gaz lacrymogènes - gaz suffocants -asphyxiants, attaques... Ah ! Grand Dieu, ici seulement c'est la guerre.
Je suis redescendu de première ligne ce matin. Je ne suis qu'un bloc de boue et j'ai dû faire racler mes vêtements avec un couteau car je ne pouvais plus me traîner, la boue collant mes pans de capote après mes jambes... J'ai eu soif... Pas faim... J'ai connu l'horreur de l'attente de la mort sous un tir de barrage inouï... Je tombe de fatigue... Je vais me coucher, au repos dans un village à l'arrière où cela cogne cependant, voilà dix nuits que je passe en première ligne. Demain les autos emmènent le reste de mon régiment pour le réformer à l'arrière, je ne sais encore où.


J'ai sommeil, je suis plein de poux, je pue la charogne des macchabées**.
Je vous écrirai dès que je vais pouvoir. Soyez donc tranquilles. J'espère que le gros coup pour nous a été donné.
Bonne santé, et je vous embrasse bien affectueusement.


Georges Gallois.

* Boches : Allemands. ** Macchabées : morts.

 

Document 2 : les mutineries de l'armée française en 1917.

Le lendemain soir, à 7 heures, on nous rassembla pour le départ aux tranchées. De bruyantes manifestations se produisirent, cris, chants, hurlements, coups de sifflets ; bien entendu, l'Internationale* retentit ; si les officiers avaient fait un geste, dit un mot contre ce chahut, je crois sincèrement qu'ils auraient été massacrés sans pitié tant l'exaltation était grande. Ils prirent le parti le plus sage : attendre patiemment que le calme soit revenu. On ne peut pas toujours crier, siffler, hurler et, parmi les révoltés, n'y ayant aucun meneur capable  de prendre une décision, ou la direction, on finit par s'acheminer vers les tranchées, non cependant sans maugréer et ronchonner.
Bientôt à notre grande surprise une colonne de cavalerie nous atteignit et marcha à notre hauteur. On nous accompagnait aux tranchées comme des forçats qu'on conduit aux travaux forcés.


Louis Barthas, les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1948, Maspéro, 1978.   

* l'Internationale : un chant révolutionnaire.




Document 3: dans une usine à l'arrière.


c:\users\marie\downloads\usine.jpg

 Document 4 :le coût de la vie à Paris.
 

 

1914

1915

1916

1917

1918

Pain (en F par kg)

0.43

0.45

0.48

0.50

2.00

Lait (en F par litre)

0.17

0.30

0.50

0.60

2.00

Bœuf (en F par kg

2.20

3.00

6.00

8.00

10.00

Salaires (1914 = Indice 100)

100

125

126

137

173




I. QUESTIONS (8 points)

Document 1 :
1. Sans recopier le texte, relevez au moins quatre difficultés auxquelles le soldat des tranchées est confronté ?
2. A quelle phase de la guerre se situe la bataille dont parle Georges Gallois ?
Document 1 et  2 :
Pourquoi certains poilus se mutinent-ils en 1917 ?
Document 3 :
1. Qu'est-ce que l'arrière ?
2. Pourquoi les femmes sont-elles si nombreuses à l'usine ?
Document  4 :
1. Comment les salaires évoluent-ils par rapport au prix ?
2. Quelle en est la conséquence pour la population ?

II. PARAGRAPHE ARGUMENTE (10 points) :

A l'aide des documents et de vos connaissances, rédigez un paragraphe argumenté d'une vingtaine de lignes sur le sujet suivant : "les Français dans la première guerre mondiale au front et à l'arrière".


Deuxième sujet : « le génocide juif pendant la seconde guerre mondiale »

Document 1 : bilan de l'extermination des Juifs

Morts par suite de la "ghettoïsation"et des privations

800000

Morts par exécution en plein air par les Einsatzgruppen et autres fusillades

1 300 000

Morts dans les camps :
- camps d'extermination, dont :
                   - Auschwitz
                   - Treblinka
                   - Belzec

- camps de concentration (Bergen-Belsen, Mauthausen, Strutthof, etc...) 

- camps roumains et croates


2 700 000
1 000 000
750 000
550 000

150 000

150 000

TOTAL

5 100 000




Document 2 : une journée "ordinaire" dans un camp de concentration.
Nous avons dû aller travailler au commando 22 ou au commando 105, c'est-à-dire les "marais"ou les "pierres". On pouvait choisir.
Le premier jour, Fernande Goetschel, Berthe Matyner, Thérèse Chassaing et moi avons choisi les marais (...)
Le matin, à trois heures trente, réveil au coup de sifflet, et à coups de bâtons sur les jambes, par les stubowas (chefs de chambre). (...) Il fallait sortir vite à grand renfort de coups de ceinture ou de bâton, et se placer dehors, en rangs, dans la file du commando choisi, le "22"ou les "pierres".


Jusqu'à cinq heures, nous attendions. Qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, aucune importance, nous restions là, debout, en rangs.
A cinq heures trente, la capo du commando venait nous chercher et nous nous acheminions vers la porte du camp au pas scandé de "gauche, gauche, gauche, un, deux, trois, gauche, gauche, gauche ", en mesure.


Pour le commando 22, c'est-à-dire les marais, la capo était Liesel, une prostituée allemande.

A six heures, au chronomètre, nous devions passer la porte du camp, en musique. (...)

Six kilomètres de marche dans la boue et dans la neige. (...) Après une heure pénible (...), nous arrivions seulement sur les lieux de travail, en plein marais, et nous ne devions pas espérer une minute de repos jusqu'après l'appel du soir vers 7 heures. (...)

Tous les quinze jours, il fallait renouveler, remplacer les manquantes, car les trois quarts des femmes mouraient.


S. Brinbaum, Une Française juive est revenue, Editions du Livre français, 1946


Document 3 : camp de concentration de Buchenwald.

c:\users\marie\downloads\buchenwald.jpg


Document 4 :l'extermination des Juifs : la technique des chambres à gaz.

Notre méthode pour sélectionner les Juifs était la suivante : à Auschwitz, deux médecins S.S., avaient la tâche d'examiner les arrivages de transports de prisonniers. Les prisonniers devaient passer devant l'un de ces médecins qui, à l'aide d'un signe, faisait connaître sa décision. Ceux qui étaient jugés aptes au travail étaient envoyés dans les camps ; les autres, dirigés immédiatement sur les lieux d'extermination. Les enfants en bas âge étaient exterminés sans exception puisque du fait de leur âge ils étaient incapables de travailler. (...)
J'avais reçu l'ordre de mettre au point les procédés d'extermination à Auschwitz, au mois de juin 1941. A ce moment, il existait déjà trois autres camps d'extermination en Pologne : à Belzek, Treblinka et Wolzek. J'avais visité Treblinka pour voir de quelle manière l'extermination s'y effectuait. Le commandant du camp me dit avoir liquidé 80 000 personnes en six mois. Il avait eu à s'occuper plus spécialement de la liquidation des Juifs du ghetto de Varsovie. Il avait employé du gaz monoxyde et, à mon avis, ses méthodes n'étaient pas très efficaces. Aussi bien, après avoir fait construire les bâtiments d'extermination, me décidai-je à employer le Zyklon B, un acide prussique cristallisé, que nous introduisions dans la chambre à gaz par une petite fente. Il fallait de trois à quinze minutes pour tuer les hommes se trouvant dans la chambre à gaz, selon les conditions climatiques. Nous constations qu'ils étaient morts par le fait qu'ils cessaient de râler. Nous attendions d'habitude une demi-heure avant de rouvrir les portes pour enlever les cadavres. après les avoir emportés, notre commando spécial s'emparait des bagues et des dents en or des cadavres.


Témoignage de Rudolf Hoess, commandant S.S. du camp d'Auschwitz. Déposition au tribunal de Nuremberg le 5 avril 1946.

I. QUESTIONS (8 points)
Document 1
 :
Citez les moyens utilisés pour tuer les Juifs.
Document 2 et 3 :
Qu'est-ce qu'un camp de concentration ? Qui y est déporté ? Décrivez les conditions de vie à l'intérieur d'un camp de concentration.
Document 4 :
1. Sans recopier le texte, que subissent les déportés dès leur arrivée à Auschwitz ?
2. Pourquoi les nazis ont-ils mis au point le Zyklon B ?
3. Auschwitz est-il seulement un camp de concentration ? Justifiez votre réponse.

II - PARAGRAPHE ARGUMENTE (10 points)

A l'aide des documents et de vos connaissances, rédigez un paragraphe argumenté d'une vingtaine de lignes sur le sujet suivant : "le génocide juif pendant la seconde guerre mondiale"

DEUXIÈME PARTIE : ÉDUCATION CIVIQUE (12 points)

Sujet : « la Libye, un pays démocratique ? »

Document 1 : extrait du rapport annuel 2002 d'Amnesty international concernant la Libye paru le 28/05/2002.

(…) La liberté d'expression restait strictement limitée, la législation nationale interdisait la formation de partis politiques et interdisait toute critique du système politique. Par ailleurs, les médias nationaux restaient soumis à un sévère contrôle gouvernemental. (…)
À la fin du mois d'août, le fils du colonel Mouammar Kadhafi, a annoncé la remise en liberté de plusieurs dizaines de prisonniers politiques à l'occasion du 32e anniversaire de la révolution qui avait amené le colonel Kadhafi au pouvoir. (…) Toutefois, plusieurs centaines de prisonniers politiques (…) ont été maintenus en détention ; beaucoup étaient emprisonnés sans inculpation ni jugement. (…)


Document 2 : Une carte d'électeur

c:\users\marie\downloads\carte.jpg

Document 3: Article paru dans le journal "Le Monde" le 22/01/2003.

L comme Libye : au chapitre concerné, dans tous les rapports des organisations de défense des droits de l'homme, le bilan est accablant. (...) Le régime du colonel Mouammar Kadhafi est, année après année, décrit comme une impitoyable dictature. (...)
Le régime a sans doute parrainé certaines des opérations terroristes les plus meurtrières de la fin des années 1980. (...)  Le système de pouvoir est fondé sur le secret, l'intimidation (...).
Ce régime vient de se voir attribuer la présidence de la commission des droits de l'homme (CDH) de l'ONU  à Genève. Le vote s'est déroulé, lundi 20 janvier, à bulletins secrets. (...) C'est le groupe des Etats africains à l'ONU qui a avancé la candidature de la Libye. Des positions défendues par les uns et les autres avant lundi, on peut reconstituer ce qu'a été le scrutin : les pays représentant le "Sud"– Cuba, Soudan, Algérie – ont voté pour la Libye ; les sept pays représentant l'Union européenne se sont  abstenus ; les Etats-Unis et le Canada, notamment, ont voté contre.





Document 4 : suite du rapport d'Amnesty international.

(...) Le procès de quelque 150 professionnels hautement qualifiés, parmi lesquels figuraient des ingénieurs, des médecins et des chargés de cours à l'université, s'est ouvert en mars. La plupart des accusés avaient été arrêtés en juin 1998 car on les soupçonnait d'être des partisans ou des sympathisants d'un groupe islamique libyen. (…) Les accusés ont été détenus au secret jusqu'à l'ouverture de leur procès. Pendant plusieurs mois, par la suite, ils n'ont pas été autorisés à recevoir la visite en prison de leurs proches ni de leurs avocats et ils auraient été privés du droit de choisir eux mêmes leur avocat.
De nouvelles informations ont fait état d'actes de torture et de mauvais traitements.
En octobre, le Conseil éthiopien des droits humains, organisation non gouvernementale éthiopienne, a écrit aux autorités libyennes pour réclamer l'ouverture d'une enquête sur les actes de torture dont auraient été victimes en 1997 huit prisonniers éthiopiens qui s'étaient plaints d'avoir reçu des décharges électriques.
Plusieurs cas de "disparition "signalés les années précédentes n'avaient pas été élucidés.
Les autorités n'avaient apparemment pris aucune mesure concrète pour élucider le sort de Mansour Kikhiya, militant libyen des droits humains et opposant "disparu "au mois de décembre 1993 au Caire. Selon certaines sources, il a été remis aux autorités libyennes et exécuté en janvier 1994.


I - QUESTIONS (4 points)

Document 1:
Donnez au moins quatre éléments montrant que la Libye est une dictature.
Document 2 : 
1. En quoi ce document montre-t-il que la France n'est pas une dictature ?
2. Aujourd'hui, quel est donc le régime politique de la France ?
Document 3 et 4 : 
1. Donnez deux exemples montrant que les droits de l'homme ne sont pas respectés en Libye.
2. Que pensez-vous de l'élection de la Libye à la présidence de la commission des droits de l'homme de l'ONU ? 

II - PARAGRAPHE ARGUMENTE (8 points)

En vous appuyant sur les documents et vos connaissances, rédigez un paragraphe argumenté sur le sujet suivant : " comparée à la France, en quoi peut-on dire que la Libye a encore du chemin à faire pour être une véritable démocratie."

TROISIÈME PARTIE : REPÈRES CHRONOLOGIQUES ET SPATIAUX (6 points) :

I. En repérant les numéros sur la carte de la France, complétez la liste suivante (3 points)


 1. Une ville : ……………..

 2. Un fleuve : …………….

 3. Une région : ……………

c:\users\marie\downloads\e3cartefrance.jpg

II. Indiquez dans le tableau les périodes (millénaires, siècles, années) qui correspondent aux événements suivants (3 points) :

  • Naissance de l'écriture : _____________________

  • Le baptême de Clovis : _____________________

  • La naissance de l'imprimerie : ________________

4 points sont réservés pour l’orthographe, le soin et la rédaction

similaire:

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconPremière partie : (exceptionnellement, deux sujets d’) histoire, notée sur 18 points
«Il y a suffisamment d’aluminium, de cuivre, de nickel et de zinc dans le pays. Donnez. L’armée en a besoin !»

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconCours d’histoire Géographie Première partie du programme : 1914-1945...
«Grande Serbie» et ce faisant menace l’intégrité du territoire austro – hongrois

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconPremiere partie : histoire (13 points)
«mission de Jean Moulin». Qui est cette personne, quelle est cette mission et qui lui a confiée ? (1,5pt)

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconCapes histoire-géographie 2016
«Histoire de la France politique», 2003, rééd. Points-Seuil (poche). Excellente chronologie à lire et à relire

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconProgramme de l'option histoire-géographie en ts horaire
«points chauds» (un «arc de crises») et l'origine de dangers potentiels pour le monde entier («une poudrière»)

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconPremière stg histoire Géographie

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconProgrammes d'histoire et géographie en première stt

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconUn des trois sujets d’histoire de la première partie et un

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconPartie II exercice 2 (5 points)

Première partie : histoire-géographie (18 points) iconBulletin officiel n° 31 du 27 août 2009
«zéro» ainsi que celui retenu pour la session 2011 en épreuve ponctuelle peuvent aider les formateurs à construire ces évaluations....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com