La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction





télécharger 142.67 Kb.
titreLa fondation de l’abbaye de Tamié I introduction
page1/5
date de publication10.05.2017
taille142.67 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5

La fondation de l’abbaye de Tamié

I Introduction


En octobre 1150, Pierre II, archevêque de Tarentaise préside la dédicace de l’église du monastère cistercien de Tamié.

Mais en fait, celui qui dédicace une église monastique, n’est pas seulement l’archevêque métropolitain, il est aussi le fondateur et le premier abbé du monastère avant son accès à l’épiscopat en 1141.
Cette fondation a été diversement interprétée. En 1865, une première publication, d’Eugène Burnier, affirme, au vu de la biographie de saint Pierre, que son but était la création d’un hospice au Col de Tamié (1 , p 14). Cette hypothèse est reprise en, 1927 par Joseph Garin (2, p 39) et Félix Bernard en 1967 (3, p 19). Bruno-Jean Martin (4, p 12), la récuse mais ne discute que l’aspect religieux. Burnier et Garin, en revanche, rejettent une légende plus ancienne : après une hypothétique bataille entre Amédée III, Comte de Savoie et son voisin (et homonyme), Comte de Genève, Amédée de Savoie aurait demandé un monastère en mémorial des défunts (5, p 116-119). Ces deux premiers historiens de Tamié pensent encore que les moines ont aussi été appelés comme défricheurs et pacificateurs, à cause de la présence de brigands. En fait, ces interprétations ne nous semblent pas justes mais pour en proposer une nouvelle il faudra examiner plusieurs points :

  • L’histoire de la fondation d’un nouvel ordre, Cîteaux,

  • L’état des forces politiques en présence dans la région et la réforme des institutions religieuses,

  • Les documents dont nous disposons à propos de Tamié. C’est par ce dernier point que nous commencerons.

II Les documents de fondation


Comment reconstituer les origines de Tamié ? On dispose d’extraits (non datés) du cartulaire de l’abbaye entre 1132 et 1516. Les archives de 1132 à 1793 ont disparu mais des copies trouvées par Burnier (Error: Reference source not found, p 239-265) au sénat de Savoie avaient été faites, à l’occasion d’un litige avec le duc qui pensait avoir un droit de patronage et voulait nommer l’abbé (6 , p 225). Dans cet ensemble, deux textes présentent la fondation.

A Le premier document (7)


"Donation du 16 février 1132 : L’an de l’Incarnation 1132, par l’immense bonté de Dieu, dom Pierre archevêque de Tarentaise fixa son attention sur un lieu appelé Tamié, situé dans son diocèse et qui lui parut propre à y établir l’Ordre de Cîteaux. Il demanda ce lieu à ses possesseurs, c’est-à-dire aux frères Pierre, Guillaume et Aynard de Chevron. Il plut ensuite à ce vénérable archevêque de convoquer à Tamié dom Jean abbé de Bonnevaux, les frères de Chevron et un grand nombre d’autres personnes. Tous étant réunis, Pierre et sa femme, Guillaume avec sa femme et son fils Guillaume, du consentement d’Aynard absent, donnèrent le domaine de Tamié à Dieu, à la bienheureuse Vierge Marie et à Jean abbé de Bonnevaux ainsi qu’à ses Frères qui désiraient y servir Dieu. Ils firent cette donation pour le salut de leur âme et celle de leurs parents, sur la prière du susdit archevêque et en présence de tous les témoins. Ils donnèrent tout ce qu’ils possédaient au mont de Tamié comme l’eau tombe du sommet des montagnes, des deux côtés jusqu’au ruisseau qui court au milieu de la vallée, à l’exception toutefois de certains fiefs, maisons, et fermes qu’ils occupaient. Si cependant les religieux parvenaient dans la suite à acquérir quelques-uns de ces fiefs, ils les leur céderaient à condition de ne pas perdre leurs servis. Mais si cela arrivait, ils ne rendraient pas la communauté des Frères responsable de cette perte. Et de même que Pierre et Guillaume de Chevron avaient donné tout ce qu’ils possédaient au susdit mont de Tamié, ainsi Aynard leur frère avec son fils et son épouse donna tout ce qu’il possédait au même lieu.
Les témoins de cette donation sont Pierre, archevêque de Tarentaise, dom Jean, abbé de Bonnevaux, Frère Amédée d’Hauterive, Frère Aldemar, Frère Pierre, Frère Wilfred qui tous ensemble ont reçu la donation. Sont aussi témoins : Sibold prieur de Cléry, maison de chanoines augustins récemment fondée par Pierre I, Sigismond de Chevron, le prêtre Julien, le clerc Ponce et son frère Aynard, Bertrand et son fils Hugues et Bonnefoy de Tournon, Roland de Saxo, Anthelme de Bellecombe, Guillaume Romestang, Hugo de Séthenay.".

Parmi les témoins cités on peut relever quelques noms : Pierre de Tarentaise (appelé désormais Pierre I), saint Jean abbé de Bonnevaux puis évêque de Valence, saint Amédée de Clermont, seigneur d'Hauterive, cousin de l’empereur, qui mourut moine de Bonnevaux. Sibold était prieur de Cléry, maison de chanoines augustins récemment fondée par Pierre I et le dernier témoin de la liste, est f. Pierre (Pierre II), qui resta à la tête de la nouvelle maison, premier abbé et futur archevêque de Tarentaise lui aussi.

B Le deuxième document :


"La clémence divine veillant sur l’Ordre Cistercien et sa propagation, il advint qu’Amédée, Comte et marquis, demanda humblement à Pierre, archevêque de Tarentaise et moine humble et fidèle du même Ordre, de chercher diligemment dans son comté un lieu digne et apte à recevoir un établissement de son Ordre. Dès lors, mû par la grâce de l’Esprit-saint et rempli de zèle, il choisit un lieu qui s’appelait Tamié, mais ce lieu était par trop étroit et ne pouvait suffire à la vie des Frères. C’est pourquoi Pierre, le susdit archevêque, poussé par la grâce divine, s’en vint avec quelques Frères trouver Amédée, Comte du Genevois, le suppliant d’accorder et de céder, pour le salut de son âme et celui de ses aïeux, les droits qu’il avait ou qu’il lui semblait avoir sur la forêt et le territoire de Belloci, en faveur des Frères qui servaient Dieu à Tamié soit actuellement, soit dans l’avenir. Ce qu’entendant, le susdit Comte, bien que ce lieu lui fût très cher, accéda joyeusement, pour l’amour du Christ, à la demande de l’archevêque. Sont témoins de cette donation : Rodolphe de Faucigny, Envold de Nangey, Galcerannus de Cleis, Gauthier de Rumilly et autres assez nombreux."

D’emblée, cette fondation présente donc quelque chose d’énigmatique : on a deux documents qui ne disent pas la même chose. Même s’il n’y a pas contradiction formelle on est conduit à se demander si l’initiative venait de Pierre I, archevêque et ancien abbé de la Ferté ou d’Amédée. Pour déchiffrer l’énigme, il faudra savoir qui sont ces personnages et examiner ce qu’il est dit du domaine confié aux moines. Nous nous intéresserons d’abord aux deux Pierre, Pierre I l’ancien et Pierre II et à Amédée de Savoie.
  1   2   3   4   5

similaire:

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconDocuments publiés par Eugène Burnier In Histoire de l’abbaye de Tamié en Savoie 1865

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconLa guerre des deux Bourgogne et l’intervention de Saint Bernard provoquent...
«Sancti Jorii Dugnensis», soit Saint-Jorioz du (mandement) de Duingt, le suggèrent, et les suivants paraissent semblables : «Sancte...

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconLe protecteur de l’abbaye de Noyers
«legenda» ou vie de ce saint martyr dont l’abbaye conservait une partie importante des reliques

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconThèse de doctorat d’histoire, université Paris I
«Une abbaye jurassienne au xiiie siècle : l’abbaye de Saint-Oyend de Joux (1175-1262)». Mention Très Bien

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconHistoire des moines de tamié
«Histoire des moines de Tamié». Quel serait l’intérêt de parler du lieu, des bâtiments, des possessions du monastère et de leur fluctuation...

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction icon[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux
«Maison de l’histoire de France». Enquête critique, par Isabelle Backouche et Vincent Duclert, Paris, éditions de la Fondation Jean-Jaurès,...

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction icon«Il était une fois l’abbaye saint nicolas de ribemont.»
«D’or échiqueté d’azur, surmonté de l’image de Saint Nicolas à mi-corps, crossé, mitré et bénissant.» C’est cette belle devise qui...

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconZao Wou-Ki exposé à la fondation Gianadda Jusqu’au 12 juin, la fondation...

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconDocuments concernant Tamié de 1659 à 1847

La fondation de l’abbaye de Tamié I introduction iconIntroduction (ou insérer dans les chapitres géogr et rédiger une introduction commune)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com