Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique





télécharger 268.53 Kb.
titreChapitre 1: Genèse et champ de la clinique
page1/7
date de publication18.05.2017
taille268.53 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7
Introduction à la Psychologie clinique

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique

  • Histoire de la clinique

Vient de Kline = lit = clinique

L'idée est d'être au côté du malade (pas d'expérience sur lui, simplement l'observation). On écoute ce que dit le malade. Ce qui est essentiel dans la compréhension de la psychologie clinique c'est l'observation et l'écoute. Ceci permettra de définir un trouble: ensemble de symptômes qui vont constituer une maladie. Par exemple la psychose, schyzophrénie, la dépression etc. Psyche signifie l'âme en grec, logos signifiant le discours, le langage ou la parole. La psychologie est le langage ou discours de l'âme.

Au début la psychologie n'existait pas comme discipline, c'est la philosophie qui globalisait le tout (philo avec socrate notament et son "connais-toi toi-même"). Le terme de psychologique en tant que discipline séparée apparaît en France au 18e siècle avec Maine de Biran (à la fin du 16e en Allemagne avec Melanchthon). L'autre lien a été la naissance de la psychiatrie. On parlait avant de maladie mentale ou les alliénés.


  • Les précurseurs: Pinel, Charcot et Janet


P. Pinel est un alliéniste très important car il est le premier à considérer qu'il ne faut pas utiliser les malades mentaux comme des animaux. Ils détachent les malades de leur chaîne car ceux-ci étaient attachés puisqu'on ne comprennait pas ce qu'il faisait ou disait. Il a dans un premier temps détacher puis dans un deuxième temps proposer des activités (aujourd'hui "activités thérapeutiques") pour les soigner. C'est à partir de la fin du 18e siècle qu'on a commencer à s'intéresser aux malades mentaux comme des individus à part entière. Au début du 19e, c'est un allemand nommé E. Kraepelin: pour essayer de comprendre il faut se dire que tous les individus ne souffrent pas de la même chose, il y a différentes maladies qu'il faut classer. Il propose une classification des maladies mentales (en tout 8 classifications).

Autre personne important, en France, JM Charcot (neurologue) qui s'intéresse à l'hystérie. Il propose l'hypnose comme soin (aussi appelé suggestion). Quand la personne se réveillait après l'hypnose, la personne était complètement guérie. Parmis les personnes présentes dans les sessions publiques d'hypnose, se trouvait Freud, très influencé par Charcot.

C'est un médecin qui offre à la psychologie ses lettres de noblesse, P. Janet, philosophe et médecin de formation, très intéressé par l'hystérie. Il fonde une revue de psychologie qu'il considère comme clinique et thérapeutique (nom de sa revue). Entre l'état de conscience et le moment où l'on dort, il existe un subconscient où l'on peut observer les pathologies.


  • L'apport de D. Lagache et J. Favez-Boutonnier


On voit par rapport à la médecine que la psychologie aujourd'hui en est bien séparée. C'est l'auteur français, Daniel Lagache (1903-1972) philosophe, médecin, psychiatre des hopitaux et psychanaliste, qui permet l'apprentissage de la psychologie hors de la médecine. Il souhaitait enseigner la psycho plutôt que la médecine (à Strazbourg, à la fac de lettre puis à la sorbonne). Première licence de psychologie clinique en 1947.

J. Favez-Boutonier enchaîne un parcours de psycho clinique et se bat pour qu'il y ait une réelle licence de psycho clinique, reconnu comme diplôme à part entière qui existerait dans toutes la France. Elle crée un laboratoire de psycho clinique se qui veut dire qu'en plus de l'enseignement, il y a de la recherche. Elle permet ainsi la création de la licence jusqu'au doctorat. Ainsi dans toutes les fac de sciences humaines, il y aura un département de psychologie.


  • Les trois postulats de la psychologie clinique


Objets et but de la psychologie clinique
La tendance naturaliste: on essaie de reproduire les conditions de ce qui se passe dans la nature. On va mettre en place des expériences en plus de l'observation. Par exemple, on observe ce qui se passe dans les conditions où les gens sont stressés. Ce qui est important dans l'idée de l'expérience, c'est qu'elle est reproductible. L'idée est d'observer les différences chez chaque individu pour une même expérience.
La tendance humaniste (le principal dans la psychologie clinique): on va s'intéresser aux individus en tant qu'être humain. On veut comprendre comment un être humain fonctionne dans toute sa complexité. On doit observer, analyser le fonctionnement d'un individu de la manière la plus précise possible. Il y a trois éléments indispensables: l'observation et l'analyse de l'individu dans sa totalité (cad la psychogénèse (voir après) mais aussi son hérédité etc). On considère l'individu comme un tout et c'est ce tout que l'on veut observer. On parle d'entretien clinique.


  1. . la psychodynamique. L'être vivant devant nous est vivant: il y a un mouvement (les mouvements dans la tête sont appelés des conflits; par ex. le matin je suis fatiguée, le conflit est "j'y vais ou j'y vais pas?"). Nous sommes soumis en permanance à des conflits psychiques (au coeur des maladies mentales selon Freud). Deux catégories de malades qui n'ont jamais de conflit: les pervers ("le petit garçon m'a pas dit non donc y'a pas de problèmes") et les psychopathes ("à partir du moment où j'ai envie je le fais").

  2. Postulat interactionniste: pour comprendre le malade et sa pathologie, il faut replacer le patient et ses conflits dans son contexte, environnemental, familial, culturel... C'est le réseau d'interaction du patient qui va donner une signification aux conflits.

  3. La psychogénèse. C'est l'histoire de la vie psychique d'un individu, c'est-à-dire qu'on le comprend grâce à ce qu'il vit aujourd'hui, mais aussi ce qu'il a vécu depuis sa naissance. Cette approche éclaire ce que l'individu vit aujourd'hui, pour comprendre ce qui peut se passer en lui. (attention différence avec psychogénéalogie c'est à dire l'hérédité psychologique). psychogénèse: les gens sont capables de changer, qu'est ce qui va expliquer ce changement.


Champs d'application de la psychologie clinique
-> la psychopathologie: psychologie qui étudie les processus pathologiques (par exemple, l'étude des crises d'angoisses).

-> le secteur de la santé: la médecine en générale. Il y a beaucoup de psychologues cliniques en service cancérologique pour accompagner les cancereux, leur famille, les soignants etc. Il y a tout un champ de la psychologie clinique où il faut prendre en charge des personnes sujets à des maladies style cancer ou à d'autres évènements tel que l'accompagnement des parents lors de la naissance de leur enfant très prématurément.

-> la psychosomatique: des maladies somatiques en rapport à la psychologie (par exemple l'asthme est une vraie maladie, mais qui peut être causée par des facteurs psychologiques, qui peuvent agraver et amplifier la maladie). le travail du psychologue est de repéré les patients pour les aider à ce qu'il ait moins de réactivité au conflit par exemple (cause de l'asthme) ou le stress (cause des angoisses).

-> la petite enfance (PMI: protection maternelle et infantile) où l'on suit la grossesse, l'accouchement et le début de l'enfance. L'idée est que la relation mère-enfant se passe au mieux possible.

-> l'aide aux victimes: c'est-à-dire tout le champ de la psychologie pour les personnes après un catastrophe (par ex. accident de la route, inondation, feu etc.) pour éviter le développement de pathologies plus graves

-> dans le champ de la justice. On parle de psychocriminologue (profilers) pour définir le profil psychologique d'un tueur. Aussi l'expertise psychologique d'un criminel: évaluer le fonctionnement d'un individu (a-t-il été conscient de ce qu'il a fait? etc) avec pour principales questions si il est dangereux ou pas? si il risque de recommencer? Il y a deux expertises, celle du coupable et celle de la victime.

-> l'éducation: les psychologues scolaires. Ils sont sollicités pour évaluer les capacités intellectuelles d'un élève (surdoué par ex) mais aussi pour évaluer un enfant en retrait ou un autre trop turbulent. Il doit intervenir dans le champ de la scolarité.

-> le domaine éthique: la médecine propose aujourd'hui des transformations, greffes etc. la question est "est-ce éthique ou pas?" comme par exemple le débat sur les enfants médicaments. Un couple a un premier enfant, celui-ci est gravement malade, on souhaite lui réinjecté tout un système cellulaire qui doit venir d'un système proche. On fait un autre enfant qui pourra sauver son frère en lui prélevant ses cellules. La question éthique est de se dire comment seront les conséquences etc. Cela concerne aussi les expériences en recherche. Chaque projet est soumis au domaine éthique.
Qu'est-ce que le métier de psychologue clinicien?
Il y a 5 ans d'études (niveau master 2 professionnel). Le statut professionnel a été défini en 1985, avec un code de déontologie des psychologues (dernière modification en 1987).

3 missions:

- une évaluation diagnostique (comment faire un diagnostique par l'entretien clinique)

- aide et soutien psychologique en proposant des consultations (une demie-heure à trois quarts d'heure en moyenne). On doit définir la durée de l'entretien, ce n'est pas la pertinence de ce que le patient dit qui joue sur l'horaire! On doit également établir la fréquence des rencontres. Consultations en cabinet, en CMP (gratuit) ou en hôpital (consultation avec carte vitale). L'idée est de séparer moyen financier et aide psychologique.

- le conseil. On ne se transforme pas en conseiller (à votre avis je divorce ou pas? à ne jamais faire!!). Le conseil ne concerne pas le patient directement, elle est pour les professionnels. On doit aider les gens à changer mais ne pas donner son avis personnel.

Chapitre 2: Psychologie clinique et psychanalyse

  • La psychologie clinique, l'université et la médecine


La psychologie clinique est enseignée à l'université en 1968 pour la première fois. Psychanalyse: ce qui va permettre à clinique d'être à part entière.

La psychanalyse ne s'apprend pas à l'université car c'est avant d'être une théorie, une pratique (il existe des écoles de psychanalyse). Il y a une forte influence (lien) entre la psychanalyse et la psycho. clinique. C'est l'époque où le psychologue devient important (plus nombreux) avec une facilité sur le marché du travail. Aujourd'hui grandes difficultés: sauf cabinet individuelle de psy.


  • Apport de la psychanalyse à la psychologie clinique


Constante à l'époque: tous les psychologues professeurs ou professionnels étaient aussi psychanalyste. L'apport de la psychanalyse est l'inconscient: une partie de notre fonctionnement nous échappe.

ex. D. Lagache "J'arrête d'être psychiatre et je me tourne à la psychanalyse". L'idée est que l'on se dit certes "il se passe ça" (l'individu nous explique et on en conclut quelque chose comme "il est parano") mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas autre chose, d'où l'importance de se séparer de la médecine!

Le premier laboratoire de recherche à la fac est né à Paris 7 après 1968 (revue Psychanalyse à l'université). Evolution avec de plus en plus de cursus différents dans le cadre des études de psychologie (q° de psy. clinique et psychothérapie): problème de la reconnaissance encore aujourd'hui (sujet de débat).
Elément central: le fait qu'on traite des êtres humains.

Deux courants: naturalisme et humanisme


  • L'ouverture théorique et pratique de la psychologie clinique: objectifs, méthodes et pratiques


Le modèle théorique qui sous-tend la psychoclinique est la psychanalyse.

Trois notions: l'inconscient, l'interprétation et le conflit.
Les théories psychanalytiques: L'individu comme un tout. Ce tout est constitué d'une partie consciente et une autre inconsciente (partie la plus importante de notre vie psychique) . C'est ce qui va constituer le réservoir d'énergie qui nous permet de nous maintenir en vie. Freud utilise le terme de LIBIDO: énergie qui constitue notre inconscient (énergie dite "sexuelle".
L'inconscient est utilisé par la psychanalyse comme méthode d'investigation du fonctionnement psychique. On utilise comme supports les entretients et tests comme le test projectif: on utilise un support comme un dessin pour demander au sujet à quoi le dessin lui fait penser. (voir TAT ou RORCHA). Chacun interprète de manière différente. La personne se projette dans l'histoire du dessin. exemple: on montre le dessin représentant un petit garçon dans une pièce. On projette des images qui provoqueront des représentations de ce qui se passe à l'intérieur du sujet (moyen d'expression). Des protocoles d'analyse de ces tests sont utilisés pour que cette observation soit efficace: interprétation du test (directement issu de la psychanalyse). L'intérêt est de faire dire tout ce qui passe par la tête. Le travail du psychanaliste est d'interpréter le contenu inconscient du récit autour du test du dessin. Il faut avoir accès à se qui est caché.
Le conflit: Nous sommes en conflit permanant entre énergie sexuelle et énergie qui nous pousse à la mort dans notre inconscient. Attention: il ne faut pas confondre énergie vitale et énergie sexuelle (Freud n'est pas un pervers). A l'intérieur même de la vie de chacun d'entre nous. Pour Freud c'est ce qui nous permet de nous maintenir en vie. En fonction de l'intensité du conflit: on détermine un certains nombres de catégories et pathologies. Il y a des conflits que l'on partage et d'autres qui sont du domaine de la pathologie.
Jacques Lacan est un psychologue très important dans la diffusion de la psycho. à l'université. Il a un grand intérêt pour Freud (facilité par ses connaissances en allemand). "L'inconscient fonctionne comme un langage": le travail du psychanaliste est de décripter ce langage. Petit à petit il constitue sa propre école de psychanalyse (détachement de Freud). Il faut, selon lui, travailler sur les signifiants et les signifiés (par ex. signifiés: une feuille/ signifiant: ce que représente la feuille dans notre cerveau). A notre insu, un certain nombre de signifiant va apparaître dans nos discours. Lacan est un des plus farouches défenseurs de la séparation psy/psychanalyse avec la médecine.
La neutralité bienveillante (= façon de se comporter chez le psy): la position dans laquelle on est doit favoriser l'expression du patient. C'est l'attitude qui permet d'embler d'installer une relation de confiance à travers une relation thérapeutique. Il faut que la personne se dise "j'ai la place pour parler et être écouter". Bienveillant: la personne doit avoir l'impression qu'effectivement je suis à l'écoute et surtout disponible! Attention, empathie -> compassion. On n'est pas là pour conseiller! Cette neutralité bienveillante est le plus difficile dans l'entretien (travail à faire par le psychologue). Le discours du psychologue doit rester rassurant: je suis là pour vous et je peux vous aider. On parle de transfert: installer une relation transferentielle avec le patient: quelque chose va être déplacer sur quelque chose d'autre. L'individu rejout à travers nous une partie de son histoire personnelle. Le psychologue n'induit pas de ce que le patient projette sur lui. C'est ce qui permet au patient de s'investir et de se dire "la personne en face de moi est là POUR moi". le patient doit pouvoir déplacer certaines de ces émotions et certains éléments de son histoire sur son psychologue.
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconI. Le libéralisme subversif Genèse du champ artistique
«doctrine de la liberté», idée abstraite suffisamment forte pour agréger des réflexions et susciter un courant intellectuel

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconL’examen clinique retrouve un état général conservé, sans signe clinique...

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconCours : Introduction à la psychologie clinique
«Psychologie clinique» évoque autant une méthode qu'un domaine qui se confond pour une part avec celui de la psychopathologie (=...

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconNeuropsychologie clinique

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconExamen clinique du nouveau-né

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconRecherches/ clinique et publications anciennes

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconRapport de stage de master II en psychopathologie clinique

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconÉVÉnements déterminants dans la genèse de la psychiatrie

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconGenèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste, nazi)

Chapitre 1: Genèse et champ de la clinique iconJournées d’étude
«Amériques : genèse des constitutions. Historiographie et concepts politiques»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com