Ufr psychologie – sciences de l’education





télécharger 0.52 Mb.
titreUfr psychologie – sciences de l’education
page21/23
date de publication18.05.2017
taille0.52 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
1   ...   15   16   17   18   19   20   21   22   23

Perspectives


Ce travail de recherche où nous avons fait le choix d’utiliser la méthode clinique, n’avait pas pour but de rendre généralisable des résultats. Ceux-ci, de dimension essentiellement qualitative, nous permettent de proposer les pistes suivantes :

► Replacer le patient dans un contexte d'acteur qui occupe toute sa place comme sujet, comme partenaire des professionnels de santé pour la prise en charge de sa maladie. L’autonomie du sujet peut être développée et avec elle, une recherche de qualité, de sens de la vie, plus qu’une prolongation impossible car « nous n’éliminerons jamais la douleur » (Illich cité par Eymard, 2004, p.20).

► Il semble intéressant de pouvoir réaliser des travaux de recherche sur les savoirs d'expérience qu'ont acquis les patients vivant au quotidien avec leur douleur. Cela améliorera la compréhension des processus d’apprentissages et de construction de ces savoirs contextualisés, de ces « savoir vivre avec ». Ces recherches pourraient concerner « les connaissances, les techniques et habiletés gestuelles, les attitudes et les expériences de la vie quotidienne » (Gatto, 2005, p.194).

► Proposer une action éducative intégrant les apports pluriels des Sciences de l’Education :

- Une éducation thérapeutique « qui par définition s’adresse à un malade chronique pour lequel l’apprentissage de compétences et de comportements de santé est nécessaire pour vivre » (d’Ivernois–Gagnaire, 2004, p.1). Cette éducation vise l’autonomisation, la responsabilisation du sujet et le place dans une cogestion de sa maladie. « L’éducation thérapeutique apparaît comme une passerelle possible » (ibid, p.11) entre les modèles de santé.

- Former les patients à l’auto-évaluation pour « amorcer une dynamique, un travail sur soi, un travail d’interrogation de soi et d’auto-évaluation de soi » (Vial, 2003, p11). Cette auto-évaluation « intuitive » telle qu’elle est apparue dans nos résultats gagnerait à être développée avec des outils construits et utilisables facilement. Les échelles existent pour l’auto-évaluation de la douleur mais elles sont peu utilisées et l’auto-évaluation des potentialités n’est pas formalisée. Intégrée à une action éducative de santé, « L’auto-évaluation prendrait alors le statut d’objet d’apprentissage » (Genthon, 1984a).

- Former les professionnels de santé, parce que « l’éducation du patient est difficile et qu’elle nécessite une pédagogie spécifique centrée sur les besoins et les potentialités de la personne » (d’Ivernois–Gagnaire, 2004, p.IX). Pour les soignants, accompagner et éduquer un patient, « c’est accompagner la question de l’énigme d’autrui » (Fustier, 2006, p.119).

►Aborder le phénomène de la douleur chronique avec l'éclairage de la complexité (Morin, 2005) :

Principe dialogique : Ce principe nous permet de ne pas opposer des éléments qui semblent s’opposer de prime abord, comme la maladie et la santé, comme les jours de douleur et les jours sans douleur, … Morin propose de concevoir les éléments en terme dialogique. Chacun n’existe que par la présence de l’autre, et c’est de ce tressage que naît une forme d’organisation et de complexité.

Principe hologrammatique : Chaque cellule de l’être humain comporte la totalité des informations génétiques de celui-ci. Le corps de ce même individu est structuré avec l’assemblement de toutes les cellules. C’est là, le principe hologrammatique : « la partie est dans le tout, le tout est à l’intérieur de la partie qui est à l’intérieur du tout » (Morin, 2005, p.117). La douleur des patients rencontrés ne se retrouve-t-elle pas dans leurs dimensions biologique, psychologique, sociale, ..c’est à dire dans leur tout. Et le tout de la vie singulière de ces individus ne vient-t-il pas influencer le « silence des organes » ?

Principe de récursion : c’est le principe du tourbillon qui est à la fois produit et producteur. Nous pouvons regarder la douleur chronique avec cet éclairage. « La société est produite par les interactions entre les individus, mais la société une fois produite, rétroagit sur les individus et les produits » (Morin, 2005, p.100). Ce principe est transposable au champ de la douleur chronique.

Le paradigme de simplification ne répond pas à la complexité des situations de douleurs chroniques. Le paradigme de la complexité peut apporter d’autres approches de compréhension du phénomène et de ses interactions avec l’environnement. Il se construira « comme le produit de tout un développement culturel, historique, civilisationnel » (Morin, 2005, p.103). « Si vous avez le sens de la complexité, vous avez le sens de la solidarité. De plus, vous avez le sens du caractère multidimensionnel de toute réalité » (Morin, 2005, p.92).

Pendant de nombreuses années, j’ai exercé comme professionnel de santé dans la conception du strict modèle biomédical de la santé. Ce modèle prégnant dans la discipline de l’anesthésie permet d’assurer des prises en charge chirurgicales, parfois en situations d’urgence, et il continue à être incontournable pour faire reculer la maladie et la mort. La richesse des situations professionnelles, des rencontres multiples, des parcours de vie des patients nous a permis de conscientiser les limites de ce modèle et d'investir maintenant vers d'autres actions possibles. Après des années d’expertise dans la prise en charge de la douleur aiguë, différentes disciplines médicales, dont l’anesthésie, s’ouvrent depuis quelques temps vers « d’autres soins » à destination des patients douloureux chroniques. C’est une petite révolution, un changement de paradigme qui s’inscrit par une praxis réflexive, vers de nouvelles actions, quelles soient de soins, d’éducation en santé, de formation et de recherche. « La science médicale est la seule qui ne produise absolument rien, finalement, mais doit expressément composer avec cette prodigieuse capacité de la vie à se régénérer d’elle-même et à se réapprendre d’elle-même » (Gadamer, 1998, p.100). Ces problématiques d’éducation en santé des patients douloureux chroniques peuvent s’inscrire dans les différents champs d’exercice où s’exprime la douleur chronique : sanitaire, social, médecine du travail, médecine scolaire. «  L’éducation pour la santé et l’éducation du patient apparaissent aujourd’hui comme des enjeux majeurs de santé publique » (HSCP, 1998). L’OMS, le plan français de lutte contre la douleur 2006-2010, le programme Era-Pain, la loi du 4 mars 200273 nous invitent à participer à ce changement de modèle de la santé. Cela ne se fera pas sans résistances des uns et des autres. « Pour un soignant, penser l’éducation, c’est accepter le patient comme sujet désirant, l’accompagner pas à pas dans son effort de se réapproprier la vie que la souffrance et la maladie ont momentanément ou pour toujours perturbée » (Lecorps in Sandrin-Berthon, 2000, p.67). Donner aux patients douloureux chroniques «  davantage de maîtrise de leur propre santé et davantage de moyens de l’améliorer » (Charte d’Ottawa, 1986), semble être un enjeu actuel qui s’inscrit dans la promotion de la santé.
1   ...   15   16   17   18   19   20   21   22   23

similaire:

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCalendrier universitaire 77 Services utiles 79 Informations pratiques...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCalendrier universitaire 75 Services utiles 77 Informations pratiques...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCalendrier universitaire 80 Services utiles 82 Informations pratiques...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconThèse de sciences de l’éducation

Ufr psychologie – sciences de l’education iconThèse de doctorat (N. R) en Sciences de l’Education

Ufr psychologie – sciences de l’education iconHistoire Géographie Education civique Sciences et technologie

Ufr psychologie – sciences de l’education iconDes modalités d’admission différentes selon les types de licence
«sensibles» Ex : droit, économie-gestion, staps, sciences de la vie, psychologie, sociologie, aes, lea anglais-espagnol; arts du...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCours : Introduction à la psychologie clinique
«Psychologie clinique» évoque autant une méthode qu'un domaine qui se confond pour une part avec celui de la psychopathologie (=...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCours du 24/01/2012
«grand papa». Elle avait beaucoup changé sous l’influence de Max Weber. Elle intègre les autres domaines de l’histoire, la psychologie,...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCréation et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique...
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com