Ufr psychologie – sciences de l’education





télécharger 0.52 Mb.
titreUfr psychologie – sciences de l’education
page7/23
date de publication18.05.2017
taille0.52 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   23

1.5 POLITIQUE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN EUROPE


Il est intéressant de comparer, sur quelques éléments, la politique de prise en charge de la douleur en France avec ce qui est réalisé dans les autres pays européens

1.5.1. Présentation


Lors de la grande enquête sur les Etats Généraux de la douleur réalisée en 2004 en France, une étude comparative a été menée en Europe. Un questionnaire a été adressé aux présidents de 28 sociétés savantes de pays, états membres de la CEE, états candidats ou états associés. 23 questionnaires ont été retournés45.

1.5.2. Principaux résultats


Formations médicales : En France, Il existe des formations diplômantes spécifiques à la prise en charge de la douleur. En Europe, un enseignement médical spécifique existe dans 43 % des pays et n’est obligatoire que dans 13 %. La prise en charge de la douleur est reconnue comme spécialité à part entière dans 22 % des pays. 100 % des pays bénéficient de l’existence de centres spécialisés, mais 34 % n’ont pas d’équipes spécialisées pour leur fonctionnement.

Politique d’incitation au traitement de la douleur : La France a développé une politique incitative de prise en charge de la douleur. 30 % des pays enquêtés bénéficient de directives analogues. Cette incitation vient à part égale des gouvernements et des sociétés savantes.

Financement : 48 % des pays voient leurs autorités sanitaires financer les initiatives individuelles dans ce domaine de la lutte contre la douleur.

Information : Des campagnes d’information sur la douleur, son évaluation et son traitement sont organisées pour les paramédicaux dans 60 % des pays ; les médecins dans 95 % des pays et les patients dans 75 % des pays.

Recherche : 35 % des pays ont réalisé des études avec données statistiques sur la prescription et /ou l’usage des analgésiques de palier 346.

Constat : La prise en charge de la douleur en Europe est assez hétérogène. Certains pays semblent la situer comme priorité de santé publique, d’autres n’y sont pas encore. Mais il ne faut pas oublier qu’en France, cela fait seulement une dizaine d’années que la politique incitative gouvernementale existe.

1.6 DIMENSIONS ECONOMIQUES DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR


Pour étudier ce projet de recherche, il semble utile d’aller voir si celui-ci est situé dans un champ intéressant pour l'ensemble de la société. Il ne peut pas être évoqué sans aborder la dimension économique de la prise en charge de la douleur chronique.

1.6.1 Présentation


Depuis plusieurs années, l'accent est mis très régulièrement et de plus en plus fortement sur le coût de la santé en France. Depuis trois années nous assistons à une modification profonde des modes de financement des établissements de santé publique et privée. Après un financement à la journée d'hospitalisation puis le financement par budget global, les établissements français sont maintenant soumis à la tarification à l'activité dite T2A. Cette évolution qui met en avant la dimension « activité » des établissements modifie un certain nombre de règles d'organisation de ceux-ci. En ce qui concerne la médecine libérale et la délivrance par les officines de ville des thérapeutiques aux patients, nous voyons évoluer la politique nationale avec une succession de mesures visant à contenir le déficit global de la sécurité sociale. Le déremboursement de certaines molécules parfois couramment utilisées par la population, l’incitation à l'achat de médicaments génériques moins chers sont les représentants de cette politique de maîtrise des coûts de la santé en France. Celui de la prise en charge spécifique de la douleur est-il conséquent ? C’est ce qui est présenté maintenant. Voici donc l’étude des répercussions économiques de la prise en charge de la douleur en France dans sa composante de consommation des médicaments et d'autre part comme coût des arrêts de travail et des maladies professionnelles.

1.6.2 Coût des prescriptions et utilisation des médicaments contre la douleur


Les données accessibles concernent l'évolution des ventes des différentes spécialités pharmaceutiques entre 1988 et 2000 (en annexe 1.4). Ces chiffres sont issus des résultats d’enquête des états généraux de la douleur qui ont été réalisés en 2004. L'évolution quasi constante de la courbe des ventes permet d'extrapoler le niveau de l'année actuelle. Les médicaments anti-douleurs occupent un pourcentage très important des médicaments prescrits et consommés en France. Ce sont les premiers médicaments en nombre de prescriptions. Ces prescriptions d'antalgiques sont en augmentation sensible depuis 1988. En 2002, 80 % des Français ayant consulté un médecin ont reçu au moins une fois une prescription d'antalgiques. Il est particulièrement intéressant de suivre l’évolution de vente des médicaments anti-douleurs de pallier un, deux et trois. Les différentes mesures gouvernementales ont essayé par des actions spécifiques de lever un certain nombre de freins à la prescription et la consommation de médicaments de pallier trois. À la fin du premier plan de lutte contre la douleur, l'évolution de ces catégories de médicaments entre les années 2000 et 2001 présente des résultats intéressants.

Evolution des volumes de ventes des principaux anti-douleur entre 2000 et 2001




Quantité 2000

Quantité 2001

Evolution

Total médicaments

1 754 020 033

1 814 538 408

+ 3,5%

Anti-douleur

350 844 701

375 642 789

+ 7,1%

Anti-douleur hors AINS

300 469 661

321 332 179

+ 6,9%

Palier 1

148 882 459

161 885 384

+ 8,7%

Palier 2

105 173 245

111 387 048

+ 5,9%

Antispasmodiques

20 191 499

20 912 791

+ 3,6%

Myorelaxants

14 748 018

15 127 369

+ 2,6%

antimigraineux

8 521 380

8 577 628

+ 0,7%

Palier 3

2 953 060

3 441 959

+ 16,6%

Tableau 3 : Evolution des volumes de ventes des principaux anti-douleur entre 2000 et 2001

Nous voyons bien que l'évolution de vente des anti-douleurs est le double de l'évolution de l'ensemble des médicaments de la pharmacopée. La progression la plus significative concerne les principaux anti-douleurs de pallier trois qui ont fait l'objet d’actions très précises. Il semble donc que leur évolution de + 16,6 % de ventes en un an soit l'expression concrète de la levée de certains blocages quant à leurs prescriptions et utilisations. En France, chaque année, 350 000 patients consomment des antidépresseurs et/ou des anti-épileptiques prescrits pour des douleurs neuropathiques.

1.6.3 Coûts des arrêts de travail et maladies professionnelles en lien avec la douleur


Les statistiques 2004 de la caisse nationale d'assurance-maladie47 des travailleurs salariés montrent une hausse du nombre de maladies professionnelles48. Elles sont particulièrement intéressantes, car les affections péri-articulaires sont les plus fréquentes et associées aux lombalgies, représentent les trois quarts des maladies professionnelles reconnues. L'ensemble de ces troubles musculo squelettiques est associé à un vécu douloureux de la part des patients. En 2004, 36 871 cas de maladie professionnelle ont été indemnisés. Cela fait environ 27 000 cas de maladie professionnelle avec des troubles musculo squelettiques à composante douloureuse. L'évolution du nombre de cas de maladies professionnelles ne cesse d'augmenter. Plus 7,2 % entre 2002 et 2003. Plus 7,7 % entre 2003 et 2004. L'évolution de 2005 suit la même pente. En 2005 les affections péri-articulaires représentent 72,1 % de l’ensemble des maladies professionnelles. À ces chiffres s'ajoutent 5, 5 % d'affection du rachis lombaire. Au total pour l'année 2004, le nombre de jours d'incapacité temporaire de travail pour maladie professionnelle s'élève à : 6 819 374.

La société française supporte donc le poids économique de presque 7 millions de jours d'arrêt de travail pour maladie professionnelle dont les trois-quarts pour des troubles musculo squelettiques avec une composante douloureuse. Pour Alain Serrie49, la lombalgie est le deuxième motif de consultation en médecine générale. Ses conséquences sont considérables : l'impact socio-économique est estimé à 3,5 millions de journées soient un coût annuel de 2,3 milliards d'euros. Les lombalgies sont la première cause d'arrêts de travail et d'invalidité. Entre 18 et 55 ans, la lombalgie cause plus de handicap fonctionnel que le cancer, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires et le sida.

En ce qui concerne les céphalées chroniques quotidiennes50 (migraine chronique avec abus médicamenteux), elles intéressent 3 à 4 % de la population générale. Les dépenses annuelles en pharmacie pour les patients souffrants de cette pathologie chronique sont évaluées à 171 € par sujet et par an. Elles sont multipliées par cinq en ce qui concerne les examens complémentaires.

Ces données économiques mettent en évidence le coût social important de la prise en charge de la douleur et notamment des douleurs chroniques en France. Il semble maintenant évident que l'intérêt est majeur de s'intéresser à la douleur chronique rebelle. L'approche étudiée dans ce mémoire permet d'envisager la prise en charge de la douleur chronique avec un autre éclairage, moins centré sur la simple consommation des médicaments, et plus sur le patient comme sujet agissant sur sa problématique de santé. L'intérêt du système de santé biomédical comme traitement curatif de la douleur, posé essentiellement sur la prescription de médicaments semble dépassé par la prise en charge des douleurs chroniques rebelles. La médecine n’est plus aussi « triomphante » malgré des dépenses toujours croissantes.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   23

similaire:

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCalendrier universitaire 77 Services utiles 79 Informations pratiques...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCalendrier universitaire 75 Services utiles 77 Informations pratiques...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCalendrier universitaire 80 Services utiles 82 Informations pratiques...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconThèse de sciences de l’éducation

Ufr psychologie – sciences de l’education iconThèse de doctorat (N. R) en Sciences de l’Education

Ufr psychologie – sciences de l’education iconHistoire Géographie Education civique Sciences et technologie

Ufr psychologie – sciences de l’education iconDes modalités d’admission différentes selon les types de licence
«sensibles» Ex : droit, économie-gestion, staps, sciences de la vie, psychologie, sociologie, aes, lea anglais-espagnol; arts du...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCours : Introduction à la psychologie clinique
«Psychologie clinique» évoque autant une méthode qu'un domaine qui se confond pour une part avec celui de la psychopathologie (=...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCours du 24/01/2012
«grand papa». Elle avait beaucoup changé sous l’influence de Max Weber. Elle intègre les autres domaines de l’histoire, la psychologie,...

Ufr psychologie – sciences de l’education iconCréation et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique...
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com