Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.»





titreBibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.»
page8/40
date de publication21.05.2017
taille2.3 Mb.
typeBibliographie
h.20-bal.com > droit > Bibliographie
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   40

Le melting pot régional

Nos anciens de Poitiers et de Saintes se causaient point trop.

Il serait question qu’ils se parlent maintenant. Pour l’instant, on en serait plutôt à s’écrire. Se comprendre posant quelques problèmes, il a bien fallu trouver un compromis sur la façon de s’exprimer :

  • le latin, c’est un peu trop ancien dit quelqu’un...et avec Vatican II çà pourrait encore poser des problèmes,

  • l’anglais compris par beaucoup ne fait pas très langue d’oïl et il y a trop de réminiscences d’une ligne de démarcation ancienne mais tenace avec les parlers d’oc, dit quelqu’un qui avait étudié à Paris

  • un étranger, qu’était pas d’ici, proposa le ouolof qui avait donné de très bons résultats en terre africaine ; on le trouva trop exotique.

On était dans l’impasse. C’est alors que la révélation eut lieu : on s’accorda à dire que l’on parlerait à la fois le poitevin et le saintongeais et , après en avoir beaucoup discuté, il fut décidé qu’un beau trait d’union permettrait d’apporter du sens à la dite révélation.

On s’achemina donc gaillardement vers le poitevin-saintongeais.

Pourquoi pas le saintongeais-poitevin dirent les gens de Saintes qui avaient en principe leur mot à dire mais ils ne parlaient pas très forts. Révélation pour révélation, ce fut Notre-Dame qui fit valoir sa primauté sur Eutrope qui n’était que saint. D’ailleurs, il avait perdu son évêché et ne se trouvait pas dans la capitale de Région récemment créée sous le titre déjà très unificateur de Poitou-Charentes. Le trait d’union était déjà là dans toute sa rassemblante beauté et peu y avaient prêté attention du temps où l’on s’causait point. Enfin bref, les gens de la capitale ont décidé que ce serait du poitevin-saintongeais C’était pas tout mes bons amis, il fallait maintenant s’atteler à la tâche et dire ce qu’était le poitevin-saintongeais. On créa donc un dictionnaire. C’est ainsi que la nouvelle union décidée par les uns plus que par les autres mit en application la « feuille de route »

La logique fut respectée :

  • le parlhange poitevin et le jhabrail saintongeais se diraient maintenant le parlh-brail avec un beau trait d’union

  • le pois blanc poitevin et la mojhette saintongeaise deviendrait la pois-jette

  • le luma poitevin et la cagouille de saintonge seraient désormais des lu-gouilles

Avoir un nouvel espéranto régional, c’était bien pratique mais personne le parlait.

C’était pas tout mes bons amis, il a fallu s’écrire puisqu’on avait décidé de se parler et qu’on pouvait pas

se voir. On savait toujours pas comment faire . Quelqu’un dans une assemblée savante se souvint que les égyptiens avaient des scribes qui se débrouillaient entre eux de tout ce qui était écrit . Ils écrivaient ce qu’ils voulaient et comme ils étaient les seuls à savoir le lire il n’y avait plus aucun problème. Ils étaient même édités, à l’époque, sur papyrus.

Le dictionnaire ayant été créé, le « scribouillage » étant réglé, l’unification était en route et irréversible.

C’est alors que, dans toute cette affaire , les poitevins et les saintongeais s’aperçurent qu’ils avaient été

complètement oubliés !!! Alain MOREAU 21 octobre 2006

« Ces deux textes d’Alain Moreau sont remarquables »

François JULIEN-LABRUYÈRE

DECIDER, C’EST PAS FACILE
En ce temps là, il y a très longtemps vers les années 1980, quelqu’un souleva une question existentielle.

Pourquoi les saintongeais ne parlent-ils pas poitevin ?

Des recherches furent entreprises et un flot de questions se posèrent :

- Y aurait-il par hasard 400 à 800 mots courants différents entre le poitevin et le saintongeais ?

- Trouverait-on par hasard une liste de 100 expressions et proverbes qui ne seraient pas poitevins ?

- Une liste de 100 verbes courants conjugués pouvait-elle montrer une différence partielle ou totale avec le

poitevin ?

Devant l’énormité de la tâche, il fut convenu de biaiser sans aller plus avant dans une étude qui demandait de

connaître à

la fois le poitevin et le saintongeais.
Ne voulant pas vivre dans l’opprobre en étant taxé « d’incompétence » et surtout pas de « révisionnisme

culturel » -

termes infamants à cette époque - , il a fallu créer ce que l’on connaît actuellement sous le délicieux

néologisme de

« poitevin-saintongeais ».

Ce vocable (a) porte en lui toute sa provisoirité : le trait d’union marque l’hésitation, la survivance de

l’appellation

« saintongeais » précise l’incertitude des décideurs de ce temps là.

Une prise de position définitive s’impose désormais : avoir le courage de dire 
Il faut maintenant supprimer le saintongeais et le trait d’union.

Deux possibilités sont bien là :


  • les saintongeais veulent être reconnus, reconnaissons les en tant que parler saintongeais qui est

de langue d’oïl mais n’est pas du poitevin,

  • les saintongeais ne sont que des « sous-poitevins » et alors il faut supprimer l’appellation

« saintongeais » et le désormais inutile trait d’union.
L’absurdité de la situation ne demandait qu’une démonstration par l’absurde.

Où se trouveront désormais les saintongeais ?

  • dans la « pax parisiana » ?

  • dans le concert des provinces rebelles au sein d’un manifeste saintongeais (b) ?

Courage, courage, fuyons dirent certains.



  1. vocable : Lit. Nom du saint sous le patronage duquel une église est placée

  2. manifeste : n.m. Déclaration écrite par laquelle un souverain, un chef de parti, un groupe de

personnalités, etc., rend compte de sa conduite dans le passé et définit les objectifs qu’il se

propose pour l’avenir.

Alain MOREAU

« Mettre un trait d’union plutôt qu’une conjonction de coordination entre

poitevin et saintongeais relève d’une assimilation indue, devenue à la mode

depuis une trentaine d’années sous l’influence de l’UPCP, organisme forte-

ment dominé par des Poitevins qui, en plus, cherche à imposer une graphie

trop intellectuelle pour ce qu’elle est censée véhiculer. »

François JULIEN-LABRUYÈRE

____________________________


« Quant à la volonté des Poitevins d’englober grâce à un fâcheux

trait d’union le saintongeais dans leur giron, elle me paraît plus

le signe d’un impérialisme de faiblesse que l’effet d’une quelconque

justification scientifique. »

François JULIEN-LABRUYÈRE
________________________


« Ce qu’on appelle « saintongeais » n’est autre que l’ensemble des variantes

méridionales du poitevin-saintongeais » Eric NOWAK

_____________________________

« Le poitevin-saintongeais résulte de l’articulation du latin par les Pictons et

les Santons sous l’influence germanique des Francs moins forte que dans le

reste du domaine d’oïl. »

Jean-Jacques CHEVRIER & Michel GAUTIER

Le poitevin-saintongeais langue d’oïl méridionale
______________________________


« La langue poitevine-saintongeaise est scientifiquement attestée comme une langue

circonscrite grosso-modo entre Loire et Gironde. »

Jean-Louis NEVEU, CERDO Parthenay

3ème partie : Bibliographie du patois saintongeais
Œuvres et documents antérieurs à 1800, par ordre chronologique :

5 auteurs 22 titres

ANONYME

Chronique de Turpin ou La Chronique saintongeaise. XIIIème siècle. voir AURACHER Theodor,

BEDIER Joseph, BURIDANT Claude, KLEIN Karl, MEREDITH-JONES .C, PARIS Gaston,

PICCAT Marco, PIGNON .J, SCHMIDT Paul, SMYSER . H, STRAUB . F, WALPOLE Ronald

http://poitou.ifrance.com/poitou/turpin.htm

ANONYME

Tote l’histoire de France XIIIème siècle. voir BOURDILLON Francis, DUGUET Jacques,

de MANDACH André, MASSIOU Léon, PIGNON Jacques
ANONYME

Chartes du XIIIème siècle en langue vulgaire (plusieurs concernent le diocèse de Saintes)

Société Archives Historiques du Poitou. Tomes LVII. 1960, LVIII
ANONYME

Terrier du grand fief d’Aunis (milieu du XIIIème siècle)

Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest tome XXXVIII. 1874
ANONYME

Testament de Gui de Lusignan, seigneur de Cognac, de Merpins et d’Archiac - 1281 voir MARVAUD. F

ANONYME

Coutumier de l’île d’Oleron. XIVème siècle. voir BEMONT Charles, DUGUET Jacques,

TWISS Traver ,WILLISTON James a été tiré à part par l’Imprimerie nationale en 1919
ANONYME

Registre de l’Echevinage de Saint-Jean d’Angély 1332-1496

dans Bulletin Société Archives Historiques de la Saintonge et de l’Aunis. tome XXXII
ANONYME

Chanson calviniste. Œuvres de M.Marchadier.1903. page 505. (écrite en 1621 selon A.Favraud)
ANONYME

Voué-tu là bas ? (transmis par sa grand-mère à Ginette MERCIER, la PETITE CHATENETTE)
ANONYME

La varve à Dieu (prière traditionnelle). Œuvres de M.Marchadier. 1903. pages 371-372

Le Subiet mars-avril 2005. p 39

(La PETITE CHATENETTE l’a apprise par sa grand-mère étant enfant dans les années 1930)

ANONYME

Le Noël de Thevet. chant de 42 couplets écrit par un curé de La Rochefoucauld au XVIIIème siècle

Etudes locales jan 1931. pp 1-30 . Bulletin de la SEFCO juil-sept 1967. pp 224-226

voir FAVRAUD. A

BESSE abbé Jacques, curé d’Annepont (manuscrit conservé à la bibliothèque de La Rochelle)

Le manuscrit de Pons, recueil de textes en patois saintongeais du XVIIIème siècle DUGUET SEFCO.1975

  • Vie champêtre

  • Amours champêtres

  • Seignée

  • Bouquet

  • Etrennes 1737

  • Départ

  • La Genetouze

- Marais

  • Naissance

  • Commission de 1737

  • 1ère églogue de Virgile

  • Mariage du 11 septembre 1741

  • La mique, le carquelin

  • Le prédicateur

  • Chanson

  • Compliment

  • Dialogue



ANONYME

L’huguenotte de Jean CHAUVINEAU (16ème ou 17ème siècle)

in Bulletin de la Société Etudes Folkloriques Centre-Ouest. mars-avril 1970. pp 245-246

ANONYME

Compliments en vers rustiques par les habitants de Bouteville à M.Elie de Beaumont. 1778

in Bulletin de la Société Archéologique et Historique de la Charente 1856
ANONYME

O vinguit in ordre dau Roë. Les patois de la France. FAVRE . p 294. Niort 1882

MEMINEAU Jean-Baptiste, de Confolens, sous-préfet de Confolens

Glossaire du patois rochellais. Manuscrit recueilli en 1780 par le cousin de M.Fleuriau de Bellevue

publié par Burgaud des Marets en 1861
VANDERQUANT Jean l’Aîné, de Courcoury, curé de Virolet

La saintongeaise à confesse. 1785, publié dans L’Union républicaine de Saintes 1850
ANONYME, manuscrit conservé à la Bibliothèque de Saintes au Fonds ancien et régional

Extraits d’un vieux chansonnier de 1785 ayant appartenu à Alphonse Amédée RENOU, ancien notaire à

Mortagne sur Gironde, communiqué par M.E. JOUAN, recopié par Marcel PELLISSON et donné à

Roger CLOUET

  • n° 22 : les quatre derniers vers de la chanson sont en patois

  • n° 56 : chanson en patois (sans titre)


BOURIGNON François-Marie, de Saintes, fondateur du journal Affiches de Saintonge et d’Angoumois

La muse des bords de la Charente. 1786

Danse ronde en patois saintongeais. Affiches de Saintonge et d’Angoumois 11 mai 1786

Œuvres de Marc Marchadier. pp 360-362. 1903

Freddy BOSSY La boulite poitevine-saintongeaise n°8. 1985. pp 36-40
THOMAS de BARDINES, d’Angoulême

Satire contre M.MEMINEAU

Diverses charades, bouts-rimés, logogryphes en patois. Affiches de Saintonge et d’Angoumois.1786 …
Aire linguistique du saintongeais



« M’y queneu pas granman en fait de biâ langage,

Parle coume i parlan teurtous dans mon village. »


« Je m’efforce de démontrer que la langue régionale que j’aime peut exprimer des

sentiments dignes et aborder des thèmes sérieux. » James ANGIBAUD
______________________________


« Argardez donc seul’ment ine cagouille de Chérente

Thielle paur’ chéti bétière qu’est theurjhou combin lente,

Mais qu’aboute vour’ qu’a veut, même s’o y a d’l’opposance,

Thieu ch’min d’la cagouille, olé nout’ espèrance. »
_____________________


« La science, plus impartiale et mieux avisée, recherche aujourd’hui

les vestiges des Patois, comme étant les monuments les plus vivants,

les médailles les plus précieuses des origines nationales et de la

fusion des Peuples. »

Pierre Abraham JONAIN

___________________________________

« Après Tours on trouve le pays poitevin, fertile, excellent et

plein de toutes félicités.Les Poitevins sont des gens vigoureux

et de bons guerriers, habiles au maniement des arcs, des flèches

et des lances à la guerre, courageux sur le front de bataille,

très rapides à la course, élégants dans leur façon de se vêtir,

beaux de visage, spirituels, très généreux, larges dans l’hospitalité.

Puis on trouve le pays saintongeais ; de là, après avoir traversé

un bras de mer et la Garonne, on arrive dans le Bordelais où le vin

est excellent, le poisson abondant, mais le langage rude.

Les saintongeais ont déjà un parler rude, mais celui des Bordelais

l’est davantage. »

Le guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle,

texte en latin du XIIème siècle, traduit par Jeanne VIELLIARD
_______________________

« A l’école il faudrait commencer une initiation à notre langue régionale dès le
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   40

similaire:

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconBibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois,...
«A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.»

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» icon1S’inscire dans une démarche de veille mise à jour avril2013

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconVigilance clonage international, 19 mars 2007, l'appel de Rougemont par le Père Patrick
«Seigneur d’accord, mais je veux savoir quand, à quel moment ?». Alors le vingt et unième jour, l’ange Gabriel est apparu au prophète...

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconIl y a un an, jour pour jour, Barack Obama est investi 44ème Président des États-Unis
«l’identité nationale» s’impose au pays. Notre mécanique se heurte à un défi majeur : comment ouvrir la République à tous les citoyens...

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconBibliographie F. Hatchuel Mise à jour avril 2006
«plus célèbre anthropologue française vivante», titulaire de la chaire au Collège de France

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconEn France comme en Allemagne, l’apprentissage précoce d’une langue...
«Amitié» propose un assortiment thématique de 23 livres, dont 14 en langue allemande et 9 en langue française. Ils sont destinés...

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconVersion mise a jour jean Boutier Le «Grand Tour» des élites britanniques...

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconProjet 2008-2009 : rep 19 : liaison cm2-6ème
«le goût des mots», points (6€) X 6 : 1 par classe : expressions empruntées à la mythologie passée dans la langue française. Travail...

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconMise en page par Jean leDuc

Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois, Pays Gabaye et Gavacheries) par Jean-Michel hermans mise à jour (darnière buffée) : 6 mars 2007 «A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.» iconLes Haïtiens se sont rassemblés dans le recueillement mercredi pour...
«actualité» et du corpus de photos proposées. Les dessins de presse réalisés par les élèves aussi






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com