La création de l'Etat d'Israël révolutionne la donne géopolitique au Moyen Orient (1945-1948)





télécharger 44.37 Kb.
titreLa création de l'Etat d'Israël révolutionne la donne géopolitique au Moyen Orient (1945-1948)
date de publication17.10.2016
taille44.37 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > droit > Documentos




Chronologie : Le Moyen Orient depuis 1945

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Moyen Orient constitue l'une des zones les plus instables, où s'affrontent de multiples acteurs. Plusieurs facteurs font en effet de cette région une zone où s'affrontent de multiples tensions. Le Moyen Orient est le berceau des trois religions monothéistes. Si l'Islam est largement majoritaire, cette région constitue une mosaïque de communautés religieuses, ce qui constitue un risque de tensions majeurs entre les différents pays de la région ou au sein même de ces pays (guerres civiles). Le Moyen Orient constitue également un enjeu essentiel sur le plan économique (pétrole) et stratégique (zone de passage essentiel à la jonction de trois continents), ce qui suscite de nombreuses convoitises de la part des pays extérieurs. Le Moyen Orient fut ainsi un enjeu essentiel de la guerre froide, chacune des deux grandes puissances (URSS et Etats-Unis) essayant d'y étendre et conforter leurs intérêts. Enfin, cette région offre des régimes politiques très divers et les antagonismes régionaux entre les différentes puissances locales ont été très nombreux. L'un de ces principaux antagonismes fut bien sûr le conflit israélo-arabe qui joua une influence considérable sur l'évolution de la région.


La création de l'Etat d'Israël révolutionne la donne géopolitique au Moyen Orient (1945-1948)
La fin de la Seconde Guerre mondiale provoque un bouleversement important des rapports de force au Moyen Orient. Les puissances européennes qui possédaient un certain nombre de mandat dans la région (Palestine, TransJordanie pour la Grande-Bretagne, Liban, Syrie pour la France) s'effacent progressivement devant la puissance américaine. Celle-ci contrôle une large part de la production pétrolière de la région et disposent de plusieurs bases militaires dans des pays (Turquie, Arabie Saoudite) considérés comme des bases avancées de l'Occident face aux entreprises de Moscou (l'URSS cherche en 1945 à contrôler les détroits et à étendre son influence en Iran). Surtout, la création en 1948 de l'état d'Israël provoque un véritable séisme politique au Moyen Orient, favorisant l'union des différents états arabes de la région contre le nouvel état.
1945

Après avoir encouragé l'immigration juive en Palestine au cours de l'entre deux guerres, les autorités britanniques chargées d'administrer le mandat palestinien décident d'apporter d'importantes restrictions à cette immigration.

Mars: fondation au Caire de la Ligue arabe, rassemblant les Etats arabes venant d'obtenir leur indépendance (Jordanie, Syrie, Liban) et ceux dont l'indépendance est déjà plus ancienne (Egypte, Irak…)..
1946

Ben Gourion, président de la conférence sionniste, appelle la milice juive (Haganah) à la lutte contre les britanniques ( épaulée par des groupes terroristes -Irgoun-, la Haganah multiplie actions armées et attentats). Etat de crise en Palestine.
1947

Juillet : le bateau Exodus qui tentait d'emmener clandestinement en Palestine 4 300 immigrants juifs est arraisonné par les navires britanniques et doit repartir vers l'Allemagne. Cette affaire porte les tensions entre la population juive et les autorités britanniques à leur comble et attire de nouvelles sympathies à la cause d'un état juif indépendant.

Novembre : Débordée, l'Angleterre décide de soumettre le problème palestinien à l'ONU qui adopte un plan de partage de la Palestine. Palestine divisée en deux états (juifs et palestiniens). Jérusalem internationalisée.

Les guerres israélo-arabes : l'affirmation de l'état d'Israël face au nationalisme arabe sur fond de guerre froide (1948-1973)
La création de l'Etat d'Israël ouvre une série de guerres israélo-arabes. Quatre conflits opposèrent en effet entre 1948 et 1973 Israël à ses voisins arabes. Ces conflits se développèrent sur fond de développement du nationalisme arabe (arrivée au pouvoir de Nasser en Egypte en 1952), ce qui favorisa la mobilisation du monde arabe contre le plan de partage de la Palestine et l'existence d'Israël. Ils furent également des enjeux importants de la guerre froide, Etats-Unis et URSS n'hésitant pas à intervenir directement pour tenter de préserver leurs intérêts dans la région. Les puissances européennes en revanche étaient désormais cantonnées à un rôle largement secondaire, comme le montre l'échec de l'expédition de Suez (1956).

Au final, ces conflits ont permis à l'Etat d'Israël, supérieur militairement à ses voisins, de s'agrandir en annexant un certain nombre de territoires. Surtout, ils rendirent complètement hypothétique l'application du plan de partage de 1947 et la Palestine telle que l'avait prévu l'ONU ne vit jamais le jour. Cette situation entraîne l'exil des populations palestiniennes dans les Etats arabes voisins d'Israël, où ils vont connaître des conditions matérielles particulièrement difficiles (regroupement dans des camps de réfugiés). Les Palestiniens vont ainsi rapidement s'organiser politiquement (fondation de l'OLP en 1964) et mener une action particulièrement violente (terrorisme) contre Israël.
1948

Mai : La Grande Bretagne annonce qu'elle met fin à son mandat sur la Palestine.

Proclamation de l'Etat d'Israël par Ben Gourion. Première guerre israélo-arabe : les armées arabes (Egypte, Syrie, Jordanie…) décident d'attaquer le nouvel état.
1949

Février : Vaincus militairement, les Etats arabes signent l'armistice et les accords de Rhodes, sur la base de la situation militaire sur le terrain. Les frontières israéliennes sont plus avantageuses que prévues et aucun Etat palestinien ne voit le jour (les territoires palestiniens qui ne sont pas occupés par Israël sont annexés par la Jordanie et l'Egypte). Plus de 800 000 palestiniens sont parqués dans des camps en Syrie, Jordanie, au Liban et en Egypte. Vivant dans des conditions misérables, ils ne devaient être réintégrés ni par les pays arabes (qui ne voulaient pas reconnaître le partage de la Palestine) ni par Israël, qui refusait de laisser s'installer en son sein un élément irréductiblement hostile. 120 000 arabes restèrent néanmoins en Israël, où ils jouirent (théoriquement du moins) des mêmes droits que les juifs.
1951

Mars : en Iran, le gouvernement nationaliste dirigé par Mossadegh décide de nationaliser la

compagnie pétrolière britannique, l'Anglo Iranien Oil Company. La Grande Bretagne répond par le boycott du pétrole iranien. L'URSS soutient l'Iran.
1952

Juillet : arrivée au pouvoir de Nasser en Egypte. Le nationalisme et les campagnes panarabes de Nasser et l'aide croissante apportée à l'Egypte par l'URSS font grandir les inquiétudes israéliennes (crainte d'un changement de rapport de force au Moyen Orient).

1953
Août : Coup d'Etat en Iran : les forces conservatrices appuyées par l'armée, avec le soutien de la CIA, renversent Mossadegh et rétablissent le pouvoir du Chah. L'Iran entre désormais dans la zone d'influence américaine.
1955

Février : Le pacte de Bagdad permet aux Etats-Unis de conforter leurs alliances au Moyen Orient (Irak, Turquie, Iran, Pakistan). Cette alliance isole quelque peu l'Egypte, qui se rapproche de son côté de l'URSS.

1956

Juillet : Nasser décide de nationaliser le canal de Suez, afin de financer la construction du barrage d'Assouan.

Octobre : les troupes françaises, anglaises et israéliennes attaquent l'Egypte de Nasser. L'Egypte subit une importante défaite militaire mais l'ONU et surtout la pression de l'URSS et des Etats-Unis imposent l'arrêt de cette opération et le retrait des troupes franco anglaises et israéliennes. Le prestige de Nasser en sort considérablement renforcé (symbole de la lutte anticoloniale et du nationalisme arabe).
1964

Mai : Fondation de l'OLP (organisation de libération de la Palestine) qui rassemble l'ensemble des mouvements palestiniens, dont le Fath de Yasser Arafat. Adoption de la Charte nationale palestinienne qui fait de la destruction d'Israël la condition de la libération de la Palestine.
1967

Mai : Nasser multiplie les gestes de provocations à l'égard d'Israël et tente de

mobiliser l'ensemble des états arabes contre l'Etat israélien.

Juin : guerre des Six jours. Israël décide de mener une "guerre préventive" contre ses

principaux voisins arabes (Jordanie, Egypte, Syrie). La victoire est complète sur tous

les fronts. Jérusalem, la Cisjordanie, le plateau du Golan et le Sinaï sont conquis par

les troupes de Moshe Dayan et deviennent des territoires occupés. Plus d'un million

d'arabes passe sous administration israélienne.

Septembre : à la conférence de Karthoum, les pays arabes réaffirment leur non à la reconnaissance

d'Israël.

Novembre : résolution 242 de l'ONU qui demande à Israël d'évacuer les territoires occupés. L'Etat

israélien refuse toutes négociations et toutes redéfinitions des frontières (l'occupation des nouveaux territoires écartait la menace arabe des centres vitaux de l'Etat hébreu). Les territoires occupés sont soumis à une intense colonisation israélienne avec création de villages militaires.
1969

Yasser Arafat président de l'OLP.
1970

Septembre : inquiet de la menace de guerre que fait peser sur son pays l'action des combattants

palestiniens, le roi Hussein de Jordanie lance son armée contre les camps et écrase la résistance palestinienne. Ce "septembre noir" contraint l'OLP à se réfugier au Liban.

Octobre : Mort de Nasser. Sadate lui succède.
1972

Septembre : des terroristes palestiniens prennent en otage les athlètes israéliens aux JO de Munich.
1973

Octobre : Guerre du Kippour. L'armée égyptienne attaque Israël par surprise. Les troupes israéliennes parviennent à organiser une contre-offensive et pénètrent en Egypte.

Octobre : les pays arabes de l'OPEP décident d'augmenter le prix du pétrole pour faire pression sur la scène internationale. Cette décision exerce une pression importante sur les pays occidentaux et favorise un cessez le feu entre Israël et l'Egypte.

Novembre : Sous la pression américaine, Egyptiens et Israéliens signent un cessez le feu. Une force de l'ONU s'installe au Sinaï.

La fin des guerres israélo-arabes laissent place à la question palestinienne tandis que l'islamise supplante le nationalisme arabe (1973-1988)

La guerre du Kippour marque un tournant important. Sa portée politique est indéniable. Pour les pays arabes, qui ont réussi à faire douter l'armée israélienne, l'humiliation des guerres précédentes est lavée. Surtout, la décision adoptée par l'OPEP de faire monter le prix du pétrole constitue une arme diplomatique très importante en faveur des Etats arabes et va encourager les puissances occidentales à essayer d'accélérer le règlement du conflit israélo-palestinien. La guerre du Kippour marque ainsi une rupture importante concernant l'évolution des rapports entre Israël et ses voisins arabes puisqu'une certaine volonté de dialogue va désormais se faire jour, symbolisée notamment par les efforts du président égyptien Sadate. Si les rapports israélo-arabes connaissent ainsi un début de normalisation, la question palestinienne reste en revanche entière et le face à face israélo-palestinien connaît une certaine radicalisation (intervention israélienne au Liban en 1982 pour démanteler l'OLP).

Un autre élément majeur va marquer une rupture importante à partir de la seconde moitié des années soixante-dix au Moyen Orient : la montée de l'islamisme (révolution en Iran en 1979 notamment), qui va supplanter progressivement le nationalisme arabe et devenir l'un des facteurs de déstabilisation majeur de la région.

1975

Septembre : les Israéliens commencent leur retrait du Sinaï. Israël et l'Egypte conviennent de

résoudre leur conflit par des voies pacifiques, sans recourir à la force.

Début de la guerre civile au Liban opposant le "Front libanais" chrétien aux

musulmans, qui reçoivent l'appui des palestiniens en exil. Les musulmans font appel à la Syrie, qui s'installent an nord Liban.

1977

Novembre : voyage de Sadate à Jérusalem.
1978

Septembre : accords de camp David (rencontre entre Sadate et Begin organisée par Carter). Traité de paix israélo-égyptien.
1979

Janvier : révolution iranienne. Départ du Chah d'Iran et arrivée au pouvoir de l'Ayatollah Khomeiny qui instaure une théocratie en Iran (la "République islamique").

Mars : traité de Washington qui prévoit la restitution du Sinaï à l'Egypte et la création par étape d'une entité palestinienne.

Octobre : l'Egypte, premier pays arabe à avoir négocié avec Israël, est exclu de la ligue arabe.
1980

Début de la guerre opposant l'Iran de Khomeiny à l'Irak de Saddam Hussein pour la possession du Chott-el-Arab. Cette guerre durera jusqu'en 1988 et fera plus d'un million de morts, sans que Washington et Moscou n'ait pu faire quoi que ce soit pour y mettre fin.
1981

Octobre : le président égyptien Sadate est assassiné par des musulmans intégristes.
1982

Juin : invasion du Liban par Israël (opération "Paix en Galilée").

Août : les blindés israéliens parviennent à la capitale libanaise Beyrouth. Les Palestiniens sont obligés de quitter Beyrouth encerclée pour être dispersés dans différents pays arabes. Arafat se réfugie à Tunis.

Septembre : massacre par des phalangistes libanais dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila avec la neutralité bienveillante de l'armée israélienne. Provoque une vaste indignation et des critiques anti-israéliennes, notamment dans certains pays occidentaux.

Décembre : Israël annexe le Golan.
1985

L'armée israélienne évacue le Liban tout en maintenant une zone de sécurité de quelques kilomètres le long de la frontière.

Les craintes de la montée de l'islamisme et les déceptions du processus de paix israélo-palestiniens (1988 à nos jours)
La fin des années quatre-vingt marque les débuts du processus de paix israélo-palestiniens, favorisé par le changement de stratégie de l'OLP (abandon du terrorisme pour l'action diplomatique), l'arrivée au pouvoir des travaillistes en Israël (Rabin, 1992), et la médiation américaine. Mais en dépit de quelques avancées, ce processus de paix reste très fragile et se heurte à l'opposition et la violence des extrémistes de chaque camp (palestiniens radicaux -Hamas par exemple-, nationalistes israéliens). La question palestinienne et celle de certains territoires appartenant toujours à Israël (sud Liban notamment) reste aujourd'hui une question essentielle.

Depuis la fin de la guerre froide, il est indéniable que l'influence américaine n'a cessé de se développée au Moyen Orient. Les Etats-Unis s'imposent comme un interlocuteur incontournable, comme le prouve leur rôle pour tenter de régler la question palestinienne, ou l'intervention pour libérer le Koweït de la domination irakienne en 1991. Mais l'islamisme, qui se présente de plus en plus comme une idéologie de mobilisation contre l'Occident et les Etats-Unis, connaît d'importants progrès au Moyen Orient et tend à s'enraciner dans de nombreux pays. Cette question de l'islamisme constitue aujourd'hui l'un des principaux enjeux de la région et se trouve à l'origine de la lutte antiterroriste engagée depuis 2001 (intervention en Afghanistan et en Irak) par les Etats-Unis pour répondre à l'attentat du 11 septembre.

1987

Décembre : déclenchement de révoltes populaires au sein des populations palestiniennes qui gagnent rapidement l'ensemble des territoires occupés : révolution des pierres (première "intifada")
1988

Août : En guerre depuis 1980, l'Iran et l'Irak, au bord de l'épuisement et très affaibli économiquement, acceptent de signer un cessez le feu.

Novembre : L'OLP proclame l'établissement d'un Etat palestinien et reconnaît implicitement

l'existence d'Israël et le plan de partage de 1947. Après l'échec de la stratégie terroriste, l'OLP fait le choix de la négociation diplomatique avec Israël.

Création du mouvement du Hamas, qui refuse politique de paix désormais prônée par OLP.

1989

Arafat déclare caduque la Charte de l'OLP.
1990

Août : invasion du petit état du Koweit, riche de ses immenses ressources pétrolières, par l'Irak de Saddam Hussein.
1991

Janvier : Guerre du Golfe. Après plusieurs mois d'embargos économiques contre l'Irak, l'ONU

décident d'autoriser le recours à la force pour contraindre l'Irak à évacuer le Koweit.

Interventions militaire d'une force armée coalisée sous l'égide américaine contre l'Irak

de Sadam Hussein. Bouleverse la donne géopolitique au Moyen Orient.
1992

Retour au pouvoir en Israël des travaillistes (Y. Rabin premier ministre), favorable au processus de paix avec les Palestiniens.
1993

Septembre : reconnaissance mutuelle israélo-palestinienne conclue à Washington (Y. Arafat- S.

Peres). Cet accord de Washington prévoit le retrait de l'armée israélienne de Gaza et de la Cisjordanie et l'installation à Gaza d'une autorité palestinienne sous l'autorité de Yasser Arafat.
1994

Octobre : Israël signe un accord de paix avec la Jordanie.
1995

Septembre : l'ensemble des grandes villes de Cisjordanie est administrée par l'autorité palestinienne.

Novembre : assassinat de Y. Rabin par un extrémiste juif.
1996

Avril : devant la multiplication des attentats palestiniens, le premier ministre israélien S. Peres décide d'interrompre processus de paix et de lancer nouvelle offensive au Liban.
1997

Arrivée au pouvoir en Afghanistan des talibans, musulmans intégristes qui instaurent un régime de terreur basé sur une observance stricte des règles du Coran.

2000

Septembre : une seconde intifada se déclenche, notamment en Cisjordanie. Elle se heurte à une

violente répression du gouvernement d'A. Sharon.

2001

Novembre : intervention américaine en Afghanistan contre le régime des talibans, qui abrite Ben Laden et le réseau Al Qaida.
2003

Mars : intervention militaire américaine en Irak (opération "Liberté de l'Irak") qui renverse le régime de Saddam Hussein et aboutit à l'occupation du pays, mal acceptée par les Irakiens.
2005

Janvier : mort du leader historique de l'OLP, Yasser Arafat. Mamoud Habbas, favorable au processus de paix avec Israël lui succède.

similaire:

La création de l\L’enjeu pétrolier dans la géopolitique du Moyen-Orient depuis la fin de la 1ère guerre mondiale

La création de l\«Regards historiques sur le monde actuel.»
«Un foyer de conflits : le Proche et le Moyen Orient depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (1945).»

La création de l\L’ histoire du proche orient au xx° siècle A. Le Moyen-orient avant 1914

La création de l\Programme large : à assimiler progressivement. S’étend sur toute...
«Occident»), qui inclut la Péninsule ibérique, jusqu’à l’Orient (le Moyen-Orient jusqu’à l’Irak; l’Orient inclut généralement l’Égypte,...

La création de l\Cours / Un foyer de conflits : Proche et Moyen Orient depuis 1918...
...

La création de l\Bibliographie de la séquence introductive à la géopolitique
«Murs et frontières» dans Géopolitique. Revue de l’Institut International de Géopolitique, n° 104, janvier 2009 (trimestriel), éditions...

La création de l\Ii- la situation actuelle des chrétiens de Moyen d’Orient

La création de l\Le Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale

La création de l\Les mappes sardes
«tiers-état»; cet état de fait donne lieu à moult protestation, classées invariablement sans suite

La création de l\Par Denis charbit, maître de conférences à l’Open Université d’Israël
«la loi du retour» : tout juif qui demande et qui s’installe en Israël obtient la nationalité






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com