Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967





télécharger 133.27 Kb.
titreBulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967
page1/2
date de publication07.10.2017
taille133.27 Kb.
typeBulletin
h.20-bal.com > droit > Bulletin
  1   2
MARTIN

ARMES :

SOURCES :


  • Archives famille MARTIN actuellement possédée par la famille NENERT. Sauf mention contraire , l’ensemble des données concernant la branche MARTIN de la PLAGNE et de PUYMAUD provient de ces archives.

  • Données aimablement fournies en 1997 par Robert AUCLAIR à l’auteur de cette note.

  • Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome XCIV de 1967.



Famille bourgeoise de Limoges qui s’est divisée en 4 branches principales dont 3 seulement se rattachent entre elles.

La branche MARTIN de la BASTIDE (en Limoges, Hte-Vienne), isolée mais qui possède les mêmes armes que les autres, est devenue baron d’Empire sous Napoléon.

La branche MARTIN de la PLAGNE (en Feytiat, Hte-Vienne) et de PUYMAUD (en Nieul, Hte-Vienne), à l’origine commerçait à Limoges rue des Taules, est parvenue à la noblesse à la fin du XVIIIème siècle par l’acquisition d’une charge de conseiller, secrétaire du Roi. Elle s’est éteinte au milieu du XIXème siècle dans les familles NOUALHIER, BROTHIER, GREGOIRE-ROULHAC, PEYROCHE du REYNOU et MAURENSANNE-DUPUYIMBERT

La branche MARTIN de COMPREIGNAC est devenue baron d’Empire sous Napoléon. Cette famille est toujours représentée.

La branche MARTIN du PUYTISON (en Feytiat, Hte-Vienne), …. Cette famille est toujours représentée.
1er Degré
Jacques MARTIN

Il épousa vers 1595, Jeanne de LAVAUD, laquelle testa devant de Leysenne en 1598, remariée dès cette date avec Jean BLANCHARDON.
Enfants:
2-1) Léonard MARTIN, qui suit.
2-2) Jeanne MARTIN, qui reçut un legs en 1598.

2ème Degré
Léonard MARTIN, bourgeois et marchand de Limoges

Légataire de sa mère en 1598, décédé avant le 13 Janvier 1669. Dit gendre de Lazare TEXANDIER, dans le rôle des tailles de 1635, il était imposé de 7 livres et demeurait dans le canton des Taules.

Il épousa vers 1630, Jeannette TEXANDIER, fille de Lazare TEXANDIER, bourgeois et marchand de la ville de Limoges et de Catherine DAVID. Veuve, elle testa le 25 Novembre 1686 puis le 30 Avril 1689. Elle mourut en 1691 à Limoges (St-Michel) à l’âge de 83 ans.
Enfants:
3-1) Jérémie MARTIN qui suit, auteur de la branche des Martin de La Plagne et de Puymaud (§ I).
3-2) Jacques MARTIN, auteur de la branche des Martin de Compreignac (§ II).
3-3) Marie MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre), le 7 Avril 1639 (Parrain: Jérémie MARTIN, Marraine: Marie TEXANDIER). Décédée avant 1686.
3-4) Léonard MARTIN, baptisé à Limoges (St-Pierre), le 26 Mai 1641.

Religieux au couvent de Ste-Valérie en 1686 et 1689.
3-5) Jean MARTIN, baptisé à Limoges (St-Pierre), le 14 Septembre 1642. Archiprêtre de Bessines et curé de Rancon en 1695.
3-6) Léonarde MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre), le 14 Juin 1645. Décédée avant 1686.
3-7) Jeanne MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre), le 9 Janvier 1647, elle y mourut le 25 Novembre 1677. Elle épouse avant 1686, Jean NAVIERES.
3-8) François MARTIN, auteur de la branche des Martin du Puytison (§ III).
3-9) Peyronne MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre), le 15 Août 1650, elle y mourut le 13 Janvier 1669.

§I BRANCHE DES SEIGNEURS DE LA PLAGNE ET DE PUYMAUD

3ème Degré
Jérémie MARTIN, bourgeois et marchand de la ville de Limoges.

Né vers 1632. Il crée une société avec son frère Jacques, dite « Compagnie des Marcheurs du Limousin » commencée le 6 Octobre 1679 et finie le 4 Janvier 1680. Ils desservent alors les villes avoisinantes : Le Dorat, St-Victurnien, St-Junien, Bergerac, Blanzac, Aubeterre, Barbezieux, La eyze, Treignac, Aixe, a Souterraine, St-Léonard, Guéret, Pierre-Buffière, Brigueil, Ste-Foy et Eymoutiers. Domicilié Rue des Taules à Limoges en 1695.

Il épousa en 1°) le 25 Avril 1656 avec dispense du 4ème degré de consanguinité à Limoges (St-Maurice), Léonarde TARDIEU de GIGONDAS, fille de Jean TARDIEU de GIGONDAS, greffier de l’officialité du diocèse de Limoges, et de Marie BELLEMIE. Baptisée à Limoges (St-Maurice) le 15 Novembre 1635.

Il épouse en 2°) le 2 Avril 1674, à Limoges (St-Michel), Léonarde POUYAT, fille de Jean POUYAT, bourgeois et marchand de la ville de Limoges, et d’Anne PEYRAT.

Il épouse en 3°) le 26 Juillet 1676, à Limoges (St-Pierre), après contrat reçu Boudet, notaire à Limoges, Françoise DAVID de la PLAGNE, fille de Jacques DAVID, bourgeois et Marchand de la ville de Limoges, et de Catherine PINCHAUD. Dans un acte du 8 Juillet 1676, devant Boudet notaire royal à Limoges, elle est qualifiée de fille de majeure de 25a ns,. Elle reçoit en dot 1500 livres de son père et 200 livres de son aïeul paternel Jacques DAVID. Elle reçoit les parts de ses frères Mathieu et Jean DAVID, tous deux décédés qui sont de 1500 livres chacune. On apprend que son aïeule paternelle est Catherine DESCOUTURES.
Enfants du 1°):
4-1) Jacques MARTIN qui suit.
4-2) Jeanne MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre), le 14 Mai 1664. Elle y meurt le 16 Mai 1664.
4-3) Léonard MARTIN, baptisé à Limoges (St-Pierre), le 17 Février 1670, il y meurt le 1er Août 1671.
4-4) Jeanne MARTIN, baptisée à Limoges ( St-Jean) le 21 Avril 1672. Elle épouse le 13 Décembre 1689 à Limoges (St-Michel) après contrat reçu Nicolas, notaire à Limoges, le 12 Décembre 1689, Martial DELOMENIE, bourgeois de Limoges. Elle est dotée par son père et le dernier paiement de 4000 livres s’effectue devant Nicolas, notaire à Limoges, le 11 Février 1692.
Enfants du 2°):
4-5) Jeanne MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre), le 9 Février 1675. Elle épouse par contrat reçu Nicolas, notaire à Limoges, le 9 Novembre 1692, Pierre TARDIEU, avocat, fils de Pierre TARDIEU, conseiller du Roi, lieutenant en la Prévôté royale de Limoges. Elle est dotée par son père et le dernier paiement de 6000 livres s’effectue devant Nicolas, notaire à Limoges le 7 Novembre 1696.
Enfants du 3°):
4-6) Françoise MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre) le 10 Juillet 1677. Elle épouse par contrat du 7 Mai 1695,devant Nicolas, notaire à Limoges, Pierre TEXANDIER, fils cadet de Jérôme TEXANDIER et de Valérie DUBOIS, dame de LOSMONERIE. Elle reçoit en dot, 1000 livres de sa mère et 7000 livres de son père dont 5000 tout de suite, 2000 dans 2 ans et 1000 dans 3 ans. Pierre Texandier reçoit pour sa part 17000 livres et un logement dans un maison située Rue Ferrerie qui donne Place de la Motte. Son frère aîné, Jean-Baptiste TEXANDIER, seigneur de LOSMONERIE et greffier en chef au bureau de Limoges représente le père décédé.
4-7) Thérèse MARTIN, baptisée à Limoges (St-Pierre) le 15 Novembre 1678.
4-8) Jeanne MARTIN. Elle épousa à Limoges (St-Michel) le 9 Août 1701, Jean-François PABOT.
4-9) Jérémie MARTIN, frère de Jacques. Le 25/03/1699, il paye 1200 livres restantes de 2243 livres et 14 sols qu’il doit avec son frère à Dlle Marie TEXANDIER, fille de feu sieur Jérémie TEXANDIER devant Broussaud, notaire royal. Il semble plus probable que ce soit lui qui est commencé à constituer le 23 Juillet 1701, un cahier pour l’Angoumois, la Saintonge et le Périgord. Il dessert alors les villes suivantes : Rouffignac, St-Junien, Seyryt, Montbron, Angoulême, Chateauneuf, Cognac, Cheirac, Ozillat, Barbezieux, Blanzac, Montmoreau, Juignac, Mignac, Chalais, Brossac, Aubeterre, Vaussein, St-Privat, Nontron, St-Méard, Ste-Foy, Mussidan, St-Martial, St-Asthier, Périgueux, Jarnac.

4ème Degré
Jacques MARTIN, bourgeois et marchand de la ville de Limoges.

Né en 1657. Il meurt le 1er Janvier 1741 à Limoges (St-Michel). Le 31 Août 1712, reconnaissance de la rente due au chapitre de l’Eglise St-Etienne de Limoges sur La Plagne, (en Feytiat, Hte-Vienne) par Jacques DAVID, bourgeois et marchand, Etienne ROMANET, chanoine de St-Etienne et Jacques MARTIN, les trois tenanciers, devant de Beaubreuil, notaire royal, ceci en application d’un procèsétabli en l’an 1536 devant Courteys, notaire. Il vend le 21 Avril 1720, à Dlle Marie DEPERET, une rente de 60 livres assignée sur son ténement de La Plagne (en Feytiat, Hte-Vienne) devant Nicolas, notaire à Limoges. Cette rente sera rachetée par son fils aîné Jérémie le 6 Juillet 1747. Il effectue un inventaire de la société qu’il a constituée avec son fils aîné Jérémie le 19 Février 1725, on y voit les personnes suivantes citées : « DELOMENIE de BENOIST, ma nièce, Pierre MARTIN, mon fils de Lyon, MARTIN, chanoine, PABOT, mon beau-frère ». De plus, il parle de la dot de sa belle-fille qui s’élève à 6000 livres depuis Octobre 1723. Un nouvel inventaire est effectué le 01 Juillet 1726. Le 15 Mars 1737, il effectue la liquidation de sa société en faveur de son fils Jérémie. Il testa une première fois le 18 Avril 1738 devant Louis Estienne, notaire. Il testa de nouveau le 2 Juin 1739 à l’âge de 82 ans. Il dit avoir alors eu 11 fil sou fille dont 5 sont morts avant établissement. Son fils Pierre est alors décédé.
Il épouse par contrat le 4 Janvier 1693, devant Chavepeyre, notaire à Limoges, et le 7 à Limoges (St-Pierre), Léonard-Henriette de la FOSSE, fille d’Henry de la FOSSE, sieur de Champdorat (25/02/1637-30/01/1731) et de Marguerite MICHELON. Baptisée et née le 19 Mai 1665 à Limoges (St-Pierre) (Parrain: Simon LAFOSSE, Marraine: Narde MALLEDAN, veuve de Sr Hélie ROUSSET). Morte le 22 Mars 1738 à Limoges (St-Michel). Elle testa le 6 Mars 1734 devant Estienne, notaire.
Enfants:
5-1) Françoise MARTIN, baptisée à Limoges (St-Michel) le 18 Septembre 1693. Décédée avant 1738.
5-2) Jérémie qui suit (§I-A)t.
5-3) Jeanne MARTIN, baptisée à Limoges (St-Michel), le 18 Février 1696. Décédée le 16 Octobre 1738 à Limoges (St-Michel).
5-4) Marie MARTIN, baptisée à Limoges (St-Michel), le 11 Septembre 1697. Décédée avant 1738
5-5) Henry MARTIN, baptisé à Limoges (St-Michel) le 24 Janvier 1699. Décédé en 1762. Religieux-chartreux en 1738.
5-6) Françoise MARTIN, baptisée le 1er Mars 1700 à Limoges (St-Michel). Religieuse à St-Claire de Limoges. Elle est dotée le 5 Juin 1724 par son père de 2500 livres et de 500 livres de sa mère ainsi que d’une rente de 120 livres par an devant Estienne, notaire à Limoges.
Il est rapporté dans le Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin (Tome XCIV de 1967) ce qui suit :
« N°48 : Sœur Françoise de la Croix, née Françoise MARTIN, père : Jacques MARTIN, marchand bourgeois de Limoges et mère : Demoiselle Henriette de Lafosse, gens fort pieux, qualifiés. Née date inconnue, entrée le 24 Décembre 1722, vêtue le 11 Avril 1723, M. de Maurensanne, V.G., R.P. Champagnac, Récollet, officiants ; profession, le mardi 6 Juin 1724, M. de Maurensanne, M. Tardieu, vicaire de St-Etienne, officiants ; offices : économe, tourière, « sacristaine de lingerie », discrète de 1737 à sa mort ; décédée le 13 Octobre 1738, après 3 ans d’hydropisie et d’étisie ( maladie qui consiste à un amaigrissement progressif).

Ses parents s’opposent un long temps à sa vocation. Pour les décider, elle demande qu’on la mette dans le couvent du Chatenois (sans doute, le Châtenet, commune de Feytiat, prieuré Notre-Dame de l’ordre de Grandmont, fondé du temps de St-Etienne-de-Muret pour les hommes, devint en 1550, prieuré de femmes) puis, à sa prière, on l’en fait sortir, car elle se sent appelée au Petit-Couvent. Après plus de deux ans, ses parents lui permettent enfin d’y être reçue. Modèle de régularité et de mortification, elle jouit d’une bonne santé jusqu’en 1735 ; dès lors malade, elle reste presque toujours à l’infirmerie. »
5-2) Pierre qui suivra (§I-B)t.
5-8) Madeleine MARTIN, baptisée à Limoges (St-Michel) le 3 Juillet 1706. Religieuse à Ste-Claire de Limoges.
Il est rapporté dans le Bulletin de la Société Archéologique de Limousin (Tome XCIV de 1967) ce qui suit :
« N°58 : Sœur Madeleine de l’Assomption, née Madeleine MARTIN, sœur cadette du N°48. Née en 1706, vêtue le 15 Octobre 1732, M. Romanet, V.G., M. Pichon, chanoine de St-Martial, officiants, profession le 11 Octobre 1733, M. Martin, chanoine de St-Martial, M. l’Abbé Martin, ses parents peut-être, officiants ; offices : non précisés, discrète de 1740 à 1746 ; décédée le 17 Septembre 1747 à 41 ans, après 2 ou 3 ans de fluxion de poitrine, fièvre lente et étisie. D’un tempérament fort et robuste, elle se donne sans se ménager et ne se rend à l’infirmerie qu’à la dernière extrémité »
5-9) Jacques MARTIN, baptisé à Limoges (St-Michel) en 1707. Décédé en 1776 à Limoges (St-Michel). Prêtre. Curé d’Isle en 1748? Chanoine de St-Martial.
5-10) ???
5-11) ???

§I-A BRANCHE AINEE

5ème Degré
Jérémie MARTIN, négociant à Limoges, seigneur de la Plagne (en Feytiat, Hte-Vienne), né et baptisé le 30 Décembre 1694 à Limoges (St-Michel) (Parrain: Jérémie MARTIN, Marraine: Marguerite MICHELON). Mort le 3 Octobre 1773 à Limoges (St-Michel). Emancipé le 10 Avril 1726 devant Pierre TARDIEU, sieur de GIGONDAS. Il achète aux DAVID le fief de LA PLAGNE (en Feytiat, Hte-Vienne). Il testa le 5 Mai 1742, déposé devant Estienne, notaire royal, le 7 Août 1742. Ce testament authentique est cacheté aux armes des MARTIN. Il dit avoir eu 11 enfants dont 3 morts, 5 fils et 3 filles. Il testa de nouveau le 25 Mars 1753. Il dit avoir 8 enfants en vie, 4 garçons et 4 filles. Il crée une société avec son fils Henry-Jérémie le 1er Décembre 1763 constituée d’un fond de 80000 livres, la moitié lui appartenant, le tiers des profits lui revenant pour une durée de sept ans. Il testa le 10 Mai 1771 devant Fournier, notaire à Limoges. Ile st doté de la moitié du fond de sa boutique qu’il a avec son père soit 12000 livres et de 4000 livres supplémentaires : 1000 livres de sa mère et 3000 livres de son père.
Il épouse le 12 Septembre 1723 devant Mabaret, notaire royal à Limoges, et le 14 à Limoges (St-Maurice), Anne MICHEL, fille de Claude MICHEL, bourgeois et marchand du faubourg de la Boucherie de Limoges, (11/03/1661-07/02/1726) et de Madeleine MICHELON (~1660-12/06/1710). Née à Limoges (St-Maurice) le 14 Septembre 1705. Elle meurt à Limoges (St-Michel) le 6 Mai 1748. Elle est dotée de 6000 livres par sa mère et de 300 livres pour son habit.
Enfants:
6-1) Claude-Augustin MARTIN, baptisé à Limoges (St-Michel), le 28 Août 1724. Mort en 1745. Il était héritier universel dans le testament de son père du 5 Mai 1742.
6-2) Henry-Jérémie MARTIN qui suit.
6-3) Henriette MARTIN, baptisée le 16 Juin 1727 à Limoges (St-Michel). Décédée avant 1742.
6-4) Pierre-Jacques MARTIN, baptisé le 3 Avril 1729 à Limoges (St-Michel) . Décédé avant 1742.
6-5) Henriette MARTIN, née et baptisée le 3 Février 1731 à Limoges (St-Michel) (Parrain: François MICHEL, Marraine: Henriette de la FOSSE). Dotée par son père le 13 Mars 1750, de 3500 livres à son entrée à l’Abbaye de la Règle ainsi qu’une rente viagère de 100 livres tous les 6 mois. Elle sera payée par son père puis par son frère Henry jusqu’au 22 Décembre 1809. Ce dernier paye ses frais d’enterrement de seconde classe le 21 Avril 1810 à la paroisse de St-Michel-des-Lions pour la somme de 105 livres et 10 sols.
6-6) Jeanne MARTIN, baptisée le 17 Mars 1732 à Limoges (St-Michel). Elle meurt en 1801. Elle est dotée par son père de 18000 livres dont 1000 de sa mère (6000 tout de suite, 6000 en Décembre 1763 et 6000 en Décembre 1764). Elle épouse le 11 Octobre 1761 à Isle, après contrat du 30 Septembre 1761, devant Fournier, notaire, Mathieu ROMANET, écuyer, seigneur du CAILLAUD et de MEYRIGNAC, fils de Siméon ROMANET, Seigneur du CAILLAUD et de MEYRIGNAC (1686- ) et de Marie COLOMB. Veuf en premières noces de Marie DORAT. Né en 1714. Maire du château de Limoges en 1771. Domicilié rue des Taules, paroisse de St-Pierre à son mariage. Il était le procureur de son beau-père au mariage de Henry MARTIN, son beau-frère.
6-7) Pierre MARTIN, né le 8 Août 1733 et baptisé le 9 à Limoges (St-Michel). Il meurt le 16 Janvier 1803 à Limoges. Il testa le 4 Février 1784. Prêtre, bachelier en théologie à la Sorbonne. Curé de Ste-Félicité à Limoges (Pt-St-Martial). Principal au Collège Royal de Limoges en 1763. Curé de St-Michel-des-Lions à Limoges de 1772 à 1803. Chanoine théologal honoraire de l’Abbaye de St-Martial en 1764. Dans le testament de son père en 1771, il est doté de 21000 livres. Exilé en Italie du 7/09/1792 jusqu’en juillet 1802, date du Concordat signé par Napoléon Ier.
6-8) Marie-Rose MARTIN, baptisée le 25 Février 1735 à Limoges (St-Michel). Décédée avant 1742.
6-9) Denise dite « Louise » MARTIN, née le 21 Juin 1737 et baptisée le 22 à Limoges (St-Michel) (Parrain: Jacques MARTIN, prêtre, docteur en théologie, Marraine: Denyse CONSTANT). Elle meurt à Limoges le 18 Décembre 1822. Elle est dotée à son mariage par son père pour 16700 livres, sa mère pour 1000 livres et sa marraine 300 livres (2000 livres tout de suite, 6000 livres le 24 Juin 1760, 6000 le 7 Septembre 1765, 4000 de Henry Martin le 15 Octobre 1773 après le décès du père). Elle épouse le 15 Mars 1759 à Limoges (St-Michel) et après contrat du 10 Mars 1759, devant Jacques Bardy, notaire, Léonard PEYROCHE du REYNOU, fils de Jean-Baptiste PEYROCHE, colonel de la bourgeoisie, sieur du REYNOU, (au Vigen, Hte-Vienne) (07/07/1696-16/10/1764), bourgeois et marchand de Limoges et de Jeanne TEXANDIER (30/09/1700-21/09/1760). D’où postérité. (Jeanne, Jean-Jérémie, Joseph, Catherine-Ursule, François, Mathieu, tous moins de 16 ans en 1771). Négociant de la ville de Limoges. Baptisé le 26 Août 1740 à Limoges (St-Michel). Il meurt au Reynou le 18 Brumaire an VI (7 Novembre 1795). Il est doté à son mariage avec le domaine et la métairie du Reynou, d’un labourage de 3 paires de bœufs au Vigen et d’une maison rue des Taules, dont il faut réserver une chambre à son frère Joseph PEYROCHE, prêtre vicaire de St-Martial. Il achète le 16 Mai 1776 la maison de son beau-frère, Henry Martin, située rue des Taules à Limoges.
6-10) Jérémie MARTIN, baptisé à Limoges (St-Michel) le 31 Août 1739. Dans le testament de son père en 1771, il est doté de 40000 livres dont 24000 livres déjà donnés pour son négoce. Il est domicilié place de l’Herberie, paroisse St-Nizier à Lyon après la lecture du testament de son père le 8 Août 1775. Il meurt à Lyon le 28 Juin 1804. Il épouse Danièle de MONTFAYON.
6-11) Etienne-François MARTIN, baptisé le 13 Mai 1741 à Limoges (St-Michel). Négociant à Lyon. Dans le testament de son père en 1771, il est doté de 40000 livres dont 20000 livres déjà donnés pour son négoce. Il meurt le 9 Décembre 1800. Il épouse N..GIRARDOT.
6-12) Marie MARTIN, née le 21 Août 1743. Elle meurt le 17 Avril 1825. Elle épouse le 2 Juillet à Limoges (St-Michel) après contrat du 30 Juin 1764, devant Fournier, notaire à Limoges, Léonard NAVIERES du TREUIL, fils de Léonard NAVIERES et de Marie MOREAU. D’où postérité. (Léonard mort le 2/10/1773). Il meurt le 9 Mai 1810 à l’âge de 80 ans. Il est enterré à Louyat. Ils est inhumés au cimetière de Louyat dans le caveau de la famille Navières (section 10).

6ème Degré
Henry-Jérémie MARTIN, écuyer, seigneur de La Plagne (en Feytiat, Hte-Vienne) et de Puymaud (en Nieul, Hte-Vienne), conseiller, secrétaire du Roi, maison et couronne de France et de ses finances en 1786, bourgeois et négociant de Limoges, baptisé le 20 Octobre 1725 à Limoges (St-Michel). Domicilié rue des Taules, à l’angle de cette rue et de la rue du Temple. Il meurt le 22 Décembre 1799.

Emancipé le 06 Juillet 1763 devant Jean-Pierre ROGIER des ESSARTS, écuyer, seigneur du LEYRAUD et du BUISSON, conseiller du Roi, lieutenant général en la Sénéchaussée et juge présidial de Limoges. Il constitue une société de raison sociale « Jérémie MARTIN » avec son père le 1er Décembre 1763. Il reçoit la moitié d’un fond de 80000 livres dont il devient tout de suite propriétaire. Il s’engage pendant 7 ans et reçoit l tiers des profits ou subit le tiers des dettes. Il est l’héritier universel de son père Jérémie Martin suivant son testament du 5 Mai 1771. Il testa le 7 Août 1774 en faveur de son épouse. Il vend le 8 Avril 1778, la métairie de Boismenard à M. Chavigne de St-Junien pour 8000 livres devant Bardy, notaire à Limoges. Il avait hérité de cette métairie de sa cousine Marie MICHELON. Le 4 Mars 1775, il reconnaît devant Isaac-Martial ARDANT, notaire royal à Limoges, une rente due au chapitre de St-Martial de 5 sols par an sur sa maison rue des Taules. Il donne procuration à son épouse le 7 Juin 1775, devant Joseph Fournier, notaire à Limoges, pour administrer toutes les affaires de négoce établi sous la raison sociale « Jérémie MARTIN ». Il vend le 16 Mars 1776, sa maison située rue des Taules et sa petite maison située rue du Temple, 12000 livres pour les deux à son beau-frère, Léonard Peyroche du Reynou : « La grande maison est située rue des Taules, faisant coin à la rue du Temple, confrontant sur le devant aux deux rues, attenant des deux côtés tant de la rue du Temple que celles des Taules à la maison de la demoiselle veuve Teulier ». Elle est chargée de 10 sols de rente au chapitre de St-Martial et la petite maison d’une sol environ au même chapitre. Il doit, à partir du 18 Mai 1770, une rente viagère, qu’il payera jusqu’en 1777, à son oncle Etienne MICHEL, d’un montant de 800 livres à 80 livres par an. Il est en procès en 1778 avec un marchand de Tulle, sieur POURCHET. Il pose une requête le 26 Mars 1779 à l’Intendant de la Généralité de Limoges pour le paiement d’une somme de 40 livres 6 sols due sur la succession de Marie LAFOSSE, épouse de Claude MICHEL, son grand-père, suivant le testament de celle-ci du 19 Décembre 1762 insinué le 24 Septembre 1764 devant Bardy, notaire. Il est en procès en 1779 avec Pierre FLACARD, marchand. Il acquiert le 4 Septembre 1779 de Messire Charles-Roch DECOUX, seigneur du CHATENET (en Lubersac, Corrèze), le fief noble de PUYMAUD ( en Nieul, Hte-Vienne). Charles DECOUX avait acquis le fief de la Vergne de Pierre-Louis, Marquis de LASTEYRIE du SAILLANT, lieutenant-colonel, commandant au régiment de carabinier, Chevalier de St-Louis et l’avait subrogé dans ses droits sur les sommes restées dues par Henry Martin sur l’acquisition du fief de Puymaud pour 90000 livres. Il échange le 5 Mars 1781, un terrain avec André TEILLAUD, laboureur au village de la Pivauderie (en Nieul, Hte-Vienne). Il pose une nouvelle requête le 18 Août 1781 pour la suppression du 20ème de 1781 au vu de la grêle tombée sur ses récoltes. Il possède alors 7 domaines à Nieul. Le 31 Août 1783, il fait don à l’église paroissiale de Compreignac (Hte-Vienne) pour des réparations et la refonte des cloches d’une somme de 9 livres 3 sols par l’intermédiaire de Joseph LENOIR, meunier à la Faye (en Compreignac, Hte-Vienne). Il est en procès en 1783 avec Demoiselle GOUDRIAS, veuve BLEYNIE. Il fait établir par son frère Pierre MARTIN, un certificat de bon paroissien de l’église de St-Michel-des-Lions le 17 Mai 1784. Il échange le 27 Novembre 1784, une terre avec Léonard TERRIER, laboureur au lieu de la Plagne (en Nieul, Hte-Vienne) devant Fournier, notaire à Limoges. Il reconnaît une rente le 27 Septembre 1785, devant Joseph Fournier, notaire à Limoges, due aux dames religieuses de la Communauté de Ste-Claire du Faubourg des Arènes de Limoges : elle s’élève à 125 livres par an et est payable le 5 Juin de chaque année. Le 20 Avril 1789, il paye 6000 livres à François-Joseph et Mathieu PEYROCHE, deux des enfants de Léonard PEYROCHE et de dame Louise mARTIN, sa sœur en exécution du testament de son père du 10 Mai 1771. Il établit un bail à ferme avec Léonard LACAUX, fermier au lieu de Chavagnac, paroisse d’Aureil. Il achète à son frère Pierre MARTIN, le 27 Août 1792, sa maison située place de la Motte au numéro 839, devant Jean Fournier, homme de loi et notaire, entériné le 17 Septembre 1793. Il acquiert le 14 Juin 1792, le domaine de Faugeras (en St-Jouvent, Hte-Vienne) de Marie-Rose ARDILLIER, veuve de Léonard DUPRE, marchand de Limoges après consentement de Léonard DUPRE, son fils,, de François DUPRE, son beau-frère et de Marguerite DUPRE, sa belle-sœur. Il acquiert le 10 Février 1793, devant Joseph Baju, notaire, de Léonard FOUGERES, médecin de la ville d’Eymoutiers, paroisse Notre-Dame, décédé, représenté par sa veuve Thérèse DELIGNAC, un bien appelé « La Grange », situé au Clos appelé Las Palissas près de Beauséjour, paroisse de St-Gérald contenant 10 sétérées au prix de 24300 livres.

Il testa le 5 Février 1794. A sa mort, il fut dressé un inventaire de sa fortune. Au 8 Février 1800, il y avait: Domaine du Maschambard, Panazol (8910 livres), deux Domaines de La Plagne, Feytiat (21360 livres), Réserve de Puymaud, 2 petits étangs (10490 livres), Grand Domaine de La Cour (15020 livres), Le petit Domaine de Puymaud (7112 livres), Domaine de La Plagne (13335 livres), Domaine de Fougeras (6400 livres), Grand Domaine du Bourg, Nieul (11754 livres), Petit Domaine du Bourg, Nieul (10117 livres), Domaine du Châtenet, Nieul (9120 livres), Domaine du Mas du Puy (10121 livres), Etang et Moulin de la Roche,Nieul (7500 livres), Etang de La Faye, Compreignac (600 livres), Maison Place de la Motte, Limoges (6000 livres), Pré situé près du Pont, St-Léonard appelée le Larquene et une maison située sur le grand chemin (9000 livres), Un pré appelé Les Chaumes de Boyer avec une petite maison et un jardin, St-Léonard (7000 livres). Soit 153.219 livres.
Il épouse par contrat du 26 Janvier 1765, devant Parelon, notaire royal à St-Léonard-de-Noblat et à St-Léonard (St-Etienne) le 4 Février 1765, Rose-Marie MAGY d’ANDALAIS, fille de Guillaume MAGY, écuyer, seigneur d’ANDALAIS, de Bassouleix, de Lageat et autres lieux près de St-Léonard (26/04/1720-8/12/1776), avocat au parlement de Bordeaux, conseiller du Roi, président trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Limoges, et de Françoise FARGEAUD. Baptisée à St-Léonard le 11 Mars 1745. Elle est arrêtée pendant la Révolution accusée de liaison et de relations avec des aristocrates et des prêtres réfractaires. Elle est libérée et autorisée de circuler dans Limoges et ses banlieues le 1er Mars 1794. Elle obtient un certificat de civisme le 13 Nivose an III. Elle subit deux opérations à l’oeil gauche et 81 visites du médecin entre le 16 Mai et le 9 Août 1821. Le 15 Octobre 1821, elle paye la note du pharmacien. Elle meurt à Limoges (St-Michel) le 12 Décembre 1823.
Enfants:
7-1) Marie-Rose-Henriette MARTIN, baptisée le 14 Décembre 1765 à Limoges (St-Michel). Elle renonce à toute succession de son père et est dotée de 40000 livres. Elle épouse le 19 Décembre 1785 à Limoges (St-Michel) et le 18 devant Fournier, aîné, notaire à Limoges, Jean-Baptiste MAURENSANNE du PUY-IMBERT puis MAURENSANNE-DUPUYIMBERT, fils de Jacques MAURENSANNE, négociant à Limoges, et de Marie-Thérèse GUERIN. Mort avant le 1er Novembre 1828. Domicilié rue du Consulat à Limoges. Membre du Conseil Général de la Haute-Vienne.
7-2) Guillaume-Jérémie MARTIN, baptisé le 18 Février 1767 à Limoges (St-Michel). Décédé le 19 Août 1787.
7-3) Pierre-Léonard MARTIN, baptisé le 19 Février 1768 à Limoges (St-Michel) (Parrain: Pierre MARTIN, curé de St-Michel, Marraine: Françoise FARGEAUD). Il meurt le 3 Mai 1808 à Limoges. Il testa devant Fournier, notaire à Limoges, le 21 Août 1800. Il fonde une société avec Jean LOUSTEAU, le 1er Mai 1807, dissoute à sa succession le 9 Mai 1808. Il était proprétaire du Domaine du Châtenet et du Domaine du Mas du Puy (en Nieul, Hte-Vienne), ainsi que d’une maison Place de la Motte à Limoges. Sans Postérité. Les deux domaines sont vendus par ses héritiers le 8 Octobre 1810 aux frères Noualhier.
7-4) Jacques-Marie MARTIN, baptisé le 15 Février 1769 à Limoges (St-Michel). Il meurt avant le 29 Octobre 1782. Son frère Henry paye son enterrement le 28 Décembre 1782.
7-5) Jérémie MARTIN, né le 13 Mai 1771 et baptisé le 14 (Parrain: Jérémie MARTIN, Marraine: Françoise MAGY) à Limoges (St-Michel). Maître de relais de poste à Boisseuil (en Hte-Vienne). Voyageur pour des maisons de négoces. Négociant à son compte à Limoges, rue Pont-Hérisson. Cette maison est vendue par les héritiers MARTIN, le 1 Décembre 1824: « Une maison, cours, jardin, écurie, situés rue Pont-Hérisson où est la principale façade, dont les dépendances longent la rue de la Place Royale et qui confronte encore à une venelle ou acqueduc qui est entre l’Hôtel de la Monnaie et ladite maison, et par derrière à la maison et jardins du sieur Martin Gravier ». Il était propriétaire de deux Domaines à La Plagne (en Feytiat, Hte-Vienne). Dernier Papier datant du 22 Décembre 1829. Sans Postérité.
7-6) Louise-Denise-Henriette MARTIN, baptisée le 6 Juin 1774 à Limoges (St-Michel). Elle épouse à Limoges (Liberté) le 20 Prairial An VIII, Joseph PEYROCHE du REYNOU, son cousin-germain, fils de Léonard PEYROCHE et de Louise-Denise MARTIN. D’où postérité. (Rose-Léonarde-Henriette et Louise-Denise). Domiciliés rue des Taules à Limoges en 1823.
7-7) Marie-Anne-Françoise MARTIN, baptisée le 22 Juillet 1777 à Limoges (St-Michel). Elle est propriétaire de 3 prés et de 2 maisons y attenant près de St Léonard et du Domaine de Maschambard, commune de Panazol. Elle épouse à Limoges le 25 Germinal An XII, Jean-Baptiste GREGOIRE-ROULHAC, fils de Joseph GREGOIRE de Roulhac et de Thérèse-Marguerite DANIEL-LABESSE. Fabricant de papier. Agent de change; Domiciliés Boulevard Ste-Catherine à Limoges en 1823.
7-8) Marie-Madeleine MARTIN, baptisée le 22 Juillet 1777. Elle est propriétaire de la réserve de Puymaud et du domaine de La Cour, à Nieul et de l’Etang de la Faye, à Compreignac. Elle vend ses biens le 11 et le 29 Floréal an XII à Joseph-François NOUALHIER, maire de Limoges. Elle épouse le 25 Fructidor an XI à Limoges, Pierre-Roch BROTHIER, fils de Jean BROTHIER et de Marie-Anne LOUBEAU. Propriétaire et Maire de Civray (Vienne).
7-9) Marie-Agathe MARTIN, baptisée le 30 Avril 1781 à Limoges (St-Michel). Propriétaire de deux domaines du bourg de Nieul et de l’Etang et du Moulin de la Roche en Nieul. Elle épouse le 16 Décembre 1810 à Limoges, Jean-Baptiste-Joseph-Georges NOUALHIER, fils de Joseph-Louis NOUALHIER, écuyer, seigneur de la BORIE et de CORGNAC (1737-06/09/1780) et de Marie-Geneviève PETINIAUD ( ?-27/01/1809). Né le 10 Mars 1771. Il meurt le 18 Juin 1845. Domicilié place de la Motte à Limoges en 1823. D’où postérité.

  1   2

similaire:

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconMémoires de la Société archéologique et historique d'Avesnes, t....
«Le château du Quesnoy», Mémoires de la Société archéologique et historique d'Avesnes, t. 27, 1980, 12 p

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconLa Société Historique et Archéologique de Pontoise, du Val d'Oise et du Vexin
«La Société Historique et Archéologique de Pontoise, du Val d'Oise et du Vexin»3 de nous avoir autorisés la publication sur Internet...

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconAvec la Ville de Brive, le Département de la Corrèze, la Région Limousin, la drac limousin

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconAvant-propos
«Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.» (Guy Debord, La Société du spectacle, 1967)

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconBulletin de la Société Paul Claudel, 161 (avril 2001), p. 7-11. «L'influence...
«Les citations bibliques de Paul Claudel : quand la traduction devient méditation», Bulletin de la Société Paul Claudel, 161 (avril...

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconEssai sur la formation d’un paysage agraire et l’évolution d’une...
...

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconBulletin de la Société botanique de France

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconBulletin de la Société d'Histoire de l'Art Français

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconSociéTÉ D'Études scientifiques et archéologiques
«Sicile, des grecs aux normands 1500 ans d'histoire – Bretagne, la numérisation du patrimoine archéologique – Toulouse, quand les...

Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin. Tome xciv de 1967 iconQuestionnaire pédagogique comportant 20 questions en ligne sur le...
«Les Morts pour la France de Limoges» sur le site La Grande Guerre et le Limousin






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com